De la fructification au potager

Le mieux est parfois l’ennemi du bien…et le jardinier veut souvent trop bien faire.

Aucune mauvaise herbe ne doit dépasser dans son potager. Ses plantes doivent être resplendissantes, bien alimentées en matières azotées donc bien vertes et surtout elles ne doivent  jamais manquer d’eau

Mais est-ce vraiment là ce dont à besoin un légume-fruit  ?

Voyons comment aborder cette question dans un potager naturel.

Comment se forme un fruit ?

“Dois je enlever les petites fleurs qui poussent sur mes pieds de tomate  ?”

“Comment inhiber la production florale de tomate ?”.

Ce sont là deux exemples de termes de recherche employés par des internautes avant de visiter mon blog (source Google Analytics).

Ne serait-ce que pour ces 2 internautes, une petite précision élémentaire s’impose donc :

Tout fruit est issu d’une fleur (du moins à ma connaissance… j’ai un doute soudain…n’y aurait’il pas là quelque exception qui confirme la règle ?)   et donc, sans floraison, pas de fructification !

De l’instinct de reproduction des plantes

Plant de concombre en fleur
Plant de concombre en fleur

Posons nous une simple question :  qu’est-ce qui peut fortement inciter un être vivant  à se reproduire ?

Réponse : l’instinct de survie.

Ainsi, une plante, dès lors que sa survie sera menacée, va chercher à se reproduire.

Or, comme on l’a vu plus haut, la reproduction des fruits (donc également des légumes fruit) passe par un cycle de floraison/fructification/maturation.

On comprendra donc qu’une plante bénéficiant de conditions idéales de développement aura tendance à se contenter de se développer…sans chercher à se reproduire. Résultat : une floraison limitée, et donc également peu de fruits.

Au contraire, une plante ayant subi un certain stress s’empressera de fleurir pour assurer ainsi la continuité de son espèce.

Nous allons donc voir comment favoriser cet instinct de reproduction chez les légumes fruits (le principe est le même chez les arbres fruitiers ou encore pour les plantes ornementales à fleurs).

“Stresser” une plante pour une belle fructification

Bien sûr, il ne s’agit pas ici de maltraitance ni de risquer de condamner la plante cultivée.

Non, l’objectif est en quelque sorte de lui envoyer un message subliminal l’incitant à assurer la survie de son espèce en fleurissant.

Selon ma propre expérience (qui n’engage que moi), on peut facilement et utilement jouer sur 2 paramètres pour favoriser une floraison et donc une fructification abondante : limiter les apports azotés et priver ponctuellement la plante d’eau.

Limiter les apports d’azote

Je reçois assez fréquemment des messages du genre “mes pieds de courgettes sont superbes mais il y a très peu de fruits…”

Floraison sur pied d'aubergine
Floraison sur pied d’aubergine

La raison en est très souvent un excès d’azote.

En effet, l’azote est le principal agent de développement de la végétation.

Ainsi, un légume boosté avec un engrais fortement azoté développera un feuillage important…et ne sera pas incité à se reproduire .  La floraison, et par voie de conséquence la fructification, risquent alors d’en être considérablement affectées.

Aussi, évitez les engrais minéraux azotés (même bio), le guano ou autres engrais destinés à booster la plante (je n’utilise personnellement plus de purin d’ortie, justement trop riche en azote).

Préférez à cela un compost équilibré en azote, potasse (rôle essentiel dans la floraison, bon taux de sucre des fruits), phosphore (nécessaire pour la nouaison et une bonne maturation des fruits) et autres oligo-éléments.

Un apport complémentaire de cendres de bois sera également apprécié de vos légumes fruits.

La consoude, en much, en arrosage au pied ou en pulvérisation apporte une fertilisation complémentaire parfaitement adaptée aux légumes fruits (En savoir plus sur la consoude)

A défaut, utilisez un engrais organique  du commerce (utilisable en bio bien sûr),  destiné aux légumes fruits et dosé approximativement N (4) P(8) K(12).

Priver la plante d’eau

Bouquet floral sur pied de tomates
Bouquet floral sur pied de tomates

Une plante privée d’eau pendant certain temps fleurira rapidement (Faites l’essai par exemple avec une salade : privez-la d’eau en plein été et vous verrez que, rapidement, elle montera à fleur).

Ainsi, après plantation des légumes fruits (tomates, concombres, aubergines, poivrons, melons, haricots, courgettes et autres courges…), arrosez copieusement au pied pour en assurer la reprise.

Cessez ensuite les arrosages pendant au moins 8-10 jours (2 ou 3 semaines si les plants sont paillés).

Vous devriez alors pouvoir observer une superbe floraison, synonyme  d’une fructification en conséquence et donc de bien belles récoltes !

Après cette période de privation, arrosez  copieusement au pied (mais sans noyer) pour permettre notamment une bonne nouaison…

De même, par la suite, évitez d’arroser trop fréquemment, mais espacez les arrosages au moins comme indiqué ci-dessus.

