La Prêle Protège vos Cultures

La prêle commune (Equisetum arvense) se trouve en sol humide souvent sablo-limoneux, notamment en bordure des chemins et dans les champs.

Cette plante sans fleur apparaît au printemps (mars-avril) sous la forme d’une tige brune (de 20 cm de haut environ), non ramifiée et porteuse de spores. Les spores de la prele sont ensuite dispersées et la pousse initiale disparaît. Entre mai et juin des tiges vertes et ramifiées hautes de 30 à 60 cm font alors leur apparition. Ce sont ces tiges qui seront utilisées.

Connue pour ses vertus médicinales, la prêle commune est très riche en silice (beaucoup plus que la grande prêle des marais). Elle contient également du magnésium, du calcium, du potassium, du fer, du sodium…

Au potager naturel, la prêle est utilisée en décoction ou en purin…

Décoction de prêle

La décoction de prêle est utilisée en préventif contre les maladies cryptogamiques comme l’oïdium (céréales mais pas vraiment efficace sur concombre), le mildiou (tomates et pommes de terre), la monilia (fruitiers), la rouille (alliacées), la tavelure (fruitiers), la cloque du pêcher ou encore la septoriose de la tomate.

Préparation de la décoction :

  • On utilise la plante entière (sauf les racines) à raison de 100 grammes de plante fraîche pour 1 litre d’eau ou 15 g de plante sèche pour 1 litre d’eau.
  • Mettre la prêle à tremper pendant 24 heures dans l’eau de pluie, puis faire bouillir pendant 20 minutes. On peut y ajouter 0.5 à 1 % de silicate de soude pour renforcer son action.
  • Couvrir et laisser refroidir.
  • Filtrer.

Utilisations de la décoction :

  • Diluer la préparation à 20 % maximum (pour 1 litre de préparation, rajouter 4 litres d’eau)
  • La décoction de prêle doit être utilisée dans les 15 jours suivant sa préparation.
  • Pulvériser sur la plante à traiter par une belle matinée ensoleillée, avant débourrement pour les arbres fruitiers et dès la plantation en pleine terre pour les légumes.
  • Renouveler l’opération plusieurs fois au printemps et en été.

La décoction de prêle préparée avec 50 g de plante pour 1 litre d’eau est également utilisée non diluée pour tremper les semences et les protéger ainsi contre la fonte des semis,

Purin de prêle

Le purin de prêle est utilisé en préventif contre les maladies cryptogamiques du sol, pour éloigner les pucerons et acariens (en particulier l’araignée rouge) mais également pour renforcer les plantes.

Préparation du purin :

  • Remplir un récipient  (en terre, en bois ou en plastique mais en aucun cas en métal) de plantes fraîches.
  • Compléter avec de l’eau de pluie.
  • Couvrir en laissant une aération. Remuer chaque jour : vous pouvez observer une mousse qui se forme à la surface. Le purin est prêt à être utilisé quand il n’y a plus de mousse (1 ou 2 semaines).
  • Filtrer.
  • Diluer le purin à 10% pour pulvériser et à 20% pour arroser au pied des plantes.

Utilisations du purin :

Contre les maladies cryptogamique du sol : arroser régulièrement le sol tout au long de l’année avec un purin dilué à 20 %.

Contre les pucerons et acariens : ajouter au purin 0.3 % de savon noir et pulvériser, par temps ensoleillée et de préférence le matin, la préparation diluée à 10 % sur la plante.

Pour renforcer la plante : mélanger le purin de prêle dilué à 20 % avec du purin d’ortie dilué à 10 % et arroser au pied de la plante.

Propriétés médicinales de la prêle :

La prêle est utile au jardin mais pas seulement. En effet cette plante sauvage est utilisée depuis longtemps pour ses vertus thérapeutiques. Voici quelques unes des propriétés qui lui sont attribuées.

  • la prêle soulage les douleurs des articulations,
  • la prêle a un effet reminéralisant pour les os,
  • la prele consolide les fractures,
  • la prêle soigne les tendinites,
  • elle est également tonifiante, antalgique, cicatrisante, antiseptique…

Vous pourrez en savoir plus sur les utilisations médicinales de la prêle ici : http://www.passeportsante.net/fr/Solutions/PlantesSupplements/Fiche.aspx?doc=prele_champs_ps

 

La prêle fait partie des plantes utiles au jardin bio.

