La Culture des Tomates en Permaculture

Originaire d’Amérique Latine, les tomates sont cultivées en France depuis le XVème siècle.

Et c’est probablement aujourd’hui la culture la plus répandue dans les potagers.

C’est en tout cas le légume (ok… c’est un fruit) le plus consommé en France (en moyenne 15 kg de tomates par personne et par an – voir ici).

Bon… on est d’accord ? Mieux vaut les produire soi-même, naturellement, dans son potager que les achetez (même bio, elles ne seront jamais aussi bonnes que les vôtres).

Quelle grande joie en effet que de déguster une tomate fraîchement cueillie !

Mais avant cela, il faut se mettre au travail…

Sachant qu’en permaculture, il est essentiel de connaître les besoins d’une plante, quelle qu’elle soit, afin de pouvoir la cultiver dans les meilleures conditions possibles.

Aussi, avant de s’attaquer à la culture de la tomate, commençons par mieux connaitre cette plante tant appréciée.

Exigences de la tomate

La tomate est une plante ayant besoin de chaleur et de lumière ; elle doit être cultivée à exposition sud, sans ombrage.

Elle apprécie les sols légers se réchauffant facilement mais s’adapte à tous les types de sols.

La tomate nécessite une fumure importante (avec notamment des besoins conséquents en azote et potasse).

Vous devez donc avoir pour objectif de rendre votre terre vivante et fertile en apportant régulièrement des matières organiques diverses ( compost, fumier, cultures d’engrais verts, brf, paillages…) sur le sol de votre potager.

Les besoins de la tomate en éléments nutritifs augmentent au fur et à mesure du développement de la culture pour atteindre leur paroxysme à la nouaison (formation des fruits).

Il est donc opportun de compléter la fumure par l’emploi engrais naturels en cours de culture (la consoude est parfaite pour cela). Mais vous pouvez également trouver dans le commerce des engrais bio pour les tomates)

Choix des variétés de tomates

J’ai l’habitude de conseiller les variétés anciennes. Ceci est encore plus vrai avec les tomates, tant le goût  de celles-ci est incomparable par rapport aux variétés hybrides modernes (certes souvent plus résistantes au mildiou).

Quelques variétés de tomates
Quelques variétés de tomates

De plus, avec des variétés anciennes, vous pourrez ainsi produire vos graines.

Le nombre de variétés de tomates disponibles étant absolument phénoménal, je ne présenterai ici que celles que j’ai personnellement sélectionnées (pour leurs qualités gustatives) au fil des ans.

Dans les régions situés au nord de la Loire, la culture de tomates tardives est très incertaine….

Les variétés précoces de tomates (récolte 40 à 60 jours après la plantation)

Gregory Altaï (variété originaire de Sibérie, gros fruits rouges violets – ne se taille pas – ferme à la cuisson, très savoureuse)

Les variétés hâtives de tomates (récolte 55 à 65 jours après la plantation)

Marmande hâtive (fruits rouges côtelés, savoureuse), Tigerella (tomate grappe de calibre moyen, chair juteuse et acidulée, productive et bien adaptée aux régions froides), Burbank (petits fruits rouges juteux – variété très rustique et résistante aux maladies)

Les variétés de tomates de mi-saison (récolte 60 à 80) jours après la plantation

Saint-Pierre (fruits rouges et fermes, très parfumés – idéale pour les tomates farcies- peu de graines – très productive, plutôt résistante au mildiou), Rose de Berne (chair rose, épaisse et très sucrée – un délice – productive, résistante au mildiou), Noire de Crimée (gros fruits brun très foncé à la chair rouge – saveur douce sans acidité – résistante à la sécheresse), Green Zebra (chair ferme, verte, saveur douce – bon rendement)

Les variétés tardives de tomates (récolte plus de 80 jours après la plantation)

Coeur de Boeuf (chair rouge dense et onctueuse, malheureusement très sensible au mildiou), Cornu des Andes (fruit rouge, ferme, peu juteuse et contenant très peu de graines)

 

Mais voyons maintenant la culture culture de la tomate :

Semer les tomates

Jeunes plants de tomates Saint-Pierre
Jeunes plants de tomates Saint-Pierre

On peut semer du mois de janvier pour les cultures sous serres au mois de mai, sachant qu’il faut compter environ 6 semaines entre le semis et la plantation en pleine terre.

Les tomates se sèment au chaud (16°C minimum) en terrine ou directement en godet.

Personnellement, je sème en terrine et repique ensuite les plants (voir ci-dessous), ce qui favorise le développement du système racinaire).

