Rongeurs au Jardin Potager Bio

Les rongeurs peuvent poser de nombreux problèmes dans un jardin, et plus particulièrement encore dans un potager entretenu naturellement (c’est un peu le revers de la médaille).

Lorsque l’on se passe complètement de produits chimiques, il n’est en effet vraiment pas aisé de tenir éloignés des cultures rats des champs, campagnols de champs ou terrestre (rats-taupiers), mulots, lapins…

Et il est bien décevant de voir ses carottes complètement dévorées ou sa récolte de pommes de terre réduite à peau de chagrin !

Nous allons donc essayer de voir ici les solutions naturelles qui s’offrent à nous.

Je précise de suite qu’aucune de celles présentées dans cet article n’est efficace à 100 %… Aussi, vos propres expériences sont particulièrement bienvenues.

Hébergez des couleuvres pour tenir les rongeurs à distance de vos cultures

Pour ce qui concerne les rongeurs, la biodiversité animale joue là encore un rôle essentiel.

Ce n'est pas ma couleuvre (elle ne veut pas se laisser photographier)... mais celle-ci est aussi bien jolie !
Ce n’est pas ma couleuvre (elle ne veut pas se laisser photographier)… mais celle-ci est aussi bien jolie !

Ainsi, les rapaces, les renards ou les couleuvres sont de redoutables prédateurs de petits rongeurs.

Et de fait, dans les régions où la vie sauvage est encore relativement présente, les ravages liés aux rongeurs sont en général moindre qu’en zone péri-urbaine par exemple.

Il n’est certes pas envisageable d’héberger un renard dans votre jardin, et encore moins d’y attirer des rapaces. Par contre, pour peu que vous viviez à la campagne, il est tout à fait possible d’y favoriser la venue d’une belle couleuvre ; laissez des tas de branchages, des pierres, des broussailles…

Une superbe couleuvre a ainsi élu domicile dans l’une de mes serres, et une autre, plus petite, a colonisé un autre coin de mon potager. Par ailleurs, les buses survolent tous les jours mon jardin… Et j’ai finalement peu (en tout cas par rapport à certains témoignages que j’ai pu recevoir) de problèmes de rongeurs…

J’en profite pour rappeler que la couleuvre n’est absolument pas dangereuse pour l’homme…

Mais encore faut-il qu’une couleuvre veuille bien s’installer au sein du potager (ce qui n’est peut-être pas forcément évident en ville)…

Évitez le paillage pour certaines cultures

Les rongeurs aiment nicher dans un bon paillage...
Le paillage peut être problématique pour ce qui concerne les rongeurs…

Bien que présentant de nombreux avantages, le paillage présente un inconvénient majeur.

Une couverture du sol constitue en effet un gite de choix pour certains rongeurs, notamment les campagnols.

Pour ma part, je m’abstiens donc de pailler les légumes racines (ou alors je paille tardivement), car ceux-ci se trouvent alors directement à portée de dents des animaux qui ont élu domicile dans le coin…

Les plantes répulsives contre les rongeurs

Certaines plantes, de par leur odeur notamment, sont réputées pour éloigner les rongeurs.

L'euphorbe n'éloignera peut-être pas les campagnols... mais elle embellira au moins votre jardin
L’euphorbe n’éloignera peut-être pas les campagnols… mais elle embellira au moins votre jardin

Citons l’Euphorbe (plante toxique), l’Épurge, la Rue, la Couronne Impériale, les Fritilaires, les Scilles, les Jacinthes, les Mélilots ou encore l’Incarvillea.

Ainsi, on conseille de planter un peu partout dans le jardin des pieds de ces plantes répulsives ou d’en placer des branchages directement sur les planches de cultures.

Mais voilà : si certains jardiniers arrivent à éloigner les rongeurs en plantant quelques plantes répulsives, chez d’autres, il faut bien avouer que les résultats ne sont pas à la hauteur des espérances… et ces gentils petites bêtes continuent à ravager les cultures.

Notons également l’effet répulsif du tourteau de ricin (utilisé en engrais biologique)… mais également fortement toxique en particulier pour les petits mammifères  (si vous avez chiens ou chats, évitez absolument d’utiliser du tourteau de ricin).

Les pièges à rongeurs

Des pièges à rongeurs existent. Vous en trouverez en jardinerie ou sur le web.

