Les Introductions d’auxiliaires au Potager

Les techniques de « bio-contrôle » par l’introduction d’auxiliaires sont à la mode chez les agriculteurs et notamment dans les serres des maraîchers.

Et ces « auxiliaires » sont aujourd’hui disponibles pour les jardiniers amateurs

Pourtant bien qu’utilisant le terme « bio », ces techniques relèvent plus de l’agriculture « maîtrisée » que de l’agriculture biologique… on parle d’ailleurs de protection intégrée en maraîchage sous abri.

Ces auxiliaires sont en général élevés en laboratoire et doivent être introduits dans les serres, ou même en extérieur, en fonction des risques spécifiques des diverses cultures et des ravageurs effectivement observés (ce qui requiert une bonne connaissance de la faune).

Commençons par un rapide aperçu des principaux auxiliaires utilisés.

Les auxiliaires

La coccinelle

La biodiversité étant importante chez moi (même dans les serres), les coccinelles indigènes à 7 points ne manquent pas... pas besoin d'en introduire !
La biodiversité étant importante chez moi (même dans les serres), les coccinelles indigènes à 7 points ne manquent pas… pas besoin d’en introduire !

Lorsque l’on pense aux auxiliaires du jardin, la coccinelle vient en premier à l’esprit.

La coccinelle est en particulier efficace pour lutter contre les pucerons (verts et noirs) – elle peut en dévorer une centaine par jour.

L’espèce communément utilisée en lutte intégrée est la coccinelle à 2 points (Adalia bipunctata), d’origine européenne. La coccinelle asiatique* (Harmonia axyridis) doit par contre absolument être évitée tant les conséquences de son introduction peuvent être désastreuses (voir ici par exemple).

Les coccinelles sont livrées au stade d’oeufs, de larves ou d’adultes, chacun de ces stades présentant des avantages et inconvénients (voir ici)

*MAJ du 10/10/2015 : les coccinelles asiatiques se sont acclimatées et envahissent les maisons… voir ici

 

Aphidius Sp

L’aphidius sp est un insecte de l’ordre des hymenoptère.

Principalement deux espèces sont utilisées en lutte préventive mais aussi curative : Aphidius ervi et Aphidius colemani ; chacune d’entre elles parasitant différentes espèces de pucerons, entraînant ainsi leur mort.

Cet auxiliaire est notamment utilisé sur des cultures d’aubergine, concombre, courgette, melon, poivron, tomate ou encore sur les fraisiers et les framboisiers.

En savoir plus

 Aphidoletes aphidimyza (cécidomyie)

La cécidomyie est une petite mouche indigène en Europe, en Amérique et en Asie.

Ses larves se nourrissent principalement de pucerons et peuvent en dévorer une centaine par jour et en tuer encore beaucoup plus… elles s’attaquent plus rarement aux cochenilles, aux aleurodes et à différents acariens.

La cécidomyie ne peut être utilisée qu’en curatif (sur aubergine, concombre, courgette, fraisier, framboisier, melon, tomate), car si les larves ne trouvent pas de pucerons pour se nourrir, elles meurent.

En savoir plus

Macrolophus pygmaeus

Présente naturellement en climat méditerranéen, cette sorte de punaise est une grande prédatrice d’aleurodes (petite mouche causant parfois pas mal de dégâts notamment dans les serres), dont elle vide les oeufs (jusqu’à 50 par jour).

Elles s’attaque également aux acariens, au thrips, au pucerons ou encore aux larves de mouches mineuses.

Elles peuvent être lâchés en préventif, mais il est alors nécessaire de les nourrir…

En savoir plus

Orius  laevigatus

Il s’agit également d’une punaise prédatrice dont le plat favori est le thrips.

On l’utilise sous abri sur des cultures de melons, poivrons, courgettes, aubergines ou fraisiers.

En savoir plus

Phytoseiulus persimilis

Originaire du Chili, cet acarien a été importé accidentellement en Allemagne en 1958.

Il est maintenant utilisé pour lutter contre le tétranyque tisserand (Tetranychus urticae), un autre acarien pouvant entraîner des dégâts importants sous serre (dessèchement du feuillage, décoloration des fruits…).

On l’emploie principalement pour les cultures de concombres, poivrons, aubergines, melons, haricots, fraises, tomates (efficacité moindre)

En savoir plus

Les avantages

Il faut reconnaître aux introductions d’auxiliaires une réelle efficacité en milieu fermé (serre).

