Les Engrais Verts au Potager Bio

On réunit sous l’appellation engrais verts différentes plantes destinées à améliorer la structure d’un sol, le protéger des intempéries et de l’érosion, et à y favoriser le développement de la vie… rendant ainsi ce sol plus fertile.

Au potager naturel, on cultive un engrais vert entre deux cultures légumières dans le but d’améliorer la fertilité du sol.

Comment rendre votre terre vivante et fertile pour des récoltes abondantes ?

Intérêts d’un engrais vert

Les engrais verts ont de nombreux avantages :

  • Ils stimulent la vie microbienne du sol en mettant à disposition une nourriture abondante ;

  • Les racines plongeantes des engrais verts travaillent le sol en profondeur et en améliorent ainsi la structure ;

  • Ils assurent une couverture du sol, le protégeant ainsi de l’érosion ;

  • Les engrais verts captent des éléments nutritifs dans les profondeurs du sol, et pour les légumineuses, dans l’atmosphère. Ces éléments seront utiles aux cultures suivantes ;

  • Ils piègent les nitrates et pourront les restituer pour la culture suivante (alors qu’un sol nu laissera les nitrates s’infiltrer vers les nappes phréatiques) ;

  • Ils permettent une meilleure circulation de l’eau dans le sol ;

  • Une culture d’engrais vert empêche le développement des herbes indésirables ;

  • Certains engrais verts, comme le seigle, la phacélie ou le trèfle sont de très bons producteurs d’humus.

Semés en mélange, les engrais verts seront encore plus bénéfiques pour le sol : outre que cela permet un travail des racines à différentes profondeurs du sol (selon les espèces cultivées) et donc également de capter plus d’éléments nutritifs, un mélange permettra aussi une meilleure couverture du sol.

Inconvénients des engrais verts

La culture d’engrais verts comportent quelques inconvénients à prendre en considération avant d’en mettre en place :

  • Ils puisent dans les réserves du sol pour se développer. Aussi, ils sont à utiliser avec précautions dans les terre pauvres en humus (terres sableuses) ;

  • Ils prennent de la place. Aussi, si vous disposez d’un petit jardin, oubliez les engrais verts.

  • Ils consomment beaucoup d’eau, ce qui peut également être ennuyeux, notamment pour les engrais verts d’été, si l’on dispose de peu d’eau pour arroser.

Quels engrais verts choisir ?

3 grandes familles de plantes sont couramment utilisées comme engrais verts pour le jardin :

Les légumineuses

Les légumineuses les plus employées comme engrais verts sont les féveroles, la vesce, le pois, le trèfle. Les légumineuses fixent l’azote atmosphérique.

Les crucifères

Les crucifères comme la moutarde, le colza ou encore la navette poussent bien dans les sols pauvres en humus (je les recommande donc pour les sols sableux) et se développent rapidement.

Les graminées

Le seigle, l’avoine ou le ray-grass sont en général cultivées en mélange avec des légumineuses.

 

Outre celles appartenant à l’une de ces 3 grandes familles d’engrais verts, quelques autres plantes sont recommandées comme engrais verts :

  • le sarrasin : plante peu exigeante qui a pour principal intérêt de nettoyer le sol des « mauvaises herbes » ;
  • les épinards : cultivés comme épinards, ils permettent d’assurer une bonne couverture du sol au printemps (voir plus bas) ;
  • la phacélie : plante très mellifère et attractive pour les insectes pollinisateurs.

Semer un engrais vert

Les engrais verts se sèment avant ou après la culture principale, évitant ainsi de laisser une parcelle à nue.

Les engrais verts de printemps

engrais vert printemps
Phacélie, un engrais vert de printemps

Les parcelles destinées aux cultures d’été qui ne seront pas mise en place avant le mois de mai (tomates, concombres, aubergines, poivrons, courges) peuvent être ensemencées avec un engrais vert ou mieux encore par un mélange d’engrais verts.

Ceux-ci doivent alors semés suffisamment tôt (tout début de printemps) si l’on veut qu’ils aient le temps de se développer. Ce n’est donc pas possible partout.

En revanche, les parcelles destinées aux légumes d’hiver (carottes,  poireaux, choux, radis d’hiver, céleri, chicorées, panais…) profiteront parfaitement d’une culture préalable d’engrais verts.

Voici deux exemples d’engrais verts de printemps (les poids indiqués correspondent aux quantités de semences à l’are) :

  • Mélange vesce (1 kg) + avoine (800g)

  • Mélange pois (1,2 kg) + avoine (800g)

  • Mélange vesce (600 g) + ¨pois (700 g) + avoine (700g)

    Ces 3 premiers mélanges d’engrais verts sont à semer début mars (avant les cultures d’hiver qui seront implantées à partir du mois de juin – Végétation importante.

  • Épinards : à semer en mars sur sur des rangs distants de 40 cm sur les parcelles destinées aux cultures d’été. On pourra consommer une partie des épinards, le reste étant fauché et utilisé comme mulch. On peut effectuer des semis entre les rangs d’épinards.

Les engrais verts d’été

engrais vert printemps,engrais vert automne : moutarde
Moutarde blanche, un engrais vert réussissant bien en été

On sème les engrais verts d’été sur les parcelles libérées pendant l’été (après une culture de printemps de pommes de terre, de pois ou de fèves par exemple).

Les engrais verts d’été les plus couramment utilisés sont :

  • Mélange vesce (1 kg) + avoine (800g)

  • Sarrasin (800 g)

  • Moutarde (150 g)

  • Colza (200 g)

Après une culture de culture de légumineuses, on sèmera de préférence du sarrasin ou une crucifère (moutarde ou colza).

Les engrais verts d’automne

Engrais vert automne hiver : seigle
Seigle, un engrais vert semé à l’automne pour couvrir le sol pendant l’hiver

Les engrais verts d’automne prennent place sur les parcelles libérées en septembre/octobre.

  • Si l’on veut semer tôt au printemps, on choisira un engrais vert à croissance rapide : en général de la moutarde. Il est impératif de semer avant le 15 septembre.

