Alternatives à l’interdiction de brûler les déchets de jardin ?

Depuis 2020, brûler les déchets de jardin est strictement interdit, et ce même avec un incinérateur.

En commentaire sur l’article “Que semer et planter en septembre au potager ?”, Martine me faisait remarquer ceci : “Vous préconisez de brûler les plantes malades, mais c’est interdit de brûler sur son terrain, même dans un incinérateur de jardin. Perso, je mets dans des sacs fermés à la poubelle.

Ce à quoi je lui ai répondu qu’elle avait raison (en précisant toutefois que je ne préconisais pas de brûler “les plants malades”… mais uniquement ceux atteints par une maladie virale). Mais que l’article datant de plusieurs années, j’avais omis de corriger cela. Ce qui fut fait sur-le-champ.

Mais il n’en demeure pas moins que la solution proposée par Martine n’est pas vraiment satisfaisante… Qu’adviendra-t-il des végétaux malades mis dans des sacs-poubelles ? Soit ils seront compostés (ce qui n’est pas forcément suffisant pour venir à bout de certaines maladies, comme nous le verrons plus bas), soit ils seront brûlés (on ne fait alors que “déléguer” la pollution…).

Pas plus que ne le sont les solutions préconisées par l’ADEME…

Pourquoi cette interdiction de brûler les déchets de jardin ?

L’ADEME nous explique les raisons de cet interdit :

Brûler des déchets verts, ça pollue !

“Enflammer des végétaux, surtout s’ils sont humides, dégage des substances toxiques pour les êtres humains et l’environnement, telles que des particules (PM), des oxydes d’azote (NOx) des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), du monoxyde de carbone (CO), des composés organiques volatils (COV), ou encore des dioxines.

Cela s’ajoute à la pollution atmosphérique déjà importante. La toxicité des émissions est encore augmentée lorsque ces déchets verts sont brûlés avec d’autres déchets du jardin (plastiques, bois traités).”

Brûler des déchets verts, c’est interdit par la Loi

“La Loi N° 2020-105 du 10 février 2020 (relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire) a modifié le code de l’environnement. Il est désormais interdit de brûler des biodéchets (dont font partie les déchets de jardin) à l’air libre et dans les incinérateurs.

En cas de non-respect de la Loi, une contravention de 450 euros peut être appliquée (article 131-13 du nouveau Code pénal).

Les incinérateurs de jardin sont aussi interdits en France (vente et utilisation) depuis février 2020. Et ils ne peuvent plus être mis gratuitement à disposition des jardiniers.”

D’autres solutions existent pour se débarrasser de ses déchets verts

“Vous pouvez faire un compost ou utiliser ces déchets pour pailler au pied des plantes. Vous pouvez également apporter vos déchets verts en déchetterie. Certaines communes organisent aussi des collectes de déchets verts en porte-à-porte. Renseignez-vous auprès de votre mairie pour connaître les jours de collecte spécifique.”

Source : https://agirpourlatransition.ademe.fr/particuliers/maison/jardinage/feuilles-mortes-tonte-pelouse-branchages-brulez-jardin

Ok… Mais les déchets verts atteints par des virus, ou autres ravageurs, on en fait quoi ??? Merci l’ADEME…

En quoi cette interdiction de brûler les déchets de jardin pose-t-elle problème ?

Cet interdit, aussi louable soit-il d’une manière globale, pose problème pour les virus ou certaines maladies ou ravageurs (fruitiers notamment) non détruites par le compostage…

Maladies ou ravageurs pour lesquelles on préconisait, depuis des siècles, de brûler les déchets végétaux atteints.

