5 critères pour choisir vos variétés de tomates

Parmi les innombrables variétés de tomates, peut être avez-vous du mal à choisir…

Evidemment, si vous achetez vos plants de tomates dans le commerce, le choix est assez restreint.

Et souvent composé de variétés hybrides, créées avant tout pour la commercialisation… mais non reproductibles (c’est à dire que si vous semez les graines issues du fruit, vous n’obtiendrez pas la même variété) et en général peu goûteuses.

Personnellement, je ne cultive donc que des variétés anciennes.

Et bien entendu, je fais mes propres plants.

Ce que je vous recommande également (la formation multimédias que je vous propose vous sera utile si vous ne maitrisez pas la production de plants).

Je ne vais pas ici vous conseiller telle ou telle variété.

Car ça n’aurait pas grand sens, pour toutes les raisons que nous allons évoquer plus bas.

Cet article a plutôt pour but de vous aider à choisir, année après année, les variétés de tomates que vous voulez cultiver chez vous, à partir de critères bien définis.

1 – Le goût

Le goût est bien évidemment une notion très subjective.

Certains préféreront des tomates sucrées, d’autres plus acidulées.

De même, bien que ce ne soit pas lié au goût proprement dit, il y a des adeptes des tomates à chair ferme. Alors que d’autres les préfèrent bien juteuses.

Ces notions figurent souvent sur les fiches de présentation (ou même parfois les sachets de graines) des semenciers bio.

Mais bien évidemment c’est en dégustant vos tomates que vous saurez si vous, et vos proches, les appréciez, ou pas…

Nous pouvons donc déjà dire qu’il sera judicieux de cultiver chaque année de nouvelles variétés en vue d’établir votre propre catalogue.

2 – L’utilisation culinaire

L’utilisation culinaire est le deuxième critère à prendre en considération.

Nous avons par exemple des tomates cerises, parfaites pour l’apéritif. Il en existe des rondes, d’autres en forme de poire…

Pour les salades, nous apprécierons les tomates les plus goûteuses, qu’elles soit à chair ferme ou juteuses (selon vos préférences).

Citons notamment la Noire de Crimée (un peu fragile, mais délicieuse), la Rose de Berne, la téton de Vénus (j’adore !), la Tigerella, les différentes Cœur de Bœuf (rouges, roses, oranges ou même blanches), la Green Zebra…

De grosses tomates bien rondes, à chair ferme, comme par exemple la Saint Pierre ou la Super Marmande, seront parfaitement adaptées pour préparer vos tomates farcies.

Pour la conservation ou les coulis, on recommande en général la Marmande, la San Marzano ou, plus classique, la Roma… bon, autant choisir des tomates plus goûteuses, selon vos propres goûts ! Et un mélange de différentes tomates vous donnera des préparations bien plus savoureuses !

Disons enfin que les grosses tomates pourront plus facilement être congelées que des petites variétés.

Il va de soi que si vous aimez les tomates, vous en ferez différentes utilisations…

Alors, diversifiez au maximum !

3 – La précocité

Variété ancienne de tomates
Ces tomates Cœur de Bœuf sont longues à mûrir…

Chaque variété de tomate est plus ou moins longue à arriver à maturité.

On parle de tomates précoces, hâtives, de saison et tardives.

Ces termes désignent le temps nécessaire moyen entre le plantation et les premières récoltes :

On a ainsi :

  • des variétés précoces : il s’agit de variétés mettant en moyenne 40 à 60 jours, à partir de la plantation, avant d’arriver à maturité
  • des variétés hâtives : des tomates qui commenceront à produire  55 à 65 jours après la plantation
  • des variétés de saison : comptez 65 à 80 jours avant les premières récoltes
  • des variétés tardives : ce sont des variétés qui mettent en moyenne plus de 80 jours à vous donner les premiers fruits bons à récoltés

Bien que ce ne soit pas là une vérité absolue (la consistance de la chair joue aussi un rôle), plus une tomate est grosse, plus elle sera longue à mûrir.

Concrètement, jouer avec ces différents niveaux de précocité permet d’étaler les récoltes sur la saison.