  • Sinon, on sèmera un engrais vert résistant au gel : vesce d’hiver + seigle par exemple. Cet engrais vert assurera une bonne couverture du sol pendant tout l’hiver et fournira une importante masse végétale bénéfique aux cultures exigeantes (légumes fruits) qui seront mises en place en fin de printemps (deuxième quinzaine de mai/juin)

Vous pouvez trouver des semences biologiques d’engrais verts, par exemple chez Germinance, qui propose notamment des mélanges d’engrais verts pour différentes saisons et conditions de culture.

Comment détruire un engrais vert

Les engrais verts se fauchent en début de floraison (masse organique à son maximum) et donc avant la formation des graines (pertes de nutriments et propagation de l’engrais vert).

Le jardinier a alors 2 possibilités :

  • Il veut mettre en place une culture tout de suite après l’engrais vert : on fauche l’engrais vert (ou on l’arrache) puis on l’enlève pour le mettre au compost (ou comme mulch sur une parcelle qui ne sera pas ensemencée dans l’immédiat). Il est en effet impératif d’enlever toute végétation afin d’éviter le phénomène de faim d’azote (conséquence de la concurrence des besoins en azote pour la décomposition des matières organiques et les besoins en azote des plantes cultivées). On préparera ensuite la terre pour semer ou planter.

  • La parcelle ne sera pas « exploitée » dans l’immédiat : après avoir fauché l’engrais vert, on peut le laisser sur place comme mulch ou encore le broyer pour l’incorporer en surface (avec une Grelinette ou un cultivateur). 2 ou 3 semaines après, l’engrais verts aura amorcé sa décomposition et on pourra, après avoir ameubli le sol à la Grelinette, mettre en place la culture souhaitée.

 

Mon Potager au NaturelRetrouvez tous mes conseils pour fertiliser au mieux la terre de votre potager dans mon livre numérique

Mon Potager au Naturel“.

 

Cet article vous a été utile ?

Votez (1 à 5 étoiles selon votre satisfaction)

Moyenne des votes : 4.6 / 5. Nombre de votes : 207

Encore aucun vote. Soyez le premier à voter

  • Bonjour,
    En ce qui concerne la moutarde blanche : à quelle période peut-on la semer? Peut-on le faire maintenant? L’utilisation de cet type d’engrais peut-il aussi être utilisé dans le cadre de petits jardins en carrés? Merci d’avance pour votre réponse. Votre article est très intéressant et très instructif. Merci.
    JF Monhonval

    • Bonjour Jean-François,

      La moutarde doit en principe se semer au plus tard à la mi-septembre, car, même si elle se développe rapidement, elle ne résiste pas à l’hiver. En la semant maintenant, sauf si vous vivez dans une région très douce en début d’hiver, elle n’aura pas le temps de se développer correctement.
      Les engrais verts peuvent très bien se semer dans un jardin au carré…mais cela perd de la place pour les cultures.

      Bonne journée,
      Gilles

  • bonjour Gilles

    j’ai un petit jardin , dans un groupement de jardiniers , a langon 33210 .
    mon jardin est tout au bord e la Garonne , inondé deux fois cette année
    donc des terre dites d’alluvion ?
    sur les conseil de jardinier , je suis entrain de couvrir mon jardin de carton sur lesquels je met du fumier , enfin , c’est plus de la paille !!!! es ce une bonne idée ?
    merci de ce site , qui est de tres bon conseil
    cordialement
    framboise

  • Salut Gilles,

    Superbe article ! Tu sais où je peux trouver facilement ces différents engrais verts un peu moins classiques? J’aimerais faire un peu plus de biomax mais je ne trouve que moutarde et phacélie..

  • Article intéressant car souvent l’engrais vert est cité sans précision sur leur diversité et leur période d’utilisation.
    Une question cependant concernant la destruction de l’engrais vert. Vous parlez d’enfouissement êtes vous sûr que cela soit recommandé ? Claude Bourguignon ingénieur agronome spécialiste en microbiologie des sols recommande le non enfouissement de la matière organique . Merci de votre retour

    • Bonjour Christian,

      Si mes souvenirs sont exacts, Claude Bourguigon (une référence) déconseille l’enfouissement des matières organiques en profondeur, car elles s’y décomposent mal et ne sont plus assimilables par les plantes.

      En revanche, un enfouissement superficiel, selon les conditions que j’indique dans l’article (broyage et incorporation en surface pour des terres qui ne seront pas mises immédiatement en culture) ne pose pas de problème.

      Cordialement,
      Gilles

    • bonjour
      je suis novice dans se domaine . je voudrais savoir si je plante du seigle et de la veice de but janvier , je peut la couper fin avril et planter mes tomates a la suite .merci d avance et merci pour tout les conseils qui sont donné .

  • bonjour Gilles
    c’est avec beaucoup d’intérêts que je lis ton blog toujours intéressant…
    a propos..? sais-tu me dire si dans une préparation de sol avant l’hiver avec amendement type “fumier de cheval ET ENGRAIS ORGANIQUE ” est compatible sachant que l’engrais organique je l’ai choisi avec une dominance “potasse” mon terrain en est dépourvue
    merci pour tes commentaires
    et bon courage pour ta fin de saison
    Cordialement
    bibi

    • Bonjour Bibi,

      Non, pas de problème. Ton amendement sera utile au bon développement de l’engrais vert.

      Après, il faut aussi voir la notion de coût : acheter des engrais organiques du commerce pour faire pousser des engrais verts ne me semble pas forcément très utile…mieux vaut peut-être alors réserver les engrais organiques pour alimenter les futures cultures légumières ?

      Cordialement,
      Gilles

      • merci Gilles pour ton commentaire….a propos des engrais vert je ne suis pas trop “pour” ceux ci
        génèrent beaucoup d’azote au détriment de la potasse…j’ai remarqué par expérience que j’avais beaucoup de feuillage au détriment justement de “Fruits” legumes ..quant je parle de fruits
        je pense a des carottes ,betteraves, céleris pomme de terre etc…… parlant de ces dernières j’ai eu des fanes jusqu’à 1m d’auteur
        maintenant je couvre mon terrain de copeaux de bois ( carbone)feuilles et fumier le résultat
        est beaucoup plus probant
        cordialement
        bibi

  • Merci Gilles pour tes conseils!
    Mais en Lorraine ,la saison dure de mai à septembre: avant , ou après, pas grand’chose ne pousse , hors les legumes d’hiver ( ail , poireaux , choux, chicorées…)et on ne fait q’UN cycle de plantation par an …
    L’an passé , j’ai essayé de semer de l’avoine dont les racines sont sensées ameublir le sol : je pense que les oiseaux se sont bien régalés car rien n’a poussé !