Dans son commentaire, Pierre résumait parfaitement la problématique :

“C’est bien l’absurdité des décisions administratives/légales (style ADEME) que d’interdire de brûler les débris végétaux atteints de virus ou même de certaines maladies cryptogamiques, ou de les apporter en déchetterie : on favorise leur propagation. Idem si on les met avec les ordures ménagères : elles peuvent être refusées (sacs transparents obligatoires…) ou finiront brûlées de toute manière. La question n’est pas simple, mais si la propagation des virus et autres maladies est largement en augmentation, ce n’est pas forcément par hasard…alors les producteurs “industriels” traitent à mort les fruitiers…avec les phénomènes de résistance aux traitements ; et si on refuse, on fait quoi ? La désobéissance civile semble la seule solution recommandable.”

Quelles sont les maladies concernées ?

Il est difficile de lister les maladies particulièrement résistantes pour lesquelles on recommandait jusqu’ici (c’est d’ailleurs toujours le cas pour les professionnels…) de brûler les déchets végétaux atteints.

Pour ma part, j’ai exclu depuis longtemps les maladies cryptogamiques (mildiou, oïdium…) de ce processus sanitaire radical, préférant intégrer au compost les déchets végétaux atteints, ou même simplement les déposer au sol pour un compostage de surface. En effet, une montée en température correcte d’un bon compostage, ou même de simples gelées, ayant normalement raison des germes des champignons responsables de ces maladies.

Cela dit, certaines maladies cryptogamiques, comme par exemple différents chancres ou la moniliose, semblent plus virulentes. Et une destruction par le feu demeurerait sans doute préférable.

De même, les propagations d’une année sur l’autre de ravageurs comme par exemple les carpocapses (sévissant sur pommiers ou poiriers) sont depuis longtemps traditionnellement maîtrisées par le feu…

Mais c’est surtout pour les maladies à virus (par exemple ToBRF) que l’interdiction de brûler les déchets verts pose un sérieux problème… Ni le compostage, ni le gel ne sont alors suffisants pour éradiquer les virus. Virus qui risquent bien de s’étendre alors de plus en plus…

Bref, que peut-on faire lorsque nous nous retrouvons confrontés à de telles situations ?

Que faire ?

Les alternatives au brûlage des déchets verts atteints par des maladies ou ravageurs sont en réalité peu nombreuses… et peu satisfaisantes…

Le compostage

Nous avons vu que le compostage ne suffisait pas toujours. Mais, disons qu’en gros, des températures élevées (plus de 60 °C) pendant plusieurs jours permettront de détruire la majorité des germes de champignons (mais pas tous) et même certains virus (pas les plus résistants),

Assurer ces conditions de compostage chez soi est loin d’être évident.

Dès lors, mieux vaut à mon sens les emmener en déchetterie pour que les déchets verts malades y soit compostés dans les règles de l’art (avec des retournements réguliers afin de favoriser une forte montée en température)… si c’est le cas…

Mais si le compostage se fait “au petit bonheur la chance”, en emportant vos déchets verts en déchetterie, vous aurez certes éloigné le virus de votre jardin… Mais vous contribuerez probablement à sa propagation…

Notons ici que certaines installations de compostage industriel utilisent des méthodes de traitement thermique avancées pour détruire les agents pathogènes contenus dans les déchets organiques.

L’enfouissement des déchets atteints

Enfouir les déchets verts atteints par des maladies à virus ou des maladies cryptogamiques est peut-être une option plus adaptée.

Creusez un trou profond (80 cm minimum) et enfouissez les déchets de manière à ce qu’ils soient bien recouverts de terre.

Cela peut théoriquement contribuer à empêcher la propagation des maladies… À vérifier.

La ruse

Philippe, en réponse aux commentaires figurant plus haut, nous dit :

“Pour se débarrasser des plants malades une fois séchés… avoir un barbecue fabriqué avec un demi-bidon (ou construit avec une hotte) ce n’est pas interdit… On allume avec, après quelques sarments ou du bois et hop la saucisse ou la côte de bœuf !”

La loi nous dit : “Il est désormais interdit de brûler des biodéchets (dont font partie les déchets de jardin) à l’air libre et dans les incinérateurs”. 

Alors certes, en agissant ainsi, Philippe a peu de risques de se faire prendre la main dans le sac… Mais il n’en demeure pas moins qu’il risque une amende conséquente (450 €).

