La Culture de l’Ail

L’ail est une plante vivace, dont la floraison est rare sous nos climats.

L’ail parfumera nombre de plats et ses vertus médicinales sont nombreuses.

Il a donc toute sa place dans un potager naturel.

Classification Botanique :

L’ail (Allium Sativum) appartient à la famille des Liliacées du genre Allium.

On distingue l’ail d’automne (ail blanc, ail violet) de l’ail de printemps (ail rose).

L’ail d’automne sera planté d’octobre à novembre et donnera de meilleurs rendements que l’ail de printemps (planté en février-mars).

L’ail de printemps se conserve mieux que l’ail d’automne.

Conditions de Culture :

Si l’ail est résistant au gel il craint par contre les excès d’eau. En conséquence, en sol humide on le cultivera sur butte.

Je ne suis pas  partisan du paillage pour cette culture (risques de pourritures si le temps est humide…).

Ses besoins en nutriments sont faibles.

En sol suffisamment riche, on évitera toute fumure. Dans le cas contraire, un apport modéré de compost bien décomposé sera suffisant. Les matières organiques fraîches sont à proscrire.

Un complément riche en potasse (cendres, vinasse de betteraves, patenkali) en cours de culture favorisera le développement des têtes.

Culture :

Plantation des caïeux (ou gousses) :

Pour obtenir des têtes garnies de nombreux caïeux, il est recommandé de planter l’ail dans une période s’étalant de 5 jours avant la pleine lune jusqu’au jour suivant celle-ci.

En revanche, si votre objectif est plutôt d’avoir de grosses gousses (mais forcément moins nombreuses sur une tête), privilégiez plutôt les jours racines, en lune descendante ou montante (les biodynamistes sont divisés à ce sujet… les 2 sont donc possibles).

Choisir les gousses extérieurs des têtes d’ail pour la plantation pour obtenir de grosses têtes. Les gousses intérieures pourront servir de semences destinés à la production d’aillet (ail frais en tige récolté à partir de mois d’avril).

Planter les gousses  la tête en haut, à 2 ou 3 cm de profondeur en lignes distantes de 20 à 25 cm et à 10-12 cm d’écartement sur la ligne.

Cultures associées :

L’ail se cultive en général seul.

Il aurait toutefois une action bénéfique sur les fraisiers ou encore les pommes de terre.

On déconseille les cultures de pois ou de haricots à proximité.

Entretien :

Il convient de sarcler entre ligne et de biner sur la ligne de culture.

Les arrosages ne sont pas utiles (sauf sécheresse extrême).

Ne pas butter.

Récolte et conservation :

Récolter l’ail par temps sec, de fin juin à août, quand le feuillage est à moitié desséché.

Laisser ressuyer sur le sol pendant 2 ou 3 jours avant d’en faire des tresses qui seront suspendues idéalement au grenier.

L’ail ainsi stocké supportera des gelées jusqu’à -15°C et aromatisera vos plats jusqu’à la prochaine récolte.

 

 

Suivi de ma culture d’ail en image

14 novembre 2012 : l’ail blanc a bien démarré (gousses plantées le 26 septembre).
Ma culture d'ail le 20 mars 2013
Ma culture d’ail le 20 mars 2013…
Ail au 20 avril 2013
Ail au 20 avril 2013

 

 

 

Mon Potager au NaturelDécouvrez 44 fiches de culture détaillées dans

« Mon Potager au Naturel« 

Guide pratique

en Téléchargement Immédiat

 

 

 

  • Bonjour Gilles,
    Très bon article bien complet et documenté. C’est un condiment que j’apprécie beaucoup. Merci pour l’astuce biodynamique (planter l’ail au moins 5j avant la pleine lune). Je me demandais si tu avais des astuces pour bien réussir sa culture d’ail frais ? Je n’ai jamais testé et j’aimerais bien m’y mettre.