Une bonne luminosité est importante pour éviter que les plants ne s’étiolent.

Arroser le semis au vaporisateur et maintenir humide jusqu’à la levée.

Quand le plant est sorti, arroser au goulot (petit arrosoir) en prenant soin de ne pas mouiller le feuillage. Il est ensuite préférable d’attendre que le terreau sèche avant d’arroser à nouveau (une humidité permanente pouvant nuire à  la santé des plantes). N’attendez pas toutefois que le plant ne flétrisse par manque d’eau…

Repiquer les tomates

Les mêmes plants de tomates Saint-Pierre quelques semaines après...
Les mêmes plants de tomates Saint-Pierre quelques semaines après…

Repiquer dès l’apparition des feuilles vraies (différentes des cotylédons) en godet de 8 x 8 cm remplis d’un mélange de compost (1/3), de terre de jardin (1/3) et de terreau de plantation (1/3). Un repiquage plus tardif retarde la floraison et donc les premières récoltes.

Il est important de ne pas toucher la tige lors de la phase de repiquage. En effet, le contact avec les mains nuit au développement des racines se développant normalement tout au long de la tige (voir la vidéo ci-dessous).

Repiquer jusqu’aux cotylédons.

Arroser au goulot sans mouiller les feuilles.

 

Cette vidéo est extraite du module 7 de la formation Faites vos plants

 

Planter les tomates

Lorsqu’il fait beau, sortir progressivement les plants avant la plantation afin de les acclimater aux conditions de culture.

10 avril 2013 : les tomates Saint-Pierre sont maintenant en terre
10 avril 2013 : les tomates Saint-Pierre sont maintenant en terre

Environ 3 semaines avant la plantation, préparer des trous d’un volume 2 fois supérieur à la motte. Mettre une poignée d’ortie fraîche au fond du trou (ne pas reboucher le trou avant la plantation, ceci afin de permettre aux feuilles d’ortie de se décomposer).

En extérieur, la plantation doit être effectuée lorsque les gelées matinales ne sont plus à craindre (vers la mi-mai pour de nombreuses régions).

On espace les plants de 1 m entre ligne et de 70 cm au moins sur la ligne, voir plus (une trop grande proximité favorise le développement du mildiou et autres maladies).

Remplir les trous d’un mélange de compost, de terre et de cendre de bois (potasse). Le plant doit être enterré profondément (jusqu’aux première feuilles vraies).

Arroser abondamment à la plantation puis couvrir avec un mulch de feuilles de consoude.

Entretenir les cultures de tomates en permaculture

Tuteurer les plants de tomates

Le tuteurage est indispensable (sauf pour quelques variétés comme la Roma ou la Burbank) afin que le plant ne s’écroule pas sous le poids des fruits.

Couvrir le sol au pied des tomates

Un bon paillage a de nombreux avantages : pas de travail de désherbage, le sol reste frais, tout en diminuant considérablement les besoins en arrosage, les fruits du bas ne sont pas en contact avec la terre…

Arroser les plants de tomates

Les arrosages s’effectuent au pied. Avec un paillage, un arrosoir (12 litres) tous les 10/15 jours est en général suffisant.

En début de culture n’hésitez pas à faire 1 ou 2 arrosages (espacés de 10-15 jours) avec du purin d’ortie dilué 10 fois (l’ortie favorisera le développement de la végétation) ; puis  continuez ensuite avec 3 ou 4 arrosages (également espacés de 10-15 jours) au purin de consoude dilué 10 fois (la consoude est plus approprié que l’ortie pour la floraison et la fructification).

Tailler ou pas les plants de tomates ?

Traditionnellement, on supprime les pousses naissant à l’aisselle des feuilles (gourmands).

Cette pratique permet d’obtenir des fruits relativement homogène et d’un calibre important.

Toutefois, la taille engendre des plaies sur la plante…et ces plaies sont la porte ouverte au mildiou. Depuis quelques années, je ne taille qu’une partie de mes plants et laisse les autres tranquilles…

Résultats : les plants non taillés sont indemnes de maladie, ils sont beaucoup plus productifs (grâce à un feuillage nettement plus important) même si les fruits sont un peu plus petits, et produisent plus longtemps !

Protéger naturellement la culture de tomates

Le tomate est fragile. Nombreuses sont les maladies pouvant décourager un jardinier débutant.