Mais renforcer les défenses d’une plante, avec des moyens fussent-ils totalement naturels, n’est qu’un plus.

La réussite de vos cultures repose avant tout sur des méthodes de jardinage adaptées à votre environnement (sol, climat, matériaux à votre disposition…).

C’est cette approche globale et cohérente que je vous propose de découvrir dans Mon Potager au Naturel.

 

Ce blog a besoin de votre soutien :

Vos partages sur les réseaux sociaux lui permettent d’être visible sur le web.
Vos commentaires me donnent des indications sur vos souhaits et m’aident à améliorer mes connaissances pour mieux vous informer.
Merci à tous !

 

  • J’ai énormément de prèle au jardin ,je connais ces utilisations mais j’usqu’a présent je m’en servais qu’en paillage et en décoction, je vais faire l’essai du purin! merci Gilles

  • Bonsoir Gilles
    Article très complet et très intéressant
    J’ignorais l’emploi de la prêle pour éviter la fonte des semis. Et en effet la fonte est souvent due au Pythium ou au Phytophtora, deux moisissures. Donc c’est que c’est bien adapté !
    A bientôt
    Aurélien

    • Bonjours isa ,
      J ai énormément de prêle dans mon jardin j ai lu que vous en faite des smoothies pourrai je avoirs une recette
      merci salutation Corinna

    • Bravo pour ton article, j’arrachais la prêle de mes parterres quand je me suis poser la question de quoi en faire. Pour aujourd’hui je m’en vais pailler mes pieds de tomates avec. Peut-être cela pourra les protéger des maladies avec les orages du moment c’est très humide !
      Damien

  • Superbe article, comme aurelien je ne connaissais pas son effet benefique sur les semis.

    Moi, j’ai un mal de chien a trouver de la prele par chez moi malheureusement.. t’aurais des conseils où la trouver?

    • Salut Romain,

      Il est vrai que l’on en trouve plus facilement dans certains coins que dans d’autres…
      Mais il faut savoir que la prêle apprécie l’humidité et les sols plutôt léger.
      Ainsi on en trouve souvent dans les fossés, au bord de cours d’eau, en bordure de chemin dans les bois, dans les prés situés en bas-fond…
      Je rappelle également que les tiges stériles vertes (celles que l’on utilise) n’apparaissent qu’à partir du mois de mai…ça te laisse le temps de te renseigner pour savoir si l’on peut en trouver dans ta région.

      A bientôt,
      Gilles

  • Bonjour,
    Merci pour cet article, je suis en train de « restaurer mon jardin aquis l’année dernière.
    Je sème de la consoude, de l’achilée, bientôt de la tanaisie (pour soigner mes pois) et je cherche de la prêle. car dans le commerce, jardinerie et autre, le purin de prêle est horriblement cher! tout comme le purin d’ortie d’ailleurs.
    Alors que cela est si facile d’en faire soi-même.
    où donc puis-je me procurer des graines de prêle ?
    Merci

    • Bonsoir Frédéric,

      La prêle ne produit pas de graines (vous n’en trouverez donc pas) et se reproduit par dispersion de spores (comme les champignons).
      Je ne pense pas que l’on puisse la cultiver (mais peut-être que quelqu’un me contredira ?). On en trouve par contre assez fréquemment dans la nature (bordure des chemins, champs, fossés…).
      Pour l’ortie, un petit conseil : sortez uriner toujours au même endroit, vous aurez rapidement de l’ortie !

      Cordialement,
      Gilles

      • Bonjour Gilles,
        Pour l’urine et l’ortie, je savais déjà, merci. J’ajoute que une des plante qui calme des piqûres d’ortie ce sont les plantains (plantago) et l’oseille, en frottant des feuilles coupées sur la zone.
        Je vais essayer de trouver de la Prêle sur la route, mon jardin est situé dans la Beauce.
        Cordialement
        Frédéric

    • Je suis envahie par la prêle, j’en ai conservé dans des bouteilles d’eau depuis 2 mois. Le reste, j’arrache et je jette. J’ignorais que l’on pouvait l’utiliser en paillage, je vais le faire dorénavant pour mes 5 pieds de tomates.