  • Bonjour,

    Comme souvent très intéressant cet article. A propos des engrais verts, j’ai acheté de la moutarde et du seigle voilà un mois. Dans cette jardinerie , j’ai posé la question suivante : quand puis je semer et couper le seigle ?
    Réponse : en septembre pour lui laisser le temps de pousser et le retourner en bêchant avant l’hiver sinon celà ne fait pas de l’engrais mais de la paille quand vous coupez avant floraison. Qu’en pensez vous ? N’y a t’il pas une différence entre engrais vert et l’autre engrais incorporé dans le sol ?
    Merci pour vos réponses et bonne continuation.
    Amicalement.
    Raymond

    • Bonjour Raymond,

      Le seigle (variétés d’hiver) peut se semer en septembre mais aussi un peu plus tard, si le temps reste doux (comme cette année).
      En principe, les variétés d’hiver de seigle continuent de poussent pendant l’hiver (mais peut-être pas dans votre région ?). L’éliminer avant l’hiver me semble dommage, car il aura produit très peu de masse végétale et il ne jouera pas son rôle de couverture du sol…
      Coupé avant floraison, cela ne fait en aucun cas de la paille !!!
      Un engrais vert laissé en surface constituera un mulching et libérera très lentement ses éléments nutritifs. Incorporé, son rôle d’engrais sera plus important mais il ne servira lors évidemment pas de couverture du sol…à voir donc selon son sol et le type de culture à venir.

      Cordialement,
      Gilles

  • Juste un petit témoignage. Cette année j’ai semé des fèves entre mes rangs de betteraves. Les fèves sont bien venues, je les ai récoltées en juin, délicieuses. Et alors derrière les betteraves, qui d’habitude ne sont pas plus grosses que mon poing, sont monstrueuses. J’en avais jamais vu d’aussi grosses. mais bonnes ma foi. Une association au hasard des lectures…

  • Bonjour Gilles,
    tu préconises de supprimer et mettre au compost les engrais verts pour éviter le phénomène de faim d’azote.
    Je pensais justement que l’incorporation des engrais verts dans le sol allait augmenter l’azote disponible et donc éviter qu’il n’y ai pas assez d’azote pour permettre la décomposition du carbone.

    Merci pour les conseils sur le bon emploi des engrais verts. Mon jardin va adorer et madame aussi.

    Claude

  • Bonjour Claude,

    Si tu relis l’article, tu verras que je préconise cela quand il est prévu de planter rapidement…
    La faim d’azote n’est pas un manque d’azote…mais le résultat de la concurrence pour la décomposition des éléments organiques présents dans le sol. Ainsi, si tu incorpores un engrais verts alors que tu dois semer ou planter juste après, les organismes vivants responsables de la décomposition seront accaparés par le travail sur les engrais verts…et donc incapables de libérer les éléments présents dans le sol ; Résultera un manque d’azote pour les plantes en développement…
    Par contre, si les engrais verts sont incorporés bien avant la mise en culture, ils seront déjà décomposés ; donc pas de souci de concurrence…et apport (très relatif) d’azote dans le sol.

    Espérant avoir été assez clair ? ce n’est pas évident à expliquer…
    Gilles

    • Bonjour Gilles.
      Je me suis fait la même réflexion que Claude ,et ton explication est très claire. Donc la couverture du sol en période de culture avec de la tonte de pelouse, ou autre, ne risque t’elle pas de provoquer aussi une faim d’azote.
      Merci.

      • Bonjour Thierry
        Non (ou alors une faim d’azote infime et très ponctuelle, sans conséquences réelles pour la culture), parce qu’il s’agit en l’occurrence de laisser les tontes en couverture, pas de les incorporer au sol.
        Ce ne sont alors pas les mêmes organismes vivants qui vont se charger de la décomposition. Ceux vivant dans le sol ne seront donc pas accaparés par cette couverture.
        De plus, s’agissant des tontes, c’est un matériau qui se décompose très vite.
        Bonne journée
        Gilles

  • Merci Gilles pour ta réponse,
    c’est pas un concept forcément évident à comprendre au départ. La dynamique avec les micro-organismes était pas évidente mais maintenant c’est plus clair.

    Cordialement,
    Claude.

  • Bonjour je voudrais semer un engrais vert après mes patates récolté , mais j’aimerais un engrais vert qui me supprime un peu de mauvaises herbes mais surtout la mouronette j.en ai partout dans mon jardin qu’elle est la solution merci de votre réponse

    • bonjour je viens de réaliser un talus en décembre car l’entreprise ne pouvait pas le faire avant et donc la terre est a nu meme avec les arbustes Que pourrais je semer actuellement pour protéger le sol de l’érosion? Du blé d’hiver? autre chose? sachant que le talus fait 150m de long et que j’habite la bretagne centrale.
      Merci de vos consels avisés

      • 14/12/2014 Bonjour .J’ai semé en septembre (région Pays basque) moutarde , seigle et phacélie comme engrais vert .Le seigle a déjà ses graines .Moutarde et phacélie n’ont pas encore fleuri
        Faut- il les laisser tous en place pour protéger le sol jusqu’au printemps ?Ne vaut il pas mieux les couper avant qu’ils ne gèlent ?
        Cordialement

        • Bonjour,
          c’est là toute la difficulté des engrais verts composés… On conseille en effet de faucher avant formation des graines pour éviter la dissémination, mais également parce qu’après l’engrais verts perd de ses nutriments.
          Néanmoins, la question de la couverture du sol est également importante…
          Aussi, personnellement, et parce que la moutarde et la phacélie n’ont pas encore fleuri, je laisserais tout en place jusqu’à la fin de l’hiver.

