Les Engrais Verts au Potager Bio

On réunit sous l’appellation engrais verts différentes plantes destinées à améliorer la structure d’un sol, le protéger des intempéries et de l’érosion, et à y favoriser le développement de la vie… rendant ainsi ce sol plus fertile.

Au potager naturel, on cultive un engrais vert entre deux cultures légumières dans le but d’améliorer la fertilité du sol.

Comment rendre votre terre vivante et fertile pour des récoltes abondantes ?

Intérêts des engrais verts

Les engrais verts ont de nombreux avantages :

  • Ils stimulent la vie microbienne du sol en mettant à disposition une nourriture abondante ;

  • Les racines plongeantes des engrais verts travaillent le sol en profondeur et en améliorent ainsi la structure ;

  • Ils assurent une couverture du sol, le protégeant ainsi de l’érosion ;

  • Les engrais verts captent des éléments nutritifs dans les profondeurs du sol, et pour les légumineuses, dans l’atmosphère. Ces éléments seront utiles aux cultures suivantes ;

  • Ils piègent les nitrates et pourront les restituer pour la culture suivante (alors qu’un sol nu laissera les nitrates s’infiltrer vers les nappes phréatiques) ;

  • Ils permettent une meilleure circulation de l’eau dans le sol ;

  • Une culture d’engrais vert empêche le développement des herbes indésirables ;

  • Certains engrais verts, comme le seigle, la phacélie ou le trèfle sont de très bons producteurs d’humus.

Semés en mélange, les engrais verts seront encore plus bénéfiques pour le sol : outre que cela permet un travail des racines à différentes profondeurs du sol (selon les espèces cultivées) et donc également de capter plus d’éléments nutritifs, un mélange permettra aussi une meilleure couverture du sol.

Inconvénients des engrais verts

La culture d’engrais verts comportent quelques inconvénients à prendre en considération avant d’en mettre en place :

  • Ils puisent dans les réserves du sol pour se développer. Aussi, ils sont à utiliser avec précautions dans les terre pauvres en humus (terres sableuses) ;

  • Ils prennent de la place. Aussi, si vous disposez d’un petit jardin, oubliez les engrais verts.

  • Ils consomment beaucoup d’eau, ce qui peut également être ennuyeux, notamment pour les engrais verts d’été, si l’on dispose de peu d’eau pour arroser.

Les différents types d’engrais verts

3 grandes familles de plantes sont couramment utilisées comme engrais verts pour le jardin :

Les légumineuses

Les légumineuses les plus employées comme engrais verts sont les féveroles, la vesce, le pois, le trèfle.

Les légumineuses fixent l’azote atmosphérique.

Les crucifères

Les crucifères comme la moutarde, le colza ou encore la navette poussent bien dans les sols pauvres en humus (je les recommande donc pour les sols sableux) et se développent rapidement.

Les graminées

Le seigle, l’avoine ou le ray-grass sont en général cultivées en mélange avec des légumineuses.

 

Outre celles appartenant à l’une de ces 3 grandes familles d’engrais verts, quelques autres plantes sont recommandées comme engrais verts :

  • le sarrasin : plante peu exigeante qui a pour principal intérêt de nettoyer le sol des « mauvaises herbes » ;
  • les épinards : cultivés comme épinards, ils permettent d’assurer une bonne couverture du sol au printemps (voir plus bas) ;
  • la phacélie : plante très mellifère et attractive pour les insectes pollinisateurs.

Quel(s) engrais vert(s) choisir ?

On choisira son engrais vert (ou son mélange) tout d’abord en fonction de l’état du sol et donc du but recherché :

  • lorsque le sol est tassé, l’objectif premier sera de de décompacter et d’aérer la terre en question – des espèces à racines plongeantes, ou pivotantes, seront alors recommandés si le sol est tassé en profondeur alors que s’il est tassé en surface, on choisira plutôt des espèces à racines traçantes. Les 2 pouvant bien sûr être combinées pour un sol tassé aussi bien en surface qu’en profondeur…
  • lorsque le sol est envahi de « mauvaises herbes », un engrais vert se développant rapidement et couvrant efficacement le sol sera tout indiqué
  • lorsque le sol est plutôt pauvre, un mélange d’espèces à forte production de masse végétale (qui, en se décomposant, enrichira la terre) et de légumineuses (fixant l’azote atmosphérique qui sera restitué aux cultures suivantes lors de la décomposition de l’engrais vert) sera tout à fait approprié