  • Une précision SVP : vous dites pour le purin de ne pas utiliser de récipient en métal mais par contre pour la décoction, vous faites bouillir dans quel type de récipient ?
    merci de votre réponse

    • Bonjour Dominique,

      Pour la décoction, on peut utiliser une casserole métallique, la préparation ne restant que 24h dans le récipient. Par contre, s’il vous reste de la décoction après utilisation, transvasez la dans un récipient en verre ou plastique.

      Cordialement,
      Gilles

  • Bonjour,
    Je commence à peine à découvrir mon jardin. Déjà belle-maman m’apprends l’or de ces purins, mais voilà, la prêle, je dois la ramasser encore fermée ou ouverte? Et pour l’ortie, qu’elle soit en fleur est grave ou non? Devrais-je la cueillir jeune?
    Merci de vos réponses.

    • Bonjour,

      La prêle se récolte de mai/juin à juillet quand les tiges sont développées (et donc ouvertes).
      Il est en effet préférable de récolter des orties non montées en fleurs…si les orties sont déjà en fleurs, coupez-les et attendez une nouvelle pousse pour récolter pour votre purin.

  • Bonjour,
    merci pour toutes ces informations 🙂
    je n’ai pas compris quel est l’effet du paillage fait avec de la prèle ! Pouvez vous m’en dire un peu plus ?

    • Bonjour Michael,

      oui, c’est même une bonne chose. La diversité du compost a, selon moi, des vertus insoupçonnées…
      Mais de là à dire que mettre de la prêle dans le compost lui conférera des vertus anticryptogamiques (protection contre les champignons pathogènes), il y a un pas que ne franchirais pas…

      A bientôt,
      Gilles

  • bonjour gilles,
    Je reste dans le pas de calais à Arques, je ne connait pas la prèle ni la consoude
    comment et ou je peut m’en procurer et comment les reconnaitre ?
    merci de votre réponse et de vos précieux conseils
    cdlt Gilles

  • Bonjour Gilles,

    La prêle se trouve uniquement à l’état spontanée (elle ne se cultive pas).
    Il y a une description en début d’article pour la reconnaître, si il y en a par chez toi ???
    Sinon, tu peux acheter de la prêle sèche chez Magellan (http://www.magellan-bio.fr/produit_prele-sechee-1-kg-142-2342.html)…mais franchement ils abusent sur les prix.

    La consoude se reproduit par bouture de racines ou de jeunes tiges (voir mon article : https://www.un-jardin-bio.com/la-consoude-la-grande-amie-du-jardinier-bio/).
    Des voisins jardiniers en cultivent peut-être ?
    Sinon, tu peux acheter des boutures de racines ici : http://www.b-actif.fr/achat-bouture-consoude-bocking-14.html
    La Ferme de Sainte-Marthe propose également des plants : http://www.fermedesaintemarthe.com/A-10681-consoude-de-russie.aspx?F_1=4334&FI_1=1 ; ils ne précisent pas s’il s’agit de bocking 14 ou autre variété…

    Cordialement,
    Gilles

    • Bonjour,
      Saviez-vous que vous pouvez trouver de la prêle séchée , de l’ortie, de la consoude et plein d’autres plantes utiles dans des magasin bio? Je travaille dans le premier réseau de magasins bio en France pour ne pas citer le nom et nous travaillons avec des petits producteurs. Ça doit bien exister par chez vous… Non?
      Alez voir dans ces fameux magasin et je suis sûre que l’équipe saura vous en trouver à un prix raisonnable. Et bio en plus!!!

      • Bonjour Claire,

        En effet… sauf que les « petits producteurs » fournisseurs de votre chaîne de magasin ne sont en général pas si petits (les petits producteurs comme moi ne peuvent fournir les quantités demandées et n’ont d’ailleurs aucun intérêt à passer par des intermédiaires) …quant aux tarifs, ils sont, je trouve, plutôt élevés…
        Tout est relatif !

        Cordialement,
        Gilles

  • Bonjour – quelqu’un sait où trouver de la prêle commune du côté de St Germain / Conflans St Honorine (78) ? D’avance merci.

  • Je loue une cour qui est remplie de prêle j’ai plutôt envie de m’en débarrasser. Je veux bien l’a partager !
    Après avoir pris connaissance de ses bienfaits je ne déposerai pas sur elles du désherbant, je vais privilégier la plantation de légumes et des campanules.