          Cordialement,
          Gilles

    • Bonjour Gilles,
      Mon jardinet fait 15m2 dans le Vaucluse… et la terre est encore très pauvre. Patiente, avant de faire un potager, je pense planter un mélange de phacélie et de mélitot très méllifères. Il semble que la phacélie soir gourmande en eau. Merci de me confirmer ou infirmer…. Merci de votre réponse.

      • Bonjour,
        En fait la phacélie a besoin d’être arrosée régulièrement jusqu’à la levée (ce qui demande à peu près une semaine) et un peu en début de culture.
        Mais par la suite, grâce à son système racinaire dense et profond, elle se débrouille au contraire très bien sans arrosage (ou éventuellement un de temps en temps en situation sèche).
        Cordialement,
        Gilles

  • Maud – 21/02/2015 – Haute-Savoie
    Bonjour Gilles,
    Je découvre ton site en cherchant des renseignements sur l’utilisation des engrais verts. Bravo ! tes explications sont très claires et c’est super de comprendre le rôle de ces engrais verts et la façon de les cultiver. J’ai trouvé réponse aux questions que je me posais, notamment au sujet des sortes d’engrais verts à semer en fonction des saisons.
    J’ai un champ de 4000 m2 à 700 m d’altitude (au dessus du lac Léman – Haute-Savoie) et mon terrain est envahi par les chardons et le rumex. J’y ai semé de la moutarde blanche l’été dernier, ce qui a eu pour effet d’éliminer un peu ces indésirables.
    Saurais-tu me dire si le rumex (que les doryphores affectionnent particulièrement pour y pondre leurs oeufs) ne pourrait pas avoir un rôle d’engrais en broyant les feuilles et en les mettant comme couverture sur le sol ? Ou ne pourrait-on pas en faire un purin, ces feuilles “d’oseille sauvage” ressemblant bien à celles de la consoude ? Merci pour le retour.

  • Bonjour Maud,
    Tu as tout à fait raison.
    Avec ses racines plongeantes, le rumex est capable d’aller chercher les nutriments en profondeur, s’enrichissant ainsi en divers éléments minéraux (fer, calcium, magnésium, sels minéraux…).
    Il constitue donc un matériau de choix pour pailler, pour l’élaboration d’un purin ou simplement pour être incorporé au compost.
    On utilise également une macération de racines fraîches (faire simplement tremper pendant 24/48h des racines finement découpées) en pulvérisation en traitement préventif de l’oïdium.

    Cela dit, la présence de chardons et de rumex est significative … enfin, cela peut avoir différentes explications (tassement, matières organiques et/ou azote en excès,blocages des oligo-éléments…) que nous allons tenter de déterminer dans ton étude (cela aura des conséquences importantes sur la façon dont il convient d’aborder les choses chez toi…)
    A très bientôt donc,

    Cordialement,
    Gilles

  • Bonjour Gilles,

    Cet article est en effet très intéressant, je t’en remercie !

    A mon sens il recoupe assez bien un livre que je viens de terminer (Un jardin sain grâce aux cultures associées, de Gertrud Franck), qui préconise lorsqu’on en a la place de semer un engais vert (en l’occurence ce livre propose de l’épinard) en lignes espacées de 40 ou 50cm sur tout le potager, et de considérer que c’est entre ces lignes d’épinard que nous allons planter nos légumes tout au long de l’année.

    Cet engrais planté au tout début du printemps ne sert donc qu’à fertiliser la terre (comme tu l’expliques en coupant en effet les plants et en les laissant sur place toute la saison), et en les recouvrant au fur et à mesure de matières organiques (type tontes de pelouses), ce qui a pour autre avantage de créer naturellement des allées entre ses lignes de légumes.

    Du coup, l’année suivante il suffit de décaller toute sa culture de 25cm afin de planter tous ses légumes à la place à laquelle le fertilisant se trouvait l’année précédente, et de laisser reposer la zone exploitée l’année précédente en y plantant simplement les épinards, etc…
    On a alors en + le bénéfice d’une totation des cultures sans remettre en cause l’organisation complète de son potager.

    Le livre aborde bien d’autres aspects permettant d’optimiser l’organisation des lignes de légumes afin de respecter les associations et les durées de cultures (pour la réexploitation de certaines lignes en cours d’année), mais bon je sors de + en + du sujet.

    Ma conclusion est que je te remercie pour la pertinence de ton article, qui me conforte dans l’idée que ce que j’ai lu de mon côté semblait assez cohérent, et que ton apport me permet d’y voir + clair dans les engrais verts !

  • Bonjour Gilles,

    j’ai planté l’année dernière la phacélie sur une parcelle, est-ce que je peux replanter ce même engrais vert sur la même parcelle maintenant, ou c’est trop tard ? Sinon quel autre engrais me conseilleriez-vous ? En attendant votre répondre,

    Cordialement,

    Bernadete

  • Bonjour Gilles et merci pour cette mine d’informations que je puise dans votre site si riche et très agréable à consulter.

    J’ai semé de l’engrais vert d’automne, un mélange de Féverole, Navette et Avoine. Je l’ai semé en ligne, plus pratique pour moi car la Féverole avait besoin d’être enterrée à une profondeur
    plus importante que les 2 autres. Je vais planter de l’ail, je me demandais s’il ne serait pas possible et judicieux de planter mes bulbes entre les rangs d’engrais vert sur une ancienne parcelle qui a reçu mes pommes de terre en dernier; le sol est resté paillé entre- temps et les pommes de terre n’ont pas été atteinte par une maladie. Je suis dans l’Ille et Vilaine.
    Qu’en pensez-vous Gilles ? Bonne journée à vous

    • Bonjour Sylvie,

      A priori, j’y vois quelques inconvénients :
      1) un manque de lumière (féveroles et avoine se développent en hauteur) qui risque d’inciter l’ail à développer outre mesure son feuillage, au détriment du bulbe ;
      2) un manque d’aération favorable au développement de maladies cryptogamiques (rouille) ;
      3) une question pratique : le fauchage des engrais verts sera peut-être problématique…
      Cela dit, certaines associations peuvent être bénéfiques au-delà des limites théoriques comme celles que je viens d’énumérer… aussi, pourquoi ne pas tenter l’expérience, mais avec une partie seulement de votre plantation d’ail, le reste étant alors cultivé de façon plus classique à titre de comparaisons.
      Si vous le faites, merci de revenir témoigner de cette expérience…

      Cordialement,
      Gilles

      • Merci Gilles. Finalement je ne le ferai pas pour les raisons que vous venez d’indiquer et également parce que le mélange Féverole- ail ne fait pas bon ménage 😉

        Le fait d’avoir semé en lignes va faciliter le fauchage le moment venu.