  • Bonjour Aurélien,
    Merci pour ton commentaire.
    La culture de l’ail frais (aillet) est très simple à réussir.
    Comme précisé dans l’article, tu sélectionnes pour cela les gousses du centre des têtes (elles ne donneront pas de grosses têtes).
    Il faut planter suffisamment tôt à l’automne de préférence en lune décroissante et montante (propice à la plantation des bulbes et en jour feuille (l’objectif n’est pas le bulbe mais bien la feuille)…ce qui est le cas demain (dimanche 30 septembre) et lundi (voir mon calendrier lunaire). C’est donc le bon moment pour planter ton aillet (ce que je vais faire) !
    Apparemment cette conjoncture idéale ne se représentera pas en octobre et novembre…mais bon, si tu n’as pas le temps ces jours-ci, en lune montante et jour feuille (du 26 au 28 octobre prochain), ça ira bien aussi.
    Note que la période autour de la pleine lune, si importante pour la production d’ail, n’a ici aucune incidence, le but n’étant pas de multiplier les gousses mais bel et bien d’obtenir de belles tiges.
    Tu peux les planter plus serrer que l’ail frais (5 à 8cm sur la ligne).
    En hiver, aucun entretien n’est nécessaire.
    Sarcle entre ligne et désherbe sur la ligne en début de printemps. Arrose alors (un peu) si le temps est sec.
    Tu peux récolter ton ail frais dès le mois d’avril pour par exemple une délicieuse omelette à l’aillet (une tradition par chez moi – la Dordogne).
    Bon courage !
    Gilles

    • Merci gilles,
      En fait j’ignorais que l’ail frais était appelé aillet.
      Du coup je vais en mettre en place en suivant tes conseils !
      Côté recette, faudrait que je teste l’omelette. Ma recette favorite avec l’ail frais c’est une printanière de légumes. Pommes de terre, carottes, oignons blancs, ail frais, pois frais et aromates.
      A très bientôt
      Aurélien

      • Bonjour Aurélien,
        Je crois que ce nom d’aillet (qui n’existe pas si je me fie au correcteur d’orthographe) est un nom local utilisé dans le Périgord ??? Je ne le connaissais pas non plus avant de venir dans la région…
        J’en profite pour faire une petite précision concernant ton commentaire précédent : le fait de planter l’ail autour de la pleine lune n’est pas issu de la biodynamie. C’est plutôt un truc d’anciens. En effet les biodynamistes tiennent d’abord compte des cycles lunaires (lune ascendante ou descendante) alors que les anciens se basaient sur les phases lunaires (lune croissante, lune décroissante, nouvelle lune, pleine lune, premier quartier, dernier quartier).
        Intéressé par la biodynamie, j’ai longtemps basé mes travaux sur leur calendrier lunaire, sans trop tenir compte des conseils des anciens…mais des expériences m’ont montré le bien-fondé de certaines des convictions de ces derniers. C’est notamment le cas en ce qui concerne l’ail. D’autres sont plus des questions de superstitions…mais c’est là un autre (vaste) débat.
        Ah ! une bonne printanière de légumes…patience !
        Amicalement,
        Gilles

      • Bonjour,
        Je regardais vos échanges concernant l’ail, et je voulais simplement attirer votre attention sur ses vertus médicinales. En effet, c’est remède extra contre l’asthme, même de anciens de plusieurs année. Prendre environ 100 grammes d’ail rose (le plus utilisé et planté au Maroc), le décortiquer comme pour l’utiliser en cuisine mais sans l’écraser ou couper, le laisser entier et le mettre dans un litre d’huile d’olive dans une bouteille de préférence en verre ou de terre cuite (pas de plastique), le laisser dans un coin propre, loin de l’humidité ou du froid (température ambiante 20C° à 30C°) pendant au moins 10 jours, idéalement deux semaines. Ensuite en prendre deux cuillères à café le matin avant petit déjeuner, et manger l’huile cette huile d’olive aussi souvent que possible, après quelques jours on sent la différence. Après le premier litre on peut arrêter les produits chimiques et autres aérosol. Mais continuer à en fabriquer et en utiliser. L’ail on peut le laisser dans l’huile d’olive et la retirer à la fin et l’utiliser en cuisine normalement, sans problèmes. Cette huile d’olive avec l’ail est aussi bonne pour les nouveaux nés après le bain, un petit massage de la poitrine te du dos, bien couvrir le nouveau né, et au lit. Cela lui éviter les coups de froids et les allergies diverses dues aux changement des saisons, et le démangeaisons de peau.
        Bonne route avec le plein de santé tout naturellement!

        • Bonsoir,
          Moi qui souhaite plus que tout arrêter d’utiliser la médecine traditionnelle contre l’asthme, je vais suivre votre conseil Mustapha, merci et bonne soirée
          Catherine

  • Pardon Gilles.

