La Culture du Poireau

Le poireau est un légume des climats tempérés très résistant au froid. Il peut, sauf hiver exceptionnellement rigoureux passer tout l’hiver en terre….

Choisir les variétés

Comme pour tous les légumes, on cultivera de préférence des variétés anciennes adaptées à la région dans laquelle nous vivons.

On distingue :

  • Les poireaux d’été : Gros long d’été, Jaune gros du Poitou, Premier, Géant précoces…
  • Les poireaux d’automne (moyennement résistants aux gelées) : de Genneviliers, Monstrueux de Carentan, Monstrueux d’Elboeuf…
  • Les poireaux d’hiver (très résistants au gel) : Géant d’hiver, Bleu de Solaise, Long de Mézières, Bleu de Liège, de Saint-Victor…
  • Les poireaux de printemps (dits poireaux baguettes) : Bleu de Solaise, de Liège…

 

Préparer la terre

Sauf si l’on a mis en place une couverture permanente du sol (brf, paillis…), le poireau apprécie un sol suffisamment travaillé en profondeur (20 à 30 cm sont toutefois suffisants).

Le poireau est un légume exigeant nécessitant une importante fumure organique. Peu tolérant au compost mal décomposé, on apportera avant la plantation un compost mûr en grande quantité (environ 500 kg pour 100 m2).

Dans les terres pauvres en potasse, un apport de cendres de bois, vinasse de betterave ou de patenkali sera utile.

De légers apports de purin d’ortie dilué à 5% (mais ce purin à l’inconvénient d’attirer le ver du poireau) ou de préférence de consoude (également dilué à 5 %) pourront compléter utilement les besoins en éléments nutritifs du poireau.

 

Semer le poireau

Des semis échelonnés (en tenant compte des caractéristiques des variétés) permettent d’avoir du poireau frais toute l’année.

Le poireau peut-être semé directement en place mais sa culture monopolisera une surface conséquente pendant une longue durée.

Pépinière de poireaux
Pépinière de poireaux

 

Je préfère semer en pépinière, à la dose de 10 grammes de semences pour 1m2 de pépinière (ce qui représentera environ 20 m2 de culture.

 

  • Les poireaux d’été se sèment sur couches chaudes en janvier/février et seront récoltés en juin/juillet
  • Les poireaux d’automne (variétés précoces) se sèment en mars sous châssis ou tunnel froid. Il est possible de le semer en extérieur dans les régions à climat doux. On pourra les récolter à partir du mois d’août et jusqu’en novembre.
  • Les poireaux d’hiver se sèment en pleine terre en mai pour une récolte de décembre à avril.
  • Enfin, les poireaux de printemps se sèment autour du 15 septembre directement en place. On éclaircira à 5cm. On pourra récolter de petits poireaux appelés poireaux baguettes en mai-juin de l’année suivante.

Repiquer le poireau

Quand ils ont diamètre d’un crayon, on arrache les plants.

Poireaux venant d'êtres plantés.
Poireaux venant d’êtres plantés.

On les raccourcit à la serpette ou au couteau (groupés en petites bottes) en coupant les feuilles à 15/20 cm et les racines à 1 ou 2 cm.

Laisser sécher les plants pendant environ 48h à mi-ombre permet de les renforcer contre les attaques du ver du poireau ou encore de la mineuse (un ravageur causant bien des dégâts depuis quelques années).

Avant la plantation, je mets les plants à tremper quelques instants dans un pralin (mélange de bouse de vache et d’argile). Cela facilite la reprise après la plantation.

Afin d’obtenir de longs fûts blancs, je plante les poireaux au fond d’un sillon profond de 15cm.

On espace les poireaux de 8 cm sur la ligne. Les lignes de culture sont espacées d’au moins 30 cm.

Entretien de la culture

Arroser copieusement à la plantation.

Dès la reprise, sarcler entre les lignes tout en comblant le sillon. Désherber manuellement sur la ligne.

Butter largement  pour favoriser le blanchiment des fûts.

Un paillage permettra ensuite de maintenir le sol frais (économie d’eau) tout en empêchant les adventices de se développer.

Sinon, un autre sarclage  1 ou 2 mois après  est suffisant. Une fois les plants bien enracinés, un léger enherbement entre les lignes  ne nuit pas à  la culture, bien au contraire (couverture naturelle du sol, biodiversité…).

Arroser régulièrement et copieusement si le temps est sec : tous les 8/10 jours sans paillage ; toutes les 2 ou 3 semaines, voir moins souvent, avec paillage.

