Pétition contre le commerce des os de lions en Afrique du Sd

Des centaines de lions sont massacrés en Afrique du Sud dans le but de fabriquer de fausses potions de virilité. Nous pouvons pousser le gouvernement sud-africain à mettre un terme à ce commerce cruel en appuyant là où ça fait mal : l’industrie du tourisme.

Depuis l’interdiction mondiale de ventes d’os de tigres, les chasseurs se sont trouvés un nouveau trophée : les lions. Ces animaux majestueux sont « élevés » dans des conditions épouvantables aux seules fins de « chasses en boîte », au cours desquelles de riches touristes paient des milliers de dollars pour les fusiller à bout portant à travers une clôture. D’après les experts, les os de ces lions sont exportés en Asie où des charlatans concoctent des potions qui génèrent des profits record. Ce commerce est en pleine expansion et les spécialistes craignent que l’augmentation des prix n’entraîne une recrudescence du braconnage des lions sauvages, alors qu’il n’en reste plus que 20 000 en Afrique.

Si nous démontrons au président Zuma que ce commerce brutal affecte l’image de l’Afrique du Sud en tant que destination touristique, il pourrait interdire et sanctionner le commerce des os de lion. Avaaz va afficher des publicités dans les aéroports ainsi que sur les sites web et magazines de tourisme, mais nous avons urgemment besoin d’un million de signataires pour donner un maximum d’impact à ces publications.

Signez la pétition  pour faire croître le nombre de soutiens:

La pression internationale a conduit la Chine à interdire le très populaire « vin d’os de tigre » et autres préparations à base d’os de tigre – et maintenant les charlatans se tournent vers les os de lions. Les experts expliquent qu’à moins que le gouvernement sud-africain n’agisse au plus vite, les lions sauvages pourraient être les prochains – après les tigres et les rhinocéros – à être menacés d’extinction.

Il existe une solution: l’interdiction et la sanction du commerce des os et organes de lions. L’Afrique du Sud est actuellement le plus grand exportateur de ces « trophées » – il est également le seul pays africain à « élever » massivement des lions en captivité pour alimenter les chasses touristiques. Mais si nous pouvons montrer qu’autoriser ce commerce insensé peut nuire à la florissante industrie du tourisme et entraîner la baisse du nombre de visiteurs, le président Zuma sera forcé d’agir.

Ensemble, rugissons pour sauver les lions! Avaaz illustrera la cruauté du commerce des os de lion via des publicités partout dans le monde – Signez maintenant pour vous joindre à cette initiative.

 

Souce :  Avaaz;org