    Mon message de ce jour (culture par mois et dans celui de novembre) à toutes les réponses ici. J’aurais du commencer par là et être un peu moins rapide.
    Petite précision si possible.
    Il es indiqué de ne pas butter le semis. Ce conseil de buttage je l’ai donné à un ami dont le terrain est parfois inondé. Une petite précision si possible de ta part.

    MERCI.

    • Ah en effet, je viens d’apporter une réponse sur l’article en question…
      Concernant votre question ici, elle n’est pas très claire. Et peut être y a t’il confusion entre 2 termes :
      – Butter (ou chausser) une culture consiste à recouvrir le légumes de terre. On ne butte pas l’ail car la tête enterrée risque alors de pourrir…
      – Cultiver sur butte : on constitue une butte pour y accueillir les cultures, cultiver de l’ail sur butte en terrain humide est en effet fortement conseillé(l’eau ne stagne pas sur une butte)

      Espérant avoir été assez clair, je vous souhaite une belle journée…à l’ombre !

      Gilles

      • Tout est OK GILLES. Je m’empresse de donner toutes ces conseils à cet personne sans oublier de lui faire part de ton site dont je découvre chaque jour un peu plus les ressources.
        Merci pour avoir apporter ces réponses aussi rapidement.
        Une petite boisson avec la menthe du potager me fait apprécier l’excès de ces températures.
        Bon rafraîchissement à tous.

  • Bonjour,

    Comme très souvent , article très intéressant. Une petite question cependant : peut on planter de l’ail blanc violet en cotobre dans un pot ou une jardinère ?
    Merci pour vos réponses et bonne continuation.
    Amicalement.
    Raymond

  • Bonjour à tous,
    J’ai bien planté mon ail comme me l’a indiqué Gilles et il pousse tranquillement.
    Je recherche de « l’ail des ours ». Quelqu’un aurait-il cela chez lui? Je suis intéressé.
    D’avance merci et bonne journée.
    Yvon.

  • Bonjour Gilles,

    Merci pour vos réponses rapide à mon précedent mail sur le poireau !

    Une dernière et ultime question sur l’ail maintenant si vous permettez ! Je voudrais faire un apport de patenkali et je dois déterminer pour cela le début de bulbaison…. je ne trouve pas de référence pour l’ail. Pour l’oignon c’est au stade 5-6 feuilles mais pour l’ail avez-vous une idée ?

    Merci encore de partager votre connaissance,
    cordialement,

    lilou

    • Bonjour Lilou,

      avec plaisir !
      Tout dépend du moment de la plantation, mais le plus simple est de regarder si la tête commence à se former (elle ressort alors légèrement de terre).
      Mais en gros, un apport dans le courant du mois (si plantation à l’automne) ou en mai (si plantation en fin d’hiver) sera adapté.

      Cordialement,
      Gilles

      • Bonjour,

        Je reviens vers vous concernant l’irrigation de l’oignon et de l’ail. Il est dit que l’irrigation de l’oignon au stade 6-7 feuilles est indispensable mais à quelle fréquence ? Je trouve plusieurs infos: l’une dit deux apport d’eau sur la saison et rien 2 sem avant récolte. Autre info: tout les 15 jours à partir du stade 6-7 feuilles… qu’en pensez vous ? Enfin, arrosez vous l’ail ? merci

        lilou

        • Bonjour Lilou,

          Qui dit ça ?
          Je n’arrose jamais ni les oignons, ni l’ail…et j’en fais de belles récoltes.
          Cela peut peut-être parfois être utile sous climat méditerranéen en cas de plantations tardives et de période de sécheresse. Et dans ce cas, la fréquence sera à adapter au sol, au temps et à l’état végétatif… si vous souhaitez des conseils complets et adaptés à vos conditions de culture, c’est par ici : https://www.un-jardin-bio.com/formations/conseils-a-la-demande/
          En tout cas, évitez tout arrosage en fin de culture, cela nuirait à la conservation.

          Cordialement,
          Gilles

  • Bonjour Gilles !
    L’ail blanc planté en novembre commence à donner quelques aillets. Les bouts de feuilles sont encore verts, la montaison n’a pas commencé. J’hésite entre casser les tiges ou les coucher et si oui quand dois je le faire ?

