Gérer les adventices

Les adventices sont les herbes poussant spontanément dans le jardin.

Certains jardiniers continuent à les nommer « mauvaises herbes« . Pourtant, cette végétation spontanée est indispensable au bon équilibre d’un jardin biologique.

Voyons pourquoi et comment gérer les herbes spontanées dans un potager naturel.

Pourquoi laisser des adventices se développer au potager bio ?

  • Les adventices favorisent la diversité végétale et donc animale, permettant ainsi aux auxiliaires (abeilles et coccinelles notamment) de prospérer librement ;
  • Le sol reste plus frais ;
  • Le jardinier dispose à portée de mains (ou d’outils) de matières organiques végétales diverses pouvant être ensuite utilisées comme couverture du sol (mulch) ou à incorporer au compost.

Comment gérer les adventices ?

Il est opportun de laisser des bandes sauvages en bordure du potager, ceci pour les raisons énumérées ci-dessus.

S’il s’avère parfois utile de faucher ces bandes, on aura soin de laisser quelques spécimens (ortie ou fleurs sauvages notamment) monter à graines, ceci afin d’en assurer le renouvellement.

Concernant les zones cultivées (je parle ici de bandes « travaillées », sachant qu’une couverture permanente du sol est généralement préférable), une jeune pousse légumière pouvant être facilement étouffée par les plantes spontanées (en général plus vigoureuses que les plantes cultivées), il peut être nécessaire de maintenir un sol désherbé au premier stade de développement des cultures.

Il sera dès lors utile d’effectuer un sarclage (utilisez pour cela un sarcloir oscillant) entre lignes et un désherbage manuel sur la ligne de cultures, ceci dès l’apparition des premières herbes spontanées.

Il conviendra ensuite de gérer l’enherbement en fonction du développement des plantes cultivées :

  • Pour les cultures à fort développement (courges, courgettes, tomates, concombres, aubergines…), on se contentera, suite à ce premier désherbage, d’arracher (en cours de floraison, avant la formation des graines) les adventices pour les épandre au pied des cultures en place (mulching) en couches successives. Ainsi, ces légumes bénéficient d-une pollinisation efficace (présence d’abeilles) et ils poussent au sein d’en environnement équilibré, assurant ainsi un bon état sanitaire. De plus, le sol reste frais.
  • Pour les cultures à faible développement, et en particulier les légumes racines ou encore les salades, la concurrence des adventices est plus aléatoire. Le désherbage devra alors être effectué régulièrement (de préférence un peu après une bonne pluie) aux premiers stades de développement des herbes. On pourra également laisser les herbes sarclées en mulch le long des lignes de culture (à éviter en période pluvieuses, les adventices pouvant redémarrer facilement). Si l’on dispose de suffisamment d’espace, on pourra intercaler à bon escient bandes cultivées et bandes sauvages

Cet article vous a intéressé(e) ? n’hésitez-pas à laisser un commentaire.

Je vous invite par ailleurs à écouter une interview à laquelle j’ai répondu sur le blog « Au Potager Bio »

    • Boujour tout le monde,
      Et voila,encore un super article Gilles!
      Dans mon cas,le problème avec les adventices se pose surtout avec les carottes qui lèvent lentement;j’ai pensé à jalonner mes lignes au moment du semis afin de les visualiser et de désherber entre. Je vais tester cette méthode cette année.J’ai une microbinneuse de25cm de large;c’est rapide et moins fatiguant pour le dos surtout.
      Sinon,je ne me fais pas de soucis au sujet des adventices;je connais leure utilité et, ben sur, je désherbe mais sans èxès. Le principal etant de ne pas se laisser déborder,il suffit de maintenir un équilibre,ne pas laisser les adventices devenir supèrieurs à la culture me parait suffisant.Peut importe si mon jardin n’est pas « propre »,mes légumes sont bons!