Échelonnez vos cultures

Suite à mon mail de la semaine passée, consacrée aux gelées, une lectrice du blog m’a envoyé le message suivant :

« Bonjour, j’ai entendu à la radio une remarque d’un auditeur qui m’a paru très sensée pratiquée par nos anciens: planter dans nos vergers des espèces très diverses au degré de floraison variable qui permet d’éviter de perdre toutes sa récolte d’un coup. Idem si on peut varier les expositions…

Les arboriculteurs ont tendance à trop uniformiser leurs cultures…

Meilleures salutations

Solange »

Ce que disaient les anciens était très juste.

Cela vaut également pour le potager.

Et, non seulement nous pouvons diversifier les espèces et variétés, mais nous pouvons également échelonner nos cultures dans le temps.

Nous en avons déjà parlé à plusieurs reprises au détour d’un article du blog, et c’est également un conseil que je donne dans Mon Potager au Naturel, mais il me semble intéressant de revenir un peu plus en profondeur sur cette idée d’échelonnage des cultures.

Pourquoi échelonner ses cultures ?

Échelonnez vos cultures pour minimiser les risques

Échelonner vos cultures va tout d’abord vous permettre de minimiser les risques face à d’éventuels aléas climatiques.

Si vous plantez par exemple tous vos plants de tomates en même temps, au mois d’avril, et qu’une gelée intervient juste après, vous perdrez tout. Mais si vous plantez seulement une partie de vos plants avant les saints de Glace (donc après le 13 mai… mais en zone montagneuse ou au Québec par exemple, il est plus sage d’attendre encore un peu plus…) et la majorité après, seuls les premiers seront exposés à ces gelées… une grande partie de vos plants sera donc préservée !

Il en va de même pour les floraisons. Chaque espèce, et même chaque variété fleurira à une période donnée. Ainsi, comme le souligne le message transmis par Solange, en implantant des espèces et variétés (fruitières mais aussi potagères) diversifiées, les risques seront limités aux variétés fleurissant (ou en début de nouaison) au moment des gelées.

D’autres aléas climatiques, comme des pluies torrentielles, de la grêle, ou même une tempête, peuvent également détruire totalement, ou partiellement, des cultures en place. Là encore, échelonner la mise en place de vos cultures sera une approche salutaire.

Sans forcément aller jusqu’à ces conditions extrêmes, les conditions météorologiques peuvent parfois s’avérer peu propices à la levée. Je pense par exemple à un refroidissement important au printemps, ou à une période caniculaire en début d’été. Tel semis pourra alors avoir du mal à lever… Alors qu’un semis effectué une semaine plus tard lèvera parfaitement bien.

De même, les conditions météorologiques peuvent parfois nuire à une bonne reprise des plants. Ce sera par exemple le cas si une canicule survient juste après la plantation. Il est donc sage de ne pas tout planter en même temps…

Échelonner ses cultures pour étaler les récoltes

De nombreux jardiniers effectuent un gros semis de salades (en général en avril ou en mai), espérant ainsi récolter de belles salades tout l’été…

Mais il en va autrement.

Même si, en semant différentes variétés, les récoltes s’étaleront quelque peu, les salades seront toutes bonnes à récolter dans un laps de temps assez court… et beaucoup vont monter à fleur sans que vous ayez pu les consommer.

C’est encore pire avec les radis… on y revient plus bas.

Je pourrais aussi parler ici des melons (qui mûrissent sur une période très courte). Si vous plantez tous vos melons en même temps, vous devrez tout consommer sur une très courte période (une dizaine de jours)…

Bref, pour les espèces arrivant à maturité sur une courte période, et se conservant peu, comme c’est la cas de celles mentionnées ici, échelonner ses cultures est plus qu’un conseil… c’est un impératif !

Mais qu’en est-il d’espèces produisant sur une durée beaucoup plus longue, comme les tomates ou les courgettes notamment ?

Certes, de par la nature de ces espèces, les récoltes sont déjà étalées dans le temps. Mais il est possible de les allonger encore un peu plus, en faisant quelques cultures « primeurs », mais aussi des cultures plus tardives…

Parlons également des concombres, qui risquent de devenir rapidement amers si récoltés trop tard. Or, les concombres produisent sur une période assez courte (3 à 5 semaines pour le plupart des variétés). Si vous semez ou plantez tous vos plants de concombres en même temps, vous risquez d’avoir une profusion de concombres pendant ces quelques semaines (et fautes de pouvoir tous les consommer en même temps, vous en laisserez aller au-delà de la période de cueillette, les rendant ainsi très amers)… mais rien à récolter avant ou après…

Pour compléter cela, je vous invite à lire l’article intitulé « Comment cultiver des légumes toute l’année… ou presque ? »

Ok…

Mais alors, concrètement, comment faire pour échelonner mes cultures ?

Comment échelonner vos cultures ?

Diversifiez les espèces et les variétés

Nous avons toute une panoplie de possibilités pour étaler les cultures dans la durée.

Nous avons déjà vu que diversifier les espèces en était une.

