L’Absinthe, une plante répulsive utile au jardin

S’accommodant de tous types de sols et de toutes expositions, l’absinthe (Artemisia absinthum) est une plante vivace appartenant à la famille des Astéracées et poussant spontanément dans les sols rocailleux et ensoleillés.

Feuilles d'absinthe - Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Absinthe_(plante)
Feuilles d’absinthe –
Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Absinthe_(plante)

L’absinthe est utilisée comme plante médicinale  depuis des millénaires.

Dégageant une odeur très forte, cette plante vivace permet la fabrication d’un insectifuge (répulsif naturel), voire un insecticide (le purin tue les pucerons), efficace contre certains insectes, notamment les pucerons, les acariens ou encore la piéride du chou.

L’absinthe est une plante qui a donc toute sa place dans un potager naturel.

Composition de l’absinthe

L’absinthe est composée à près de 50 % de thyone, une molécule pouvant engendrer convulsions et même des hallucinations à très forte dose.

Elle contient également de la silice, du pinène, du phellandrène, du cadinène, et un azulène (responsable de sa coloration bleutée).

Cultiver l’absinthe

Reproduction de l’absinthe

On trouve des plants d’absinthe dans la plupart des jardineries.

Mais l’absinthe peut aussi se reproduire soit par semis, soit par éclat de pieds.

Semis d’absinthe

Les graines sont minuscules et la germination s’avère de ce fait assez délicate.

Voici comment procéder :

  • Semez les graines d’absinthe, dans une terrine, et au chaud, de février à avril
  • Repiquez les jeunes plants d’absinthe en godets (ou en pots) de la mi mars à la mi-juin
  • Arrosez régulièrement, mais sans excès (l’excès d’humidité est préjudiciable au jeune plant)
  • Plantez en pleine terre à partir du mois de mai et jusqu’en octobre (évitez toutefois les périodes de canicule)

Vous pouvez par exemple vous procurer des graines d’absinthe chez Germinance.

Éclats de pied d’absinthe

Si vous avez déjà un plant d’absinthe ou pouvez vous en procurer, la multiplication par éclats de vieux pieds est beaucoup plus simple que le semis.

Procédez à l’automne ou au début du printemps :

  • Éclatez simplement un vieux pied (c’est à dire déjà bien enraciné depuis plusieurs années) avec une bêche
  • Choisissez des éclats ayant un maximum de racines
  • Raccourcissez les tiges (à une vingtaine de cm) afin de favoriser la reprise
  • Creusez un trou et ameublissez le fond du trou
  • Plantez, environ à la même profondeur qu’avant d’éclater le plant, dans le trou de plantation
  • Comblez le trou et mettez éventuellement une pelletée de compost mûr en surface, au pied du plant
  • Arrosez copieusement après la plantation
  • Paillez (seulement si le sol est déjà bien réchauffé, sinon, attendez pour le faire)

Conditions de culture de la plante

L’absinthe est une plante vivace, plutôt rustique, se cultivant en général en pleine terre mais pouvant également être cultivée dans de grands bacs.

Absinthe plante
L’absinthe est une jolie plante

Elle apprécie plus particulièrement les sols fertiles, bien drainés et une situation ensoleillée… mais elle s’adaptera à tous les types de sols et s’accommodera sans problème d’une zone à mi-ombre.

Dans de bonnes conditions, l’absinthe peut mesurer plus d’un mètre de haut et s’étaler également sur une surface d’environ un mètre.

Évitez de planter de l’absinthe directement sur vos plates-bandes de cultures légumières… elle peut nuire au développement de ces dernières.

Il est donc préférable de cultiver l’absinthe en bordure du jardin.

Attention, l’absinthe peut se reproduire naturellement par des semis spontanés de graines et elle peut donc devenir envahissante si elle se plait bien chez vous…

L’absinthe est une plante rustique qui ne nécessitera ensuite que très peu d’entretien :

  • Paillez
  • Si le temps est sec, arrosez de temps en temps
  • Apportez un peu de compost à son pied à l’automne
  • Coupez les tiges dont vous avez besoin pour vos préparations…

Utiliser l’absinthe au jardin potager

L’absinthe, notamment grâce à son odeur, éloigne de nombreux insectes.

Vous pouvez simplement disposer quelques branchages, fraîchement coupés, sur le bandes de cultures que vous voulez protéger de certains insectes.