Pourtant, en veillant à des apports équilibrés et en agissant préventivement, on peut éviter pas mal de désillusions…

Vous verrez ci-dessous que nombre de maladies peuvent être évitées simplement…en ne taillant pas les pieds de tomates !

Le sujet est vaste et les problèmes rencontrés dépendant de paramètres multiples, je ne  présenterai ici que succinctement quelques  maladies courantes.

Maladies cryptogamiques

La fonte des semis

Les jeunes tiges deviennent molles et s’allongent démesurément puis se couchent et meurent.

La fonte des semis est causée par différents champignons apparaissant par excès d’humidité ou par des températures trop faibles, ou encore dans un sol mal aéré.

Pour éviter la fonte des semis, trempez les graines dans une décoction de prêle non diluée.

Le mildiou

Le mildiou est une maladie également due à un champignon.

Elle est bien connue des jardiniers.

Plus ou moins virulente selon les années, le mildiou apparaît en général à partir du mois de juin par temps pluvieux avec des températures comprises entre 10 et 25°C.

La culture sous abri constitue la meilleure façon de se préserver du mildiou.

La maladie des tâches noires (alternariose)

L’alternariose est une maladie engendrée par un champignon résultant d’une humidité excessive dans des conditions de températures comprises entre 5 et 30°C.

On observe alors de petites tâches noires sur le feuillage et les tiges.

Cette maladie cryptogamique est généralement transmise par des semences issues de fruits infectés.

Utilisez des graines saines !

Maladies physiologiques

Le cul noir (ou nécrose apicale)

La nécrose apicale est reconnaissable à l’apparition de larges tâches noires se développant au bas du fruit.

Fréquente en début de saison, cette maladie est causée par une alimentation irrégulière en eau engendrant un excès d’azote et le blocage du calcium.

Une bonne pratique d’arrosage constitue le meilleur moyen de lutte en préventif contre la maladie du cul noir.

La maladie de l’enroulement des feuilles de tomates

Caractérisée par l’enroulement des feuilles, cette maladie a généralement pour cause une alimentation trop riche.

Sous serre, elle peut être due à une humidité insuffisante ou irrégulière ; exceptionnellement, on pourra alors arroser le feuillage avec un jet fin.

L’éclatement des fruits

Conséquence d’arrosages irréguliers, ou apparaissant parfois après un orage violent consécutif à une période de sécheresse, cette maladie physiologique n’apparaît pas si l’on ne taille pas les pieds de tomates, le feuillage abondant absorbant alors facilement l’eau en excès.

Maladies bactériennes et virales

Le flétrissement bactérien

Cette maladie se propageant principalement par les blessures, je renouvelle ici le conseil de ne pas tailler les pieds de tomates.

La mosaïque du tabac

Rare mais virulente lorsqu’elle apparaît (en particulier sous serre), cette maladie se caractérise par des feuilles restant petites, gaufrées et parsemées de tâches jaune-vert en forme de mosaïque. Les fruits se couvrent également de tâches. Se propageant par contact, notamment d’outils infectés, la non-taille peut là encore éviter cette maladie.

Les parasites

Un environnement préservé et diversifié limite considérablement les attaques parasitaires.

Les pucerons

Favorisez la biodiversité dans votre jardin et les attaques de pucerons ne seront plus un problème…les coccinelles se chargeront d’en réguler les populations.

Certaines fleurs auront également un effet bénéfique : les œillets d’Inde d’Inde par exemple éloigne les pucerons, alors qu’au contraire la capucine les attire (préservant ainsi les autres plantes).

Les nématodes

Les nématodes sont de minuscules vers s’attaquant aux racines et entraînant la formation de galles. En cas de problème, il est alors conseillé d’effectuer des rotations de cultures. Les tagètes (roses d’Inde, œillets d’Inde) auraient également un effet protecteur contre les nématodes.

L’utilisation de plants greffés est une autre solution.

La noctuelle de la tomate

Surtout présent dans le sud de la France, ce papillon nocturne originaire des tropiques pond ses œufs sur la face inférieure des feuilles de tomates.

Les chenilles rongent ensuite les feuilles et les fruits. Le meilleur moyen de lutte, outre les insecticides biologiques (baccilius thuringiensis), est le ramassage systématique des larves.

Récolter les tomates

Les tomates se récoltent régulièrement et bien mûres pour un parfum optimum.

