Le coronavirus est une chance pour l’humanité…

J’ai bien conscience que ce titre peut choquer.

Il va de soi que le coronavirus n’est pas une “chance” pour ceux et celles qui en sont atteints et pour leurs proches. A ceux là je présente mon soutien.

J’aurais pu choisir un autre titre mais je souhaite ici interpeller.

Pour cette raison, j’ai choisi de le conserver tel quel, même après les réactions suite au partage de cet article sur Facebook (j’ai par contre décidé de supprimer ma page FB… un réseau engendrant de fait une grande superficialité : on aime ou on n’aime pas, en quelques secondes, à la simple vue du titre, sans même lire l’article… on porte un jugement définitif au passage… et on passe au flux d’actualités suivant…).

 

Oui, la crise actuelle liée au coronavirus peut être une vraie opportunité de changer les choses sur notre planète, durablement.

Si j’en crois tous les échanges que j’ai pu avoir depuis le début de cette crise sanitaire, nous sommes très nombreux à penser que c’est un “mal nécessaire” pour changer…

Une prise de conscience globale est en cours…

Profitons-en pour aller dans le bon sens !

Mais commençons par voir ce que révèle cette crise.

Qu’est-ce que le coronavirus a mis en lumière ?

La fragilité de ce système économique mondial nous saute aux yeux…

Un simple virus, certes virulent, peut bloquer toute l’activité économique, au niveau de la planète…

Les bourses s’effondrent les unes après les autres…

On comprend donc que ce système reposant sur du “vent” n’est pas fiable… le moindre souffle de vent et c’est tout le château de sable qui s’écroule.

N’est-il pas temps de ramener l’économie sur du concret plutôt que sur de la spéculation ?

La dépendance à d’autres pays, pour les matières premières ou du matériel de santé par exemple, ne peut-elle, ou plutôt ne doit-elle, être remise en question ?

Je tiens à préciser ici que je n’adhère en aucun cas aux dogmes nationalistes… je parle simplement de re-centraliser nos productions, pas de nous fermer au monde !

 

Les déplacements ont un impact majeur sur la santé de notre planète.

Des études ont montré qu’en février 2020, en Chine, les émanations de CO² ont baissé de 25 %.

Le monde est en train de changer coronavirusEt les chercheurs ont peu constater que le nombre de décès liés à la pollution a baissé de façon plus que significative durant cette période…

En réalité, cette baisse du nombre de morts dues à la pollution a plus que compenser le nombre de morts imputés au coronavirus !

En d’autres termes, sur cette période, le nombre global de décès à baissé…

Nul doute que nous ferons les mêmes constats à Paris ou autres mégapoles.

Je ne suis pas en train de dire qu’il faudrait laisser le coronavirus continuer à tuer…

Mais à l’évidence, limiter les déplacements a un impact direct sur la pollution et donc la mortalité qui y est directement liée…

Et, évidemment, sur la durée, une baisse importante des déplacements auraient un impact encore plus important…

 

Notre système de santé demande des moyens.

En France, nous sommes plutôt mieux lotis que dans certains autres pays (80 millions d’américains n’ont par exemple aucune protection en matière de santé…).

Néanmoins, nous pouvons voir que les moyens ne sont pas à la hauteur d’une telle crise.

Les lits adaptés manquent, les masques de protections ne sont pas disponibles en quantités suffisantes pour le personnel de santé…

Depuis des années, les professionnels de la santé crient au manque de moyens… Il serait temps de les écouter et de leur fournir tous ces moyens !

Un immense merci à vous, médecins, infirmiers et infirmières, aide-soignants et soignantes, personnels responsables du ménage dans les hôpitaux… pour votre dévouement et votre courage.

 

Nous avons pu constater que les dirigeants de ce monde ont été capables de prendre des décisions radicales (sans doute nécessaires) allant à l’évidence à l’encontre des intérêts économiques, le premier critère normalement pris en compte…

Des centaines de milliards sont également débloqués pour sauver des entreprises ou venir en aide aux plus démunis…

Alors, s’ils ont pu le faire pour un risque sanitaire majeur, ne peuvent-ils pas le faire pour un risque encore plus important, la sauvegarde de la vie sur Terre ?

