De la fructification au potager

Le mieux est parfois l’ennemi du bien…et le jardinier veut souvent trop bien faire.

Aucune mauvaise herbe ne doit dépasser dans son potager. Ses plantes doivent être resplendissantes, bien alimentées en matières azotées donc bien vertes et surtout elles ne doivent  jamais manquer d’eau

Mais est-ce vraiment là ce dont à besoin un légume-fruit  ?

Voyons comment aborder cette question dans un potager naturel.

Comment se forme un fruit ?

“Dois je enlever les petites fleurs qui poussent sur mes pieds de tomate  ?”

“Comment inhiber la production florale de tomate ?”.

Ce sont là deux exemples de termes de recherche employés par des internautes avant de visiter mon blog (source Google Analytics).

Ne serait-ce que pour ces 2 internautes, une petite précision élémentaire s’impose donc :

Tout fruit est issu d’une fleur (du moins à ma connaissance… j’ai un doute soudain…n’y aurait’il pas là quelque exception qui confirme la règle ?)   et donc, sans floraison, pas de fructification !

De l’instinct de reproduction des plantes

Plant de concombre en fleur
Plant de concombre en fleur

Posons nous une simple question :  qu’est-ce qui peut fortement inciter un être vivant  à se reproduire ?

Réponse : l’instinct de survie.

Ainsi, une plante, dès lors que sa survie sera menacée, va chercher à se reproduire.

Or, comme on l’a vu plus haut, la reproduction des fruits (donc également des légumes fruit) passe par un cycle de floraison/fructification/maturation.

On comprendra donc qu’une plante bénéficiant de conditions idéales de développement aura tendance à se contenter de se développer…sans chercher à se reproduire. Résultat : une floraison limitée, et donc également peu de fruits.

Au contraire, une plante ayant subi un certain stress s’empressera de fleurir pour assurer ainsi la continuité de son espèce.

Nous allons donc voir comment favoriser cet instinct de reproduction chez les légumes fruits (le principe est le même chez les arbres fruitiers ou encore pour les plantes ornementales à fleurs).

“Stresser” une plante pour une belle fructification

Bien sûr, il ne s’agit pas ici de maltraitance ni de risquer de condamner la plante cultivée.

Non, l’objectif est en quelque sorte de lui envoyer un message subliminal l’incitant à assurer la survie de son espèce en fleurissant.

Selon ma propre expérience (qui n’engage que moi), on peut facilement et utilement jouer sur 2 paramètres pour favoriser une floraison et donc une fructification abondante : limiter les apports azotés et priver ponctuellement la plante d’eau.

Limiter les apports d’azote

Je reçois assez fréquemment des messages du genre “mes pieds de courgettes sont superbes mais il y a très peu de fruits…”

Floraison sur pied d'aubergine
Floraison sur pied d’aubergine

La raison en est très souvent un excès d’azote.

En effet, l’azote est le principal agent de développement de la végétation.

Ainsi, un légume boosté avec un engrais fortement azoté développera un feuillage important…et ne sera pas incité à se reproduire .  La floraison, et par voie de conséquence la fructification, risquent alors d’en être considérablement affectées.

Aussi, évitez les engrais minéraux azotés (même bio), le guano ou autres engrais destinés à booster la plante (je n’utilise personnellement plus de purin d’ortie, justement trop riche en azote).

Préférez à cela un compost équilibré en azote, potasse (rôle essentiel dans la floraison, bon taux de sucre des fruits), phosphore (nécessaire pour la nouaison et une bonne maturation des fruits) et autres oligo-éléments.

Un apport complémentaire de cendres de bois sera également apprécié de vos légumes fruits.

La consoude, en much, en arrosage au pied ou en pulvérisation apporte une fertilisation complémentaire parfaitement adaptée aux légumes fruits (En savoir plus sur la consoude)

A défaut, utilisez un engrais organique  du commerce (utilisable en bio bien sûr),  destiné aux légumes fruits et dosé approximativement N (4) P(8) K(12).

Priver la plante d’eau

Bouquet floral sur pied de tomates
Bouquet floral sur pied de tomates

Une plante privée d’eau pendant certain temps fleurira rapidement (Faites l’essai par exemple avec une salade : privez-la d’eau en plein été et vous verrez que, rapidement, elle montera à fleur).

