Partagez votre saison de jardinage !

Bonjour à tous,

En ce début septembre, j’aimerais tout simplement vous inviter à partager vos observations sur la saison de jardinage qui se termine.

  • Vous avez rencontrez pas mal de problèmes ? Maladies ? Ravageurs ? Lesquels ? Dans quelles conditions ?
  • Vous avez-fait des expériences ou testé de nouveaux procédés (nouveaux en tout cas pour vous) ? ça nous intéresse!
  • Certaines de vos récoltes ont été décevantes ? Lesquelles ? Quelles ont été les conditions de culture ? A quelle période ?
  • Vous avez au contraire connu de belles réussites ? Lesquelles ? Dans quelles conditions ? Comment ?
  • etc…

Alors, je ne répondrai sans doute pas directement aux éventuelles questions qui seront posées ici. Ce n’est pas le but.

L’objectif est plutôt de mieux cerner les difficultés auxquelles vous pouvez être confrontés.

Afin bien sûr d’essayer d’y répondre à travers des articles à venir.

Bref, dites-nous tout (utilisez le formulaire de commentaires en bas de cette page)

19 commentaires au sujet de “Partagez votre saison de jardinage !”

  1. Bonjour,

    Contexte : Hérault, potager de 30 m3 non ombragé, limoneux mais assez pierreux, jamais cultivé (auparavant une pelouse de chiendent) que je cultive depuis trois ans en pratiquant un bon amendement (fumier, compost et paillage, le tout bio). Peu de ravageurs hormis les oiseaux, goélands et pies notamment) sol très pauvre en vers et pas de limaces compte-tenu du climat sec.

    Contrairement à d’autres jardiniers du blog, le mois de juin a été prometteur ici (nombreux épisodes de pluies moyennement abondantes en fin d’hiver et début d’été et pas trop de tramontane donc une terre meuble au moment des plantations contrairement à l’an dernier), bonne levée en mai-juin de mes cultures méditerranéennes préparées sous serre (courgettes, concombres, poivrons, aubergines, piments, pastèques, aromatiques), tomates variées, haricots nains et parterre de fleurs pour la pollinisation. Ici, pas question de planter l’été des salades et des radis dans un jardin non ombragé.

    La canicule est habituelle ici et a sévi comme partout, ici aussi elle a été exceptionnelle et a duré tout l’été sans rémission, des pics jusqu’à 37° C le jour et guère en dessous de 30° C la nuit à certaines périodes au point que les tomates ont fleuri en juin uniquement et à nouveau maintenant. De ce fait l’ensemble des récoltes a été moyen en quantité mais quand même une bonne récolte pour ce qui concerne les tomates cerises.

    Alors que je suis parvenu à protéger mes cultures de la chaleur tout l’été grâce à un bon paillage, les températures commencent à baisser sous les 30 °C depuis quelques jours, ce qui laissait espérer de nouvelles floraisons et fructifications, mais au lieu de cela c’est la catastrophe. Ce matin j’ai du arracher la moitié de mon potager, ravagé en quatre jours à peine, depuis le rafraichissement relatif, par une maladie dont j’ignore la nature mais qui affecte indifféremment les espèces végétales avec jaunissement et dessèchement brutal des feuilles sur les concombres, courgettes, tomates, haricots, basilic, fleurs, etc. Ça commence à toucher les plantes au port plus robuste comme les aubergines. Seuls les poivrons et piments ne sont pas atteints à ce jour. Je crains de devoir mettre prématurément un terme à mes cultures estivales, de fumer, pailler et laisser reposer plus tôt que prévu en vue de mes cultures automnales et hivernales : salades, radis, choux, fenouil, engrais verts (fabiacées).

    Donc beaucoup d’aléas, été particulièrement difficile à gérer, comme pour la plupart des jardiniers du blog apparemment.

    Répondre
    • Cela devient difficile ! je vais essayer l’an prochain de faire des tonnelles avec mon pied de vigne, des chayottes, afin de protéger un peu les rares plants qui résistent à la chaleur, et peut-être mettre du liner sur le grillage. Deux autres choses en passant : attention aux vers à tête triangulaire qu’on trouve dans la terre importée (pots et godets des jardineries) et un “truc” surprenant pour réussir les semis, parait-il : mettre quelques granules homéopathiques d’indium metallicum (excellent aussi pour nous). Mais l’homéopathie soignant nos corps éthériques et par symboles (lisez “Et si la maladie n’était pas un hasard” pour comprendre) après tout pourquoi pas, pour nos soeurettes les plantes ?

      Répondre

Laissez un commentaire (si c'est pour faire de la pub, ne perdez pas votre temps... je ne publierai pas)