La Culture du Poireau

Le poireau est un légume des climats tempérés très résistant au froid.

Il peut, sauf hiver exceptionnellement rigoureux passer tout l’hiver en terre….

Choisir les variétés de poireaux

Comme pour tous les légumes, on cultivera de préférence des variétés anciennes adaptées à la région dans laquelle nous vivons.

On distingue :

  • Les variétés d’été : Gros long d’été, Jaune gros du Poitou, Premier, Géant précoces…
  • Les variétés d’automne (moyennement résistants aux gelées) : de Genneviliers, Monstrueux de Carentan, Monstrueux d’Elboeuf…
  • Les variétés d’hiver (très résistants au gel) : Géant d’hiver, Bleu de Solaise, Long de Mézières, Bleu de Liège, de Saint-Victor…
  • Les variétés de printemps : Bleu de Solaise, de Liège…

Préparer la terre

Sauf si l’on a mis en place une couverture permanente du sol (BRF, paillis…), cet alliacée apprécie un sol suffisamment travaillé en profondeur (20 à 30 cm sont toutefois suffisants).

Le poireau est un légume exigeant nécessitant une importante fumure organique.

Peu tolérant au compost mal décomposé, on apportera avant la plantation un compost mûr en grande quantité (environ 500 kg pour 100 m2).

Dans les terres pauvres en potasse, un apport de cendres de bois, vinasse de betterave ou de patenkali sera utile.

De légers apports de purin d’ortie dilué à 5% (mais ce purin à l’inconvénient d’attirer le ver du poireau) ou de préférence de consoude (également dilué à 5 %) pourront compléter utilement les besoins en éléments nutritifs de cette culture.

Semer le poireau

Pépinière de poireaux
Pépinière de poireaux

Des semis échelonnés (en tenant compte des caractéristiques des variétés) permettent d’avoir du poireau frais toute l’année.

Le poireau peut-être semé directement en place mais sa culture monopolisera une surface conséquente pendant une longue durée.

Je préfère semer en pépinière, à la dose de 10 grammes de semences pour 1m2 de pépinière (ce qui représentera environ 20 m2 de culture.

  • Les poireaux d’été se sèment sur couches chaudes en janvier/février et seront récoltés en juin/juillet
  • Les poireaux d’automne (variétés précoces) se sèment en mars sous châssis ou tunnel froid. Il est possible de le semer en extérieur dans les régions à climat doux. On pourra les récolter à partir du mois d’août et jusqu’en novembre.
  • Les poireaux d’hiver se sèment en pleine terre en mai pour une récolte de décembre à avril.
  • Enfin, les poireaux de printemps se sèment autour du 15 septembre directement en place. On éclaircira à 5cm. On pourra les récolter alors qu’ils sont encore petits (on les appelle poireaux baguettes) en mai-juin de l’année suivante.

Repiquer le poireau

Quand ils ont diamètre d’un crayon, on arrache les plants.

Poireaux venant d'êtres plantés.
Poireaux venant d’êtres plantés.

On les raccourcit à la serpette ou au couteau (groupés en petites bottes) en coupant les feuilles à 15/20 cm et les racines à 1 ou 2 cm.

Laisser sécher les plants pendant environ 48h à mi-ombre permet de les renforcer contre les attaques du ver ou encore de la mineuse (un ravageur causant bien des dégâts depuis quelques années).

Avant la plantation, je mets les plants à tremper quelques instants dans un pralin (mélange de bouse de vache et d’argile). Cela facilite la reprise après la plantation.

Afin d’obtenir de longs fûts blancs, je plante les poireaux au fond d’un sillon profond de 15cm.

On espace les plants de 8 cm sur la ligne. Les lignes de culture sont espacées d’au moins 30 cm.

Entretien d’une culture de poireaux

Arroser copieusement à la plantation.

Dès la reprise, sarcler entre les lignes tout en comblant le sillon. Désherber manuellement sur la ligne.

Butter largement  pour favoriser le blanchiment des fûts.

Un paillage permettra ensuite de maintenir le sol frais (économie d’eau) tout en empêchant les adventices de se développer.