Ainsi, après plantation des légumes fruits (tomates, concombres, aubergines, poivrons, melons, haricots, courgettes et autres courges…), arrosez copieusement au pied pour en assurer la reprise.

Cessez ensuite les arrosages pendant au moins 8-10 jours (2 ou 3 semaines si les plants sont paillés).

Vous devriez alors pouvoir observer une superbe floraison, synonyme  d’une fructification en conséquence et donc de bien belles récoltes !

Après cette période de privation, arrosez  copieusement au pied (mais sans noyer) pour permettre notamment une bonne nouaison…

De même, par la suite, évitez d’arroser trop fréquemment, mais espacez les arrosages au moins comme indiqué ci-dessus.

Vous pourrez ainsi envisager des récoltes continues et abondantes de tomates, aubergines, poivrons, courgettes, melons, concombres (qui eux ne doivent pas être privés d’eau pendant la formation des fruits car risque d’amertume…).

 

Je livre ici une expérience personnelle, basée uniquement sur l’intuition et l’observation. Vos expériences, remarques et commentaires sont bienvenus pour venir infirmer ou au contraire renforcer l’idée abordée dans cet article.

 

53 commentaires au sujet de “De la fructification au potager”

  1. Si j’avais lu ça plus tôt, j’aurais un peu plus arrosé mes épinards (ils sont montés en graines avant de pouvoir goûter les feuilles) et un peu moins mes courgettes (presque que des fleurs mâles de tout l’été) !
    (enfin seulement si fleurs mâles et femelles sont bien liées à des différences d’arrosage ???)
    Merci pour ces conseils 🙂

    Répondre
  2. Bonjour. Pourriez vous me dire un conseil s il vous plait a propos de mes haricot beurre dans mon potager? Alors je ne sais pas si j arrose de trop ou pas assez mais j ai les feuilles qui deviennent jaune avec sur celle oute en.bas des petite tache marron. Les courgette aussi et les concombre aussi commence a avoir des feuille jaune mais juste les plus basse.merci pour votre aide

    Répondre
  3. Bonjour, j’ai planté mes légumes fruit (tomates, courgettes, melon, aubergines) le 18 mai, il y a quasi une semaine.
    Il a pas mal plu le soir même et je n’ai pas arrosé depuis. Est-ce que je dois commencer l’arrosage tous les 8/10 jours dès maintenant ou bien dois je attendre d’être en plein été ? Sachant que les tomates tirent un peu la tête…
    Merci d’avance

    Répondre
  4. Bonjour de la Belgique,

    Merci pour toutes ces bonnes réponses. J’en prends bonne note pour l’année prochaine…C’est vrai qu’avec cette sécheresse, chez nous en Belgique; il y a moyen d’être perdu; pas du tout habituée!!!

    Répondre
  5. Bonjour Gilles,

    excellent article, merci ! Avec la sécheresse que nous connaissons en Belgique depuis début mai, toutes les plantes ont été stressées par le manque d’eau et je comprends maintenant que ce n’est pas nécessairement un mal et qu’il ne faut pas arroser constamment pour pallier au manque de pluie mais laisser la plante entrer en floraison avant de reprendre les arrosages.

    Pour ce qui est de l’azote, j’ai arrosé début juin avec un purin mixte d’orties, de consoude, de prêle et de fougères, ça semble bien fonctionner sans doute parce que ces plantes apportent chacune une partie de ce dont mes légumes ont besoin, en plus du compost de fumier de cheval parfaitement mûr au pied des légumes et de cendres de bois.

    A suivre en fonction des périodes de précipitations qui finiront bien par arriver.

    Répondre
  6. Bonjour Gilles,

    Moi qui suis si fière de mes plants de tomates. J’ai suivis votre conseille; je n’enlève plus les gourmands et les les plants sont magnifiques. C’est vrai que vu la canicule qui sévit même chez nous en Belgique centre, je les arrosais tous les jours abondamment. Je les ai paillées et je vais tester cette pratique; celle de ne plus les arroser régulièrement. J’en suis tellement fière par rapport aux autres années; j’espère que cela va bien fonctionner. Je pensais faire un purin d’orties parce que je n’ai pas de consoude!!!

    Répondre
  7. Bonjour Gilles,
    Cela fait trois ans de suite que j’ai le même problème avec les courgettes. Les premières pourrissent avant de se développer ou bien elles se développent mais avec une peau boursoufflée. Pour les suivantes le développement est normal.
    as-tu une réponse à ce problème ?