Cette technique est relativement efficace pour tenir à distance des choux, ou autres crucifères, les piérides ou encore les altises. Selon mon expérience, elle l’est déjà moins pour éloigner les mouches s’attaquant aux carottes ou haricots par exemple.

Pour un effet répulsif plus important, on aura plutôt recours à des préparations naturelles avec les feuilles et les fleurs d’absinthe :

Le Purin d’absinthe

  • Remplir un récipient (non métallique) de feuilles et sommités fleuries d’absinthe et compléter avec de l’eau de pluie (300 g de plante fraîche pour un litre d’eau, 30 g de plante séchée pour 1 litre d’eau),
  • Couvrir en laissant une aération,
  • Remuer chaque jour jusqu’à disparition des bulles puis filtrer.
  • Pulvériser le purin, non dilué, au printemps pour éloigner les fourmis, les chenilles et éliminer les pucerons (radical). Le purin d’absinthe protégerait également les groseilliers de la rouille.

L’infusion d’absinthe

  • Porter de l’eau à ébullition,
  • Faire infuser une poignée de la plante fraîche ou séchée (feuilles et fleurs d’absinthe) – pendant 24 heures,
  • Pulvériser l’infusion d’absinthe, non diluée, au printemps ou à l’automne, sur les ronciers et les framboisiers pour éloigner les acariens.

La décoction d’absinthe

  • Mettre une poignée d’absinthe (plante fraîche ou séchée avec les feuilles et les fleurs) dans de l’eau,
  • Laisser tremper pendant 24 heures,
  • Faire bouillir pendant 20 minutes,
  • Couvrir et laisser refroidir,
  • Pulvériser la décoction d’absinthe, non diluée, au moment des vols d’altises, de la mouche du chou (piéride), de la mouche de la carotte, de la mouche du haricot (pour les poireaux, ça me semble moins efficace) ou encore du carpocapse (pommier, poirier).

Autres utilisations de l’absinthe

Longtemps interdit, car considéré à tord semble t’il comme une boisson qui rend fou (voir ici), l’alcool d’absinthe est aujourd’hui à nouveau autorisé dans de nombreux pays.

Les sommités fleuries et les feuilles d’absinthe sont utilisée depuis des millénaires pour leurs vertus thérapeutiques (vermifuge, stomachique, emménagogue, cholagogue…) – Cliquez ici pour en savoir plus.

La consommation d’absinthe, sous quelque forme que ce soit, est strictement déconseillée aux femmes enceintes (propriétés abortives).

 

Retrouvez toutes mes préparations à base de plantes dans Mon Potager au Naturel.

 

Sources bibliographiques :      

Puceron, mildiou, limaces… : Prévenir, identifier, soigner bio de Jean-Paul Thorez (Editions Terre Vivante)

Ravageurs et maladies au potager bio – Ouvrage collectif (Editions Terre Vivante)

 

Et vous même, utilisez-vous l’absinthe dans votre jardin ?

Avec quels résultats ?

 

Cet article vous a été utile ?

Votez (1 à 5 étoiles selon votre satisfaction)

Moyenne des votes : 4.8 / 5. Nombre de votes : 117

Encore aucun vote. Soyez le premier à voter

  • En voilà une qu’il faut que j’installe d’urgence dans mon jardin ! Cette année, cela a été une infection de pucerons. J’ai lutté (bio) mais je pense tester bien vite l’absinthe au pied des pommiers en U

    • En attendant le purin, pour déloger les pucerons, un truc tout simple . C’est le soir vaporiser de l’eau froide sur les pucerons !!Hé oui cela marche.
      la différence de température fait tomber les pucerons et de ce fait mourrir

  • J’en ai mis dans mon jardin, mais l’absinthe en plant n’est pas envahissant, c’est l’absinthe panachée qui s’étale très bien et devient assez envahissant. Comme c’est un cultivar, a-t-il les mêmes propriétés que l’officinal?
    Elle est utile en insectifuge, mais elle-même attire beaucoup les pucerons.
    Il me semble qu’il ne faut la mettre sur le compost car elle bloque la décomposition des plantes.
    Merci de nous la mettre en valeur!