Prenons l’exemple des salades.

Il y a de nombreuses espèces de salades : des laitues pommées, des laitues batavia, des laitues romaines, des laitues à couper, des laitues grasses, des chicorées scaroles, des chicorées frisées, des chicotées sauvages, de la mâche, du cresson, de la roquette… Chacune de ces espèces mettra plus ou moins longtemps à arriver à maturité.

Ainsi, en cultivant un maximum d’espèces, vous pourrez récolter des salade toute l’année (je développe cela dans cet article).

Differentes-variétés-laitues-serre
Plusieurs variétés de laitues se développent dans la serre.

Mais vous pouvez optimiser encore un peu plus votre production de salades, en cultivant plusieurs variétés au sein d’une même espèce.

Il y a par exemple une grande diversité de variétés de laitues pommées.

Chacune sera plus ou moins longue à produire et plus ou moins adaptée à la sécheresse, à un temps frais ou à la pluie…

Nous ne pouvons certes pas influer sur la météo, mais en cultivant différentes variétés d’une même espèce, il est certain qu’une partie au moins des variétés choisies vous donnera toute satisfaction (vous limiterez ainsi les risques de ne récolter aucune salade) et, en règle général, vous aurez toujours au moins une salade à mettre sur votre table (chez moi, avoir de la salade à chaque repas est une obligation… transmise par mon grand-père).

Semez régulièrement

Continuons avec ce même exemple des salades.

Comme vous l’avez peut-être déjà constaté à vos dépens, une salade arrivée à maturité va rapidement monter en graines…

Si, comme moi, vous voulez des salades à chaque repas, vous devrez donc effectuer des semis (ou des plantations si vous achetez vos plants), le plus régulièrement possible.

Pour ma part, j’en sème environ toutes les 3 semaines (avec le plus de diversité possible, compte tenu des possibilités pendant la période concernée) en quantités suffisantes pour ma consommation quotidienne (j’en fais même un peu plus, par sécurité, et je donne mes surplus. Pour être concret, pour 3 semaines, il me faut une bonne quarantaine de salades, j’en sème à chaque fois une plaque alvéolée, soit 54 plants pour mes plaques…).

Première plantation de laitues au printemps
Voici ma première plantation de laitues au printemps (j’ai encore quelques salades d’hiver pour assurer la jonction)
2ème plantation de laitues de printemps
La deuxième série de laitues de printemps est également plantée en extérieur
Mon dernier semis de laitues
Mon dernier semis de laitues commence à lever… un autre suivra très bientôt…

Dans le même ordre d’idée, les radis, une fois arrivé à maturité, vont devenir très (trop) forts, se durcir et rapidement se creuser… pas terrible.

Aussi, si vous voulez de bon radis, semez-en tous les 15 jours, ou toutes les 3 semaines, du printemps à l’automne (bon, chez mois, en cultiver en plein été est pratiquement impossible avec les canicules et sécheresses récurrentes… mais je fais 3 ou 4 petits semis au printemps, puis un ou deux en septembre/octobre, ainsi qu’un bon semis de radis d’hiver au mois d’août).

Salades et radis sont des exemples particulièrement significatifs.

Mais ce principe consistant à effectuer plusieurs semis ou plantations échelonnés dans le temps, non seulement pour limiter les risques mais aussi pour étaler les récoltes, vaut pour la plupart des espèces.

Ainsi, pour les tomates, je fais un premier semis en février (quelques plants destinés à une culture précoce sous serre), un autre à partir de la mi-mars (semis qui constituera le gros de mes plants de tomates, plantés début mai si les risques de gelées sont écartés – les prévisions à 10 jours sont aujourd’hui en général assez fiables à ce niveau – ou à partir du 14 si des gelées sont prévues) et un dernier en avril (prolongation des récoltes à l’automne).

Plant de tomate pour culture précoces sous abri
Plant de tomate déjà en terre et commençant à fleurir, pour culture précoces sous abri
Plants de tomates pour plantation début mai
Ces plants de tomates seront bons à planter début mai
Des semis échelonnés dans le temps assureront des récoltes
Un dernier petit semis de tomates pour prolonger les récoltes à l’automne…

Pour les concombres, j’effectue un semis de 2 ou 3 plants chaque mois, de mars (pour culture sous serre) à juin… j’ai ainsi des concombres de la fin mai au milieu (voire la fin) de l’automne.

De même, je sème 2 plants de courgettes précocement vers la fin février/début mars (pour une culture précoce sous abri). Puis ensuite, un semis en avril (2 ou 3 plants destinés à produire tout l’été) et un dernier en en juin (plants qui prolongeront mes récoltes jusqu’aux premières gelées automnales).

Pour les melons, c’est en général 2 semis : un à partir de la mi-mars et un autre en avril (mais vous pouvez aussi en semer dès février pour une culture sous abri et en mai pour des récoltes plus tardives).

