Qu’est-ce-que la bio-dynamie ?

Remarque préliminaire

La bio-dynamie, comme la bio, ne se résument pas à la mise en pratique de quelques recettes . Il s’agit d’une démarche personnelle issue de la ferme conviction que le maintien  de la fertilité des sols et la qualité de la nourriture sont un préalable à une bonne santé pour l’humanité. Il est donc recommandé de participer activement à des formations, de se documenter auprès des sites spécialisés.. et de mettre en pratique au potager les connaissances acquises. Cet article n’a donc aucune prétention exhaustive, mais est destiné à éveiller la curiosité pour aller plus loin.

Introduction

L’agriculture  biodynamique, une pionnière de l’écologie appliquée depuis 1924, est l’un des courants qui a donné naissance à l’agriculture biologique. L’agriculture bio-dynamique, tout comme l’agriculture biologique sont caractérisées  tout d’abord pas une attitude négative : NE PAS : 

Ne pas utiliser de produits de synthèse , engrais chimiques ,  fongicides, pesticides, herbicides, OGM

et par une attitude complètement positive : BIO :

Intérêt pour la vie, intérêt pour ce qui stimule la vie.

Ce qui différencie la bio de la bio-dynamie c’est le suffixe :

Dynamie (dynamos en grec, force)

Travailler avec les forces.  On connaît la force de gravité, la force électro-magnétique, la force nucléaire, qui régissent le monde . Mais ce n’est pas de ces forces dont il est question ici, mais plutôt de forces de vie, de sensibilité, forces psychiques, forces de structuration, d’organisation.Celà implique de connaître ce qu’on pourrait appeler ‘le fonctionnement de la nature’, c’est-à-dire tout ce qui doit se mettre en mouvement pour produire la vie animale et végétale. L’adjectif « dynamique » implique d’utiliser de faibles quantités de substances naturelles pour stimuler la bonne santé du sol, des plantes et des animaux. L’objectif n’est pas de traiter des maladies, mais d’avoir le sol le plus sain possible afin de cultiver des plantes saines qui nourriront des animaux sains. La bio-dynamie accorde une grande importance à la fertilisation du sol avec du fumier – l’or du paysan -, les restes de végétaux et des extraits de plantes (pissenlit, camomille, ortie). C’est une sorte de remède universel pour le sol qui prévient l’apparition des maladies. Les plantes qui sont médicinales pour l’Homme le sont aussi pour la terre.

Historique

Historiquement, c’est en 1840 qu’est écrit le 1er livre sur l’utilisation de la chimie en agriculture, de  Justus von Liebig. Justus von Liebig, chimiste allemand, peut être considéré comme l’un des pères, sinon le père, de la chimie organique.Il démontre que l’on peut faire se développer des plantes «hors sols» simplement en leur fournissant une solution contenant suffisamment d’éléments minéraux.Il pose ainsi les principes de base de la subordination de l’agronomie et de l’agriculture à une approche par la chimie des principaux problèmes de rendement. Il s’agit d’une rupture fondamentale dans la représentation antérieure. En effet l’agriculture était jusqu’alors principalement considérée comme l’art de prendre soin du sol en vue de produire. Désormais il faut nourrir les plantes.

De fait, les essais agronomiques de Liebig s’avèrent décevants dans la mesure où les plantes «nourries» peuvent s’avérer fragiles. Mais, et c’est un point essentiel, les travaux de Liebig buttent sur une réalité technico économique.Il a mis en évidence l’importance des nutriments azotés (nitrates, ammoniaques et urées) dans la nutrition des plantes. Or, la synthèse chimique de l’azote de l’air est une opération très coûteuse en énergie. La synthèse chimique à grande échelle semble donc exclue. Faute de pouvoir fournir industriellement de grandes quantités d’azote de synthèse, les travaux de Liebig resteront donc de l’ordre de la connaissance scientifique théorique plutôt que de celui de la pratique de masse. Jusqu’à l’aube du XXe siècle, le progrès agronomique continue donc à s’appuyer sur la sélection variétale, la pédologie, les pratiques culturales (assolement et association entre polyculture et élevage) et une meilleure maîtrise des amendements organiques.

