Vos suggestions

Bonjour à tous,

Cette page vous est destinée.

Exprimez vos souhaits, vos besoins, vos envies… dans les commentaires ci-dessous.

N’hésitez pas également à appuyer une demande déjà émise et qui vous intéresse également. Cela me permettra de voir que l’idée concerne du monde…

Je m’appuierai sur vos suggestions pour créer de nouveaux articles ou encore pour mes conseils sur la lettre d’information hebdomadaires.

Je précise que je ne répondrai en général pas directement ici (sauf éventuellement pour vous dire que le sujet a déjà été traité ailleurs); l’objectif est bien de trouver ici de nouvelles idées de sujet à traiter afin de répondre au mieux à vos besoins.

Merci !

63 commentaires au sujet de “Vos suggestions”

  1. suggestion :
    pouvez-vous aborder le rôle de l’arbre et arbuste en maraichage ?
    l’agro-maraichage ?? (en lien avec l’agroforesterie)
    par ex les cultures multiétagées ? avec framboisiers, groseilles etc.
    merci

    Répondre
    • Je pose quelques tuiles en travers, dans les chemins du potager, et les enjambe : les fourmis font leurs nids dessous, les escargots et limaces s’y abritent et je les y ramasse. Les fourmis sont utiles, elles aèrent les sols, et la bave des gastéropodes un puissant engrais, leurs déjections très appréciées par les vers de terre … de plus, bons pollinisateurs. Pour que mes semis ne soient pas attaqués je pose un linge trempé dessus pendant quelques jours , le temps qu’ils germent (les graines sont pourvues d’un rostre parfumé pour attirer les fourmis “dissémineuses”)

      Répondre
  2. Bonjour,
    Jardinière débutante, je trouve cette activité difficile et parfois décourageante.
    J’ai eu droit au chevreuil qui mange mes feuilles au jardin donc j’ai grillagé, j’ai eu les sangliers qui ont mangés toutes mes pommes de terre, j’ai les limaces qui se font de bons repas. Et j’ai surtout les fourmis qui font du ravage et dont je ne trouve pas la solution, elles les graines mangent, elles déterrent les jeunes plants ainsi que les fraisiers… Donc si vous avez une solution efficace j’en serais très heureuse.
    Merci

    Répondre
    • ma pauvre Sophie, vous voila bien dans le mouise ,pour les chevreuils et les sangliers vous avez mis une clôture super, pour les limaces mo je met des assiettes en plastique avec de la biere très bon marché, pour les fourmis, citron, pamplemousse, n’y font rien moi j’ai essayé aussi au début, elle se promènent dessus, maintenant je verse un demi verre de vinaigre pas cher a chaque nids, très très éfficace

      Répondre
      • Bonjour Jean-Philippe
        Pas un bon conseil : fortement attirées par la bière, les limaces viennent de très loin… on se retrouve ainsi avec beaucoup plus de limaces dans son jardin, qui bien entendu, sur le chemin les menant à la bière, vont faire pas mal de dégâts…
        Des expériences ont montré cela. La bière est une fausse solution. Mais comme on voit plein de limaces dans le bocal, tout le monde pense que cela marche…

        Répondre
          • de toute façon , c’est un truc sans fin , on jardine bio, on met de la paille, ou autres pour éviter l’évaporation , c’est seulement que l’on a plus de limaces et d’escargots, puisque ça leurs donnent le logis.
            ce que je fais aussi et ça beaucoup de jardiniers le savent, je met des pots a fleur en terre cuite avec un petit caillous pour laisser une ouverture , ou de tuile appuyée, ou bien ici nous avont de la tuile canal, et le matin on fait le ramassage de nos petites bêtes

            Répondre
  3. Mon commentaire hors sujet ne sera peut-être pas publié, mais pour moi le jardinage est sur le plan psy le travail avec la terre-mère et il répare nos problématiques avec notre maman, ce qui explique nos échecs et nos réussites au potager ! tenons compte de l’aspect holistique (un “tout”) du jardinage. Je conseille le passionnant “Voyage au-delà des confins de la conscience” des chercheurs Dethiollaz et Fourrier, avec une anecdote surprenante sur les vertus du chou, recommandé à un malade par … vous le saurez en le lisant ! vous pouvez me demander d’autres titres utiles mais non liés au jardinage par mail assrg@neuf.fr