L’article paru dans Le Monde le 19 mars 2020 est très intéressant :

 

[pdf-embedder url=”https://www.un-jardin-bio.com/wp-content/uploads/2020/03/Les_Leçons_de_la_crise_du_coronavirus.pdf”]

 

Nos dirigeants savent donc ce qu’ils ont à faire.

A eux de prendre les décisions qui s’imposent…

A nous de choisir en conscience ceux qui nous représenteront lorsque nous allons voter… écologistes (pardon ! libre à vous…) et d’agir concrètement, à notre petit niveau.

Que pouvons-nous faire, chacun à notre niveau ?

Nous l’avons vu, les déplacements, qu’ils se fassent en voiture ou en avion, ont un impact énorme en terme de pollution.

Il est impératif que nous en prenions conscience, chacun individuellement.

Ne pouvons-nous pas remettre en question certains déplacements ?

moins de déplacements...Ne pouvons-nous pas pratiquer le co-voiturage pour nous rendre au travail ou visiter notre famille dans une autre région ?

Des transports en commun ne sont-ils pas possibles pour tel ou tel déplacement ?

Et surtout, est-il encore raisonnable d’aller passer ses vacances à l’autre bout du monde ???

Ok, le voyage est une chose formidable, la découverte d’autres cultures également… mais la vie ne l’est-elle pas encore plus ?

Il y a de merveilleux paysages à découvrir dans notre pays…

Bref, devenons raisonnables : limitons nos déplacements autant que faire se peut !

 

La grande majorité des entreprises œuvrant dans un secteur qui le permet, on pu mettre en place du télé-travail en quelques jours (pour mon frère, c’était soi-disant impossible auparavant… mais c’est subitement devenu tout à fait réalisable…).

Le développement du télé-travail contribuerait de façon très significative à la réduction de la pollution (même si Internet n’est pas non plus sans impact sur la pollution).

Si vous êtes vous-même dirigeant(e) d’entreprise, réfléchissez-y…

Et si vous êtes employé(e), incitez vos dirigeants à mettre en place cette solution, au moins un ou deux jours par semaine, pour le bien de tous.

 

Le transport de denrées alimentaires sur de longues distances est une hérésie.

La solution à ce problème est simple : produisons et consommons local, de saison et bio.

Et mieux encore, faites votre jardin, naturellement (en prenant soin du sol… source de toutes vies) !

Plantez également des arbres…

 

Il en va bien entendu de même pour tous les secteurs d’activités : énergie, vêtements, électro-ménager, produits du quotidien… peuvent être produits localement.

Lorsque nous faisons un achat, même si un produit français coûtent plus cher qu’un produit chinois, réfléchissons bien… non pas par fanatisme nationaliste, mais tout simplement par cohérence écologique.

Une idée est en train de germer dans le monde…

Nous voyons qu’en quelques semaines de confinement, l’air se purifie, la biodiversité renaît…

Ne pourrions-nous pas alors envisager un “repos annuel pour la Terre” ?

Chaque année, pendant 2 ou 3 semaines, nous cesserions de nous déplacer et resterions tous, partout sur la planète, volontairement (ou pas…) confinés chez nous, pour notre bien-être personnel (il est bon de se retrouver de temps à autre face à soi-même, ou de passer plus de temps en famille) et le bien de tous…

Cette idée commence à faire son petit bout de chemin dans pas mal d’esprits, partout à travers le monde…

Ne serait-ce pas là un moyen simple de résoudre une grande partie du défi écologique ? Alors, bien entendu, cela impliquerait d’accepter une perte au niveau économique…

Mais une bonne fois pour toute, à quoi servira une économie florissante sur une planète devenu invivable ???

Qu’en dites-vous ? Dites-le moi dans les commentaires (et si l’idée vous semble intéressante, partagez…).