Cette technique a pour conséquence directe une diminution voir pour certains professionnels l’abandon de produits phyto-sanitaires (d’ailleurs souvent incompatibles avec l’introduction d’auxiliaires).

 

Les inconvénients

Les effets sont très incertains voire nuls en milieu ouvert car les auxiliaires ne restent pas (sauf si ils ont les ailes coupées… et vous trouvez ça bio ???) : cela implique de fermer les serres et donc d’empêcher également les pollinisateurs naturels d’y pénétrer… il faut donc également en introduire !

Les coûts sont élevés, sans parler d’une mortalité pouvant être importante chez des insectes non indigènes…

 

Alors, l’introduction d’auxiliaire est-elle une bonne chose ?

Personnellement, je préfère semer de la capucine qu'introduire des auxiliaires...
Personnellement, pour limiter les invasions de pucerons, je préfère semer de la capucine plutôt qu’introduire des auxiliaires…

Dans certaines conditions, l’introduction d’auxiliaire se révèle efficace.

Néanmoins, il me semble important de réfléchir un peu plus en avant cette question  :

Force est de reconnaître une certaine méconnaissance des conséquences de l’introduction de ces auxiliaires sur la biodiversité existante (risques accrus si les auxiliaires sont originaires d’autres régions, comme nous l’avons vu avec la coccinelle asiatique), avec donc un risque de créer des déséquilibres supplémentaires…

Comme avec l’emploi d’insecticides, on ne cherche pas la cause du déséquilibre (par exemple : pourquoi une invasion de pucerons ? soit dit en passant souvent due à un excès d’azote…) et on se contente de remédier au problème, quitte peut-être à  en créer d’autres…

Dans Mon Potager au Naturel, je vous propose une approche beaucoup plus en accord avec la Nature. Cliquez ici pour la découvrir.

 

Sources :

  • Bonjour Gilles,
    Cette année, j’ai d’excellents résultats dans la serre.
    Avant l’hiver, j’ai ramassé et étendu 4 bacs de feuilles mortes (environ 1 m3) dans la serre et j’ai arrosé abondamment.
    Au printemps, les feuilles avaient disparu, certainement digérées par les micro-organismes du sol. Ma terre est superbe.
    J’ai planté mes tomates tous les 70 cm et entre les pieds, j’ai placé soit du basilic, soit des œillets d’Inde.
    Certains de mes tomatiers touchent le ciel de la serre (2,40m) et ils sont pleins de bouquets. Parfois un tout les 35 cm. Et tout ce monde mûrit à tour de rôle.
    Yvon, heureux!
    Gilles, je te souhaite un bon dimanche. Amitiés.
    Yvon.

  • Bonjour Gilles,
    l’année dernière, j’avais une invasion de pucerons sur mes aubergines.
    Je suis donc allée régulièrement dans mon champs récupérer des coccinelles et je les ai déposées sur mes pieds d’aubergines.
    Leur travail a été impressionnant ! De plus, elles ont également pondu dans la serre ;-))
    Cette année, c’est la chenille défoliatrice qui fait des ravages dans ma serre (sans parler de la canicule !), je vais donc tenter la décoction de tanaisie. En espérant sauver mes pieds de tomates pour l’arrière saison !
    Bon dimanche pluvieux je l’espère, et merci pour ces articles.

  • Bravo Gilles,

    Très bon article avec plusieurs auxiliaires dont on entend peu parler !
    Je suis totalement d’accord avec toi, dans mon article parlant des auxiliaires j’ai essayé de faire passer le même message : il vaut mieux nous évertuer à attirer les auxiliaires qui vivent aux alentours de chez nous qu’à en acheter et à les introduire de force.

    Mon article : https://www.jardinerfute.com/auxiliaires/

    Parfois cette action est inutile, comme tu le dis, en milieu ouvert les auxiliaires se font très vite la malle. Et c’est compréhensible, s’ils n’étaient pas présents au départ (ou trop peu présent), c’est que les conditions ne leur sont pas favorable.
    Voire parfois très néfaste comme tu le soulignes : l’exemple avec la coccinelle asiatique qui a été introduite par la lutte biologique.

    Il est bien plus profitable de mettre en place les conditions rêvées à leur installations.