        Bonne semaine à vous.

  • Gilles bonjour,
    Je cherche sur le net des conseils de jardinage mais les réponses sont parfois différentes et nous laissent perplexes!
    Je souhaite savoir, sachant que j’ai un potager de 250 m² que j’ai délimité en 5 parcelles de 10X5, ce que je peux mettre comme engrais vert pour passer l’hiver et attendre avril pour recommencer à travailler le sol.
    J’ai lu vesce d’hiver mélangée avec du seigle 60/40….Est-ce une bonne idée? en sachant que j e sèmerai courant novembre
    La moutarde blanche est -elle indiquée dans les mêmes conditions?
    Autre question, j’ai la possibilité de récupérer des cartons sans encre ou scotch…..Je peux les enfouir dans une des parcelles mais à quelle profondeur ? La parcelle en question sera à nouveau cultivable au bout de combien de temps?

    • Bonjour Daniel,

      Il est, dans la plupart des régions, trop tard pour semer des engrais verts car ils n’auront pas le temps de se développer avant l’hiver (dans les régions douces, la vesce d’hiver peut toutefois se semer jusqu’à la mi-novembre).

      Je ne vois pas l’intérêt d’enfouir des cartons… ils peuvent par contre être utilisés pour couvrir le sol et étouffer ainsi les herbes spontanées, facilitant alors le travail du sol au printemps…
      Mais ces réponses demeurent générales (c’est l’une des raisons pour lesquelles on trouve beaucoup de divergences sur le web…). Pour y répondre sérieusement, il faudrait connaître le contexte spécifique (sol, climat, exposition…).
      Et cela demande un certain travail d’analyse. C’est d’ailleurs la raison d’être des prestations de conseils que je propose.

      Cordialement,
      Gilles

  • Bonjour Gilles,

    j’ai semé au début de l’automne un mélange d’engrais vert avoine/vesce.
    Cette parelle doit recevoir cette année des plantes à repiquer.
    Je voudrais donc faucher et mulcher prochainement pour pouvoir faire le repiquage directement sans effectuer d’autre préparation de la terre.
    Ma question concerne la destruction de l’avoine (et des graminées en général). Ne risque-t-elle pas de repousser au printemps sous le mulch si je me contente de la faucher ?
    Une préparation de la terre pour enfouir ou mettre à l’air les racines est-elle obligatoire ?

    Cordialement

  • Bonsoir,
    J’ai une haie arbustive de 40m de long,je n’ai pas voulu mettre de toile de paillage (moche et inutile) ; jusqu’à maintenant je paillais le sol avec de la paille et cette année j’aimerais bien planter un engrais vert type trèfle blanc pour enherbé entre les arbustes ?
    Qu’en pensez vous ? Je peux le laisser en place toute la saison ? Ça meviterais de désherber ?
    Merci d’avance.

  • Bonjour,

    J’ai envie de planter cet automne des framboisiers, muriers et fraisiers remontants. Pour fertiliser mon sol, puis je utiliser des engrais verts? Si oui, lesquels?
    Merci pour tous ces conseils précieux!!
    Cyril

  • bonjour, j’ai lu avec une très grande attention votre article sur les engrais vert et je trouve votre blog très bien fait et constructif . je suis très intéressé pour en semer dans mon jardin pour la 1ere foie. la surface de celui-ci est d’environ 2000 m2 et une terre calcaire. pouvez vous me dire quel type de plantes je peut semer dans mon jardin et comment m’y prendre pour la fauche etc…. merci d’avance.

  • bonsoir a tous
    j ai envie de mettre de l engrais vert dans mon jardin mais j ai une petite question en hiver et au printemps je lache mes poules dans le jardin certains de ces engrais sont ils poison pour elles
    merci de vos reponses

  • Bonjour,

    Nous construisons notre maison et avant de mettre une pelouse ,et un jardin BIO …. j’aimerais préparer la terre au mieux naturellement. Les anciens me disent de planter des pommes de terres partout ! Vous en pensez quoi ? Vous connaissez d’autres solutions ? merci à vous !

    • Bonjour Sophie

      Les cultures de pommes de terre permettent en effet de “nettoyer” le terrain, notamment en prenant le dessus sur une bonne partie des herbes spontanées. Mais cela présente l’inconvénient de puiser dans les réserves nutritives… contrairement aux engrais verts (une autre bonne solution) qui vont au contraire enrichir le sol avant de mettre en place votre potager.

  • Salut Gilles. J’ai un jardin d’a peu pres 1000m², majoritairement sableux, qui a été cultivé pendant plusieurs dizaines d’années.

    J’ai remarqué que mes legumes se plaisent beaucoup plus quand je les plante la ou la terre était au repos.

    Pour améliorer ma terre, que me conseillerais-tu? Paillage avec ce que je trouve + fumier de cheval par exemple? Y’a t’il un engrais vert qui n’épuise pas mon sol que je pourrais quand meme semer pour tester?

    merci pour ton blog!

  • Bonjour……………….
    J’ai une parcelle oû je vais planter environ 200 plants de pommes de terre mais actuellement j’ai de la moutarde semée en octobre 2016 qui arrive à 40 cms….Dois-je couper et enfouir et attendre combien de temps avant de planter….J’ai à l’époque mis de l’engrais à PDT 150 gr au m2 et là je vais rajouter du sable et passer la motobineuse…..Merci beaucoup pour ce conseil qui va mettre précieux

  • Bonjour Gilles,
    La terre de mon potager est argileuse et sur les conseils d’un vendeur en magasin de jardinerie j’ai couvert le tout avec une épaisse couche de paille fraiche. Ce vendeur m’a dit que ça limiterai la pousse des mauvaises herbes et que la paille aller se décomposer et ameublir la terre. Dit il vrai ? Autrement j’aimerai semer des engrais vert cet hiver car j’ai arrêté de labourer au motoculteur, j’ai décidé d’utiliser une grelinette mais avec la terre que j’ai c’est impossible. Donc pour l’engrais vert de cet hiver, la paille aura t’elle eu le temps de se décomposer ?

