Fiche de culture d’une plante de couvert: La Féverole

 

Tout comme de nombreuses plantes utilisables en engrais verts, la féverole permet du fait de sa diversité variétale d’envisager plusieurs périodes, méthodes et itinéraires de culture. La féverole d’hiver peut se semer de la fin de l’été jusque mi-novembre, et sa cousine la féverole de printemps se sèmera de mi-février à mi-avril.

Elle est très fortement utilisée en grandes cultures, y compris en Bio, où elle permet comme précédant cultural de sortir de très beaux blés et maïs.

D’où l’idée de l’introduire au jardin, à nos échelles, dans le mélange hivernant qui je l’espère va devenir traditionnel chez vous !

Intérêts de la féverole comme engrais vert

Voici ses caractéristiques les plus intéressantes pour nous :

  • Bonne biomasse.
  • Implantation facile.
  • Destruction facile et restitution rapide d’éléments minéraux (en fonction du développement de la vie de votre sol).
  • Excellente restitution d’azote.

Et dernier avantage, et non des moindres pour ce qui concerne nos applications et nos styles de jardinage, la féverole est une grosse graine, ce qui signifie qu’on peut la semer assez profond pour la protéger du gel (ce qui l’aidera beaucoup), ou encore que, bénéficiant de larges réserves nutritionnelles pour assurer sa phase de germination, elle pourra passer aisément à travers un paillage.

Conditions de culture de la féverole

La féverole d’hiver (que je préfère pour sa rusticité et son adaptation à mon climat) est gélive en dessous de -15°C, la variété de printemps est gélive à environ -5°C.

Ce sera la variété à préférer au sud de la Loire, et là où les hivers sont doux, pour sa productivité supérieure en termes de biomasse.

Pourquoi l’intégrer dans un mélange hivernant ? Tout simplement parce qu’à l’instar de ce qui se fait en grandes cultures, il est notable que la féverole est un précédant adapté, voire souhaitable, pour la totalité des autres cultures (hormis les légumineuses, attention à votre rotation si vous souhaitez cultiver à la suite, des pois, haricots ou fèves par exemple).

 

A bientôt pour une explication sur mon nouveau mélange hivernant 100% Légumineuses, ainsi que sa composition et son dosage !

 

Bonnes expérimentations à vous, et comme de coutume, toute remarque est la bienvenue.

 

Amitiés,

 

Benoît

  • Bonjour Gilbert,

    C’est toujours un plaisir de lire votre blog où j’y découvre et apprends beaucoup de choses.

    Je ne connaissais pas dut tout la févérole. Je viens de découvrir ça en lisant votre article. Comme quoi…

    Au plaisir de vous lire encore longtemps 😉