 

solidarité coronavirus

Par nos décisions et nos actes, nous pouvons participer et pousser nos dirigeants vers un monde meilleur, plus écologique, plus solidaire aussi…

Cessons cette course au “toujours plus”… plus de profits, plus de loisirs, plus de choses futiles… et remettons le doigt sur le vrai : la nature, l’humain, la solidarité…

 

Faisons ce choix, ensemble… (je me présente aux prochaines élections présidentielles… LOL)

Car si nous ne gérons pas cela consciemment, la Nature nous le fera savoir de façon plus cruelle encore.

Portez-vous bien mes amis !

 

J’aimerais terminer avec un petit dialogue, circulant pas mal sur le web depuis quelques semaines (merci Agathe de me l’avoir transmis) et illustrant parfaitement mon propos.

 

Quand l’Univers et le Coronavirus (Coco pour les intimes) discutent…

 

Coco : Univers, pourquoi me mettre dans le pangolin ?
Univers : Cet animal, Corona, est en voie d’extinction. Et pourtant, les hommes continuent de le braconner et de le manger. … Ce sera la 1ère étape de ma leçon

 

Coco : D’accord, Univers. Pourquoi tu veux que ça commence en Chine?
Univers : La Chine est le symbole de la mondialisation et de la production de masse, petit. Ce pays est surpeuplé, il produit en masse et pollue en masse…

 

Coco : C’est vrai, Univers… Mais en même temps c’est parce que les autres pays y ont un intérêt financier aussi, non ?
Univers : Oui petit, c’est pour cela que ta mission va être de te répandre partout dans le monde, et principalement dans tous les pays concernés par ce système, l’Europe, les US, les pays producteurs de pétrole…

 

Coco : Quelle forme vas tu me donner, Univers ?
Univers : Celle d’un virus qui va principalement infecter les voies respiratoires.

 

Coco  : Mais pourquoi Univers ?
Univers : Petit, vois-tu, de nos jours, les hommes mettent en danger la planète. La pollution est devenue trop importante mais l’humanité n’en mesure pas l’ampleur. Quoi de plus symbolique que la respiration petit, tu comprends ?

 

Coco : Oui mais ça veut dire que je vais être dangereux, Univers ?
Univers : Tu ne le seras pas plus que plein d’autres maladies existantes petit, et tu le seras bien moins que la pollution elle-même qui génère des milliers de morts ! Mais la différence c’est que toi, tu seras visible…

 

Coco : D’accord, Univers. Mais tu crois que ça va marcher ton truc là alors, je comprends pas comment ?
Univers : Tu as raison, petit. C’est pour cela que je vais te rendre très contagieux. Tu vas vite te propager. La vitesse de propagation sera bien supérieure à ta dangerosité.

 

Coco : Ok, mais alors, si je suis pas si dangereux, tu crois qu’ils vont avoir peur de moi ?
Univers : Oh oui, petit, fais-moi confiance. C’est sur cela d’ailleurs que je compte pour faire évoluer les mentalités : la peur.
Ce n’est que quand l’homme a peur, qu’il peut changer ensuite…

 

Coco : Tu crois ?
Univers : Oui petit, et je vais ajouter tout un contexte pour amplifier la peur et les prises de conscience.

 

Coco : Quoi Univers …?
Univers : La peur va tellement prendre le dessus que l’on confinera les gens chez eux, tu verras. Le monde sera à l’arrêt. Les écoles seront fermées, les lieux publics, les gens ne pourront plus aller travailler. Les croisières, les avions, les moyens de transport seront vides…

 

Coco : oh la la, Univers, tu vas loin, mais qu’espères-tu de cela ?
Univers : Que le monde change, petit ! Que Terre Mère soit respectée ! Que les gens prennent conscience de la bêtise humaine, des incohérences des modes de vie et qu’ils prennent le temps de réfléchir à tout cela … Qu’ils arrêtent de courir, découvrent qu’ils ont une famille et des enfants et du temps avec eux. Qu’ils ne puissent plus recourir aux suractivités extérieures car elles seront fermées. Se reconnecter à soi, à sa famille, ça aussi, petit, c’est essentiel…

 

Coco : Ok mais ça va être dangereux, l’économie va s’effondrer….
Univers : Oui petit, il y aura de grosses conséquences économiques. Mais il faut passer par là. C’est en touchant à cela aussi, que le monde, je l’espère, va prendre conscience de ses incohérences de fonctionnement. Les gens vont devoir revenir à un mode de vie minimaliste, ils vont devoir retourner au local, et je l’espère à l’entraide…