  • Bonjour Lionel,

    Le vendeur dit vrai… mais après il vaut mieux que la terre soit réchauffée (et relativement humide) pour pailler. Sans quoi, la vie aura du mal à s’y installer… Et ce processus d’ameublissement naturel peut demander un certain temps (souvent plusieurs saisons avec une terre argileuse).

    La paille est très longue à se décomposer; si la couche est épaisse il est donc loin d’être évident qu’elle soit décomposée en fin d’été (période des semis d’engrais verts d’hiver). Mais tu pourras alors l’écarter et normalement travailler plus facilement à la Grelinette pour semer.

  • Bonjour,

    Je veux demarrer un potager l’an prochain sur une pelouse. J’ai baché il y a quelques mois et maintenant l’herbe est morte en dessous.
    J’envisage de semer de l’engrais vert plus pour ameublir l’ensemble (terre lourde).
    Quels seraient vos conseils ? Dois-je d’abord eliminer l’herbe morte (racines comprises) et ameublir avant de semer l’engrais vert ou pensez-vous qu’il vaille mieux laisser la bache tout l’hiver et semer au debut de printemps ?

    merci
    Hugues

  • Bonjour,

    Tout d’abord je voulais vous remercier pour votre article

    Je viens d’acquérir un verger de 25 ares avec de la terre argileuse ( glaise)

    Une petite partie va servir de deuxième potager mais le reste va devenir (rester) un verger

    Le terrain est recouvert d’herbes et ronces actuellement, je vais complètement le nettoyer et j’aimerais semer des engrais vert qui amélioreront le sol mais aussi de la biodiversité

    Que me conseillez vous ?

    J’aimerais que les engrais soit pluri annuelles ( juste à les faucher si possible )

    Merci

  • Bonjour, je me pose une question qui n’est pas évoquée : on ne parle que des feuilles des engrais verts mais les racines, que deviennent-elles ? Faut-il les laisser enterrées ? Elles se décomposent également ? Elles ne vont pas gêner pour les plantations à venir ? Elles ont les mêmes propriétés que les feuilles ? Merci de votre réponse et pour ce puits d’informations.

  • Bonjour,

    Merci pour cet article.
    J’ai semer mes engrais verts (vesce d’hiver et seigle) mi septembre. Quand dois je les faucher pour mes cultures d’été?

    J’ai lu qu’il est préconisé de le faire avant la floraison. Combien de temps mettent ces engrais verts pour fleurir? ( Je vis dans le nord de la France. Au 15 Septembre nous avons des température allant jusqu’à 15°c).

    D’avance merci.

    Matthieu

  • Bonjour,

    J’ai un terrain de 6000 m2 et je voudrais savoir quelle quantité de semences d’engrais vert je devrais acheter ? Je vais faire un mélange phacélie, moutarde, vesce, sarrazin ( entre 2 et 5 kilos chacun ) et 15 kilos d’astéra, en tout je pensais à 30 kilos mais je ne sais pas trop.. J’aimerais semer serré.
    merci pour vos conseils !

  • Bonjour Gilles,

    Merci pour cet article !

    Petite question d’un cas particulier : nous avons du faire un terrassement un peu violent autour de notre maison en construction.
    Cette zone de 500 m2 sera notre potager dans un an environ.
    Actuellement l’argile est à nu, compacté, sans vie…
    J’aimerais d’ores et déjà semé des engrais verts pour décompacter et remettre dans la vie dans ce sol.
    Nous sommes début mai, je suis prêt à accepter un taux d’échec, que me conseilles-tu de semer ? De façon exceptionnelle, le passage d’un rotavator est-il une bonne idée ?

    Merci d’avance.

    Gabriel

    • Bonjour Gabriel,
      Un mélange longue durée (comme ceux proposés par Germinance ici : https://www.germinance.com/melanges_d_engrais_verts_30-F13-E81.php – la terre étant argileuse, le Vitivert est peut-être le plus adapté) permettrait une couverture et un travail du sol optimum en vue éventuellement de cultiver l’an prochain.
      Le rotavator n’est jamais “une bonne idée”… mais peut s’avérer parfois le plus facile (et votre sol étant sans vie, cela ne changera pas grand chose de ce point de vue).
      Cordialement,
      Gilles

      • Bonsoir,
        Merci pour ta réponse !
        Ça serait quoi l’alternative dans notre cas (je ferai des photos demain…) ?
        La surface est très importante, peut-être jeter tel quel sans aucun travail du sol ? Mais il y a des zones tellement compactées que je doute…

  • Salut Gilles,
    Tu dis que: “Il est en effet impératif d’enlever toute végétation afin d’éviter le phénomène de faim d’azote”
    Pourquoi est ce que cela produit il le phénomène de faim d’azote ?

    • Bonjour,
      Lorsqu’il y a des matériaux végétaux non décomposés dans le sol, les organismes vivants chargés de mettre à disposition des cultures les éléments minéraux présents dans le sol (en “finalisant” leur libération) sont accaparés à décomposer ces matériaux “bruts”.
      L’azote (entre autres éléments, mais c’est cet élément qui est nécessaire à la croissance) ne sera donc pas libéré, ce qui nuira au développement initial des cultures (ça ce caractérise par un développement faible de la plante et une teinte jaunâtre).
      Gilles

  • Bonjour,

    je suis en Corse du Sud, avec un sol de vigne, c’est à dire très caillouteux, lourd et en même temps poussiéreux, il est impossible de le creuser ou de le bêcher s’il n’a pas été arrosé pendant quelques heures.

    J’aimerai vos conseils pour ensemencer de l’engrais vert dès maintenant.