Protéger la culture

Les principaux ravageurs du poireau sont :

  • Le ver du poireau (teigne) : la larve  est une petite chenille blanche-jaunâtre ou verdâtre avec des points noirs et des bandes claires. L’adulte est un papillon  aux ailes brunes
    Larve de teigne

    tachetées de blanc et mesurant 15 à 20 mm. La larve cause des dégâts considérables en creusant des galeries à l’intérieur du fût. L’association du poireau avec la carotte est bien connue des jardiniers bio. A juste titre, car l’odeur de la carotte éloigne la teigne. Le céleri est semble t’il également efficace. Le séchage préalable des plants, en atténuant l’odeur attractive du poireau) est également une bonne solution.

    Le poireau et la carotte, cultivés en voisinage, se protègent mutuellement de leurs ravageurs respectifs...
    Le poireau et la carotte, cultivés en voisinage, se protègent mutuellement de leurs ravageurs respectifs…
  • La mineuse du poireau : La larve de la mineuse est un petit asticot jaune pâle d’environ 6mm de long. L’adulte est une petite mouche à l’abdomen jaune. Ce ravageur, apparu en France vers 2005, commence à causer de sérieux dégâts dans de nombreuses régions. On peut observer des tâches alignées et jaunâtres sur les plants atteints. Les feuilles externes sont abîmées et la plante s’affaissent. En appliquant les techniques décrites ci-dessus pour la teigne, je n’ai jamais eu ce problème, contrairement à certains voisins…j’ignore à ce jour si cela est lié aux précautions prises. On conseille de couper et de mettre les poireaux atteints au congélateur.

Une autre technique efficace contre ces ravageurs consiste à place un filet anti-insectes sur la parcelle de poireaux.

Rappelons que la diversité végétale ainsi qu’animale est un facteur permettant de limiter la prolifération des ravageurs.

Le poireau peut également être atteint par quelques maladies cryptogamiques (champignons) comme l’alternariose (tâches blanches en forme de losange sur les feuilles) ou la rouille du poireau (tâches orangées, décoloration du feuillage). Des traitements préventifs à la prêle sont en général suffisants.

 

Récolter les poireaux

Les poireaux peuvent se récolter toute l’année, au fur et à mesure des besoins. On peut toutefois en stocker pendant quelques semaines en prévision de gelées durant un certain moment.

 

 

 

Mon Potager au NaturelDécouvrez 44 fiches de culture détaillées dans

« Mon Potager au Naturel« 

Guide pratique

en Téléchargement Immédiat

 

 

 

  • Bonjour Gilles,

    Comme toujours superbe article !! J’aime beaucoup ton style 🙂 C’est amusant je viens de faire une courte vidéo sur la teigne du poireau et comment lutter contre, si tu veux faire un lien vers ton article, tu sera le premier commentaire 😉 N’hésite pas.

    A bientôt
    Amitiés
    Yannick

    • Bonsoir Yannick,

      Eh oui…les grands esprits se rencontrent…

      Merci pour le lien vers ton article et ta vidéo.
      Chers visiteurs, visionner cette vidéo, vous en saurez plus sur la teigne du poireau.

      Amicalement,
      Gilles

  • Bonjour Gilles,
    Effectivement, vos deux réalisations se complètent parfaitement. La culture des poireaux n’a pas été une grande réussite l’année dernière et vos articles vont bien m’aider 😉
    A très bientôt,
    Madorre

  • Article très complet – Merci.

    Juste une petite réflexion sur les plaques jaunes collantes:
    Ces pièges ne font pas de tri et piègent également bon nombres d’auxiliaires utiles. Mis dans un arbre fruitier ou en hauteur, avec capsule de phéromone, ils attirent bien les ravageurs visés, mais au niveau du sol, c’est un peu l’hécatombe.
    j’opterai plutôt pour des décoctions ou macérations répulsives.

    • Merci pour vos commentaires.
      Je suis entièrement d’accord avec Christian concernant les plaques collantes (je ne pense pas qu’elles soient d’ailleurs autorisées en bio).
      Je n’utilise personnellement aucun piège ni aucun insecticide (même bio), partant du principe que tout ce qui tue engendre un déséquilibre…

  • Merci pour toutes ces informations. J’ai une question de néophyte (jardinier amateur bio débutant)concernant le repiquage des poireaux. Peut-on les repiquer au même endroit ou est-il conseillé de les changer de place au repiquage? Je vais faire des semis de poireaux pour la 1ère fois et je n’ai aucune expérience concernant cette plante.

    • Bonjour Jean-Louis,

      Sauf si ton semis est très clairsemé, le repiquage demandera beaucoup plus d’espace que la pépinière…tu devras donc les planter ailleurs.
      Toutefois, tu peux laisser en place (sans les repiquer) quelques poireaux à 8 -10 cm de distance. Un apport de compost sera alors souhaitable. Tu devras également les butter pour favoriser le blanchiment des fûts.