 

Coco : Comment vais-je me transmettre ?
Univers : Par le contact humain. Si les gens s’embrassent, se touchent…

 

Coco : Bizarre, Univers, là je ne te suis pas, tu veux recréer du lien mais tu éloignes les gens ?
Univers : Petit, regarde aujourd’hui comment les hommes fonctionnent. Tu crois que le lien existe encore ? Le lien passe par le virtuel et les écrans. Même quand les hommes se promènent, ils ne regardent plus la nature mais leur téléphone… A part s’embrasser, il ne restait plus grand chose du lien… alors je vais couper ce qui leur restait de lien et je vais exagérer leur travers … en restant confinés chez eux, fort à parier qu’au départ, ils se régalent des écrans mais qu’au bout de plusieurs jours ils satureront… lèveront les yeux… découvriront qu’ils ont une famille, des voisins … et qu’ils ouvriront leur fenêtre pour juste regarder la nature …

 

Coco  : Tu es dur Univers, tu aurais pu alerter avant de taper aussi fort…
Univers : Mais corona, avant toi j’ai envoyé plein d’autres petits … mais justement c’était trop localisé et pas assez fort…

 

Coco : Tu es sûr que les hommes vont comprendre cette fois alors ?
Univers : Je ne sais pas Corona… je l’espère… Terre Mère est en danger… si cela ne suffit pas, je ferai tout pour la sauver, il y a d’autres petits qui attendent … mais j’ai confiance en toi Corona… et puis les effets se feront vite sentir … tu verras la pollution diminuera et ça fera réfléchir, les hommes sont très intelligents, j’ai aussi confiance en leur potentiel d’éveil… en leur potentiel de création de nouveaux possibles … ils verront que la pollution aura chuté de manière exceptionnelle, que les risques de pénurie sont réels à force d’avoir trop délocalisé, que le vrai luxe ce n’est plus l’argent mais le temps… il faut un burn out mondial, petit, car l’humanité n’en peut  plus de ce système, mais est trop dans l’engrenage pour en prendre conscience… à toi de jouer…

 

Coco : Merci Univers… alors j’y vais…

©️ Nana Ads

68 commentaires au sujet de “Le coronavirus est une chance pour l’humanité…”

  1. bonsoir gilles…un beau article avec un beau printemps, la pluie et le beau temps. je sens que le climat revient de loin ,et notre population souterraine est de retour et les oiseaux se régalent. je passe des moment a regarder et observer. c’est la vie et enfin des arrosages gratuits. il ne reste qu’a couvrir le sol . je vous remercie gilles

    Répondre
  2. Salut Gilles !!
    Je partage ton article à 400%. C’est d’ailleurs ce que je pense depuis le début. C’est là que tu te dis que ça sert à rien d’amasser autant d’argent par les grands groupes. Il faudra mettre une fois pour toute l’humain au centre et non le fric comme c’est le cas actuellement. Voici le commentaire que j’ai laissé hier sur un blog.
    “En tout cas cette crise a prouvé que d’amasser de l’argent sans cesse ne sert à rien (Total, L’Oréal, Carrefour.. Etc.. ) tous du CAC 40. Et puis cela a démontré avec force que l’humain doit être mis au centre de la reconstruction. On a tiré à boulet rouge pendant des décennies sur le personnel soignants, sur les enseignants et sur le service public en général. Et il y a pas si longtemps que ça le personnel soignant s’est fait gazé pendants les manifestations. Et maintenant comme par un tour de magie on les vénérerait ? Les gilets jaunes demandaient 5 fois moins d’argent que ce qui a été débloqué pour le coronavirus et là ils ont trouvé comme par enchantement les fonds nécessaires. C’est là que l’on aperçoit que l’ont nous ment L’argument « Il n’y a plus d’argent » tombe à l’eau. J’espère que le peuple saura la voie qu’il faudra suivre. Et surtout que les grands groupes cités ci-dessus participeront à l’effort national et que ce soit pas toujours les mêmes qui fassent les efforts. Bon j’arrête car j’en aurais un livre à écrire.” Bon courage Gilles !! A bientôt !!