Dérogation préfectorale

Notez toutefois que les préfets ont le pouvoir de déroger ponctuellement à cette réglementation, et d’y apporter certains assouplissements.

Ces dérogations sont évidemment soumises à des conditions particulières favorables, excluant de fait des épisodes de pollution, les périodes à risques pour les incendies, ainsi que les zones urbaines ou sensibles…

Dans ces conditions d’autorisation préfectorale (à vérifier auprès de la mairie de votre lieu de résidence), l’observation de règles élémentaires reste bien entendu de rigueur :

  • Les végétaux à brûler doivent impérativement être secs (moins de pollution) ;
  • Les vents doivent être inférieurs à 20 km/h (pour limiter les nuisances au voisinage… et les risques de propagation d’incendies) ;
  • Le feu ne doit pas être allumé près d’habitations et de végétaux ou de matières inflammables (distances à voir en mairie).

En outre, les horaires d’autorisations sont clairement définis : entre 11h00 à 15h30 de décembre à février et entre 10h à 16h30 de mars à novembre.

Vos idées ?

Vous l’avez compris : je suis moi-même un peu désemparé face à cette nouvelle donne. Et aucune solution ne me semble totalement satisfaisante.

Vos idées et façons de procéder sont donc particulièrement attendues en commentaires ci-dessous.

S’abonner
Notification pour
guest
23 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Marianne
Marianne
17 octobre 2023 11 h 49 min

Les végétaux malades peuvent être brûlés au poêle à bois une fois venu l’hiver, en les mettant à sécher sur un endroit où les maladies ne se propagent pas, loin du potager (terrasse en pierre…). Dans les poêles à bois, et surtout les plus modernes, les fumées sont beaucoup moins polluantes puisque la combustion est grandement améliorée (système de double combustion des fumées par exemple). C’est à cause de la combustion incomplète des végétaux (souvent verts) que les feux de jardin en extérieur sont si polluants. Si on n’a pas de poêle, on connaît certainement quelqu’un.e dans son entourage qui en possède un, et qui sera enchanté d’avoir du petit combustible pour démarrer sont feu.

Région
Isère
Céline
Céline
12 septembre 2023 21 h 37 min

Bonjour,
Je pense que la solution dépend de chaque contexte. Une connaissance des filières de gestion des déchets de votre région vous permettra de trouver la meilleure solution pour vous.

Si besoin (je le fais pour certaines plantes envahissantes), je mets les plantes à brûler dans mes ordures ménagères. L’usine d’incinération des ordures de ma région récupère la chaleur pour chauffer des maisons et traite les fumées afin de limiter la pollution.
C’est pour moi la meilleure solution. Donc j’ai la possibilité de brûler les végétaux atteints de manière plus propre que si je les brûlais au fond de mon jardin.

Geneviève
Geneviève
11 septembre 2023 11 h 39 min

La chaux vive ? Toxique ?

Région
Landes
Jacqueline Adam
Jacqueline Adam
11 septembre 2023 9 h 33 min

Bonjour , je me posais la question a ce sujet ! Et si on faisait bouillir ces déchets malades , ça ne serait pas suffisant ? Qui n’a pas une grande marmite genre stérilisateur ?

Région
Belgique
Magali
Magali
11 septembre 2023 10 h 14 min
En réponse à  Jacqueline Adam

une idée pour celles et ceux qui n’ont pas beaucoup de déchets malades et qui ne comptent pas leur argent à dépenser pour chauffer ces déchets. j’ai une solution moins chère : j’ai réservé un bac à compost spécial pour déchets malades et adventices pouvant reprendre vie après arrachage (chiendent, liseron, chardon, etc) que je n’utilise surtout pas pour fertiliser le potager.