Sinon, un autre sarclage  1 ou 2 mois après  est suffisant. Une fois les plants bien enracinés, un léger enherbement entre les lignes  ne nuit pas à  la culture, bien au contraire (couverture naturelle du sol, biodiversité…).

Arroser régulièrement et copieusement si le temps est sec : tous les 8/10 jours sans paillage ; toutes les 2 ou 3 semaines, voir moins souvent, avec paillage.

Protéger la culture de poireaux

Les principaux ravageurs de cette culture sont :

La Culture du Poireau
Larve de teigne
  • Le ver du poireau (teigne) : la larve de la teigne est une petite chenille blanche-jaunâtre ou verdâtre avec des points noirs et des bandes claires. L’adulte est un papillon  aux ailes brunes tachetées de blanc et mesurant 15 à 20 mm. La larve cause des dégâts considérables en creusant des galeries à l’intérieur du fût. L’association du poireau avec la carotte est bien connue des jardiniers bio. A juste titre, car l’odeur de la carotte éloigne la teigne. Le céleri est semble t’il également efficace. Le séchage préalable des plants, en atténuant l’odeur attractive de cet alliacée) est également une bonne solution.

 

Le poireau et la carotte, cultivés en voisinage, se protègent mutuellement de leurs ravageurs respectifs...
Le poireau et la carotte, cultivés en voisinage, se protègent mutuellement de leurs ravageurs respectifs…
  • La mineuse du poireau : La larve de la mineuse est un petit asticot jaune pâle d’environ 6mm de long. L’adulte est une petite mouche à l’abdomen jaune. Ce ravageur, apparu en France vers 2005, commence à causer de sérieux dégâts dans de nombreuses régions. On peut observer des tâches alignées et jaunâtres sur les plants atteints. Les feuilles externes sont abîmées et la plante s’affaissent. En appliquant les techniques décrites ci-dessus pour la teigne, je n’ai jamais eu ce problème, contrairement à certains voisins…j’ignore à ce jour si cela est lié aux précautions prises. On conseille de couper et de mettre les plants atteints au congélateur.

Une autre technique efficace contre ces ravageurs consiste à place un filet anti-insectes sur la parcelle de poireaux.

Rappelons que la diversité végétale ainsi qu’animale est un facteur permettant de limiter la prolifération des ravageurs.

Cette culture, quelque peu délicate, peut également être atteint par diverses maladies cryptogamiques (c’est à dire causées par des champignons pathogènes) comme l’alternariose (tâches blanches en forme de losange sur les feuilles) ou la rouille (tâches orangées, décoloration du feuillage).

Des traitements préventifs à la prêle sont en général suffisants.

Récolter les poireaux

Les poireaux peuvent se récolter toute l’année, au fur et à mesure des besoins.

On peut toutefois en stocker pendant quelques semaines en prévision de gelées durant un certain moment.

La culture du poireau en vidéo

 

48 commentaires au sujet de “La Culture du Poireau”

  1. Que penser de la technique qui préconise de couper le feuillage régulièrement pour faire grossir le fût ? J’ai tenté plusieurs fois, mais n’ai jamais été convaincue par la méthode..

    Répondre
    • Bonjour Laure,
      J’en pense que, comme pour la taille des fruitiers (des expériences l’ont démontré), c’est une pure illusion d’optique : comme le fût est plus court après la taille, il est plus trapu… il peut alors nous sembler plus gros… mais il n’en est rien (si ce n’est qu’un poireau continue naturellement de grossir, rabattu ou pas – donc inévitablement, quelques semaines après une taille, il sera plus gros qu’avant…).
      Bonne journée,
      Gilles

      Répondre
  2. Bonjour Gilles,bonjour à tous,un vieux jardinier m avait conseillé à mes débuts de mettre du marc de café entre les lignes de poireaux pour faire fuir les ravageurs,c est ce que je fait tout les ans et je n ai aucun problèmes avec la teigne.