  • bonjour, je cherche de la prele pour faire une decoction destinée à soigner l’acné de ma fille. pourriez vous m’indiquer où en trouver SVP.
    J’habite les alpes de haute provence.
    Merci d’avance

    • Bonjour Céline,

      Vous pouvez acheter de la prêle en granule en cliquant sur le lien « Prêle 140 Nat et Form » en bas de l’article.
      Pour ce qui est de la prêle fraîche, je ne suis évidemment pas en mesure de vous dire où vous pouvez en trouver dans votre région…

      Cordialement,
      Gilles

  • Bonjour
    Pour faire toutes ces préparations à base de prêle,
    – Peux t on la cueillir toute l’année ?
    – Quel est le moment le plus propice ?

    PS – j’ai de la prêle partout ici (Hérault)

    • Bonjour David,
      On peut récolter de la prêle tant qu’il y en a (en principe, on n’en voit plus en hiver).
      Mais, à mon avis, la meilleure période est le printemps, début d’été (les principes actifs sont alors me semble t’il plus concentrés).
      Cordialement,
      Gilles

      • Merci pour cette réponse.

        – La prêle séchée (cueillie au début de l’été) est-elle plus intéressante que la prêle fraiche cueillie plus tard dans la saison ?

        – Quelle est la meilleure façon pour la faire sécher afin qu’elle conserve ses principes actifs ?

        Merci pour vos éclairages

        PS – Je suis disposé à échanger de la prêle fraiche (séchée depuis mi juin 2014) ou l’envoyer avec la participation aux frais d’envoi (Avis aux amateurs)

        • Franchement, je ne saurais répondre à la première question…
          Quant au séchage, il doit être effectué à l’ombre, dans un endroit sec et aéré.
          Merci pour la proposition ! Un troc prêle séchée contre consoude séchée (à faire), ça te dit ?

        • David, s’il t’en reste, j’aimerais bien que tu m’en envoies, ou que je viennes en chercher, si tu n’habites pas à l’autre bout de l’Hérault! Je démarre mon potager avec les conseils de Gilles et il faut de la prêle (et de l’ortie)! Chez moi, c’est sec (pas aujourd’hui, avec l’épisode cévenol!), c’est un bout d’ancien coteau à vigne qui donne…sur une vigne.

    • Bonjour David
      Tu as de la prêle, dans l’Hérault? Où dans l’Hérault? J’en cherche désespérément depuis deux ans, depuis que je suis arrivée dans l’Hérault (entre Clermont – l’Hérault et Pézenas). J’ai eu du mal à trouver quelques orties près d’un bout de cours d’eau accessible, alors de la prêle! Si tu connais aussi un coin à ortie et un coin à consoude, mon bonheur serait complet!
      Dominique34

  • ok pour le troc ;-)) avec grand plaisir surtout que je plante juste mes 1ers pieds de consoude cette semaine.

    La prêle est séchée dans la presque totale obscurité au sec dans une cave à vin de l’Hérault.

    Comment procède t on ?

  • Ma cave est sombre et bien ventilée. C’est une cave construite par les anciens de ma famille (vignerons de père en fils, mais les vignes ont été vendues :-(( reste la cave :-)). Concernant le séchage, je ne l’ai pas fait comme sur l’article http://www.aujardin.org/secher-prele-ortie-t94607.html
    J’ai posé la prêle sur une grande toile posée sur le sol (terre battue). J’ai quand même de la prêle verte séchée.

    Je t’envoi la plus verte dont je dispose 🙂

    Petite question : je viens de faire du purin d’ortie. En 4 jours il n’y a plu de bulle blanche !!! c’est possible ?

    • Super ! un grand merci.
      Avec une aération suffisante c’est une méthode de séchage qui va bien aussi.
      4 jours pour une fermentation, ç’est certes rapide, mais tout à fait possible ; des conditions climatiques adéquates (on considère ainsi qu’à 30°C, un purin peut être prêt à l’emploi en 6 ou 7 jours) et la présence éventuels de ferments dans le récipient (restes d’un précédent purin) pouvant notoirement accélérer le processus.
      Amitiés,
      Gilles