Par exemple, si vous plantez vos tomates après les saints de Glace (donc vers le 15 mai) :

  • les tomates précoces (ou hâtives, les 2 étant souvent réunies au sein d’un même groupe) commenceront à produire en gros vers la fin juin/début juillet. Les variétés précoces produiront en général moins longtemps en fin d’été…
  • les tomates “de saison” commenceront à produire dans la deuxième quinzaine de juillet (mais la fin de production sera aussi plus précoce que les tardives)
  • des variétés tardives ne produiront qu’à partir du mois d’août (si elles sont plantées mi-mai), mais continueront à produire en arrière-saison (si le temps le permet…)

L’exemple que je donne ici repose sur des plantations à la mi-mai (donc des semis à l’abri fin mars/début avril, sachant qu’il faut compter environ 6 semaines entre le semis et la plantation).

Mais vous pouvez bien entendu avancer encore la production, en semant et en plantant des variétés hâtives beaucoup plus tôt (mais dans bien des régions il conviendra de disposer d’une serre – le fait qu’elles soient précoces ne les met pas à l’abri du gel…).

De même, pour pouvoir récolter des variétés tardives plus tôt, il faudra les planter aussi plus tôt, par exemple en avril (mais avec également un abri dans les régions sujettes aux gelées printanières, ou même simplement un peu fraîche en avril).

Pour étaler au mieux vos récoltes, je vous recommande de sélectionner différentes variétés au sein de chacun des stades de précocité.

La précocité figure souvent sur les sachets de graines (ou catalogues) des semenciers bio.

4- La résistance au mildiou

Certaines variétés sont réputées plus résistantes au mildiou que d’autres…

Plant de tomate atteint par le mildiou

Rien n’est prouvé.

Et surtout, cette résistance dépendra en grande partie de la météo et de vos conditions climatiques.

En d’autres termes, dans certaines conditions, une variété donnée s’avèrera plus résistante que d’autres… mais ce ne sera pas forcément le cas dans d’autres conditions.

Il vous appartient donc là encore de tester chaque année de nouvelles variétés et de faire vos propres sélection en fonction de vos observations.

Notez également que certaines variétés seront résistantes au niveau du feuillage… mais pas au niveau des fruits…

Et inversement…

Bon, à titre d’exemple, j’ai remarqué que chez moi les fruits de Green Zebra, de Golden Jubelee ou de Rose de Berne résistaient plutôt bien au mildiou; et ce même lorsque le feuillage était atteint.

5 – L’adaptabilité à votre terre et à votre climat

Nous en avons touché 2 mots plus haut.

Mais certaines variétés se plairont bien chez vous… d’autres beaucoup moins.

Même si les conditions climatiques peuvent différer d’une année sur l’autre (et donc fausser vos observations), c’est là un dernier critère, important à prendre en considération.

De même, certaines variétés se plairont bien dans un sol plutôt léger, alors que d’autres affectionneront une terre lourde.

Le goût d’une variété sera ainsi plus ou moins prononcé en fonction de ces critères.

Mais les combinaisons climat/météo/sol sont infinies…

Et vous citer ici des variétés plutôt que d’autres n’aurait pas vraiment de sens.

Un seul mot d’ordre donc : testez !

Alors comment choisir vos variétés de tomates ?

Peut-être êtes-vous un peu déçu(e) en arrivant à la fin de cet article ?

Vous vous attendiez à avoir en main une liste définie de variétés de tomates à cultiver chez vous…

Mais, et j’espère que vous l’aurez compris, les choses ne fonctionnent pas ainsi.

Et je ne peux que vous recommander de diversifier et de tester chaque année un maximum de variétés.

C’est ainsi que, progressivement, vous ferez vos propres sélections, en fonction de vos goûts et de l’adaptation d’une variété à vos conditions de culture.

Bien entendu, si vous voulez avoir un vrai choix de variétés de tomates (et il y a vraiment de quoi faire…), cela passe par le fait de produire vous-même vos plants.

 

Ne me demandez pas quelle variété vous devez choisir chez vous (c’est alors que vous n’avez pas compris le sens de cet article).

Il est également inutile de me demander où vous procurer telle ou telle variété… Voyez pour cela la liste des semenciers bio, et faites vos propres recherches sur leurs sites (je ne suis pas là pour faire ces recherches à votre place – Merci de votre compréhension).

Par contre, vos propres observations en matière de choix variétaux sont bienvenus dans les commentaires ci-dessous (merci alors de préciser votre région, pour que cela puisse avoir un certain sens).