    Répondre
    • Bjr Danièle,

      La plupart du temps (mais parfois un pied me contredit) les pieds de courgette donnent en 1er des fleurs femelles (avec le renflement sous la fleur) sans encore de fleurs mâles (tige droite sous la fleur). Donc la mini-courgette amorce un début de développement puis avorte par absence de fécondation.
      Dès que les fleurs mâles apparaissent , sur le même pied ou mieux sur les pieds voisins, le Pb disparait.

      Répondre
  8. Merci Gilles pour tous vos conseils donnés de façon désintéressée . Que de temps passé pour renseigner tous les jardiniers débutants dont je fais partie et qui aimeraient bien obtenir de belles récoltes.
    J’apprends plein de choses grâce à vous. Merci encore.

    Répondre
  9. Bonjour,
    Je prends connaissance de ce forum tardivement, mais je voulais me documenter car il m’est arrivé la semaine dernière qui confirme ce qui a été dit.
    J’ai planté mes courges dont un plant de courgettes. Ce sont des replants de l’horticulteur du village.
    J’avais pris un plant de courgette de trop que je n ai finalement pas planté et posé de côté dans son pot.
    Il a fait chaud et sec pendant quelques jours.
    Le plant abandonné à son sort à fait 3 fleurs, aussi petit soit il, alors que celui mis en pleine terre et arrosé m’a fait de jolies feuilles mais sans fleurs

    Répondre
    • Bonjour Mooky
      Cela confirme en effet qu’un plant qui souffre va fleurir plus rapidement.
      Mais en l’occurrence, avant de produire, un plant doit se développer. Car à ce stade, la plante aura beaucoup de mal à nourrir un fruit…Les arrosages pour la reprise sont donc conseillés.

      Répondre
  10. Bonjour Gilles,
    Au vu de mes propres expériences, je suis bien d’accord avec toi sur l’utilisation des purins simplement après repiquage et début de reprise, et puis stop.
    Je n’en remets une 2è fois que sur les légumes-feuilles (poireaux et bettes ++) 2 mois plus tard pour aider gentiment à la prolifération du feuillage.

    Ceci dit, j’ai bcp d’orties et de consoude pour les fabriquer, mais maintenant je les mélange à plein d’autres herbes à large feuilles (cirses, plantain, carottes sauvages, et aussi une grande plante dont je ne connais pas le nom, à tiges rouge/violet solides et velues et à feuilles dentelées et rêches, et très enracinées) , partant du principe empirique que plus je varie les apports dans le même purin, plus j’aurai aussi une variété d’éléments nutritifs différenciés et peut-être complémentaires.
    L’azote y est toujours dans tous les cas, en réaction à la décomposition rapide, la “bonne odeur” est d’ailleurs la même! ( à ce sujet d’apport d’azote , je trouve que le purin de consoude seul semble en apporter autant que le purin d’orties, même si la consoude de Russie apporterait un plus en potasse) mais ce mélange varié semble au moins aussi profitable aux plants, qui sont très sains (compter 3 semaines à un mois pour en voir le résultat, le temps que les plants assimilent tout çà)

    Maintenant les purins, c’est pas Lourdes non plus. Mon expérience me ferait dire qu’ils aident plus à une meilleure défense et résistance de la plante qu’à une croissance phénoménale, et c’est variable selon les légumes :
    -un purin sur des haricots chétifs au démarrage retardera à coup sûr leur floraison avec un excès de croissance et de feuilles, ce qui rejoint bien tes observations, et l’apport d’azote sur une plante qui en fabrique déjà est contre-productif.
    -un test fait sur 4 routes de poireaux, dont 2 nourries 2 fois au purin et 2 simplement à l’eau, pour qu’ils aient le même apport hydrique,…m’a donné simplement la même taille et grosseur en fin de saison…mais j’ai une terre argileuse plutôt riche pour des poireaux qui s’y plaisent, sur une terre plus “pauvre” j’aurais peut-être vu la différence…

    Fais-tu les mêmes observations que moi (ou pas) sur ces purins? Ce sujet me passionne et ton expérience de professionnel m’intéresse pour progresser dans leur fabrication et leur utilisation.
    Amicalement
    Michel

    Répondre

Laissez un commentaire (si c'est pour faire de la pub, ne perdez pas votre temps... je ne publierai pas)