Le choix de l’engrais vert se fera également en fonction de la culture qui suivra :

  • un mélange d’espèces produisant une importante masse végétale avec des légumineuses sera bénéfique pour des légumes gourmands (légumes fruits, poireaux, choux, céleris…)
  • les carottes apprécieront d’être cultivées après un mélange d’engrais verts nettoyants et d’espèces à racines traçantes (ameublissant la terre en surface)
  • si vous vous voulez cultiver des choux, ne cultivez pas au préalable de la moutarde ou autre crucifère (ce sont des espèces de la même famille, puisant les mêmes éléments minéraux dans le sol, avec donc un risque d’épuisement de ces éléments; et d’éventuelles maladies spécifiques à cette famille de végétaux pourraient être propagées…)

Bien souvent, une terre aura plusieurs problématiques à régler.

Par exemple tassement du sol et envahissement pas les adventices vont souvent de pair. Il sera alors judicieux de mélanger des espèces à racines pivotantes et/ou traçantes (selon la profondeur à laquelle le sol est tassé) avec des espèces à fort pouvoir couvrant.

A partir des effets recherchés, de la culture à venir, mais aussi du type de sol, de la région et bien entendu de la période d’implantation, il y a en général de nombreuses solutions, et d’innombrables combinaisons possibles…

Il serait donc impossible de vous indiquer ici quel(s) engrais vert(s) cultiver chez vous.

Mais sachez que les caractéristiques des différents engrais verts figurent sur les fiches de présentation de sites comme Germinance par exemple.

Ce qui devrait vous permettre de faire votre choix (et si c’est trop compliqué, je suis à votre disposition, en accompagnement personnalisé, pour analyser votre situation et déterminer avec vous les espèces appropriées chez vous en telle ou telle saison.

Semer un engrais vert

Les engrais verts se sèment avant ou après la culture principale, évitant ainsi de laisser une parcelle à nue.

Les engrais verts de printemps

engrais vert printemps
Phacélie, un engrais vert de printemps

Les parcelles destinées aux cultures d’été qui ne seront pas mise en place avant le mois de mai (tomates, concombres, aubergines, poivrons, courges) peuvent être ensemencées avec un engrais vert ou mieux encore par un mélange d’engrais verts.

Ceux-ci doivent alors semés suffisamment tôt (tout début de printemps) si l’on veut qu’ils aient le temps de se développer. Ce n’est donc pas possible partout.

En revanche, les parcelles destinées aux légumes d’hiver (carottes,  poireaux, choux, radis d’hiver, céleri, chicorées, panais…) profiteront parfaitement d’une culture préalable d’engrais verts.

Voici deux exemples d’engrais verts de printemps (les poids indiqués correspondent aux quantités de semences à l’are) :

  • Mélange vesce (1 kg) + avoine (800g)

  • Mélange pois (1,2 kg) + avoine (800g)

  • Mélange vesce (600 g) + ¨pois (700 g) + avoine (700g)

    Ces 3 premiers mélanges d’engrais vert sont à semer début mars (avant les cultures d’hiver qui seront implantées à partir du mois de juin – Végétation importante.

  • Épinards : à semer en mars sur sur des rangs distants de 40 cm sur les parcelles destinées aux cultures d’été. On pourra consommer une partie des épinards, le reste étant fauché et utilisé comme mulch. On peut effectuer des semis entre les rangs d’épinards.

Les engrais verts d’été

engrais vert printemps,engrais vert automne : moutarde
Moutarde blanche, un engrais vert réussissant bien en été

On sème les engrais verts d’été sur les parcelles libérées pendant l’été (après une culture de printemps de pommes de terre, de pois ou de fèves par exemple).

Les engrais verts d’été les plus couramment utilisés sont :

  • Mélange vesce (1 kg) + avoine (800g)

  • Sarrasin (800 g)

  • Moutarde (150 g)

  • Colza (200 g)

Après une culture de culture de légumineuses, on sèmera de préférence du sarrasin ou une crucifère (moutarde ou colza).

Les engrais verts d’automne

Engrais vert automne hiver : seigle
Seigle, un engrais vert semé à l’automne pour couvrir le sol pendant l’hiver

Les engrais verts d’automne prennent place sur les parcelles libérées en septembre/octobre.

