Consoude, Plante Amie du Jardinier Bio

La consoude demeure encore trop méconnue. Pourtant, ses vertus sont nombreuses.

Je pense d’ailleurs que tout jardinier en permaculture devrait cultiver de la consoude, une plante toujours utile dans un potager naturel.

Jugez-plutôt :

  • Le pouvoir fertilisant du purin de consoude est supérieur à un bon compost ;
  • Elle renforce les défenses naturelles des plantes en les revitalisant ;
  • Elle aide à la cicatrisation des tissus blessés.
  • Les abeilles l’adorent (floraison longue de mai à octobre).

Présentation de la Consoude

On trouve différentes variétés de consoude.

Certaines sont des hybrides, d’autres des variétés spontanées.

D’une manière générale, dans mon jardin, je ne cultive que des variétés anciennes, stables, et dont on peut donc récupérer les graines pour les semer.

Mais je fais une exception, justement pour la consoude.

Concernant la consoude, je vous recommande fortement de cultiver une variété hybride, à savoir la consoude de Russie…

La consoude de Russie

Consoude de Russie Bocking 14 en fleurs
Jeune plant de consoude Bocking 14 en fleurs

La Consoude de Russie (Symphytum Peregrinum), est le résultat d’un croisement entre la consoude spontanée d’Europe occidentale (Symphytum officinale)  et sa cousine orientale (Symphytum Asperum).

C’est une plante hybride stérile, ne produisant pas de graines (un avantage par rapport à la grande consoude… comme vous le verrez dans les lignes qui suivent – mais évidemment vous ne trouverez pas de graines de consoude de Russie à semer).

Elle est particulièrement riche en potasse (jusqu’à 14% pour la consoude bocking14).

La consoude de Russie forme des touffes impressionnantes pouvant  mesurer pratiquement 2 m de hauteur.

Son feuillage est très dense.

La consoude de Russie est la plus utilisée par les jardiniers.

La grande consoude (consoude officinale)

Consoude officinale ou grande consoude (Symphytum_officinale)
Consoude officinale (Symphytum_officinale)

La  Grande Consoude, ou Consoude Officinale (Symphytum officinale) se trouve à l’état spontané (pour cette raison, on l’appelle aussi communément consoude sauvage) en Europe, notamment dans les zones humides (près des rivières, des ruisseaux, des canaux, en bordure de fossés ou dans les prairies humides) et les sols lourds.

Les fleurs de la consoude officinale,en forme de clochettes, peuvent être roses, violettes ou blanches (tirant sur le jaunâtre).  Ses feuilles sont grandes, larges et légèrement velues.

La grande consoude est moins riche en éléments fertilisants que la consoude de Russie, mais contient néanmoins du calcium, de la potasse, du phosphore et des vitamines A et C et surtout B 12.

Elle peut donc être également utilisée au potager.

Mais attention à sa prolifération au jardin (contrairement à la consoude Bocking 14, qui est stérile et ne fait pas de graines, la consoude officinale se multiplie naturellement par semis spontanés de graines… et un jardin peut se retrouver très vite totalement colonisé par cette plante envahissante.

Composition de la Consoude

La consoude contient des mucilages, des alcaloïdes, des vitamines, des minéraux, du potassium, du phosphore, de l’azote organique, une huile essentielle…

Cultivez la Consoude

Levée de boutures de consoude de Russie
26 mars 2013 : mes boutures de consoude Bocking 14, mises en terre à l’automne, sortent enfin de terre.

Emplacement : La consoude est une plante vivace très vigoureuse et rejetant très facilement. On lui réservera donc une place en bordure de potager. Elle apprécie particulièrement les sols humides et riches ainsi qu’une situation bien ensoleillée.

Multiplication : la consoude se multiplie aisément par boutures de racines ou encore par boutures de tiges arrachées avec un petit bout de racine. Les boutures peuvent être plantées de la mi-février jusqu’en novembre à au moins 70 cm de distances en tous sens.

Utilisations  de la Consoude au Jardin

Fertilisation :

Sa richesse en azote, en phosphore, en potasse organique et la grande diversité d’éléments minéraux qu’elle contient (bore, cuivre, fer, manganèse, zinc…) font de la consoude la plante idéale pour la fertilisation de la plupart des légumes.

Consoude bocking 14 en fleur
Consoude en fleur en mai 2014

Sa biomasse impressionnante permet jusqu’à 4 coupes par an. A partir du mois de mai, on utilisera son feuillage comme couverture du sol (mulch) pour les cultures gourmandes.

On incorporera ensuite légèrement ce mulch par le binage, fournissant ainsi une nourriture de choix à nos plantes cultivées.

Tout comme pour l’ortie, on pourra également mettre une poignée de feuilles de consoude au fond du trou de plantation des tomates.