On peut considérer que la Première Guerre Mondiale constitue le tournant historique qui va donner naissance à l’agriculture conventionnelle, industrielle et à une réaction qui va générer à partir de 1924 l’agriculture bio-dynamique et biologique.Le 1er engrais chimique utilisé en agriculture est le salpêtre, la poudre à canon. Il permettait d’enrichir le sol en azote avec comme conséquence une augmentation sensible des rendements.Les explosifs utilisés pendant ce conflit reposent sur des composés nitrés, des substances chimiques comportant de l’azote, des molécules carbonées ayant des radicaux nitrés dont la célèbre nitroglycérine.

À l’issue de la guerre, l’Europe est donc dotée d’une importante capacité de production de nitrate qu’elle n’aurait jamais développée sans cela. Et, comme il faut lui trouver un débouché une fois la paix revenue, ce sera l’agriculture. Toutefois, dès avant la massification de l’usage des nitrates, la corrélation entre fertilisation azotée et sensibilité aux maladies avait été mise en évidence. C’est au chimiste allemand Haber (1868-1934) que revient l’initiative de développer des gaz de combat. Et c’est à lui, par la suite, que l’on doit également l’idée d’utiliser ces gaz comme insecticide.

La Première Guerre mondiale a donc rendu possible techniquement un schéma dans lequel:

  • on «nourrit» la plante
  • on la «soigne» et on la «protège» contre les «parasites» qui la menacent.
  • La maladie est donc perçue exclusivement comme le résultat d’une agression extérieure.

Nouvelles machines, engrais chimiques, herbicides, insecticides, ces nouveautés rendirent certes le travail des paysans plus simples.Cependant, après quelques années seulement d’utilisation de produits de synthèse, des agriculteurs attentifs observèrent d’inquiétants changements : baisse de la qualité des aliments, plantes plus sensibles aux maladies, aux parasites.

Génèse de la bio-dynamie

Les principes de base

 

La conception bio-dynamique du jardinage et de l’agriculture est basée sur la nécessité de concevoir le domaine agricole ou le jardin comme un organisme vivant, individualisé, autonome et diversifié.

Tout ce qui fait partie de l’entreprise agricole – le sol, les animaux, les plantes, les hommes et aussi les plantes sauvages, les bois, la mare, les animaux sauvages, le climat local – tout ceci crée un organisme aux nombreuses interactions réciproques : Ehrenfried Pfeiffer

  • organisme vivant

Un jardin, un verger, une ferme  est vu comme un organisme vivant avec des liens entre les plantes, les insectes, la vie animale, la vie souterraine, et le jardinier qui va influencer les différents facteurs qui sont là, à la fois du sol, le monde minéral, les plantes qui poussent, le monde végétal, les animaux de toutes sortes qui vivent, le monde animal. On a donc là des organes de l’organisme qui vont interagir.

  • organisme individualisé

Dans la nature, chaque lieu est unique par son sol, son relief, son micro-climat, sa faune et sa flore, formant un tout organique. Les pratiques bio-dynamique visent à renforcer l’unité de cet organisme. Il est donc impossible d’appliquer de simples recettes agronomiques valables en tous lieux. Au contraire, il s’agit d’adapter les manières d’agir aux conditions du lieu et tenir compte du moment en respectant les rythmes cosmiques.

  • organisme autonome

L’idéal est d’avoir un organisme le plus autonome possible, le plus clos sur lui-même possible.C’est à dire que l’on doit faire en sorte d’avoir tout ce dont a besoin pour l’activité agricole. : son propre fumier, ses propres graines adaptées au terroir, les plantes et fleurs nécessaires pour la confection des traitements etc…

  • organisme diversifié

En rupture totale avec la mono-culture, la bio-dynamie préconise des varier les plantations : légumes, plantes aromatiques, fleurs, haies arbustives, fruits  et d’y associer la vie animale : « hotel pour les insectes », nichoirs pour les oiseaux, mares, ruches, volailles  etc…

On utilise des préparations à pulvériser sur le sol, l’appareil végétatif et à introduire dans les composts.

  •  la bouse de corne à pulvériser sur le sol
  • la silice de corne à pulvériser sur l’appareil végétatif
  • les six préparations du compost

On régule préventivement par des pratique originales le parasitisme 

 

 

Les préparations bio-dynamiques

Cornes de vache
La bouse de corne (P500 ): Elle est obtenue par la fermentation dans le sol, durant l’hiver de bouse de corne introduite dans des cornes de vache.Elle est pulvérisée sur le sol au moment des labours et des semis. Elle s’adresse au sol et aux racines des plantes.