      Amicalement,
      Gilles

  • Bonjour,
    Je pense que le repiquage est bénéfique pour les poireaux.
    Je creuse des sillons de 10 cm de profondeur,j’arrose et, quand l’eau est absorbée,je repique mes poireaux au fond des sillons. De cette manière,je ne butte quasiment pas, il suffit de refermer le sillon quand les plants grandissent et ainsi, j’ai des fûts assez longs et blancs.
    C’est ma façon de faire,je ne sais pas si c’est la meilleure…

  • Je coupe les feuilles pour les mettre au congélateur en vue de mes soupes d’hiver;elle repoussent d’ailleurs très rapidement.
    Question:Les feuilles de mes poireaux sont couvertes de taches blanches:maladie? pollution?
    Puis-je les consommer malgré tout?

  • Bonjour, je me amusée à repiquer des poireaux d’hiver dans le grand parterre que j’ai pompeusement baptisé « jardin »… Mais j’ai un souci : ces poireaux ont bien pris et depuis quelques semaines, je les vois se recroqueviller, si je tire doucement sur les feuilles centrales, elles me restent dans les doigts, comme coupées. Je n’arrive pas à savoir s’il s’agit d’un excès d’eau, de limaces, ou d’une maladie. Avez vous une idée ? Avec mes remerciements.

  • Bonjour Mireille,

    Je pense qu’il s’agit de dégâts du à la mineuse du poireau (voir l’article). Observez-vous des tâches jaunâtre sur le feuillage ?
    Ce peut être également la teigne (ver du poireau) ? difficile à dire comme cela…mais s’il s’agit de la teigne, vous devriez pouvoir observer des chenilles (blanc-jaunâtre, parfois verdâtre)à l’intérieur des fûts…

    Dans les 2 cas, coupez les poireaux atteints au ras du sol. Ils devraient pouvoir se reformer pour des récoltes en fin d’hiver, début de printemps. Brûlez les parties coupées.

    Cordialement,
    Gilles

    • Bonjour,
      Bien vu, j’ai effectivement trouvé des larves de mineuses dans mes poireaux. Beurk… Si j’ai bien compris, je n’ai plus qu’à couper. Merci pour ce renseignement. Mes tomates avaient déjà bien apprécié vos conseils, au tour des poireaux. J’apprécie beaucoup votre blog pour sa clarté, sa simplicité et son côté « terre à terre ». Encore merci et bonne continuation.

  • Bonjour gilles tres gros problèmes de poureaux avec la mineuse depuis les annees en BIO en dehors des plaques jaunes que je consulte tous les jours que faireentre des rangs de carrottes cela ne fait rien solution……,,,,?

  • Bonjour, pour la première fois j’ai repiqué des poireaux dans le jardin, je les ai butés, coupé les feuilles comme préconisé, mais ils ne grossissent pas beaucoup… j’avais mis un peu de compost. Que puis-je faire d’autre pour la saison prochaine pour avoir de beaux poireaux?

  • Bonjour,

    J’ai semé une pépinière de poireaux en plein champs il y a 1 mois. Ils sont couvert avec arceaux et P17 et parfois aérés. Ils ont été semé sur environ 3 cm de terreau bio de semis (engrais incorporé). Je sais que le poireau est très gourmand et je souhaite maintenant les arroser avec un purin d’ortie dilué à 5%. Qu’en pensez-vous ? Je ne voudrais pas leur mettre trop d’engrais d’azote d’un coup. Avez-vous déjà pratiqué cela ?

    merci

    • Bonjour Lilou,

      Merci pour votre compréhension au sujet de la question en privé.

      Non, je ne booste jamais mes plants en pépinière (et après, je ne le fais que s’ils sont fragiles…) ; cela crée un déséquilibre de fertilisation (entrainant une forte pousse de la végétation, souvent au détriment du système racinaire) et c’est aussi le meilleur moyen d’attirer les pucerons par la suite…l’engrais incorporé au terreau suffira largement à leur développement en pépinière.

      Mais le poireau est en effet très gourmand : pour la plantation définitive, un apport copieux de compost mûr ou, à défaut, d’engrais organique du commerce sera apprécié.

      Bon début de saison chère collègue !
      Gilles

  • Bonjour ,

    Article complet et intéressant , merci beaucoup !
    Je voudrais savoir a combien de distance maximum le poireau peut être planter de la carotte pour profiter de ses effets bénéfiques ?

    Merci

    • Bonjour Sylvie,
      la réponse est dans l’article (partie Repiquer le poireau).
      Il est toujours bon de les endurcir, même si l’on pose un filet anti-insecte ; car celui-ci, s’il n’est pas parfaitement posé, pourra laisser pénétrer quelques mouches qui trouveront alors des conditions idéales de développement…)

  • Bonjour,
    Voilà je souhaité savoir si je pouvais repiquer mes poireaux a l’endroit où se trouvaient mes betterave?
    Merci d’avance pour votre réponse.