    • Bonjour Eric,
      Pour la prêle seule, il n’y a aucun souci, on peut récolter immédiatement après récolte.
      Le silicate de soude est un produit peu toxique pour l’homme. La concentration dans la préparation est par ailleurs très faible. Peu de risques donc…
      Néanmoins, par précaution, je pense raisonnable d’attendre quelques jours (4 ou 5) avant de récolter et surtout, de bien rincer les fruits avant consommation…

  • salut gilles connais tu le concombre du kenya?…. nous avons mis un plan contre le mur de notre maison et il envahi la facade j usqu au toit!!! plein de petites fleurs jaune sont apparuent mais toujours pas de f ruitsnous ne trouvons de renseignements nulle part sur ce légume ?merci a bientôt

    • Bonjour Eric,
      Oui, je connais,
      J’en ai cultivé pendant quelques années.
      Etant une plante africaine, elle a besoin de chaleur pour fructifier…donc cette année, ça a pu être compromis !
      Cela produit des fruits très particuliers, oranges à maturité, avec des piquants et remplis de graines… vraiment pas évident à consommer tels quels. On peut par contre en extraire le jus..très riche en vitamine (A et C je crois….).
      Cela dit, j’ai arrêté d’en cultiver car mes clients n’appréciaient pas vraiment.
      Cordialement,
      Gilles

  • Bonjour, je suis Dominique et je suis nouvelle et j’habite l’Hérault, mais surement pas au même endroit que David, parce que chez moi, c’est le genre sec, sec. Donc pas d’ortie et pas de prêle, pas que je sache, et pas dans l’entourage immédiat. Je vais démarrer un potager en suivant les conseil de Gilles et il faut de la prêle, de l’ortie et de la consoude!
    Donc je fais un appel au peuple, si vous avez ce genre de chose chez vous, soyez gentils, donnez m’en ! Je ne peux pas dire que je vous l’échangerai car tout ce que j’ai à proposer c’est des agaves, des petites, des moyennes, des grandes, ça se reproduit ces petites bêtes. Si quelqu’un en veut avant éradication!
    Donc merci d’avance aux généreux donateurs!

  • Bonjour ,
    Merci pour tous ces conseils concernant la prêle , je voudrai savoir si la prêle peut se tailler , si oui comment doit-on la tailler ?
    Cordialement .
    Aymard Thérèse

    • Bonjour Thérèse,
      Je le répète, la prêle ne se cultive pas… elle est spontanée et sa végétation ne dure que quelques mois.
      Vouloir la tailler, c’est un peu comme si vous me disiez je vais aller tailler les coquelicots dans les champs…

      Bon dimanche,
      Gilles

  • Bonjour,
    J’habite en Bretagne, et je suis envahie de prêle; ça ne me dérange pas dans mon fossé, mais je commence à en avoir dans mes rosiers, dans mes parterres, dans la pelouse … Est ce qu’il est possible de limiter son développement?
    Merci d’avance
    Jihane

      • Bonjour Jodin,
        Je suis également dans le Morbihan, sur la région vannetaise et je recherche depuis un certain moment maintenant de la prêle, pourriez-vous me dire si vous avez réussi à en avoir et si oui, serait-il possible de savoir où s’en procurer le moment venu.
        Merci d’avance de votre retour d’information et bonne journée !

  • En ce qui concerne la fonte des semis (de tomates), j’ai un bidon de purin de prêle pur à 100%. Cela convient-il?
    Quel dosage dois-je utiliser et pendant combien de temps dois-je laisser tremper les graines?
    Merci, amitiés.

    • bonjour

      je suis dans le morbhian prés de vannes je suis a le recherche de prêle que j’arrive a trouver dans le milieu sauvage , j’aimerai savoir ou je peu en trouver merci de renseignement .

      a bientot

      • Bonjour,

        Avez-vous eu votre réponse, car je suis également à la recherche de prêle et à côté de Vannes dans le Morbihan et j’ai également bcp de mal à en trouver.
        Même si le message date d’il y a 1 an, merci de me faire part d’un retour qui me serait également très utile

        Cordialement

  • Bonjour,

    j’aimerais savoir s’il est possible d’utiliser la grande prêle (equisetum telmateia) dans le potager ? Car j’en dispose mais j’ai du mal à trouver equisetum arvense.
    Merci.

  • Jaimerai savoir , si vous savez, le temps préférable pour recolter ces plantes , j’en ai plein dans mon champs je sais pas a quelle mois les recolter!!