Cristaux de quarz
La silice de corne (P501): Elle est obtenue par le passage en terre, durant l’été, dans une corne de vache, de cristal de roche. Elle est pulvérisée sur le feuillage, c’est une sorte de ‘pulvérisation de lumière’.


Digression sur les cornes de vache

Pour la vache, la corne n’est pas un organe qui sert à capter les courants extérieurs, comme la ramure chez le cerf, mais un lieu qui envoie des courants internes vers l’appareil digestif. Les cornes sont des foyers intensifiés d’une des fonctions de la peau, qui est d’envoyer des forces centripètes, de la périphérie vers le centre (d’après R. STEINER, on ne peut guérir la fièvre aphteuse sans prendre en compte cette relation). La corne est donc un organe qui rayonne de forces éthériques et même astrales. Si on remplit une corne avec de la bouse de vache et qu’on l’enterre tout l’hiver, le contenu de la corne se trouve intérieurement vivifié et acquiert une capacité de fertilisation extraordinairement concentrée et vitalisante. Au printemps suivant, on vide la corne de son contenu et l’on obtient ainsi la bouse de corne, appelée aussi 500, que l’on peut stocker dans une cave, à l’abri de la lumière. Cette préparation est diluée et dynamisée dans de l’eau, de manière à obtenir une parfaite interpénétration entre l’eau et la bouse. Pour cela, il faut donner au mélange un mouvement rapide au bord du récipient, jusqu’à former au centre un entonnoir (ou vortex), allant presque jusqu’au fond du récipient. On inverse alors brusquement le sens de rotation jusqu’à l’obtention d’un entonnoir dans l’autre sens et il faut poursuivre cette alternance pendant une heure. Le produit est alors prêt à être pulvérisé sans attendre sur la terre labourée. Cette préparation renforce grandement l’effet de la fumure ordinaire.

On remplit également une corne de vache avec du quartz, aussi finement pilé que dela farine, mais il faut l’enterrer pendant l’été. On obtient ainsi à l’automne la silice de corne, appelée aussi 501, que l’on peut stocker en l’exposant à la lumière jusqu’au printemps suivant. En l’utilisant à des quantités encore plus faibles que la bouse de corne, la silice de corne va également être dynamisée pendant une heure, puis pulvérisée sur les plantes.L’effet de la silice porte sur l’organisation et la structure de la plante, elle augmente sa valeur alimentaire, notamment quand il s’agit de légumes. En combinant l’usage de ces deux préparations, la végétation est à la fois « poussée d’en bas par la bouse de corne et tirée d’en haut par la silice de corne ».Cela est particulièrement important pour la production de semences.


image0003

image0004

image0005

image0006

image0007

image0008

 

 

Les préparations pour le compost :

P502 : achillée millefeuilleElle favorise le processus du potassium et du calcium dans la matière organique et contribue à la puissance de l’humus qui en résulte

P503 : camomilleelle favorise le processus du calcium dansla matière organique, Lorsque la décomposition des fumiers et composts est trop lente, on peut l’activer avec l’infusion de camomille

P504 : ortieL’humus venant de l’ortie a une bonne odeur de terre de bruyère. Il est particulièrement riche en bactéries nitrifiantes

P505 : écorce de chêneAyant un rapport avec le calcium, elle atténue la maladie des plantes.

P506 : pissenlitPermet à la plante d’élargir énormément la sphère d’où elle tire son approvisionnement.

P507 : valérianeL’action de la valériane s’exerce sur les sols, les fumiers, les composts. Elle aide donc les actions sulfureuses des autres préparats àtrouver des relations équilibrées avec les substances phosphorées

Emplacement des préparations dans le compost

 

Le compost bio-dynamique

Le compost bio-dynamique se distingue des autres composts par l'utilisation des préparations bio-dynamiques
Le compost bio-dynamique se distingue des autres composts par l’utilisation des préparations bio-dynamiques

Les différents compost de bouses et précurseur de compostage

La bouse de corne préparée ( P 500p ): Bouse de corne préparée avec les préparats du compost. Utile si on n’a pas de compost à sa disposition.

Le CBMT ( Compost de bouse de Maria Thun ) : Excellent décomposeur des substances organiques. Il est pulvérisé plusieurs fois , avant l’utilisation de la bouse de corne. 

Le précurseur de compostage pour le compost ménager : à utiliser avec les déchets managers.