Région
Alsace
Marie
Marie
9 septembre 2023 17 h 55 min

Bonjour ,votre article a le mérite de ne ne pas cacher la poussière sous le tapis…
J’opte pour la désobéissance par le feu, mais avec quelques précautions :
– mes cartons avec chenilles de carpo attendent bien sagement (en espérant que les papillons ne se développent pas, donc, observation), qu’il fasse un petit matin bien frisquet et humide, dans un bidon ( un chauffe-eau coupé en 2,couché, refermé.
– un seau d’eau à côté, au cas où ;
– le temps que ça s’enflamme, et hop je remets le capot en place. Un peu de fumée sort sur le côté, mais ça ne dure pas assez longtemps pour se faire repérer (et je sais de quoi je parle, j’habite dans les Pyrénées-Orientales).
Pour les bois que je soupçonnent être atteints de feu bactérien, un coup de tronço, et on les brûlera cet hiver dans le poêle.
Bon, la loi est faite pour l’homme, et non pour la loi (encore plus vrai pour la femme, d’ailleurs !)

Région
Occitanie
ANITA
ANITA
9 septembre 2023 15 h 56 min

Bonjour, sur 2 jours mes 30 pieds de tomates ont attrapé le mildiou.Toutes les branches je les ai mise dans la poubelle de déchets verts.J’ai trié les tomates:il y a la moitié atteinte et l’autre moitié encore bien verte dites moi SVP COMMENT JE LES FAIS ROUGIR;mERCI A VOUS

Région
haut de France
Sophie
Sophie
9 septembre 2023 13 h 43 min

Je mets les tomates et les feuilles qui ont attrapé le mildiou dans un contenant en plein soleil, en ce moment il fait 40 degrés et ensuite, je le sortirai s il pleut.
J attends l’automne ou l hiver ou je le mets au barbecue ou dans un bidon en fer à brûler.

JOEL
JOEL
9 septembre 2023 11 h 51 min

Dans mon entourage et moi plus rarement nous continuons à brûler, non pas les végétaux verts mais ceux qui sont secs et qui n’ont pas pu être orientés vers le compost.

Quant à l’amende, encore faudrait t’il que la police municipale passe, et franchement je ne vois pas en quoi du bois et de l’herbe sèche brûlés dans des jardins polluent vraiment. En plus le peu de fumée éloigne les moustiques.

Région
LA REUNION
Anya
Anya
9 septembre 2023 15 h 33 min
En réponse à  JOEL

Je trouve égoïste de la part des voisins de brûler les déchets verts et autre.Dès qu’il fait beau, les gens brulent et ne pensent à leurs voisins qui ont du linge qui sèche dehors, les fenêtres ouvertes, ou simplement profite de leur jardin, etc…. c’est très désagréable de respirer cette fumée….concernant les moustiques, j’ai une belle biodiversité chez moi qui s’en charge et ne pollue pas. Une belle journée à vous;-)

Région
BE
Magali
Magali
11 septembre 2023 10 h 24 min
En réponse à  Anya

Anya, donc il faut respecter la loi qui n’autorise pas à brûler les déchets verts afin de respecter les poumons et narines des voisins et leur éventuel linge qui sécherait, c’est bien ça ? mais on peut balancer des sardines et autres mets sur un barbecue parce que c’est autorisé par la loi, c’est bien ça ? une question : que faites-vous de vos déchets verts à problème ?

Région
Alsace
Jacqueline
Jacqueline
9 septembre 2023 9 h 43 min

Bonjour, qu’en est-il de la dégradation de ces végétaux malades mis en décomposition dans un milieu humide dédié tel une station d’épuration naturelle avec des plantes de marais dé-polluantes? Merci pour votre analyse en retour.

Région
Belgique (Sud de la province de Luxembourg)
François
François
9 septembre 2023 9 h 33 min

Bonjour à tous,
La solution ne sera certainement pas adaptée à de gros volumes mais pourquoi ne pas essayer de bricoler un four solaire « maison »?
j’ai vu que certaine peuvent monter jusqu’a 200°.

Région
IdF
alain
alain
9 septembre 2023 9 h 22 min

Bonjour..Et les ecolos ,ils en disent quoi ? Manifestons là aussi !