  • Si l’on veut semer tôt au printemps, on choisira un engrais vert à croissance rapide : en général de la moutarde. Il est impératif de semer avant le 15 septembre.

  • Sinon, on sèmera un engrais vert résistant au gel : vesce d’hiver + seigle par exemple. Cet engrais vert assurera une bonne couverture du sol pendant tout l’hiver et fournira une importante masse végétale bénéfique aux cultures exigeantes (légumes fruits) qui seront mises en place en fin de printemps (deuxième quinzaine de mai/juin)

Vous pouvez trouver des semences biologiques d’engrais verts, par exemple chez Germinance, qui propose notamment des mélanges d’engrais verts pour différentes saisons et conditions de culture.

Comment détruire un engrais vert

Les engrais verts se fauchent en début de floraison (masse organique à son maximum) et donc avant la formation des graines (pertes de nutriments et propagation de l’engrais vert).

Le jardinier a alors 2 possibilités :

  • Il veut mettre en place une culture tout de suite après l’engrais vert : on fauche l’engrais vert (ou on l’arrache) puis on l’enlève pour le mettre au compost (ou comme mulch sur une parcelle qui ne sera pas ensemencée dans l’immédiat). Il est en effet impératif d’enlever toute végétation afin d’éviter le phénomène de faim d’azote (conséquence de la concurrence des besoins en azote pour la décomposition des matières organiques et les besoins en azote des plantes cultivées). On préparera ensuite la terre pour semer ou planter.

  • La parcelle ne sera pas « exploitée » dans l’immédiat : après avoir fauché l’engrais vert, on peut le laisser sur place comme mulch ou encore le broyer pour l’incorporer en surface (avec une Grelinette ou un cultivateur). 2 ou 3 semaines après, l’engrais verts aura amorcé sa décomposition et on pourra, après avoir ameubli le sol à la Grelinette ou à la Campagnole, mettre en place la culture souhaitée.

 

Retrouvez tous mes conseils pour fertiliser au mieux la terre de votre potager dans mon livre numérique

« Mon Potager au Naturel« .

 

103 commentaires au sujet de “Les Engrais Verts au Potager Bio”

    • Bonjour Claude,
      Oui, bien sûr.
      Le choix de l’engrais vert dépend avant tout de l’état du sol et donc du but recherché :

      • le sol est-il tassé et donc faut-il le décompacter ? le but est alors principalement de le décompacter<
      • le sol envahi de « mauvaises herbes » ? le but est alors de le couvrir au plus vite et au mieux
      • le sol est pauvre ? des engrais verts produisant une importante masse végétale seront alors appropriés

      Un site comme Germinance précise ce genre de caractéristiques et vous permettra donc de faire vos choix.
      Et des mélanges sont possibles (une terre est souvent en même temps tassée et envahie d’adventices).
      Cordialement,
      Gilles

      Répondre
  1. Bonjour, nous avons un terrain de 2500 mètres carrés qui a été longtemps abandonné. Beaucoup de chardons s’y font installés, ce terrain servira de club canin, pouvez vous nous aider à trouver une solution pour éradiquer ces chardons pour éviter les blessures aux pattes des chiens. L’engrais vert serait il une solution à notre problème ? Et comment pourrions nous procéder ? Merci à vous

    Répondre
  2. Bonjour, j’ai une haie de hêtre de 11m de longueur, j’aimerais mettre un engrais vert à la place de ma bâche de paillage. ma terre est assez argileuse et j’aimerais améliorer la structure du sol par ce biais. Quel variété me conseillez vous est une bonne idée ?

    Répondre
  3. Bonjour Gilles,

    Merci pour votre site que je découvre, une incroyable ressource pour les jardiniers amateurs ! Je prépare me engrais verts pour l’automne à venir, et j’ai un mélange seigle veisce d’hiver. Je souhaiterais y ajouter une crucifère pour un travail en profondeur, mon sol étant argileux et collant au printemps. Que recommanderais tu ? Je suis en Savoie.

    Merci d’avance et cordialement.

    Marc

    Répondre
  4. Bonjour,

    j’ai semé l’an dernier mon gazon sur un terre argileuse et pauvre (la terre de surface a été enlevée) sur un terrain de 350m².
    Résultat catastrophique, malgré un très bon arrosage, le gazon ne se développe pas, il mesure quelques centimètres depuis l’automne dernier et dépérit de plus en plus. Je ne fais que tondre les mauvaises herbe, qui, elles, se développent sans soucis!