    Je vous remercie par avance de votre réponse.
    Bien sincèrement
    Valérie

  • Bonjour,
    J’ai justement un très petit jardin (15m2…), comment “nourrir” cette terre lourde et pauvre ? J’y ai planté du seigle au printemps …Je dois continuer à nourrir cette terre avant quoi que ce soit.
    Alors ? Je pensais à la vesce …seulement voilà : des sacs de 25 kg … en coopérative, pas évident, non ?
    Merci de tous vos conseils et votre aide.
    “Jardinement” cordiale
    Sylvie

  • Bonjour, tout ce sujet est très intéressant et très discuté…
    Je vous recommande les vidéos de ver de terre production , de maraîchage sol vivant…
    Selosse recommande de détruire les engrais verts après la fin de la floraison pour avoir de la ‘lignine dans le sol
    Je n’arrive pas a mettre le lien mais recherchez youi tube ver de terre production,selosse
    C’est passionnant…

  • Bonjour Gilles,

    Un petit retour intéressant j’espère : j’ai semé mes graines de potiron entre des rangées de seigle/vesce, et j’ai attendu qu’ils soient germés qu’ils aient pris un peu de hauteur pour faucher les seigles et arracher la vesce. (J’ai un peu trop attendu, je voulais voir la vesce en fleurs !) Et j’ai constaté que les pieds n’avaient pas été touchés par les limaces et escargots, alors que je ne sais pas comment les détourner au printemps. Je pense que les rangées de seigle ont dû faire une barrière naturelle ( peut-être olfactive aussi ?)
    La Question : par ailleurs tu n’as pas parlé du soja (vert). J’en sème parce que j’en utilise Et pour engrais verts. Je ne les ai pas vus fleurir et voilà déjà les gousses; C’est très facile et ça résiste très bien au climat sec que nous avons. Est-ce ce que peux espérer le double bénef de la graine et de l’engrais vert ?

    Merci pour ta réponse
    Marie

    • Bonjour Marie-Sylvaine
      Un engrais verts doit être détruit avant la formation des graines… car la formation de ces dernières pompent une grande part des éléments minéraux contenus dans la plante. Il faut donc faire un choix : engrais verts ou récoltes du grain.
      Cordialement,
      Gilles

  • Bonsoir , j’ai un potager qui a été amendé avec des fumiers depuis une 15aine d’années, fumier de bovin principalement, c’est une terre, argileuse, depuis 1 an j’essaie la permaculture avec d’étonnant bons résultats, j’ai semé de la vesce et du seigle en septembre, 2019, j’aimerai savoir quelle rotation pour les engrais verts, que prévoir en septembre prochain ?
    Je vais coucher l’engrais vert vers le 15 mars, sous toile de paillage, pour 3 semaines avant les plantations dans les parcelles.
    Est ce que je mets le paillage tout de suite après ou vaut il mieux attendre ?
    Quel paillage serait le meilleur , tonte d’herbe avec du foin, ou herbe et paille, subissant une invasion de taupes je préfère éviter l’invasion des limaces dans la foulée, si c’est possible, il semble que la paille attire plus les limaces, que me conseilles tu ?
    d’avance merci pour les conseils, bonne soirée.

    • Bonjour Bernard,
      Je n’aime pas vraiment répondre à ce genre de questions sans des échanges plus approfondis sur la durée, car un avis sans une vue plus globale de la situation n’est pas forcément pertinent (c’est la raison pour laquelle je propose un accompagnement personnalisé sur une année).
      Par exemple, concernant ta question sur l’engrais vert l’an prochain, en fait ça dépendra de l’état du sol à ce moment… s’il est alors bien meuble, une culture d’engrais verts ne sera tout simplement pas indispensable (et une couverture permanente peut alors plus appropriée)…
      De même, pour le paillage, d’une manière générale, je déconseille de couvrir le sol alors qu’il n’est pas réchauffé (voir ici), mais ne sachant pas quel est ton climat, il est difficile d’être plus précis.
      Sinon, pour les limaces, en réalité, je pense que ça dépend plus des essences composant le foin ou la paille que le fait que ce soit de la paille ou du foin. Et, par ailleurs trop de paramètres (temps, sol, équilibres naturels…) entrent en jeu pour pouvoir définir une règle… seuls des tests en situation réelle peuvent donner des indications sur le type de paillage qui conviendra le mieux.
      Cordialement,
      Gilles

  • Après avoir lu tout ca, je me demande si j’ai bien fais de mettre de l’engrais vert dans ma serre. C’est pour y cultiver des tomates.Dois je enlever et jeter tout, où retourner l’engrais vert dans la terre, en surface si j’ai bien lu .Merci de vos conseils.

  • bonjour, très intéressant effectivement.je voudrais savoir quel engrais vert semer après mes tomates pour”régénérer” mon sol afin de pouvoir les replanter l’année prochaine au même endroit.est-ce faisable?

  • Les fautes d’orthographe sont plus faciles à traiter que les mauvaises herbes, leur éradication est définitive.

    Quand deux verbes se suivent le deuxième est à l’infinitif :
    « Il faut faucher, on va amorcer »
    Mais jamais d’infinitif après l’auxiliaire être ou avoir :
    « Après avoir fauché, on aura amorcé, ils sont plantés »

    Ce n’est pas plus compliqué que le jardinage.

    • Bonjour,
      Une autre chose est à mon sens facile à traiter… la politesse !!! Mais il est vrai que les donneurs de leçons sont rarement polis.
      Ok, on est d’accord… Mais tenez un blog, et on verra si vous ne faites jamais de fautes (par d’orthographe, mais de grammaire en l’occurrence… quand on donne des leçons, il est bien d’être crédible)…
      Cela dit, je connais les règles que vous énoncez… et je me relis, mais certaines fautes m’échappent. Pardon Ô grand maître !
      Je tiens à préciser que ce n’est pas le fait que l’on me signale une faute qui me fait répondre de la sorte (quand c’est fait avec courtoisie, je remercie, simplement)… mais le ton dédaigneux du commentaire.
      Gilles