Région
centre vdl .
Philippe
Philippe
9 septembre 2023 9 h 16 min

Ne plus bruler les dechets verts est une connerie car on brulait aussi les maladies mais encore on récuperait les cendres pour luttre cotre les limaces et les escargots alors que maintenant les gens se sont precipités sur les pesticides qui empoisonnent ces mêmes gasteropodes et par consequence tunt les oiseaux mangeures de ces gasteropodes De plus ces cendres pouvaient servir d’engrais naturels.
D’autre part comment se debarasser des feuilles de platanes qui ne se décomposent pas à moins de les broyées menu menu pour faire de paillage

Région
Bretagne
Christine
Christine
9 septembre 2023 8 h 41 min

Bonjour Gilles,
Malgré tout, cette interdiction reste bonne quand on pense à tout ce qui était brûlé dans certains jardins auparavant, même les adventices et les résidus de culture. Empêcher les jardiniers de brûler c’est les obliger à réfléchir aux alternatives plus écologiques. Si seuls les déchets atteints de virus restent, les mettre à la poubelle où ils finiront incinérés (mais pas à l’air libre) ou enfouis (profondément) est un moindre mal. Certes ça fait plus de déchets, de ramassage mais je pense que le bilan coûts et avantages reste positif. Sinon profiter d’un barbecue ou d’un feu de cheminée. Ou la déchèterie pour certains ravageurs : j’y mets mes pommes atteintes de carpocapse car pas de pommier en déchèterie.
Mais vous avez raison de souligner le problème, d’autant qu’il va se compliquer en 2024 car le tri des déchets organiques devra se généraliser. J’espère qu’on pourra ne pas tout composter ou mettre dans le conteneur de biodéchets. Entre ne rien composter comme le font beaucoup et tout composter même les végétaux atteints de virus il y a une grande différence. Meus le pb de la souplesse c’est que les abus continuent… Le tri en général n’est déjà pas optimal.

Région
Centre, Touraine
Jean-Louis
Jean-Louis
9 septembre 2023 8 h 21 min

Bonjour à tous,
Suite au commentaire de Pierre, pour les sacs transparents obligatoires, je suppose qu’il s’agit d’une réglementation locale. Ici, en Haute-Loire, je n’en ai jamais entendu parlé et ce n’est pas pratiqué à ma connaissance.

Région
Auvergne
Robert
Robert
9 septembre 2023 8 h 09 min

Bonjour Gilles,

Désemparé… je le suis comme vous face à ce problème bien mal résolu dans bien des communes environnantes qui ne pratiquent pas ces ramassages différenciés et incitent donc tout un chacun qui voit où tout est finalement acheminé… à poursuivre les brûlages sur son terain et ce d’autant que cette règlementation contraignante n’est pas suivie ni réprimée avec rigueur par les polices municipales…

Pour ma part, n’ayant pas été confronté aux virus cités et n’ayant qu’un potager je fais du compostage.

Région
HÉRAULT
Denis
Denis
9 septembre 2023 7 h 47 min

“La Loi” est de plus en plus souvent idiote (au mieux), ou délibérément perverse et malhonnête (11 vaXX aux enfants??). Qu’on interdise de brûler systématiquement TOUS les déchets (branches coupées, feuilles mortes, tontes de gazon, etc…) est compréhensible. Le problème des maladies démontre sa nocivité dans son “impératif absolu”…

Région
Béarn
Jean-Luc
Jean-Luc
9 septembre 2023 6 h 55 min

On peut attendre la Saint Jean mais c’est qu’une fois par an!

Région
Pays de Loire
Françoise
Françoise
9 septembre 2023 6 h 31 min

Bonjour, pour ma part, j’ai une ancienne forge avec une hotte, qui me sert de babecue, je sèche et je brule dans la forge.

Région
sud gironde
Cassie
Cassie
8 septembre 2023 21 h 05 min

Je fais sécher et je brûle dans mon living dans la casette lors des premiers froids de l’automne

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetourner sur la boutique
      Calculer les frais de livraison