Cultivez vos pois bio !

Le pois est une légumineuse riche en protéines.

Sa culture est peu exigeante et, comme les autres légumineuses, il capte l’azote atmosphérique au profit des cultures suivantes.

C’est donc une plante très appréciée dans un potager naturel.

Semences de petit pois nains à semer très prochainement...

Le choix des variétés de pois

On choisira de préférence des variétés adaptées à la région de culture. Il existe 3 sortes de pois :

Les petits pois (à écosser)

Les pois nains sont plus précoces que les pois à rames (à faire grimper), mais moins productifs. Les variétés à grains ridés craignent les gelées printanières mais sont en revanche plus adaptées à la chaleur.

  • variétés à grains ronds à rames : Express à longue cosse (hâtif, productif), Serpette Guillauteaux (hâtif), Serpette d’Auvergne (demi-tardif, très productif), Roi des conserves (tardif) …
  • variétés à gros grains nains : Douce Provence (hâtif), Petit Provencal (variété ancienne hâtive).très hâtif d’Annonay (variété ancienne hâtive , productive), Plein le panier (variété ancienne tardive), Serpette cent pour un (tardif), Louvette (tardif), Orion (tardif)…
  • variétés naines à grains ridés : Sima (à semer à l’automne), Centurion (très productif), Onward (résistant à l’oïdium), Merveille de Kelvédon (hâtif), Sénateur, Téléphone nain (demi-tardif)…
  • variétés à rames à grains ridés : Sénateur (demi rame), Téléphone à rames (variété ancienne très productive).

Les pois mange-tout (à consommer avec la gousse)

Pour certaines variétés la gousse reste plate. Pour d’autres, on consomme la gousse entière avec les grains.

  • à rames : Corne de Bélier, Caroubel, Normand, Demi-rame de quarante jours, Copernic…
  • demi-nain : Carouby de Maussane, Delikett (sucré), Sugar Luv (sucré).

Les pois à récolter secs

Par le passé, on consommait principalement les pois secs, soit entiers, soit cassés (en purée ou en soupe) car ils sont alors plus riches en protéines et éléments minéraux.

Pour la récolte en sec, on choisira de préférence des variétés tardives (bien que toutes les variétés puissent être consommées de la sorte).

Quelques variétés ont été sélectionnées pour la récolte en sec : Frimas (semis d’automne), Amino, Finale (semis de printemps)…

Préparer la terre pour une culture de pois

Le pois est très peu exigeant en éléments nutritifs et apprécie les sols bien ameublis en profondeur.

Il ne supporte pas l’excès d’humidité et n’aime pas les sols trop calcaires.

S’agissant d’une plante appartenant à la famille des légumineuses, aptes à capter l’azote atmosphérique, les engrais azotés ne sont pas utiles.

Les fumiers ou compost mal décomposés sont carrément à proscrire, en particulier parce qu’ils favoriseraient la prolifération de pucerons.

Par contre, un apport de cendres de bois ou autre engrais naturel riche en potasse (vinasse de betterave ou patenkali) sera bénéfique à cette culture.

Semis des pois

Résistant à de faibles gelées, on peut semer le pois tôt dans la saison :

Les pois nains Douce Provence sont sortis de terre (sous voile)

  • En climat méditerranéen, les semis sont possibles d’octobre à janvier.
  • Dans les régions à climat doux (climat océanique et sud de la France), semez de la mi-février jusqu’à fin avril (le pois craignant la sécheresse, évitez les semis plus tardifs).
  • Dans les autres régions, semez de mars à avril.

Ils se sèment en place à une profondeur de 2 à 3 cm en ligne distantes de 35 cm pour les variétés naines et de 60 cm pour celles à rame. Un écartement de 2 à 3 cm sur la ligne est préconisé.

Je vous montre comment je procède pour semer les petits pois en vidéo ici.

Un délai de 4 ans entre 2 cultures de pois à la même place est recommandé.

Cultures associées aux pois

Les carottes, les navets, les radis, les pommes de terre ou encore les concombres apprécient son voisinage..

En revanche, les alliacées (ail, oignons, poireaux, échalotes) sont réputés préjudiciables à sa croissance… ce que ne confirme pas une petite expérience menée par votre serviteur.

Entretien d’une culture de pois

En général, les rosées et pluies automnales ou printanières (selon la période de semis) sont suffisantes pour la levée des pois.

Toutefois, si le temps est particulièrement sec (notamment dans le midi), il peut être nécessaire de maintenir le sol humide par des arrosages jusqu’à la levée.

Biner rapidement après la levée.

Butter quand les plantules font 15 cm de haut.

Poser des rames (branches ramifiées ou grillage) de 50 cm à 1 m de haut pour les variétés naines, et jusqu’à 2 m pour les variétés à rames.

Les jeunes pousses étant fortement appréciées par les limaces, attendez que les plants soient suffisamment développés pour pailler.

Les besoins en eau de cette culture, notamment du fait de sa précocité, sont minimes.

Avec un bon paillage, un arrosoir (12 litres) au m² tous les 15 jours en période de développement et par temps sec est largement suffisant. A maturité, on pourra augmenter les arrosages à raison d’un arrosoir par semaine au m².

Protections naturelles des pois

Oiseaux

De nombreux oiseaux, dont les merles, raffolent des pousses naissantes de pois.