    J’aimerais recommencer à zéro en améliorant la qualité de la terre et sans investir dans une tonne d’engrais chimiques ou de produits onéreux.

    On m’a conseillé les engrais verts, mais j’avoue ne pas savoir comment procéder.
    Puis-je semer l’engrais par dessus le gazon après l’avoir tondu à raz? En grattant un peu la terre en surface?

    Je vis dans le Pas de Calais et je compte faire ça à partir de septembre.

    Merci d’avance pour vos conseils !

    Anthony

    Répondre
    • Bonjour Anthony,
      Si vous procédez comme vous l’imaginez soit l’engrais verts lèvera mal du fait de la concurrence avec le gazon et les herbes spontanées (qui n’ont rien de « mauvaises »… elles se développent « sans soucis » tout simplement parce qu’elles sont à leur place, contrairement à un gazon…), soit il se développera correctement et étouffera le gazon… Je pencherais à priori plutôt pour la première hypothèse.
      Pour faire les choses correctement, vous devez repartir de zéro… c’est à dire commencer par préparer la terre (désherbage, ameublissement et affinage soit à la Grelinette, soit au motoculteur) puis semer votre engrais verts en début d’automne…
      Je vous conseillerais alors un engrais vert longue durée (par exemple le mélange d’engrais vert cycle long proposé par Germinance ici) permettant de couvrir le sol jusqu’à l’automne suivant (qui est la meilleure période pour semer un gazon).
      Mais bon, cela dit, personnellement, c’est plutôt le gazon que je considère comme un « mauvaise herbe »… une pelouse naturelle, avec des fleurs spontanées, est à mon sens bien plus jolie et surtout favorable à la biodiversité… mais cela n’engage que moi.
      Cordialement,
      Gilles

      Répondre
      • Merci pour vos précieux conseils!
        je suis également en faveur de pelouse naturelle, mais vivant dans un lotissement régit par certaines règles, je me suis tourné naturellement vers le gazon.
        Existe-t-il des alternatives au gazon et qui permettrait de garder le côté « terrain de jeu » pour les enfants et si possible pas envahissant par respect pour les voisins?
        j’ai un souvenir d’enfance de la pelouse de trèfles de mon grand-père, mais je ne sais pas si c’est réalisable et durable sur mon type de terrain…

        Répondre
        • Laissez simplement pousser ce qui doit pousser… et tondez pour maintenir le terrain de jeu… vous aurez alors une « pelouse » naturelle adaptée à votre terre et même améliorante (parmi les adventices qui vont se développer, nombreuses seront celles qui seront là pour décompacter votre terre argileuse) et même favorable à la biodiversité pourvu que vous ne tondiez pas tout en même temps.

          Répondre
  5. Bonjour
    Article intéressant .
    Je me tel are nef sur les engrais vers cette année , en mélange . Petite précision : je suis étonné de la remarque sur la destruction de l’engrais et de la mise en culture . Voys indiquez qu’il faut éviter de laisser sur place l’engrais fauche si on veut implanter des cultures immédiatement à cause de la faim d’azote . Je suis plutôt intrigué car il me semblait que les engrais étaient plutôt à rapport c/n bas ou équilibré , donc sans impact majeur à ce sujet . Dans mon esprit la faim d’azote se manifeste davantage avec des produits plus carbonés comme de la paille . Avec des engrais verts, n’est on pas dans un produit proche du foin ?

    Répondre
    • Bonjour François,
      En effet, la faim d’azote est plus fréquente avec des matériaux fortement carbonés.
      Mais, même s’ils sont relativement équilibrés à ce niveau, les engrais verts, tout au moins si on les à laisser se développer tout l’hiver, contiennent, notamment dans leurs tiges, une proportion non négligeable de lignine (matériaux carbonés). Et donc les micro-organismes, normalement chargés de libérer les éléments minéraux pour les mettre à disposition des cultures, se trouveront accaparés à décomposer cette lignine. Aussi si vous laissez les résidus d’engrais verts et semer ou planter directement derrière le fauchage, une faim d’azote est fort possible.
      Cordialement,
      Gilles

      Répondre

Laissez un commentaire (si c'est pour faire de la pub, ne perdez pas votre temps... je ne publierai pas)