La dernière coupe d’automne viendra enrichir le compost ou sera simplement laissée au pied du plant de consoude.

Revitalisation :

Sa richesse en vitamines et en minéraux lui confère un pouvoir revitalisant inégalable.

Les plantes carencées (notamment en azote ou en potasse) pourront être traitées efficacement par une décoction de consoude* diluée à 5 %.

Des arrosages réguliers au pied  avec un purin de consoude* dilué à 10 % favoriseront la croissance des légumes gourmands et renforceront leurs défenses naturelles.

Cicatrisation  :

Comme son nom le suggère, la consoude “soude”. Elle est ainsi capable de régénérer et de soutenir la cicatrisation des tissus blessés.

Pulvérisez du purin de consoude dilué à 5 % sur une plante blessée…et attendez que le miracle opère.

Préparations purin de consoude et décoction de consoude.

Pour les purins comme pour les décoctions, on utilise la plante entière fraîche (feuilles, tiges, fleurs) excepté les racines dans la proportion de 1 kg de plante pour 10 litres d’eau.

Le purin de consoude

Purin de consoude en fermentation
ça mousse, il faut attendre pour utiliser ce purin de consoude…
  • Remplissez un récipient  (en terre, en bois ou en plastique mais en aucun cas en métal) de plantes fraîches (feuilles et tiges fleuries)
  • Complétez avec de l’eau de pluie
  • Couvrez en laissant une légère aération
  • Remuez chaque jour : vous pouvez observer une mousse qui se forme à la surface. Le purin est prêt à être utilisé quand il n’y a plus de mousse (1 ou 2 semaines).
  • Filtrez
  • Diluez le purin de consoude à 5% pour pulvériser et à 10% pour arroser au pied des plantes

La décoction de consoude

  • Mettez les plantes fraîches à tremper (100g pour 1 litre d’eau) pendant 24 h
  • Portez ensuite à ébullition pendant 20 mn
  • Couvrez et laissez refroidir
  • Filtrez avant de pulvériser (dilution à 5%)

 

La consoude est pour moi La plante indispensable dans un potager en permaculture.

Essayez-la, vous sera émerveillé par ses bienfaits.

Sans compter ses vertus médicinales : astringente, cicatrisante, revitalisant…

Où se procurer de la Consoude Bocking 14 ?

B-actif est une entreprise bretonne produisant de la consoude et commercialisant notamment des boutures racinaires de consoude Bocking 14.

Certes, le prix d’achat semble un peu élevé (ce ne sont après tout que des fragments de racines), mais vous pourrez par la suite bouturer la consoude facilement et donc la multiplier à l’infini, disposant ainsi d’un engrais gratuit à vie…

 

Vous pouvez également trouver du purin de consoude prêt à l’emploi ici.

 

Découvrez ma formation vidéo sur la consoude au jardin.

 

 

133 commentaires au sujet de “Consoude, Plante Amie du Jardinier Bio”

  1. Bonsoir Gilles , j’ai reçu des rhizomes de consoude B14 que j’ai démarré en pot . A la belle saison je compte les mettre en pleine terre part contre je me pose une question . Je sais qu’il est préférable de les espacer de 60 cm de tout sens mais j aimerais les planter à 30 , 35 cm de mes clôtures en bois qui délimitent mes massif du reste du jardin. Pensé vous que ça pourrait nuire à leurs épanouissement ? Merci

    Répondre
  2. Merci pour cet article il est très utile
    Je jardine depuis deux ans et je m ameliore et je vais me débrouiller pour trouver de la consoude et la planter dans mon potager 😊

    Répondre
      • Bonsoir Claire, je serai intéressée pour avoir qqs morceaux de consoude si c’est du bocking 14 et si votre proposition est tjr valable. Je peux vous envoyer des racines d’heliantis en retour si cela vous ferait plaisir. Par contre je ne sais pas comment échanger nos coordonnées en privé…

        Répondre
        • Bonsoir Ilse,
          Je veux bien vous communiquer mutuellement vos adresses mails, si Claire répond…
          Mais pour cela, il faudrait déjà qu’elle voit votre message.
          Ce qui n’est absolument pas certain.
          C’est un blog, par un forum… et les fonctionnalités ne permettent pas un suivi des conversations comme sur un forum.
          Cordialement,
          Gilles

          Répondre
  3. Bonjour
    Je me demande si avec la dernière coupe ( octobre) je peux faire du purin et le garder afin d’en avoir d’avance pour le printemps. Si cela est possible de quelle façon le conserver? Si qqn avait une expérience dans ce sens, merci d’avance.