Il existe 2 types de pièges :

  • les classiques pièges à tapette. Ces pièges sont évidemment mortels. Il est donc à mon sens difficile de classer cette technique comme moyen de lutte bio ; car, même si les rongeurs sont nuisibles à bien des égards, ils participent néanmoins à la chaîne de vie de notre jardin-potager. Ainsi, d’autres nuisibles risquent de proliférer outre mesure. Éliminer totalement  les rongeurs est donc contre-productif…

Après l’avoir testé, Louis me fait part de l’efficacité d’un piège sur les campagnols : le SuperCat.

  • les pièges à capture : les rongeurs capturés sont alors relâchés là où ils ne poseront pas de problème. Cette solution est à mon sens à privilégier par rapport à la précédente (voyez ici des exemples de pièges à capture).

Les ultra-sons pour éloigner les rongeurs

Selon certains, l’utilisation d’ultra-sons spécifiques serait La Solution contre les problèmes de rongeurs…

Pourtant les dératiseurs professionnels, après avoir tenté l’expérience, semblent délaisser cette option, absolument pas convaincus de son efficacité… ou bien alors par peur de ne plus avoir de travail ? Là est toute la question !

Alors, avez-vous vous-même tester les utra-sons ? et qu’avez-vous pu constater ? Merci de partager votre expérience en utilisant les commentaires plus bas.

Les dératiseurs professionnels

Reste la possibilité de faire appel à des professionnels de la dératisation… avec un coût certes élevé, mais en principe avec de vrais résultats.

Bien entendu, ces professionnels sont susceptibles d’utiliser de la mort au rat… exigez l’utilisation de solutions écologiques (pièges à capture par exemple).

Vous pourrez trouver les coordonnés de dératiseurs sur le web ou un annuaire. Voici également un lien avec des adresses de professionnels : http://deratisation.info/

Quelques conseils pour faire votre choix :

  • Choisissez un dératiseur proposant des solutions naturelles ;
  • Tous les dératiseurs n’interviennent pas en milieu extérieur. Précisez bien que votre demande concerne un jardin…
  • Certains professionnels garantissent le résultat. Privilégiez ces derniers.
Protection proposée par Agathe (voir les commentaires plus bas)
Protection proposée par Agathe (voir les commentaires plus bas)

Voilà pour les méthodes les plus couramment employées pour protéger nos cultures contre les rongeurs, avec des résultats variables selon les conditions particulières et le degré de nuisance…

 

Pour des cultures saines, cliquez ici

 

 

J e vous invite fortement à partager, via les commentaires ci-dessous, vos propres procédés de lutte naturelle contre les rongeurs, ainsi que les observations que vous aurez pu faire.

 

102 commentaires au sujet de “Rongeurs au Jardin Potager Bio”

  1. bonjour
    j’ ai fait l’ expérience des ultras sons pour des rats dans mon toit…. Surement un début de nid. Au bout de trois semaine plus un bruit, à savoir que je ne le branchais que le week end dans la pièce en dessous des bruit des rongeurs..
    Je suis en village à la campagne et même durant la journée je peut les voire se balader dans le jardin de mon voisin, poules + grains ça les attirent.

    Répondre
  2. Concernant l’utilisation des ultra-sons je me suis débarrassé une fois pour toutes des taupes et rat taupier grace à ce système mais après avoir détruit complètement les galeries

    Répondre
  3. Depuis deux ans je plante des pieds de ricin autour de ma parcelle, environ un pied tous les trois ou quatre mètres, et je n’ai pas de rats taupiers alors que d’autres parcelles de nos jardins partagés subissent les dégâts de ces rongeurs…Faire germer des graines de ricin vers la mi février et les mettre en place en avril. Est ce un hasard ou pas…en tout cas cette année j’ai replanté des pieds de ricin.