 

Les bains de semences

Grace aux bains de semences, la germination est plus rapide. Cela renforce la résistance des légumes, une productivité accrue, un meilleur état sanitaire. Effectués la veille des semis.

Quelques exemples :

  • la matricaire camomille (P503) convient aux légumineuses, crucifères, pommes de terre
  • l’ortie (P504) convient à la laitue
  • l’extrait de valériane (P507) est utile pour tous les légumes, et aussi en prévention du mildiou

La protection des plantes

La régulation des parasites et adventices avec les méthodes spécifiques à la bio-dynamie :

La compréhension du fonctionnement de la nature et des forces cosmiques concernées se traduisent par des incinérations à des positions cosmiques  précises,  sous forme de poudre à pulvériser régulièrement pour activer les forces contraires à celles qui sont responsables de la croissance des adventices et de l’apparition de certains parasites.

 

Le calendrier bio-dynamique solaire et planétaires

Vous pouvez revoir cet article :

Les rythmes cosmiques et les travaux journaliers au jardin

 

 S’informer, se former, lire, commander

 

Pour aller plus loin : le MABD

et aussi : http://www.biodynamie-services.fr/?Accueil

Quelques citations de Rudolf Steiner

A la croissance des plantes, le ciel entier participe avec les étoiles

Tout ce qui se trouve sur la terre est un reflet du cosmos

Une agriculture saine doit produire par elle même tout ce dont elle a besoin

On regarde une aiguille aimantée et on découvre que cette aiguille dirige toujours une de ses extrémités vers le nord, l’autre vers le sud. On se demande pourquoi il en est ainsi et on cherche la raison non dans l’aiguille aimantée, mais dans le Terre entière en attribuant à celle-ci d’un côté un pôle magnétique nord, de l’autre un pôle magnétique sud. Si quelqu’un cherchait dans l’aiguille aimantée elle-même la raison pour laquelle elle s’oriente d’une manière si curieuse, il dirait des sottises. Car on ne peut comprendre la position de l’aiguille aimantée que si l’on sait dans quelle relation elle se trouve avec la Terre entière.

 

 Une citation intéressante de Liebig à méditer

Dans la forme, dans l’évolution ordonnée, obéissant à des lois, nous reconnaissons un but et une idée, mais nos sens ne perçoivent dans l’oeuvre que l’architecte. Nous ne voyons pas la force qui oblige la matière résistante à se couler dans la forme prescrite, selon une ordonnance définie. Mais notre raison reconnaît que toute idée doit avoir son auteur, et qu’il y a dans le corps vivant une force qui domine les forces physiques et chimiques, et les relie en une forme formatrice que l’on ne perçoit jamais à l’extérieur de l’organisme / Justus Von Liebig

  • Bonjour Gilles,

    Très bel article, mais malheureusement le courant est en sens inverse et c’est difficile de le remonter.J’ai vu un reportage sur les fraises espagnoles c’est à pleurer.
    Merci à toi et bon courage.
    Amicalement

  • Joli article mais qui se heurte à pas mal d’incrédulité de ma part. Déjà les auteurs de cette technique utilise des dénomination P5XX qui tentent de donner une vue scientifique. Or il n’en est rien. Tout ceci n’est qu’au mieux supposition et au pire du charlatanisme. Ceci dit il y aurait pourtant des points à explorer. En particulier le concept de dynamie serait à rapprocher des préparations oxygénées pour permettre le développement bactérien.