Et, pour de nombreuses espèces (choux, poireaux, carottes, betteraves, poivrons, aubergines, pommes de terre…), pour synthétiser un peu les choses, disons que j’effectue environ 1 semis par mois (proportionnel à mes besoins) pendant toute la durée de semis possible pour l’espèce en question (je ne vais pas entrer ici dans le détail, mais pour plus de précisions sur les possibilités qui s’offrent à vous, voyez ici le tableau de semis et plantations mois par mois).

Bien entendu, ces données ne sont pas à prendre au pied de la lettre (c’est ce que je fais personnellement, dans les conditions de culture qui sont les miennes et en fonction de mes objectifs), mais doivent être au contraire à adapter à vos conditions climatiques (semer des melons en février en montagne par exemple serait probablement voué à l’échec) et vos propres souhaits (vous n’êtes pas obligé(e) de manger des salades tous les jours… quoi que !)

Diversifiez les emplacements

Pour clore cet article, ajoutons que vous pouvez également jouer sur les emplacements pour limiter les risques et surtout étaler vos récoltes.

Vous pouvez ainsi implanter une partie des plants d’une espèce donnée dans un zone bien ensoleillée, et une autre partie au contraire dans une zone plus ombragée.

C’est particulièrement intéressant pour les salades : s’il fait très chaud, celles situées plutôt à l’ombre se développeront mieux; et si le temps est plus maussade, ce sont probablement celles bénéficiant d’un ensoleillement maximal qui vous donneront les plus belles récoltes…

Enfin, cultiver sous abris (serre, tunnel bas, voile) constitue également une possibilité pour prolonger encore un peu plus vos récoltes (avant et après les périodes « normales ») et de protéger vos cultures des intempéries.

 

En conclusion : « ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier ! »

J’attends avec impatience vos partages d’expériences et vos idées dans les commentaires (plus bas).

 

5 commentaires au sujet de “Échelonnez vos cultures”

  1. Bonjour Gilles,

    Moi je viens de lire ton article que j’ai trouvé super intéressant ! Je jardine depuis plusieurs années maintenant mais ne commence la permaculture que depuis peu. Cette année sera L’ANNEE de tous les essais 🙂 je me documente, étudie et je vais pratiquer comme tu le dis, l’échelonnement de mes cultures (j’ai d’ailleurs déjà commencé avec mes semis). Ca parait tellement logique quand on te lit que je me demande pourquoi je ne l’ai pas fait auparavant! J’ai déjà fait mes 1eres récoltes qui sont à chaque fois un réel plaisir, pour les yeux, j’adore regarder mon jardin mais aussi gustatif! Donc un grand merci pour tout ce que tu nous partages et toutes les bonnes idées que tu nous donnes!

    Répondre
  2. En ce qui concerne les fruits , pommes, poires, etc , etc . Les producteurs de fruits sont obligés de diversifier leurs productions pourquoi ? A cause du marché , puis pour la fructification, pour avoir du matériel ou marchandises à produire dans le temps . Pour le marché vous ne pouvez pas venir avec deux variétés de fruits car la production serait vite épuisé, et de ce fait les acheteurs vite perdus pour les saisons suivantes, a cause des aléas des saisons un gros coup de gel justement au mauvais moment ( floraison, nouaison ) et la production est a terre Pour la fructification pour certaines variétés vous êtes obligé d’avoir au moins deux variétés voire plus . Donc pour ce faire il faut avoir plusieurs variétés étalées dans le temps cela veut dire nous pouvons avoir une production de pommes de fin juin a octobre d’après les régions pour les autres fruits c’est pareil . Puis il faut aussi une certaine connaissance des insectes utiles , nuisibles de même pour la reconnaissance des maladies , comment les combattre et protéger les utiles (insectes , plantes, etc ) Et puis il faut aussi être vendeur ( prix trop chère ou pas assez ) etc etc Donc pour vouloir manger des fruits et surtout des fruits sains il faut avoir obligatoirement certaine connaissances

    Répondre
  3. Bonsoir Gilles, je ne sais pas si c’est une anomalie sur mon PC mais je ne vois aucun commentaire et m’en étonne . Alors je te fais un petit coucou car avec tout le temps que tu dois consacrer à tes articles, la moindre des choses était quand même de te montrer que je suis toujours avec une grande attention la multitude de conseils et idées que tu fais partager sur ton blog au risque de se répéter mais c’est un bon signe cette impression routinière que nous avons devant tes articles. J’ai plusieurs fois manqué de salades et vais modifier ma façon de planter comme pour les autres légumes, échelonner …Encore merci et à l’automne je ferai le point sur l’approfondissement de cette pratique. A bientôt.

    Répondre
    • Bonjour Pascal,
      Merci pour ton soutien !
      En effet, cet article n’a suscité aucun commentaire avant le tien (ton PC va bien).
      Soit il est parfait, et il n’y a donc rien à dire… soit il n’a pas intéressé grand monde.
      Bon, dans ce cas, ma satisfaction sera ton retour concernant des récoltes fructueuses et des salades en continu chez toi.
      Amitiés,
      Gilles

      Répondre

Laissez un commentaire (si c'est pour faire de la pub, ne perdez pas votre temps... je ne publierai pas)