  • Bonjour Gilles et merci pour vos conseils. Nous sommes fin septembre et j’ai la possibilité de récupérer de la prele. Pouvez vous me dire si je peux l’utiliser en ce moment et comment ?
    Peut être en paillage au pied des pêchers , pailler le potager ou dans le compost ? Est çe une bonne période pour ça?
    Ça ne risque pas de m’envahir après si ca prend racine .
    Merci d’avance pour votre réponse .
    Valerie

    • Bonjour Valérie,

      En paillage ? pourquoi pas… mais je ne l’ai jamais utilisé ainsi. Et en effet, les spores risquent de se propager…
      Par contre, je vous déconseille de la mettre au compost. Son effet inhibiteur sur le développement des champignons n’y serait pas forcément bienvenu.
      Mais le mieux est de toute façon d’arroser le sol avec du purin dilué 5 fois : c’est très bien à l’automne… et en toutes saisons pour prévenir des maladies cryptogamiques.

      Cordialement,
      Gilles

  • Bonjour Gilles,
    Merci beaucoup pour tout vos conseils ! C’est passionnant !
    Pour éviter la fonte des semis c’est bien 50g de prêle SÈCHE ?? pour un litre d’eau.

    Merci beaucoup
    Lucie

    • Bonjour Lucie,

      Non, je veux parler de 50g de prêle fraîche pour 1 litre d’eau pour le trempage des graines – donc moitié moins que pour une décoction utilisée en pulvérisation… ce qui équivaut à 7.5 g de plante sèche (efficacité restant à prouver dans ce cas).

      Cordialement,
      Gilles

  • Sur indication de Maria THUN, je récolte la prêle autour de la St.Jean (fin juin) jour Fruits ou jour Fleurs le matin par temps sec
    Merci Gilles pour tous vos conseils
    Michel

  • bonjour
    je suis en cour d’installation en maraichage sur une parcelle d’un hectare, et de la prele des champs pouce partout , des que je l’arrache elle reviens de plus belle, que faire?
    je vois que qu’elle personne disent que c’est une bonne plante compagne, mais je trouve cela risqué ,
    que pouvez vous me dire ?
    merci

  • Bonjour Gilles,
    Je fais du jus de consoude et je trouve cela non seulement très facile à faire mais aussi très économique.
    J’aurais aimé faire la même chose avec la prêle mais comme chez moi il y en a très peu je ne veux pas la gâcher et préfère avoir ton avis sur la question avant de me lancer.
    As-tu déjà essayé ?
    Bonne journée et à bientôt

  • Bonjour,
    peut-on utiliser le purin de prêle (ou d’ortie) contre le dépérissement du buis ?
    Sur les rosiers, les décoctions sont-elles dangereuses pour les larves de coccinelles, coccinelles elles-mêmes, abeilles ou autres insectes utiles ?
    merci

  • Bonjour,
    Tout le monde vante les bienfaits de la prêle, mais personnellement je cherche à m’en débarasser!
    J’ai environ 700m² de prêle dans le jardin et c’est une catastrophe, ca pousse partout, même dans mes joints de terasse…

  • Euh bonjour,
    Vous habitez dans quelle région ? Je suis sûre que Beaucoup de personnes seraient intéressés d’en ramasser… ça la découragerait peut être de pousser… ou exploiter cet plante qui ne demande qu’à pousser chez vous… culture qui apparemment ne vous demande aucun travail…( débouché herboriste…??)
    Bonne continuation

  • Bonjour,
    J’habite dans la région du Pas-de-Calais, et non, rien ne la décourage de pousser, surement pas la coupe.
    Nous l’avons coupée, encore et encore, brûlé au brûleur gaz, mis de l’eau avec du sel, et rien n’y fait depuis un an…
    Vous semblez adorer cette plante, mais elle prend le dessus sur toutes les plantations dans mon jardin. Et elle commence à se propager chez les voisins…