Vous pourrez ainsi envisager des récoltes continues et abondantes de tomates, aubergines, poivrons, courgettes, melons, concombres (qui eux ne doivent pas être privés d’eau pendant la formation des fruits car risque d’amertume…).

 

Je livre ici une expérience personnelle, basée uniquement sur l’intuition et l’observation. Vos expériences, remarques et commentaires sont bienvenus pour venir infirmer ou au contraire renforcer l’idée abordée dans cet article.

 

53 commentaires au sujet de “De la fructification au potager”

  1. Un tout grand merci pour vos conseils que je lis avec passion à chaque nouvel arrivage dans ma boite mail. Continuez comme ça.
    Véronique (passionnée par son potager et le bien manger) et son fils Marcelin (en formation maraîcher bio intensif).

    Répondre
  2. On m’appelle Pol et non je m’appelle. My name is…
    Lorsque je serais pensionné, une passion s’offre à moi grâce à Gilles et aux commentaires des Internautes. D’autre on jardiné à ma place jusqu’il n’y a pas longtemps. Ils ne sont plus là et je “rame”. Pour moi la cuisine et le jardinage sont de la chimie. Dans les livres que je possède cela n’est pas abordé de cette manière et je suis perdu.
    Merci de la manière pratique présentée.
    Je vous aiderai pour les fautes d’orthographes ou orthografe.

    Répondre
  3. bonsoir,
    je suis au Cameroun dans une région de hautes altitudes et je pratique les cultures légumières depuis deux années maintenant. nous rencontrons un grave problème de chute de fruits en début de nouaison. à quoi ceci peut être dû et comment remédier à cela? lerci

    Répondre
  4. bonjour Gilles,
    je suis passionnée du potager mais débutante. je suis en région tropicale d’Afrique, Il pleut tous les trois mois. j’épluches de nombreux articles sur le net concernant les cultures potagères et je suis découragée vu la qualité du sol. trop de cailloux, remplis de rouilles et mes cultures pourrissent sans cesse. j’ai essayé la culture du melon sans succès. les fleurs sont mangées par de gros lézards. que me conseilles-tu?
    au plaisir de te lire .

    Répondre
  5. Bonjour Camille,

    ce n’est pas tout à fait juste. Bien qu’elle ne soit pas visible, il y a bien une floraison chez le figuier, mais elle a lieu a l’intérieur du fruit… qui est en fait lui-même l’état ultime de la fleur (et n’est donc pas non plus un fruit au sens strict du terme).

    Répondre
  6. Bonjour Gilles,
    J’ai lu attentivement.
    De mon côté, j’ai effectué un épandage d’or brun en granulé sur les piments/poivrons et courgettes. Pour les premiers, ils ne poussent que lentement (ce sont des semis persos). Les courgettes fructifient et donnent des fruits de bonne taille.
    Avec la canicule qui sévit depuis quelques jours (on a frôlé, voire dépassé les 40, ici à Clermont-Ferrand), penses-tu qu’il faut malgré tout en rester au niveau que tu indiques pour les arrosages? J’avoue, étant donné l’aspect des plantes, avoir un peu plus arrosé que d’habitude. Ceci étant, je suis assez d’accord: j’ai constaté que faire forcer la plante en l’assoiffant un peu était bien plus profitable que de lui donner à boire tout le temps (avec de l’eau en excès, les fruits sont certes beaux mais question goût, notamment pour les tomates, ce n’est pas trop ça)
    Amicalement
    Christophe

    Répondre
  7. Bonjour Gilles et tous les autres potageux,
    Je viens apporter mon grain de sel (et aussi de poivre, c’est meilleur avec les tomates) à ton article.
    Habituellement, je plante une quinzaine de tomates et, plus tard, j’en achète d’autres afin d’étaler la production.
    Cette année, j’ai commencé comme d’habitude mais, au lieu d’en acheter d’autres, j’ai fait des boutures avec les premiers gourmands taillés. Aussitôt, je les ai plantés dans des godets assez profonds et bien arrosés. Après le premier jour difficile pour eux, ils se sont redressés et ont commencé à pousser. Quand ce fut le moment, je les ai plantés normalement. Il fallait voir toutes les racines qu’ils avaient produites.
    Maintenant, ils sont en retard, forcément, sur les premiers plants mais je suis obligé de reconnaître qu’ils portent quantité de bouquets, beaucoup plus que les premiers. Jusqu’à 3 bouquets sur 60 cm de hauteur. Je pense qu’ils ont souffert de cette taille mais qu’ils essaient de se rattrapper en se dépêchant de fleurir.
    CQFD!
    Amicalement.
    Yvon.

    Répondre

Laissez un commentaire (si c'est pour faire de la pub, ne perdez pas votre temps... je ne publierai pas)