148 commentaires au sujet de “La Culture des Tomates en Permaculture”

  1. Bonjjour
    Mes tomates sont infestées par les aleurodes. J’ai traité avec du savon noir mais j’ai peur que cela soit insuffisant.
    J’ai aussi acheté des larves de
    MaCROLOPHUS ANTI aleurodes . Je vais les recevoir sous peu.
    Je suis un peu désespérée de les perdre car les fruits sont déjà là.
    Il y a eu également une invasion de pucerons sur les lauriers roses qui les entouraient.
    Pour plus d’informations :
    J’habite le sud de la France ( Antibes) .
    J’ai fait moi même mes plants, en serre . Puis, je les ai planté en pleine terre mi avril.
    Mais le printemps a été très pluvieux.
    Merci d’avance pour vos conseils avisés.

    Répondre
  2. Bonjour, merci pour toutes ces infos précieuses ! Toutefois je cherche une info sur les tomates que je ne trouve pas, en effet concernant la rusticité il est difficile de trouver des infos pour essayer, comme le faisait parfois nos anciens, de les transformer en vivaces ! Elles pouvaient parfois tenir jusque 7-8 ans m’a t-on dit ! Quelles sont leurs rusticité réelles ? Faut il protéger que les pieds et comment ? Etc Un article sur le sujet serait parfait si cela vous tente !!

    Répondre
  3. Bonjour Gilles ,
    Je ne suis qu’une jardinière amateure mais toujours preneuse de bons plans et tous vos conseils me sont très précieux .
    Merci beaucoup !!
    J’aimerais essayer la culture de la Consoude de Russie que vous recommandée mais où en trouver ?

    Cordialement
    Nathalie

    Répondre
  4. Bonjour, Intéressé par l’idée que vous avez une belle réussite sans tailler vos plants, pourtant, tout au contraire, je fais en sorte bien les tailler et surtout de laisser assez peu de feuillage, les feuilles entre elles ne devant pas ou peu se toucher. Les plants sont assez espacés, situés plein sud, dans une zone aérée, légèrement ventée. Je n’ai pas de serre.
    Bien qu’habitant dans la région parisienne, en 10 ans de culture, mes tomates ( variétés anciennes et bio) poussant dans un sol sec et pauvre, n’ont jamais eu de mildiou, même les années catastrophiques pour la plupart des jardiniers. Et les récoltes sont bonnes.
    Alors, je me demande : y a-il une seule et bonne méthode ou bien, faut-il savoir observer et s’adapter aux conditions qui nous entourent ?
    Ce n’est pas pour autant que je met en doute votre pratique qui m’a l’air aussi, respectueuse de la nature et pleine de bon sens. Mais voilà…

    Répondre
    • Bonjour Yan,
      Vous donnez vous-même la réponse à votre question : « y a-il une seule et bonne méthode ou bien, faut-il savoir observer et s’adapter aux conditions qui nous entourent ? »
      En jardinage, il n’y a pas une vérité absolue… mais des conditions de cultures propres à chaque environnement.
      Aussi, comme je le répète fréquemment, rien ne vaut l’expérience que l’on fait soi-même des choses.
      Expérimenter est donc la meilleure alternative possible.
      C’est d’ailleurs ce que je recommande dans l’article en question (https://www.un-jardin-bio.com/tailler-ou-pas-plants-tomates/)
      Cordialement,
      Gilles

      Répondre
  5. Bonjour,
    Les feuilles de mes plants de tomates jaunissent et je ne connais pas la cause. J’ai d’abord crû que je les arrosais trop sachant qu’elles sont paillés mais après avoir arrosé moins régulièrement j’ai l’impression que ça ne change rien et même qu’elles sèchent. Vu les hautes températures je ne sais pas comment arroser. Pouvez-vous m’aider?
    Merci.

    Répondre
  6. très beau commentaire sur les tomates. cependant il y a un point ou je ne suis pas d’accord du tout c’est la culture des tomates toujours au même endroit. j’habite en Auvergne à environ 750m altitude et je cultive des tomates en serre froide fixe depuis 20 ans.les 4 a 5 premières années j’avais de très belles récoltes mais avec le temps je ne récolte pratiquement rien .je veut comme exemple une voisine chez lequel je lui ai fabriqué cadre rigide(embase) en fer u de 80 qui lui permet de déplacer sa serre tout les ans,je fait mes plans moi même et j’en donne a ma voisine.chez la voisine pleine serre de tomates et chez moi 10 pour cent de sa récolte .je vient de recevoir une serre de 18 m2 que je vais monter .je vous donnerai le résultat pendant l’été

    Répondre

Laissez un commentaire (si c'est pour faire de la pub, ne perdez pas votre temps... je ne publierai pas)