Comment récupérer les graines de courges ?

Il semble à priori aisé de récupérer les graines de courges que l’on cultive.

Mais ça se complique un peu si l’on veut reproduire fidèlement une variété…

En effet, les hybridations sont fréquentes avec des résultats parfois très décevants (dégénérescence marquée de la variété, fruits immangeables).

Mais précisons déjà que nous parlons ici de reproduire des semences… reproductibles.

C’est à dire des graines de variétés anciennes, stabilisées ( (voyez ici une liste de semenciers bio proposant des variétés anciennes), en opposition aux hybrides F1 que vous ne pourrez de toute façon pas reproduire (c’est le but “caché” de ces hybrides modernes… vous obliger à acheter tous les ans des graines).

Les différentes espèces de courges

Les courges (genre Cucurbita) appartiennent à la familles des cucurbitacées.

On trouve différentes espèces (en gras ci-dessous) de courges, comprenant elles-mêmes des sous-espèces (en italique ci-dessous)… au sein desquelles on trouve encore de nombreuses variétés :

  • pepocourgettes (Black beauty, ronde de Nice, grise d’Alger, Zuboda…), pâtissons, citrouilles, courges à graines nues, courges spaghetti, Jack O’Lantern…
  • maxima : potirons (rouge vif d’Etampes, bronzé de Monthléry, jaune Gros de Paris, bleu de Hongrie…), potimarrons (Red Kuri, Solor…), courges brodées, courge de Hubbard, Griraumon…
  • maschatacourges musquées Butternut, Sucrine, de Provence, longue de Nice…
  • mixta : courges mexicaines
  • ficifolia : courge de Siam

Au sein du genre Cucurbita (les courges), les croisements sont fréquents entre 2 légumes appartenant à la même espèce (et encore plus s’ils appartiennent à la même sous-espèce).

A ce stade, vous vous dites peut-être que vous ne risquez pas de croisements intempestifs puisque vous ne cultivez qu’une variété par espèce (par exemple une variété de courgette, un potimarron et une butternut).

D’accord…

Mais il faut aussi tenir compte tenu du voisinage…

Car, à moins de vivre dans un lieu isolé, vous n’êtes sans doute pas seul(e) à jardiner dans le coin…

Et les insectes pollinisateurs ne connaissent pas de frontières… Ils sont en tout cas capables d’aller polliniser une fleur se trouvant à plusieurs centaines de mètres (on considère ainsi une distance de sécurité minimale de 500 m à plus d’un kilomètre).

En deçà de ces distances, les croisements sont possibles…

Aussi, même si l’on ne cultive soi-même qu’une seule variété par espèce, reproduire avec fidélité une variété définie est très incertain.

Alors, vous pouvez tout à fait laisser faire la nature et peut-être allez-vous devenir ainsi l’inventeur d’une nouvelle variété (après tout, la plupart des variétés existantes sont le fruit du hasard).

Qui sait ?

Mais dans la majorité des cas vous risquez de vous retrouver, lorsque vous sèmerez les graines de fruits fécondés sans aucune précaution, avec des fruits immangeables…

Aussi, si vous voulez être certain(e) de reproduire fidèlement vos graines de courges, la fécondation manuelle est alors la solution qui s’impose.

Fécondation manuelle des courges

Voici comment procéder pour féconder manuellement les courges :

  • Identifiez les fleurs femelles : l’ovaire (mini fruit) est visible à la base de la fleur. Ce sont les fleurs femelles qui vont former des fruits
  • Protégez les fleurs femelles sélectionnées pour la reproduction : procédez le matin sur des fleurs prêtes à s’ouvrir. Enveloppez les fleurs du pédoncule au sommet avec un sachet de protection pour les fruits, une feuille de gaze ou encore un bout de voile non tissé. Fermez les 2 extrémités avec un lien léger (ficelle de sac poubelle par exemple)
  • Prélevez une fleur mâle sur un autre pied de la même variété (sauf si vous voulez au contraire créer une hybride). Prélevez une fleur mâle juste ouverte. Supprimez ses pétales
  • Fécondation : retirez l’enveloppe posée sur la fleur femelle. Elle doit alors s’ouvrir naturellement, sinon elle n’est pas prête à être fécondée. Frottez délicatement l’étamine de la fleur mâle sur le pistil de la fleur femelle
  • Refermer et ligaturer de nouveau la fleur femelle jusqu’à ce qu’elle soit fanée

Récupérer les graines de courges

Voyons enfin comment récupérer vos graines de courges :

  • Récoltez la courge fécondée à parfaite maturité, le plus tard possible
  • Prélevez les graines pendant l’hiver
  • Lavez soigneusement les graines en les trempant dans de l’eau
  • Éliminez les graines vides (elles flottent)
  • laissez les sécher dans une endroit sec et aéré
  • Lorsqu’elles sont bien sèches, stockez les graines à l’abri de la lumière dans un endroit frais et sec

 

Sources  : Le plaisir de faire ses graines, de Jérôme Goust

Cet article vous a été utile ?

Votez (1 à 5 étoiles selon votre satisfaction)

Moyenne des votes : 4.6 / 5. Nombre de votes : 25

Encore aucun vote. Soyez le premier à voter

  • Merci pour ce super article ! J’ai juste un peu de mal à voir comment protéger la fleur sans l’abimer. Il faut fabriquer comme une charlotte avec un bout de tissus (non tissé) ? ou un tube qu’on ferme au bout ? Ou autre ?

    Et du coup, si j’ai bien compris, la fleur mâle doit forcément être prise sur un autre pied, pas sur le même ?

  • Bonjour les jardiniers,
    J’adore le potimaron et j’achète mes graines, orange summer qui sont desf 1

    Est ce que je peux les féconder entre eux et utiliser les graines sans risque de dégénérescence ?

  • >