    Répondre
  4. Bonjour Gilles,
    Je voulais seulement vous dire que j’apprécie votre approche philosophique de la permaculture et si je comprends bien le dernier article pas seulement pour cultiver un jardin…
    Je m’y essaie un peu et nous dire que les plantes vivent l’arrosage différemment me va très bien. C’est un bon sujet dont il est bien difficile de retenir une pratique correcte pour la plante s’entend car pour les uns c’est la production qu’ils recherchent et d’autres la diversité avec de multiples variétés.
    Que faire vraiment sur une base un peu plus scientifique? Les serres productivistes ont l’air de bien savoir doser tout çà pour produire à la verticale et en quantité et l’INRA y est sans doute pour beaucoup.
    Pour nos petits jardins qu’en est-il vraiment des besoins d’arrosage par exemple des oignons, des pommes de terre dont je ne me souviens pas qu’aucun paysan de ma jeunesse n’arrosait ses champs de patates…et des légumes gourmands en eau qui en contiennent parfois autant que des fibres?
    Toutes les théories défilent sur la toile, pour les tomates par exemple on peut aller d’un arrosoir par pied de tomate en une fois et une semaine sans rien jusqu’au goute à goute tous les jours 1/4 heure comme mon voisin avec ses tuyaux percés qui courent dans toutes les allées…Quelle est la bonne méthode, enfin la vôtre si vous pouvez nous en dire plus et qui n’engage que vous d’après votre formule consacrée…
    Je bricole à ma façon la permaculture sur un jardin en trois terrasses retenues par des murets ( ici ils appellent çà des Faïsses) et je peux dire que tout pousse partout jusqu’en bordure de forêt sur de la terre de bruyère ici, des cailloux de vigne là et au milieu tomates, Maïs et courgettes se sont adaptées et je les laisse faire leur vie.

    Ma femme dit quand même que les tomates sur lesquelles je n’ai pas enlevé les gourmands, c’est devenu une vraie forêt vierge! Il faut donc les écarter un peu plus que les 60cm conseillés entre plants. Sur un muret par contre avec quelques fils horizontaux les tomates cerises d’apéro c’est parfait pour leur laisser le champ libre et s’étaler à l’envie. Elles font plaisir à voir, surtout de belles grappes de 10 ou 15 en train de rougir ces jours-ci.

    Merci pour toute votre littérature et bonne continuation.

    Répondre
    • Bonjour Robert,
      Arroser tous les jours est une bêtise… le plant ne cherchera pas à développer ses racines (il sera donc plus fragile) et à se reproduire (donc, pour les légumes fruits, faible floraison et par conséquent fructification limitée…).
      Mais je développe tout cela, avec les quantités moyennes nécessaires au m² dans Mon Potager au Naturel (que vous avez acheté me semble t’il).
      Amicalement,
      Gilles

      Répondre
      • Et il me semble que les plantes fructifient pour se reproduire, donc si elles sont en difficulté, souffrance (manque d’eau par exemple) elles vont se hâter de fructifier, pour perpétuer fissa-fissa l’espèce, non ? j’ai pondu un commentaire sur les livres et ça me fait penser aux “jardins de Findhorn” où les jardiniers font de la “conscience” un outil : lien avec plantes et bonne entente avec animaux … foutaises ? allez savoir ! en tout cas les résultats sont là : extraordinaires.

        Répondre
        • Concernant la fructification, c’est exactement ce que j’explique dans l’article en question.
          “Les jardins de Findhorn” ? une de mes premières lectures inspirantes sur le jardinage en lien avec la Nature (et plus si affinité…)… peut-être un peu “barrée”… mais certainement pas des foutaises.
          Bonne journée Mathilde
          Gilles

          Répondre
  5. Parlons peu mais parlons feuilles : un article sur les feuilles comestibles serait bienvenu (on doit trouver des idées sur le beau et utile 1er blog “Monotarcie” de Geispe, comme sa farine d’épis de roseaux ?) : farine de feuilles de tilleul (si fondantes en salade quand elles sont tendres) , apéros avec feuilles de fruitiers, cuisson en papillotes de feuilles de figuier etc …. et racines méconnues d’igname, de bardane, d’onagres (trop difficiles à dépoivrer, si quelqu’un a une bonne méthode) …. et puis c’est bien de manger des racines (radis, carottes) mais faut apprendre à consommer et utiliser les siliques, fleurs, graines, feuilles tendres (comme moi, hi hi) : je fais même de la moutarde avec celles de mes radis !

    Répondre
    • Bonjour Mathilde,
      Désolé, mais mes connaissances en matière de plantes sauvages comestibles sont trop limitées pour que je publie un article là-dessus… ça se limite aux orties, pourpier et 2 ou 3 autres plantes… Or, je partage ce que je maîtrise personnellement; et je n’ai pas pour habitude d’aller plagier d’autres blogs pour écrire (petit pic au passage aux blogueurs qui pourraient se sentir concernés…)
      Mais si le cœur vous en dit (vous avez l’air d’avoir par contre pas mal de connaissances sur le sujet, n’hésitez pas à me le faire savoir ! Ce sera avec plaisir que je publierais alors votre ou vos articles.
      Amicalement,
      Gilles

      Répondre

Laissez un commentaire (si c'est pour faire de la pub, ne perdez pas votre temps... je ne publierai pas)