semis-carottes

La Culture de la Carotte

Carottes en association avec poireaux

Carottes en association avec poireaux

 

La carotte se consomme en toutes saisons, crue ou cuite, voire lacto-fermentée. Sa richesse en pro-vitamine A (carotène) est bien connue.

S’adaptant à tous les climats, la carotte figure parmi les légumes les plus cultivés en France. Pourtant sa culture n’est pas des plus faciles.

 

 

Bien choisir les variétés

Les variétés anciennes adaptées localement sont comme toujours à privilégier.

Choisissez également des variétés adaptées à votre sol. Certaines variétés se plaisent en terre sableuse, d’autres apprécient les terres argileuses…

De même, la variété sera choisie en fonction de la période de culture :

  • les variétés courtes sont hâtives et donc principalement utilisées pour les premiers semis : courte améliorée à forcer, d’Amsterdam à forcer, Davanture,…
  • les variétés demi-longues (racine cylindrique) sont les plus communes. Semées au printemps, elles sont destinées aux récoltes de fin d’été et d’automne : Nantaise améliorée, Touchon, de Carentan, Chantenay…
  • les variétés longues sont semées  entre la fin juin et la première quinzaine de juillet. Elles sont destinées aux récoltes et à la conservation hivernale : de Colmar, Longue de Maux, de la Halle…

 

Préparer la terre

Le semis de carottes sont parmi les plus délicats. La graine est petite et la levée longue (jusqu’à 3 semaines). Aussi, pour une bonne levée, la terre doit être soigneusement préparée :

  • une terre “propre” : la concurrence des herbes spontanées est préjudiciable à la levée des carottes. Un engrais verts (vesce-avoine par exemple) semé à l’automne (ou en début de printemps pour les semis d’été) assurera la couverture du sol préalablement au semis. Broyer et incorporer en surface (sur 2 ou 3 cm) l’engrais vert environ 3 semaines avant le semis. Effectuer ensuite un faux-semis en affinant progressivement la terre de surface d’abord à la grelinette, puis au cultivateur et enfin au râteau ; cela favorise la germination et la levée des herbes “indésirables”.
  • un sol ameubli : pour permettre une levée régulière, mais également afin d’éviter les racines fourchues, il est important d’ameublir correctement la terre des parcelles destinées à la culture des carottes. Ce travail d’ameublissement sera effectué par les passages successifs de cultivateur et du râteau.
  • fertilisation : la carotte ne supporte pas le fumier ou le compost insuffisamment décomposé. Effectuer un apport modéré  de compost (moins de 30 kg, soit en gros une petite brouette, pour 10 m2). Dans un sol régulièrement fertilisée avec des matières organiques, les apports supplémentaires ne sont pas nécessaires. Toutefois, si ce n’est pas encore le cas et en cas de déficit avéré, on pourra effectuer un apport de phosphates naturels. Un apport complémentaire de vinasse de betterave ou de patenkali (effet rapide) en cours de culture  pourra être apprécié si le sol manque de potasse (indispensable au grossissement).

 

Semer des carottes

Semer si possible en lune descendante, en jour racine et 8-10 jours avant la pleine lune. La levée est alors beaucoup plus rapide. voir le calendrier lunaire.

Semis sur couche chaude : de janvier à mars, semer les variétés courtes à la volée sur couche chaude.

Semis en pleine terre : semer en rangs distants de 25 à 30 cm :

  • de mars à juin : les variétés demi-longues
  • de fin juin à mi-juillet : les variétés longues

Dans les régions à hiver doux et si vous disposez d’une serre, il est également possible de semer des carottes courtes au mois de novembre. En cas de gros froids, couvrir la culture avec un voile d’hivernage.

Ne semez pas trop serré, le travail d’éclaircissage étant très fastidieux.

 

Mon astuce : pour marquer le rang de carottes et pouvoir ainsi sarcler entre lignes avant la levée (qui est, je le rappelle, très longue), semez en parallèle (à 3 ou 4 cm de distance) une ligne de radis. Les radis étant beaucoup plus rapide à lever, vous aurez ainsi un repère efficace.
Ligne de radis semés en parallèle des carottes pour marquer le rang.

Ligne de radis semés en parallèle des carottes pour marquer le rang.

 

Entretenir une culture de carottes

Éclaircissage : les semis doivent être éclaircis rapidement une première fois à 5 cm puis une seconde fois à 8-10 cm (on pourra alors consommer les petites carottes supprimées).

Désherbage : sarcler entre les lignes de semis avant la levée (les rangs doivent être droits et bien marqués) puis désherber sur la ligne de culture en même temps que le premier travail d’éclaircissage. Maintenir le sol désherbé pendant la formation des carottes.

Arrosage : le sol doit être maintenu humide jusqu’à la levée. Un arrosage régulier et copieux (tous les 4 ou 5 jours) est ensuite indispensable.

Paillage : le paillage permet de garder le sol frais et de limiter les arrosages. Gros inconvénient : les rongeurs…personnellement, je ne paille pas les légumes racines à cause de ce problème.

 

Protéger la culture

La culture de la carotte est principalement exposées à la mouche de la carotte et à la pourriture noire. Les mesures préventives présentées ci-dessous donnent de bons résultats.