Des branchages posés de façon à « chevaucher » les semis, voire un filet de protection, les empêcheront d’atteindre ces pousses.

Insectes

Les pois sont également appréciés de nombreux insectes : le puceron vert, la sitone, le cécidomyie, la tordeuse…

Nous n’entrerons pas ici dans le détail des traitement possibles mais voici quelques indications permettant de se préserver d’attaques massives :

  • Préservez des zones « sauvages » autour mais aussi au sein même de votre potager
  • Chaque année, cultivez les pois à un endroit différent (rotation de 5 ans)
  • Semez tôt dans la saison
  • Évitez toute fumure riche en azote
  • Mélangez les cultures
  • Mettez en place un voile ou un filet de protection

En cas d’attaque, pulvérisez une infusion de tanaisie ou d’absinthe.

Maladies cryptogamiques

La fusariose

Apparaissant surtout par temps chaud et humide, la fusariose est une maladie causée par divers champignons pouvant demeurer longtemps dans le sol.

La maladie se transmet également par les graines.

Sur une plante atteinte, on observe d’abord un jaunissement et la plante fane rapidement.

Voici comment se prémunir de la fusariose :

  • Semez tôt dans la saison (en automne si possible, sinon dès février/mars) dans un sol suffisamment meuble
  • Respectez un délai de 5 ans entre 2 cultures de pois au même endroit
  • Choisissez des variétés résistantes (à tester selon vos conditions de cultures)
  • N’utilisez pas vos propres semences si des dégâts de fusariose ont été observés

Brûlez les plantes atteintes pour éviter la contamination les années suivantes.

L’oïdium

Les pois sont également assez sensibles à l’oïdium, surtout si vous les cultivez tardivement (l’oïdium se développant lorsqu’il fait chaud).

Voyez ici l’article consacré à l’oïdium.

Récolter les pois

Il faut compter de 70 (pour les variétés les plus hâtives) à 90 jours (pour les variétés tardives) entre le semis et la première récolte.

Sauf si on les destine à la récolte en sec (voir les variétés), les gousses sont récoltées dès que les cosses sont bien pleines, avant de durcir.

 

Et vous, quelles sont vos variétés préférées ? Avez-vous quelques astuces à partager sur la culture des pois ?

 

51 commentaires au sujet de “Cultivez vos pois bio !”

  1. Bonjour Gilles,

    merci pour l’article. Je viens de planter mes petit pois, est-ce que je peux semer des carottes entre deux lignes de petit pois?

    Cdlt,
    Ana

    Répondre
    • Bonjour Ana,
      Pas évident… les pois ont tendance à s’étaler, risquant d’étouffer quelque peu les carottes.
      Mais après ça dépend de l’espacement entre vos lignes de petits pois (je dirais que ça serait possible si il fait au moins 60-70 cm), et si vous les faites grimper(là, un espacement de 40 cm pourrait je pense suffire).
      Cordialement,
      Gilles

      Répondre
  2. Bonjour,

    Merci c’est très instructif, quoique j’ai lu partout qu’il fallait les arroser régulièrement même tous les jours et là vous me dites que je sois arroser tous les 15j. J’ai loupé quelque chose ?

    J’ai un petit pois gourmand que je fais pousser depuis quelques semaines, il a atteint une hauteur d’une dizaine de centimètres. Malheureusement ce matin il est devenu tout flagada (flasque). J’ai vu sur internet que ça pouvait être à cause d’un manque d’eau et bien que la terre était encore humide j’ai rajouté un peu d’eau. Sauf que une heure plus tard je le retrouve la tête en bas, pire qu’avant. Est-ce que ça peut être la cause d’un trop-d’eau ? Sinon quoi ? Il est dans un grand pot dans ma chambre/studio et sous une lumière plus de 10h/j. Help 🙁

    Merci d’avance et bonne journée à tous 🙂

    Répondre
    • Bonjour Claire,

      Tout débord, si vous lisez bien : je parle de 2 cycles d’arrosage (tous les 15 jours au début, puis environ toutes les semaines en production)… ce qui est un peu moins fréquent que ce que l’on recommande habituellement (je suis partisan d’un arrosage minimum pour un meilleur développement du système racinaire et une meilleure floraison), bien qu’aucun ouvrage ne conseille d’arroser les pois tous les jours (j’ignore où vous avez lu cela « partout » et « régulièrement » ne veut pas dire « fréquemment »…. on parle bien de régularité…)
      Et je parle ici de cultures en terres, pas en pot dans une chambre (dans lequel un arrosage ne pourra évidemment pas tenir 15 jours).

      Mais dans votre cas, à m’évidence, la cause du flétrissement est un excès d’eau (vous ne pouvez pas penser qu’une terre manque d’eau alors qu’elle est encore humide !).

      Bonne journée,
      Gilles

      Répondre
  3. Bonjour,
    Pour la première fois en 5 ans, j’ai des petits pois magnifiques et très productifs. Tellement que je souhaite en garder un peu pour les faire sécher et en profiter en pois cassés plus tard.
    Depuis novembre 2014 (date d’une question sur le séchage) avez vous eu des infos sur ce sujet?
    Merci pour votre aide
    Virginie

    Répondre

Laissez un commentaire (si c'est pour faire de la pub, ne perdez pas votre temps... je ne publierai pas)