    • Oui, c’est une chance Matthieu ! La prêle est une plante apparue sur Terre il y a quelques millions d’années (c’est l’une des plus anciennes plantes connues…) ; Cette plante, qui n’en ai d’ailleurs pas vraiment une, mais plutôt un « croisement » plante-champignon, est un bienfait pour le jardinier (et accessoirement une opportunité pour vous…) et tout simplement pour l’humanité (c’est notamment un formidable minéralisant); Elle a jusqu’à aujourd’hui résisté à tous les assauts… et l’humain (ou tout au moins le jardinier – le terrassier ayant quant à lui quelques solutions…) doit, pour une fois, s’avouer vaincu par la puissance de la Nature.
      Vous avez décidé d’implanter votre potager là Matthieu (et peut-être n’avez-vous pas vraiment le choix ?), mais la nature en a décidé autrement : votre jardin est un terrain à prêle… une plante très « coriace » qui sera probablement là bien après nous.
      Je sais bien que je ne suis pas à votre place mais, dans ces conditions :
      1) je remercierais la nature pour ce don (la prêle est très demandée…)
      2) je créerais un potager en carrés hors sol, avec au fond du bois en décomposition puis des couches alternées de matières organiques variées (BRF, déchets verts de cuisine et de jardin, feuilles, compost, pailles, foin…); le tout surmonté d’un support de culture terre/terreau/compost- Et un bon paillage par dessus…
      Bon courage !
      Gilles

  • Il est dommage que vous ne lisiez pas ou ne comprenez pas ce que je dis… Non ce n’est pas une chance et c’est tres invasif. J’ai 800m2 de prele soit la quasi totalité de mon jardin. Je ne parle pas de potager, mais d’un terrain entier. Je vous rapelle egalement que la prele rend malade les animaux qui le mange, mon labrador a même été malade. La prele pousse egalement dans les joints de terasse et les tiges montaient meme dans la brique, heureusement que je m’en suis aperçu et j’ai pu stopper ceci. Sans compter la propagation chez les voisins, et les espaces verts aux allentours. La prele que j’ai dans le jardin a pris le dessus sur toutes les plantations y compris les ronces. Elle ne cohabite pas dans mon jardin, elle domine tout. Donc effectivement dans certaines situations et utilisations la prele est bénéfique, ca je l’ai bien compris, mais dans la mienne c’est plutôt un problème.
    Je poste ici pour trouver une solution respectueuse de la nature, et règler ce problème intelligement avec ce que la nature nous offre…

    • C’est vous qui ne comprenez pas : la Nature est plus forte que vous, simple locataire de cet espace… Votre terrain est un terrain à prêle, pas un jardin… et il n’aurait sans doute pas dû être constructible… aussi acceptez-le ou bétonner !

  • Je partage totalement le commentaire de Gilles.
    Pour les jardiniers, les matins des 24, 25 et 26 juin, est la bonne période pour récolter la prêle, sous le soleil.
    Michel

  • Bonjour Gilles,
    Y a-t-il un risque pour les fleurs de tomates de pulvériser de la prêle ou de la consoude.
    J’ai eu l’an dernier beaucoup de fleurs qui ont coulé et je me demande si ce n’est pas dû à la pulvérisation.
    Du coup pour le moment je n’arrose qu’au pied des plantes mais je pense que cela n’a pas le même résultat.
    Bonne journée

    • Bonjour Daniele

      Non, la pulvérisation de prêle, consoude ou ortie ne fait pas couler les fleurs (le bicarbonate ou la bouillie bordelaise, oui… Pour l’ortie ou la consoude (effet vitalisant), arroser au pied revient en gros au même qu’une pulvérisation; par contre, pour la prêle (effet protecteur), il est aussi bon de pulvériser sur tout le feuillage.

      Bonne journée

      Gilles

  • La consoude peut apporter le calcium, en pulvérisation sur le feuillage, aux tomates sujet à la nércose apicale (cul noir)
    Bonne journée
    Michel

  • Merci pour vos Conseils Gilles, grâce à vos conseils et votre ouverture d’esprit, je ne vais pas bétonner, mais je vais sans doute devoir mettre du glyphosate, ou du chlore si je ne trouve pas de solutions.

    • Je manque d’ouverture d’esprit ? alors que j’ai pris de mon temps pour essayer de vous faire prendre conscience d’une réalité, à savoir que la prêle est très utile et DOIT être préservée (ne serait-ce que parce qu’elle ne se cultive pas). Et que, par ailleurs, on ne l’élimine pas aussi facilement que ça (à ma connaissance, il n’y a pas de solution naturelle)… Réalité que visiblement, vous vous refusez à comprendre, obnubilé que vous êtes par la conception moderne (rassurez-vous, vous n’êtes pas le seul…) du jardin : « c’est moi qui décide et la nature n’a qu’à se plier à mes désirs ».
      Allez, au revoir

    • Oups j’ai le même souci que vous mais le r…-u… (mot et produit interdit sur ce blog) ne fait rien; 1cm de rhizome produit 63m par an, le fauchage est la seule solution puisque elle se nourrie de lumière .