    Répondre
  3. Bonjour Gilles,
    Merci de votre point de vue qui vient s’ajouter à tous les questionnements de chacun, on le voit bien, en cette période. Le débat est tellement IMPORTANT : il ne s’agit pas d’avoir raison, mais de réfléchir ensemble, et il le faut si nous voulons avancer. Oui, j’espère que cette situation , en ce qu’elle interroge en nous dans la nécessité à s’adapter dans notre quotidien, va exercer un poids sur l’avenir. Je ne suis malheureusement pas surpris qu’on vous remette en cause parce que vous prenez la parole en tant que jardinier. Pourtant, tout point de vue peut être entendu ou lu, simplement parce qu’il est humain. En cela, nous avons à faire ensemble.
    Je vous consulte quand j’ai besoin de conseils, pour agir dans mon potager, et je vous ai lu avec intérêt, au nom du partage toujours, et sans vouloir à tout prix que vous ayez raison sur tout : mon point de vue, je m’en charge.
    Merci !

    Répondre
  4. Bien sûr que je suis en parfait accord avec vous.
    Ce modèle de société nous mène droit à notre perte et aucun dirigeant dans le monde ne le remet en cause, car ce ne sont plus les peuples qui les élisent, mais le pouvoir de l’argent roi. Désormais, seuls les milliardaires et ceux qui sont aidés par des milliardaires dirigent les nations pour la prospérité d’une minorité aux dépends de tous
    Quand on pratique le jardinage naturel, la notion de globalité est un facteur primordial. Les terres que nous cultivons ne sont pas jamais isolées sur la planète, mais elles font partie d’un tout, et parfois, les actions de certains, à des dizaines, centaines de kilomètres de nous ont un effet sur notre domaine. Depuis le début du confinement, le ciel est plus bleu, l’air plus pur, les animaux plus présents. Les effets néfastes de l’impact de l’homme sont réellement visibles et indéniables, en quelques semaines seulement.
    Quand on pratique le jardinage naturel, plus que tout, on doit se projeter, anticiper. Ici, cela fait plus d’un mois qu’il n’est pas tombé une goutte d’eau. Depuis que les français sont confinés, le soleil brille au dessus de nos têtes, ce qui invite certains à faire n’importe quoi, ce qui aura pour effet de prolonger ce temps de replis sur soi obligatoire. Depuis un mois nous savons que cette année encore la sécheresse va sévir, alors, encore plus que d’habitude, nous avons mis en place des mesures pour aider les plantes à supporter cette épreuve. Les sols ont été travaillé de façon à augmenter la macro-porosité, stocker le maximum d’eau. nous avons épandu en surface des mètres cubes de compost, dont le plus grossier sert de mulch sous les arbustes, et le sol est déjà paillé, pour limiter dès à présent l’évapotranspiration. Nous avons plus d’un mois d’avance pour le paillage que nous faisons d’ordinaire fin mai, début juin.
    Vous avez entendu, les médias s’inquiètent que, aux urgences, il y ait moins d’urgences vitales “ordinaires”, peu d’infarctus, de crises cardiaques.
    Si les gens restent tranquilles chez eux, sans les stress quotidiens des transports, du travail… avec un air plus pur, je pense tout à fait logique que ces problèmes liés à notre mode de vie soient beaucoup moins nombreux.
    Comme vous, j’espère que ce long replis sur soi obligatoire puisse amener une majorité de gens dans le monde, à réfléchir, à devenir moins égoïstes, plus proche de la nature et des véritables richesses.
    Mais quand je vois comment se profile le déconfinement pour sauver les profits d’une minorité, en restreignant encore les droits des êtres humains, tout en les rendant encore plus esclaves de ceux qui les exploitent, je doute que le monde d’après soit meilleur.
    De quoi me confirmer dans ma vie d’ermite et me pousser à continuer vers le but d’autosuffisance que je me suis fixé.

    Répondre

Laissez un commentaire (si c'est pour faire de la pub, ne perdez pas votre temps... je ne publierai pas)