    Répondre
    • Bonjour Bernard,
      Ah, les produits miracles efficaces pour tout…
      Le marc de café est utile comme fertilisant, car apportant de d’azote, de la potasse et du magnésium;
      Il gêne (très peu) les limaces…
      Mais son effet contre la teigne ou autres insectes n’est que croyance (en tout cas, jamais une étude n’a démontré son efficacité).
      Il peut y avoir de nombreuses autres raisons au fait que vous n’ayez pas de teignes… mais sans doute pas le marc de café.
      Cordialement,
      Gilles

      Répondre
  3. Juste: MERCI pour cette vidéo.
    Les explications c’est bien, mais voir en même temps c’est mieux!
    Je débute et je n’ai pas fait les sillons 😔… mais je saurais pour la prochaine fois.
    Bien cordialement
    Nathalie

    Répondre
  4. Bonjour, j’ai trouvé votre vidéo très bien faite.Avec de bonne explications et les résultats sont visibles.
    J’ai semé des poireaux le 18 02 2021 ils ont bien levés mais ils ne se développent, pas ils restent de la taille d’un cure dents pourtant je les arrosent bien et nous somme déjà au mois de juin.
    Se sont des poireaux de carentan 2 et ils sont plantés en terrine semi a l’intérieur de la maison au chaud et sortis bien après j’aurais voulus savoir si ces plants sont foutus ou je doit attendre encore avant de les repiquer.
    D’avance merci, en attente de votre réponse. Cordialement PIERROT
    PS je n’ai pas trouvé l’endroit du pousse, ni les étoiles.

    Répondre
    • Bonjour Pierrot,
      Je pense que vos plants de poireau manquent de nourriture (le terreau de semis ne contient pas d’éléments nutritifs)… or les poireaux, du fait de la longue durée de développement en pépinière en ont besoin (raison pour laquelle je dépose du compost mûr avant le terreau de semis…).
      Vous pouvez essayer de compenser ce manque en pulvérisant par exemple du purin d’ortie… mais pas sûr que cela suffise pour obtenir des plants corrects.
      J’ai supprimé le système de notation par étoiles (ralentissant trop la vitesse de chargement du blog…). De même, pour la même raison, les partages ou pouces sur les réseaux sociaux ne sont désormais présentés que sur les ordinateurs (pas sur les mobiles).
      Cordialement,
      Gilles

      Répondre
      • Bonsoir Gilles et Pierrot
        j’ai le même problème mais je les transplante quand même bien que fins, d’ici une 15aine de jours, et ils finissent par devenir très beaux. Je ne butte plus avec la terre (mais je les plante bien au fond d’un sillon comme vous le faites) mais avec les tontes de gazon qui sont un très bon apport d’aliments. Mes poireaux sont ainsi plus facile à arracher , je rajoute de la tonte assez souvent et en début d’hiver je recouvre presque entièrement le poireau avec des feuilles mortes (je suis en zone de petite montagne). depuis que je fais ça mes poireaux sont plus qu’honorables (mais assez tardifs) et passent l’hiver sans problème (sauf les rats taupiers qui généralement en consomment pas mal , du coup ayant un grand terrain et faisant les plants moi-même j’en mets beaucoup plus que voulus car je n’arrive pas à piéger les rats taupiers et le renard du coin et les chats ne « nettoient » pas assez le terrain).
        Merci pour tout vos conseils
        Françoise

        Répondre
    • Bonjour Pierrot et Gilles
      J’ai, moi aussi semé’ comme toi, des poireaux de Carentan 2 en pot de 35 que j’ai placé à demi enterré dans ma serre tunnel. Le semis a été fait mi février. Ils ont bien levés mais mi avril je ne les voyais plus grossir alors je les ai sortis du pot et j’ai planté la motte entière en pleine terre à un endroit bien amendé à l’automne précédent.
      Cette opération m’a permis de constater que les racines avaient complètement tapissés le fond du pot. Alors d’une part, il n’y avait pas assez de profondeur malgré la taille du pot et d’autre part le substrat ne nourrissait plus suffisamment car, depuis ils ont repris une nouvelle vigueur et se sont bien développés. Je pense les repiquer mi juin ils auront tous une belle taille et seront plus rigides.
      Bref, je ne te donne pas de conseil mais je partage juste mon expérience que tu peux peut être suivre si tu le souhaite. Cordialement,

      Répondre

Laissez un commentaire (si c'est pour faire de la pub, ne perdez pas votre temps... je ne publierai pas)