    Répondre
    • Bonsoir, le mieux je pense c’est de faire de la brisures de consoude. Il suffit de faire sécher les feuilles de consoude et ensuite de les conserver a l abri de l humidité et du gel . Il suffira ensuite de les utiliser pour la fabrication du purin à la belle saison. De mon côté c’est ce que je compte faire. Ou faire du macérât de consoude qui je crois ce conserve plus longtemps que le purin lui-même

      Répondre
  4. Bonjour Gilles. Merci pour cet article. J’ai pu comprendre que les variétés hybrides sont souvent beaucoup moins intéressantes pour les insectes car elles comportent peu ou pas de nectar et pollen. Sais-tu si c’est pareil pour le consoude bocking14 ? Merci, Andy

    Répondre
    • Bonjour Andy,
      Je ne ferais pas une telle généralité.
      D’ailleurs tu dis “souvent”… et je pense qu’en fait, que ce soit au sein des variétés hybrides ou au sein des variétés anciennes, dans une espèce donnée, il y a des variétés avec plus ou moins de nectar et pollen… Donc, certaines variétés hybrides contiennent très probablement plus de pollen que certaines variétés anciennes, et inversement.
      Franchement, j’ignore ce qu’il en est pour les différentes variétés de consoude. Mais ce donc je suis certain, c’est que la consoude Bocking 14 (une hybride donc) attire fortement les insectes et bourdons…
      Bon dimanche
      Gilles

      Répondre
  5. Bonjour.
    J’ai lu que le purin d’orties riche en azote était un bon fortifiant pour les légumes-feuilles. Quand on arrose un plant de blette par exemple c’est quelle quantité environ après dilution bien sûr. (25cl, 5l ????)
    J’ai aussi lu que la consoude était fortifiant pour légumes-fruits. Quand est-il des légumes-racines? Par exemple j’ai semé pour la 1è fois des radis d’hiver violet. J’aimerais leur donner un ptt coup de pouce mais que me conseillez-vous? J’ai aussi des capucines tubéreuses qui ont du mal à se développer cette année!!!
    Merci d avance

    Répondre
    • Bonjour Anna
      Les choses ne sont en fait pas aussi simples…
      L’azote, élément principal pour le développement de la végétation, est utile aussi pour les légumes fruits ou racines, mais plutôt en début de végétation… et la consoude sert par exemple notamment à la formation des pommes de salades ou de choux.
      Il n’y a pas non plus de quantité “type”; car dépendant non seulement de la plante elle-même (un plant de tomate par exemple n’a pas les mêmes besoins qu’un plant de blette), de son développement (stade), du sol (carences éventuelles), de la fertilisation organique apportée (ou pas).
      Bref, je ne peux développer tout cela ici… et c’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai rédigé un guide complet (voyez ici)
      Cordialement,
      Gilles

      Répondre
  6. bonjour.
    quelle est l’ utilité de la consoude en paillage? Sa dégradation, séchage… va apporter un plus au légume paillé ou bien ni plus ni moins qu’un paillage de n’importe quelle nature?

    Répondre
  7. Bonjour Gilles,
    Merci pour tous vos articles fort intéressant, sans oublier les commentaires qui aide à mieux faire.
    Chez moi j’ai de la consoude sauvage qui pousse au bord de la rivière et j’en ramasse régulièrement pour en faire du purin qui je l’avoue est très bénéfique pour mes légumes.
    Je viens dans refaire mais pouvez vous me dire, s’il vous plait, comment faire pour la conservation pour le printemps prochain.
    Ensuite comment faire sécher de la consoude sans qu’elle devienne noir, j’aimerai l’utiliser pour le printemps, celle dans ma prairie n’ayant pas encore poussé.
    depuis que je connait cette plante j’en suis fane, une merveille de la nature.
    Merci et à bientôt

    Répondre
    • Bonjour Besnard,
      Conservez le purin (au préalable bien filtré) dans un récipient en plastique fermé hermétiquement, dans un endroit plutôt frais et à l’abri de la lumière… mais un purin perd inévitablement une partie de son efficacité avec le temps.
      Je ne vois pas comment sécher la consoude sans qu’elle devienne noir… et à mon avis, il ne restera pas grand chose de feuilles de consoude séchées après plusieurs mois.
      Bonne journée,
      Gilles

      Répondre
      • Bonjour,
        Pour ma part j’ai fait sécher ma dernière coupe d’automne à plat dans des cagettes, conservée ensuite dans des sacs en papier brun. Elle n’a pas noirci. J’ai pu ainsi faire une première tournée de purin au printemps, avant que les nouvelles feuilles ne soient prêtes à couper. Et mes plants de tomates en godet en ont profité avant même leur plantation.

        Répondre

Laissez un commentaire (si c'est pour faire de la pub, ne perdez pas votre temps... je ne publierai pas)