    Répondre
    • Bonjour benoît dans quelle région habites tu pour les planter en place en avril je suis dans le nord et en avril j’ai encore des gelée pour te dire cette année je ne plante mes pied de ricin qu actuellement ( en début juin )

      Répondre
  4. Bonjour,
    J’ai utilisé et abandonné les ultra-sons dans la maison : nous ne les entendons pas, il faut modifier les fréquences de façon aléatoire pour être efficaces. Mais ils agissent sur nous : maux de tête entre autres. Ils sont donc probablement nocifs aussi sur la faune (vers de terre, qu’en pensez-vous ?) et sur la faune (oiseaux, chats, couleuvres, …)

    Répondre
  5. J’expérimente x 4 émetteurs ultrasons depuis x 2mois pour mes rats taupiers, ils s’installent moins sur zone mais passent ponctuellement au potager boulotte des racines de salades et haricots….plus surprenant ce matin un pied de tomate, là c’est moins drôle…je laisse vipères et couleuvres vivre sur mon terrain, un Milan royal planne au dessus tous les matins mais pas de nocturnes… J’envisage le piège guillotine réputé efficace….

    Répondre
  6. Bonjour, nous avons une belle production de pommes cette année; la quantité est là et la conservation semble moins bonne, la récolte est plus précoce et le temps est doux … Bref je distribue quelques pommes ça et là au pied des perchoirs installés pour les rapaces dans le jardin. Les mulots et autres rongeurs aiment ce fruit. C’est aussi le moment de se débarrasser des quelques rongeurs qui vont passer l’hiver et seront ennuyeux dès le printemps. Les rapaces régulent ainsi plus facilement la population de rongeurs…
    nb: plantez de l’ail en quantité afin de faire des purins d’ail l’an prochain pour incorporer dans les galeries, c’est très efficace et assez persistant…
    cordialement, pascal

    Répondre
  7. Je reviens, excusez-moi, pour dire qu’en donnant à manger et à boire aux oiseaux et insectes dans un coin du potager, on a relativement la paix : mes guêpes et frelons sont sur des restes de fruits, et habitués à me voir passer, et aussi bien occupés à renifler les « filets de séchage pour poissons » où je fais sécher mes fruits et légumes (j’ai vu sur internet un allemand apprivoiser des frelons, qui viennent se poser sur ses mains, sa langue enduite d’un peu de miel !).

    Répondre
  8. Bonjour, J’accuse les mulots de manger mes tomates dès qu’elles commecent à rougir ! il y a des trous un peu partout dans le sol … les mulots sot-ils capables de grimper le long des tiges des pieds de tomates ? c’est la 1° anée que cela arrive ! ! !

    Répondre
  9. oui Pascal, mais il faut admettre que les prédateurs envahissent très très rapidement, beaucoup plus vite que les déprèdateurs, alors sans vouloir tout éradiqué, il faut les limité, et surtout les éloigné .

    Répondre
    • Bonjour, c’est vrai que les prédateurs envahissent rapidement d’où le terme prédateur. Mais c’est de notre fait, d’un déséquilibre provoqué par nos pratiques sur la nature ! Comme le travail du sol pour simplifier les semis et l’entretien, la monoculture avec des légumes ou autre rangés en ligne et végétaux pas toujours compagnes (effets allélopathique), l’éradication de certaines plantes (dites mauvaises herbes) qui rééquilibre le sol par le travail des racines (pivotantes ou fasciculées, leur capacité d’extraction des minéraux, de capter naturellement l’azote de l’air, la plantation d’arbres fruitiers productifs mais sensibles aux pathogènes sans intercaler des variétés non sensibles, planter des végétaux utiles aux prédateurs afin de les concentrer et de développer ainsi les déprédateurs… Bref il y a beaucoup d’exemples encore où notre pratique ordonnée est à revoir. Quand on regarde une forêt naturelle (mélange de feuillus et de résineux) ou une prairie naturelle : on constate que biotope, faune et flore s’équilibrent depuis des années et que les cycles (Feuilles/fleur/graine) de ces végétaux s’effectue de façon à ce que le système perdure depuis le début de l’évolution ! C’est un modèle qui ne produit pas de déchets et qui est résilient. l’équilibre prédateurs et déprédateurs y subsiste sans excès tant que l’on ne modifie pas cet environnement ! Voilà une piste de réflexion qui m’a poussé à m’orienter vers la permaculture, et c’est vrai que j’ai de moins en moins de prédateurs, enfin c’est ce que j’observe. Là où je constate un échec j’essaie de comprendre (j’essaie !!) et soit je laisse la nature corriger soit j’implante autre chose ! C’est long mais intéressant et sans ordre !
      Bonne continuation à vous
      pascal

      Répondre

Laissez un commentaire (si c'est pour faire de la pub, ne perdez pas votre temps... je ne publierai pas)