 

24 commentaires au sujet de “5 critères pour choisir vos variétés de tomates”

  1. Bonjour Gilles et merci pour cet article ! Je suis tout à fait d’accord avec toi, il n’y a pas de réponse universelle et chacun doit réfléchir à ses propres critères tout en considérant ses propres conditions de culture. Tout autre chose se vendrait peut-être mieux mais ne serait pas honnête.
    Comme tu le sais, je jardine sur mon balcon et les conditions de culture sont, disons, particulières. Beaucoup disent que récolter ses propres graines permet d’améliorer année après année la qualité et la quantité des récoltes (car les plantes s’adapteraient aux conditions de culture). As-tu déjà fait cette expérience ?
    Amicalement
    Valérie

    Répondre
    • Bonjour Valérie,
      Désolé de ne t’avoir pas répondu plus tôt…
      Mais oui, je récolte régulièrement les graines pour certaines espèces faciles à reproduire (tomates, aubergines, poivrons, laitues…); pour d’autres, comme les courges, c’est un peu plus complexe (croisements possibles) et en effet c’est une bonne méthode pour acclimater ses semences.
      Tu trouveras ici quelques articles traitant de la reproduction des semences et je préparer une formation complète sur cette vaste question…
      Amitiés,
      Gilles

      Répondre
  2. Bonjour! Cet hiver, plus encore que les autres années, j’ai eu du temps pour naviguer sur internet. J’ai découvert un site américain, tomatofest, qui ressence, cultive et propose à la vente un très grand nombre de sortes non hybrides, anciennes, nouvelles, classées par couleur, précocité etc etc… Ce qui m’a intéressée, ce sont les commentaires, qui parlent de l’origine, du créateur s’il est récent, du goût et parfois des conditions de culture. J’ai relevé 4 noms, pour des tomates supportant la sécheresse et les grandes chaleurs. Je vais tenter de les trouver chez les grainiers d’ici, car, commander en Amérique, même bio, laisse une empreinte carbone difficilement défendable. Pour l’anecdote, j’ai découvert une tomate suisse “Baselbieter Roeteli” que je voulais commander en Suisse, à des grainiers qui la proposaient. Malheureusement, les barrières douanières empêchent ces derniers de me livrer les graines…. Alors que je pourrais les commander aux USA. J’ajoute que j’ai été sensible au fait que ce vendeur américain préconisait de choisir sa tomate préférée, et de faire des graines, pour non seulement les cultiver l’an suivant mais les offrir à ses amis jardiniers, car les graines permettent de s’affranchir des marchands… Bref, je vous recommande un coup d’oeil sur ce site (pas forcement une commande, je l’ai expliqué plus haut!). Pour ceux qui craignent la langue anglaise, on peut demander une traduction automatique.
    En vous souhaitant une bonne lecture!

    Répondre
    • Bonjour Mado,
      Merci pour votre partage.
      Je précise toutefois que toutes (ou presque) les graines proposées par les semenciers bio que je présente (voyez ici) sont également des variétés anciennes et stables, donc reproductibles (en cela le vendeur américain n’a rien de particulier).
      Et les informations d’origine, de goût et de conditions de cultures sont également souvent précisées sur les fiches de présentation sur les sites de ces semenciers (avec une mention spéciale à Kokopelli pour ces précisions).
      Par ailleurs, au-delà de l’empreinte carbone liée à l’importation de semences, je pense préférable de cultiver des variétés déjà localement stabilisées (et franchement, il y a déjà de quoi faire) que des variétés cultivées sur un autre continent… même si rien n’empêche évidemment de cultiver et d’accoutumer de nouvelles variétés importées.
      Bref, je ne pense pas que nous ayons grand chose à envier à ce site américain (mais vous le constaterez par vous-même en visitant les sites des différents semenciers bio).
      Cordialement,
      Gilles

      Répondre
    • bonjour Mado, j’habite en Suisse et je vous en envoie volontiers, car le courrier privé n’a pas ces restrictions.. Voyez aussi chez le grainier bio Zolliger qui devrait pouvoir vous satisfaire avec une belle variété de graines bio. cordialement, Viviane

      Répondre

Laissez un commentaire (si c'est pour faire de la pub, ne perdez pas votre temps... je ne publierai pas)