  • Bonjour,
    j’ai débuté cette année un petit potager extérieur et sous serre dans un jardin qui n’avait jamais été travaillé. Autour de la zone cultivée, j’ai laissé l’herbe et les plantes qui poussent spontanément. Lors de grosses pluies d’orage alors qu’il n’avait pas plu depuis presque 1 mois, j’ai constaté que le sol était vite saturé car de l’eau remontait dans la serre (j’avais préparé des trous en vue de plantations). Je précise que j’habite dans les côtes d’Armor et la terre est très argileuse. Je m’intéresse donc aux engrais verts que je pourrais semer et laisser en même temps que mes cultures (en plus des autres plantes spontanées), dans le but d’avoir une couverture du sol permanente et peut-être mieux gérer les pluies. J’ai cru comprendre que certains le font, et fauchent de temps en temps pour laisser les cultures se développer. En revanche, ils n’arrachent pas les racines qui apportent des nutriments en se décomposant dans le sol et laissent les plantes se décomposer en surface, ce qui ne semble pas poser de problèmes (vous parlez de faim d’Azote dans ce cas?) et même un avantage vis à vis des limaces. J’aimerais savoir si des personnes ont cette pratique et avoir un retour d’expérience (est ce faisable lorsqu’on débute?). Merci beaucoup,
    Julie

  • Bonjour,

    J’ai l’intention de créer un verger sur un terrain argileux et en pente et qui sera humide puisqu’au Pays Basque où nous avons 1.50m de pluie par an…
    Afin d’éviter l’entretien et favoriser la biodiversité je souhaiterais accompagner ce verger d’engrais verts et je comptais planter du trèfle, de l’avoine et de la phacélie après lecture de votre article sur les arbres fruitiers. Mon but serait de l’entretenir le moins possible et de ne pas le faucher, du coup pensez-vous que cela soit une bonne idée? Est-ce que le fait de ne pas faucher ne va pas appauvrir le sol et empêcher le verger de se développer?
    Je vous remercie d’avance pour vos éclaircissements.

  • Bonjour
    Article intéressant .
    Je me tel are nef sur les engrais vers cette année , en mélange . Petite précision : je suis étonné de la remarque sur la destruction de l’engrais et de la mise en culture . Voys indiquez qu’il faut éviter de laisser sur place l’engrais fauche si on veut implanter des cultures immédiatement à cause de la faim d’azote . Je suis plutôt intrigué car il me semblait que les engrais étaient plutôt à rapport c/n bas ou équilibré , donc sans impact majeur à ce sujet . Dans mon esprit la faim d’azote se manifeste davantage avec des produits plus carbonés comme de la paille . Avec des engrais verts, n’est on pas dans un produit proche du foin ?

    • Bonjour François,
      En effet, la faim d’azote est plus fréquente avec des matériaux fortement carbonés.
      Mais, même s’ils sont relativement équilibrés à ce niveau, les engrais verts, tout au moins si on les à laisser se développer tout l’hiver, contiennent, notamment dans leurs tiges, une proportion non négligeable de lignine (matériaux carbonés). Et donc les micro-organismes, normalement chargés de libérer les éléments minéraux pour les mettre à disposition des cultures, se trouveront accaparés à décomposer cette lignine. Aussi si vous laissez les résidus d’engrais verts et semer ou planter directement derrière le fauchage, une faim d’azote est fort possible.
      Cordialement,
      Gilles

  • Bonjour,

    j’ai semé l’an dernier mon gazon sur un terre argileuse et pauvre (la terre de surface a été enlevée) sur un terrain de 350m².
    Résultat catastrophique, malgré un très bon arrosage, le gazon ne se développe pas, il mesure quelques centimètres depuis l’automne dernier et dépérit de plus en plus. Je ne fais que tondre les mauvaises herbe, qui, elles, se développent sans soucis!

    J’aimerais recommencer à zéro en améliorant la qualité de la terre et sans investir dans une tonne d’engrais chimiques ou de produits onéreux.

    On m’a conseillé les engrais verts, mais j’avoue ne pas savoir comment procéder.
    Puis-je semer l’engrais par dessus le gazon après l’avoir tondu à raz? En grattant un peu la terre en surface?

    Je vis dans le Pas de Calais et je compte faire ça à partir de septembre.

    Merci d’avance pour vos conseils !

    Anthony

    • Bonjour Anthony,
      Si vous procédez comme vous l’imaginez soit l’engrais verts lèvera mal du fait de la concurrence avec le gazon et les herbes spontanées (qui n’ont rien de “mauvaises”… elles se développent “sans soucis” tout simplement parce qu’elles sont à leur place, contrairement à un gazon…), soit il se développera correctement et étouffera le gazon… Je pencherais à priori plutôt pour la première hypothèse.
      Pour faire les choses correctement, vous devez repartir de zéro… c’est à dire commencer par préparer la terre (désherbage, ameublissement et affinage soit à la Grelinette, soit au motoculteur) puis semer votre engrais verts en début d’automne…
      Je vous conseillerais alors un engrais vert longue durée (par exemple le mélange d’engrais vert cycle long proposé par Germinance ici) permettant de couvrir le sol jusqu’à l’automne suivant (qui est la meilleure période pour semer un gazon).
      Mais bon, cela dit, personnellement, c’est plutôt le gazon que je considère comme un “mauvaise herbe”… une pelouse naturelle, avec des fleurs spontanées, est à mon sens bien plus jolie et surtout favorable à la biodiversité… mais cela n’engage que moi.
      Cordialement,
      Gilles

      • Merci pour vos précieux conseils!
        je suis également en faveur de pelouse naturelle, mais vivant dans un lotissement régit par certaines règles, je me suis tourné naturellement vers le gazon.
        Existe-t-il des alternatives au gazon et qui permettrait de garder le côté “terrain de jeu” pour les enfants et si possible pas envahissant par respect pour les voisins?
        j’ai un souvenir d’enfance de la pelouse de trèfles de mon grand-père, mais je ne sais pas si c’est réalisable et durable sur mon type de terrain…

        • Laissez simplement pousser ce qui doit pousser… et tondez pour maintenir le terrain de jeu… vous aurez alors une “pelouse” naturelle adaptée à votre terre et même améliorante (parmi les adventices qui vont se développer, nombreuses seront celles qui seront là pour décompacter votre terre argileuse) et même favorable à la biodiversité pourvu que vous ne tondiez pas tout en même temps.

  • >