Mouche de la carotte

La mouche de la carotte est un insecte diptère dont la larve (un asticot blanchâtre)  peut causer des dégâts considérables dans les carottes en y creusant des galeries. Mais les moyens de protection naturelle existent :

  • Sacrifier une variété : les mouches de la carottes raffolent de certaines variétés. Repérer ces variétés et semer à part un petit carré; cela peut permettre de préserver la culture principale.
  • Préserver la biodiversité : la mouche de la carotte se repère à l’odeur. Favoriser la diversité végétale en préservant notamment des ombellifères sauvages aux alentours du potager limite les invasions.
  • Associations : l’association avec le poireau est bien connue, à juste titre, des jardiniers bio. D’autres plantes particulièrement odorantes, perturberont la mouche de la carotte : coriandre, aneth, oeuillets d’Inde
  • Semer tardivement : le première génération de larve naît en mai (sud de la France) ou juin (nord de la France). Semer après cette période permet d’éviter la première génération.
  • Buttage : les mouches pondent sur le collet. Butter les carottes juste après le démariage permet de préserver ses cultures.
  • Utiliser des répulsifs : certains répulsifs sont efficaces sur la mouche de la carottes : marc de café, algues marines (poudre), branchages d’absinthe, de tanaisie, de fougère, de sureau
  • Filet anti-insecte : vous appliquez  les recommandations ci-dessus mais le problème subsiste ? un filet anti-insecte vous garantira une protection efficace. Les mouches volent en rase-motte. Il faut donc poser le filet (période des vols) sur les cultures en buttant les bords, ou encore le disposer verticalement (40 cm de haut au moins) autour de la culture.
Alternariose

L’alternariose, ou pourriture noire, est une maladie foliaire causée par un champignon (Alternaria dauci). Les feuilles noircissent et se dessèchent ; les carottes pourrissent lors du stockage.

Mesures préventives :

  • semer un engrais verts préalablement à la culture de carottes ;
  • éviter les engrais azotés ;
  • semer clair et éclaircir soigneusement.

Lutte directe : traiter au cuivre en cas de forte attaque de la maladie.

 

Récolter les carottes

grelinette-4-dents

Les carottes peuvent être récoltées toute l’année au fur et à mesure des besoins.

La Grelinette est idéale pour récolter les carottes sans les abîmer.

Dans les régions à hiver doux, un simple voile d’hivernage peut permettre de garder les carottes en terre. On pourra les arracher lorsque le sol est dégelé (ne jamais récolter dans un sol encore dur, les carottes pourriraient).

Dans les régions à hiver plus rude, on  arrachera les carottes en fin d’automne, début d’hiver, pour les stocker (sans les laver) en silo ou à la cave.

 

J’espère que cet article vous aura intéressé. N’hésitez pas à y laisser un commentaire et à le partager…

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le

    9 réflexions sur “ La Culture de la Carotte ”

    1. Bonjour et merci pour cet article,
      Chez moi,je sèmme 2 ou 3 varietés de carottes Chantenay,Touchon,Nantaise et en 2012 j’ai éssayé la varité “de st Luc” qui a bien marché.Je sème uniquement des varietés anciennes pour tout mes légumes ou des varietés fixées. Je voudrais essayer,cette année une varieté de carottes violette mais je trouve beaucoups d’hybrides donc je voudrais savoir s’il existe des carottes violettes non hybrydes car chez moi “f1″ est interdit!

    2. Bonjour à tous,
      Ici je sème de la coriandre en même temps que mes carottes. Je n’ai que deux ans de recul, mais ça semble bien fonctionner contre la mouche de la carotte…

    3. Bonjour à tous, voilà il se trouve que depuis quelque temps, je cherche des graines de carottes ¨Japanese Imperial long¨ , et la variété ¨Flakee long red giant¨ , mais je ne trouve pas, est-ce que quelqu’un pourrait me dire ou je pourrais en avoir.
      Merci d’avance.

      Cordialement.

    4. Je vais tenter cette année encore une fois dans la nouvelle parcelle cela devrais aller il faut que je regarde les variétés qui pousse bien dans notre région et dans la terre limoneuse sableuse . merci Gilles

    5. bonjour gilles,
      je voulais savoir si le fait de cultivé les carottes dans des tuiles
      faitière permet d’avoir de jolies carottes pas fourchues et
      surtout pas de maladies du fait qu’elles ne sont pas en pleines terre.bon il est évident que pour de grosse culture cela parait un peu cher !
      encore merci pour votre blog qui nous ravi tous les jours !
      je m’inspire de tous vos sujet car je me lance dans le maraichage bio et le défi est grand!!grace à vos conseil je vais y arriver.
      merci et bonne journéé

      1. Bonjour Bruyant,

        Très franchement, je ne connais rien à ce genre de technique.
        Mais logiquement, du fait que les carottes poussent dans un terreau, elles doivent être droites…mais question goût, je crains qu’elles ne soient insipides ; bref le contraire de ce que recherchent les consommateurs bio !
        La mouche de la carotte par exemple ne vient pas du sol…aussi, je ne crois pas non plus que cela protège des maladies…
        Oubliez ça si vous voulez faire du maraîchage bio. La terre est la base de la culture…
        Cordialement,
        Gilles

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>