    • Bonsoir Fab :
      Permettez moi de vous demander de lire l’article suivant de
      Claude Bourgignon ( ingénieur agronome français, ancien collaborateur de l’INRA. Fondateur du LAMS (Laboratoire d’Analyse Microbiologique des Sols)1, il travaille en France, mais aussi en Europe, en Amérique et en Afrique.)
      =====================================
      Je pense qu’à l’heure actuelle la SEULE et UNIQUE solution pour le Tiers-Monde est l’agriculture bio-dynamique. Elle ne coûte rien. Elle se fait uniquement avec des préparations manuelles. Elle peut être enrichie des savoir locaux. Elle est d’une simplicité extraordinaire. L’agriculture bio-dynamique correspond de plus parfaitement à la mentalité des pays du Tiers-Monde qui ne sont pas choqués de travailler avec des notions de forces cosmiques.Mon point de vue scientifique sur l’agriculture bio-dynamique c’est que d’évidence c’est spécial. Les préparations biodynamiques font plus penser à des grimoires médiévaux de recettes de sorcellerie qu’à de la science propre. Et pourtant, j’ai étudié quelques préparations et il y en a qui m’ont totalement époustouflé. En particulier la préparation de bouse de cornes.La bouse de cornes au microscope, c’est hallucinant ce que ça peut entretenir comme vie microbienne ! Or, normalement, dans la bouse de vache, il n’y a pas grand chose. Et Steiner lui nous fait enterrer une corne de vache* à la St. Michel, puis la déterre à la St. Jean. C’est carrément de la sorcellerie du Moyen-Age. Ou d’antiques connaissances, d’anciennes sciences de la nature. Et ensuite ce qui est hallucinant, c’est le résultat.Qu’est ce qui se passe ? Je n’en sais rien du tout. Je ne sais pas quel type d’énergie touche la bio-dynamie, mais en tant que scientifique je me garde bien d’en rire. Je dis simplement que je n’ai pas d’explication. Mes appareils de mesure ne voient rien, n’ont pas accès à la fréquence des énergies actionnées par la bio-dynamie. La seule chose que j’observe c’est que leurs sols sont plus actifs. Par exemple les composts évoluent trois semaines plus tôt quand ils sont traités avec les préparations biodynamiques de Rudolf Steiner. Et effectivement, il y a des préparations qui ont des activités biologiques remarquables. C’est tout ce que je peux dire. Mais je ne peux pas mesurer les activités de la bio-dynamie. Si j’étais à la tête d’un Institut, je ferais faire des expériences pour voir ce qu’il y a derrière cela. Avec une vision scientifique. Telle la naissance ces dix dernières années de plusieurs chaires de bio-dynamie dans un certain nombres d’universités américaines et également allemandes. Le dossier de l’agriculture biologique débouche sur la vision de la naissance de véritables universités écologiques rurales et urbaines.La grande fracture dissimulée là par toute notre histoire culturelle est le rapport à la Terre, à la Femme. La Terre a besoin de respect. La Terre manque de bras pour être cultivée avec le soin qu’elle demande mais hélas les hommes ne veulent plus la travailler car être paysan est devenu dégradant. La destruction des sols agricoles est le problème majeur auquel l’humanité va être confrontée au siècle prochain. Il faut arrêter l’érosion des sols cultivés. L’urgence de l’urgence c’est la vie des sols.
      Cordialement
      Remarque
      Le plus grand cru de Bourgogne, la Romanée -conti est en biodynamie, on est aux antipodes de la sorcellerie

  • Cet article est tres bien fait, merci.
    Une question SVP :
    Concernant les preparations pour compost, met on directement les plantes sur le tas de compost ou les prepare t’on d’une facon ou d’une autre ?
    Merci,
    Claire

    • Bonsoir Claire,
      Les préparations pour le compost ne sont pas des fleurs utilisées telle quel mais elles subissent une transformation particulière avant utilisation.
      Je vous conseille le Hors-série N° 14 de la revue biodynamis éditée par la MABD ( voir l’adresse dans l’article ), intitulé ‘le compost bio-dyanmique’ .
      Pour ma par je commande ces préparations à Biodynamie services ( voir l’adresse dans l’article )

      502 à 507
      pour le compost
      1 portion de chaque préparation solide
      et de valériane pour un tas de 1 à 5 m3
      6,00 ! le jeu

      Cordialement

  • très intéressant ! vraiment! merci, je vais essayer de ma procurer la p500 et les autres sur un site en alsace m’a t’on dit .
    jjj (blog : lejardindeboutenbout)

    • Bonjour JJJ,
      Effectivement, soit au MABD ( voir adresse dans l’article), soit à biodynamie-services ( même remarque)
      L’idéal est de suivre une formation auparavant , un livre (et un DVD ) à acheter très très pratique :
      guide pratique
      Bonne journée

  • Bonjour et merci pour cet article simple et clair sur un sujet qui me paraissait pourtant bien obscur.
    C’est toujours enrichissant d’avoir une idée des pratiques existantes et de l’histoire qui nous a conduit là.
    Je ne suis hélas pas assez rigoureuse pour mettre tout ça en application et ma méthode de jardinage est, disons, très instinctive.
    C’est justement la raison pour laquelle ce principe de prendre soin du sol tout entier au lieu de ne traiter que quelques plantes répond tout à fait à ma recherche de bon sens !