  • Salut Gilles !!
    Je viens de découvrir un endroit où je peux cueillir de la prèle. Le mois dernier j’ai fait un peu de purin. Combien de temps se conserve le purin de prêle s’il te plait ? Bonne fin de dimanche !!

  • Message pour Mathieu,
    Je suis comme vous envahie de prêle depuis des années (près de Perpignan) et malheureusement, Gilles a raison : rien n’y fait. J’ai tout essayé et, à l’époque, même le glyphosate. Elle repousse tout le temps et s’est également propagée chez les voisins. Un ingénieur horticole m’avait fait remarquer que la seule plante dont la SNCF ne peut se débarrasser, la prêle, pousse à travers le ballast. Tirez-en la conclusion que vous voulez…

  • Bonjour,
    Mon nectarinier a attrapé la cloque.
    J’aurai voulu savoir s’il était trop tard pour le traiter cette année?
    Que puis-je faire pour lui?

  • Bonjour,
    j’ai lu attentivement l’ensemble des commentaires, merci pour toutes ces précieuses infos.
    En ce qui me concerne, je souhaite savoir si le purin de prêle convient en prévention du mildiou de la tomate en arrosage au pied ou s’il doit être pulvérisé sur le feuillage, sachant qu’on doit éviter de mouiller les feuilles non ?
    je n’ai pas de prêle chez moi donc pas de décoction possible.
    De plus, à quelle fréquence doit on renouveler l’application en préventif ?

    • Bonjour Virgine,
      Pour le purin, les arrosages au pied sont tout aussi efficaces que les pulvérisations. Les racines vont absorber la silice et la distribuer dans la plante, qui résistera alors mieux aux maladies cryptogamiques.
      Cela dit, les pulvérisations sont l’équivalent d’une pluie de quelques secondes… et le feuillage ne sera mouillé que très peu de temps. Ce n’est donc pas un problème.
      En fait, entre arrosage ou pulvérisation, c’est surtout une question de pratique (arroser au pied peut être fastidieux si les surfaces de cultures sont importantes.
      Il n’y a pas vraiment de fréquence; cela dépend des risques… personnellement, lorsqu’un période pluvieuse conséquente (plusieurs jours de pluies importantes) est annoncée, je fais un petit arrosage au pied en préventif.
      Bonne journée,
      Gilles

  • Bonjour Gilles,
    Merci pour votre blog riche en conseils très utiles !
    J’aimerais savoir si le purin de prêle est tout aussi efficace que la décoction de prêle pour lutter contre les maladies cryptogamiques de la tomate (mildiou)?
    D’avance merci pour votre réponse.
    Bonne journée

  • Bonsoir Gilles,
    Vous citez: « Le purin de prêle est utilisé en préventif contre les maladies cryptogamiques du sol » cela ne va t’il pas à l’encontre si après avoir épandu du BRF sur le terrain on veut que les champignons et autres moisissures se développent pour nourrir d’autres micro animaux et enrichir le sol ?
    Bonne soirée

    • Bonjour,
      Non… en réalité, le purin de prêle ne détruit pas les champignons, mais va simplement « enrober » (un peu comme une vitrification) de silice les plantes (directement si on pulvérise sur les cultures ou indirectement si on arrose le sol), les rendant ainsi plus résistantes aux maladies cryptogamiques.
      Cordialement,
      Gilles

  • Bonjour,
    Je suis nouveau dans le forum.
    Je viens de lire qu’il ne faut pas préparer le purin, prele ou ortie, dans des récipients en métal, à cause de l’oxydation. Qu’est-ce que l’oxydation au juste, et quel est la différence d’effet entre un purin d’ortie préparé dans un récipient en métal et celui préparé dans un récipient en plastique ou en terre?
    Est-ce que la recommandation est aussi valable pour l’eau d’arrosage?
    Merci beaucoup pour la réponse à venir.

  • >