    Peyo

    • Bonjour Peyo,

      Personnellement, je ne fais rien jusqu’à la récolte (quand le feuillage est au 2/3 jauni).
      Mais il est possible de coucher les tiges, il parait que cela favorise le grossissement des têtes d’ail…je ne suis pas convaincu !

    • Bonsoir Justine,

      oui, ça peut arriver… même si les lapins préfèrent les salades (non traitées, sinon ils n’y touchent pas).
      Cela dit, c’est sans grande conséquence sur la culture, car l’ail, comme les autres légumes de la même famille (oignons, échalotes, poireaux) reforment un nouveau feuillage si celui-ci est coupé…

      Cordialement,
      Gilles

  • Mon aïl de lautrec planté en décembre commence à monter en fleur alors que les feuilles n’ont pas encore jauni. Je ne sais pas si je dois le récolter, couper les fleurs qui arrivent ou pleurer sur ma récolte. Merci de bien vouloir m’apporter une réponse avant qu’il ne soit trop tard pour mon aïl.
    Anne

  • Bonjour,
    Je me pose la question suivante, si j’achète des bulbes d’ail d’origine non-biologique, combien « d’année » lui faudra-t-il pour devenir biologique si ma terre et mes engrais sont biologiques?
    Merci!

  • Bonjour Mélanie,

    Le terme biologique n’est qu’ un mot désignant une pratique sans engrais et pesticides chimiques…
    Je ne peux donc répondre à cette question. En fait, cela dépend du degré de tolérance de chacun. Les bios les plus « intégristes » diront jamais (car vous partez d’une semence non bio), les plus modérés vous diront qu’après une année de culture en bio, votre semence est bio…

    Cordialement,
    Gilles

  • Bonjour Gilles,
    J’aimerais savoir comment faire pour éviter que les pointes des gousses de mon ail verdissent. Je n’ai jamais pu l’empêcher. Je sais que cela n’a aucune incidence sur la qualité des caïeux, mais je suis curieux de savoir comment les professionnels font pour empêcher cela.
    Amicalement.

  • Bonjour,

    je suis à la recherche de gousses d’ails certifiés AB et d’anciennes variétés. Auriez vous de bonne adresses à me proposez. Merci d’avance 🙂 .

  • Bonjour Gilles,
    J’aimerais savoir quel est le rapport entre la quantité d’ail que je planterai et ce que je vais pouvoir récolter ( compte tenu du contexte terre, climat etc.) j’habite également en Dordogne.
    Quelle variété conseillez-vous? En ail violet et ail blanc de longue conservation?!
    Grand merci!
    Ps: peut-on trouver des « plants « d’ail bio dans le Tarn? Sont-ils d’aussi bonne qualité qu’en Drôme?

    • Bonjour,

      Pour la production d’ail, on a un rapport moyen de 5 à 10.
      Cette productivité varie selon le climat (différent chaque année), le sol (ce n’est pas parce que vous habitez également en dordogne que l’on a le même type de sol) mais aussi le passif (cultures, fertilisation…) ou même le moment de la plantation…
      Quant aux variétés, leur adaptabilité dépend également de tous ces paramètres… seuls les essais permettent de savoir laquelle se comportera le mieux chez vous (mais là aussi, une variété peut bien marcher une année, et rater l’année suivante…). Je m’abstiens donc de conseiller telle ou telle variété.
      J’ignore si l’on peut trouver des plants d’ail bio dans le tarn…

      Cordialement,
      Gilles

  • Bonjour,
    Il y a environ un mois, je vous ai posé une question sur le verdissement des têtes d’ail. Je n’ai pas eu de réponse… S’agit-il d’un secret de professionnel qui ne peut pas se divulguer ? J’aimerais assez avoir une réponse.
    Amicalement. André

  • Je voudrais juste vous demander des conseils en rapport avec la culture de l’ail au Burundi. La période de plantation et , les exigences au niveau de fimure et autres renseignements car je vais entreprendre ce projet.

  • Bonjour Gilles

    Bravo pour votre site très instructif.
    Je cultive de l’ail depuis 3 ans (violet, planté en novembre en Périgord pourpre). La première année, résultats très acceptables. Par contre l’année dernière et cette année, des têtes et gousses ridiculement petites. Pourtant, semences identiques. Cette année, j’ai essayé le nouer ou coucher les tiges et de détourer les bulbes en début juin. Aucun résultat.
    Voyez vous une explication ? Merci d’avance.
    Patrice

  • >