  • Salut Gilles ,en plus de ces qualites que tu sites faut ajouter la beaute de ces plantes,qui ont de plus des parfums différents,des volumes différents,les couleurs,si leurs floraisons sont assez insignifiantes sauf pour les insectes de plus elles ont la vertu d’etre,comme les sauges,le phlomis,désherbantes car sous ses plantes aucune “mauvaises herbes” et elles ont l’avantage de pousser meme dans les cailloux elles aiment la secheresse (pas toutes quand meme).Adoptez les dans vos jardins potagers ou d’agréments ,elles ne vous décevront pas

  • Bonjour Gilles
    Je confirme pour l’absinthe que j’utilise depuis 2 ans : les pucerons n’ont pas été tres virulents chez moi , mais j’ai contré deux attaques de doryphores au purin d’absinthe avec une efficacité redoutable !
    Avec 3 ou 4 plants disséminés sur 200 m2,j’ai eu tres peu de piéride , pas d’altise , mais les légumes n’apprécient pas trop son voisinage
    J’ai aussi pas mal d’aromatiques qui dégagent des odeurs fortes : aneth , menthe , hysope , livèche celeri, soucis … mais l’an prochain , je plante de la Tanaisie pour étoffer mon arsenal défensif !
    merci pour ton site !

  • Bonjour Gilles. Merci pour ce nouvel article sur une vivace peu connue et très intéressante.
    J’avais planté un petit pied d’absinthe dans mon précédent jardin et j’ai effectivement constaté qu’elle attirait tous les pucerons du coins 😉
    Je suis hélas parti sans bouture et n’en possède plus (à regret) mais une collègue à qui j’avais donné un rejet spontané m’a dit qu’elle bénéficiait aujourd’hui d’un port magnifique et d’une couleur qui attirait tous les regards. Elle en est très fière.
    Ton article m’a redonné l’envie de faire à nouveau une “petite” place dans mon jardin à cette belle plante.
    Raymond parle de la sauge, je serai également beaucoup intéressée pour en savoir plus sur les propriétés de cette autre belle plante…
    A bientôt.

  • Bonjour Gilles,
    Bon article récapitulatif sur l’absinthe, j’en ai planté à deux endroits dans mon potager, je frotte quelques feuilles de temps en temps entre les mains, j’aime bien son odeur bien particulière.

    Je me permets une petite remarque en toute amitié, je crois que tu as fais une petite erreur sur la fin de l’article entre mouche du chou et piéride. Je le sais car la piéride du chou fera l’objet de mon prochain article et je suis à peu près sur que c’est un joli papillon.

    Amitiés,
    Aurélien

    • Salut Aurélien,

      Merci pour ta correction. En effet la piéride est un papillon que je connais bien également…mais mes doigts (ou mon esprit)ont dû ripé sur le clavier, car en fait l’absinthe agit sur les deux (mouche et piéride)…je corrige ça de suite.

      Je lirai ton article avec grand plaisir et invite mes lecteurs à en fait autant (cliquez sur “Aurélien” pour découvrir son blog).

      Amicalement,
      Gilles

  • je remercie se brave gilles car je suis tout a fait d’accord avec lui au sujet de l absinsthe, moi je l ‘ai installer auprès de fruitiers qui aide pas mal contre les fourmis contre répusilfs, bien sur il faut comme même continuer les purins , encore merci gilles

  • Bonjour,
    Je viens de découvrir votre blog, que d’articles intéressants et utiles pour le lecteur, merci !
    J’ignorais que l’absinthe avait toutes ses vertus, je vais certainement en planter dans notre jardin en temps opportun.

  • Salut Gilles,

    Très bon article sur l’absinthe ! Je l’utilise aussi en mulch. J’insère dans mon mulch quelques branches d’herbes aromatiques ou très odorantes. En général cela agit contre tout un tas d’insectes dits “nuisibles” au jardin potager.
    Pour le coup, l’absinthe éloigne aussi la mouche de la carotte, donc en insérer dans son mulch ou en déposer quelques branches entre les cultures de carottes semble être une pratique très intéressante.

    J’en parle dans mon article sur la culture de la carotte où je présente des techniques pour prévenir l’attaque de la mouche de la carotte :
    https://www.jardinerfute.com/carotte

    À bientôt,
    Heikel

  • Bonjour, merci beaucoup pour votre site, une mine d’informations !
    Je vais enfin pouvoir cultiver des choux sans avoir à “ceuillir” les chenilles de piéride avant qu’elles ne me les dévorent !
    J’aimerai un renseignement supplémentaire : comment lutter contre les aleurodes ?
    Merci d’avance
    Isabelle

    • Bonjour Isa,
      Je n’aime pas parler de “lutte”.
      En jardinage naturel, on a d’abord recours à des moyens préventifs pour éviter le problème (par exemple, le voisinage d’œillets d’Inde tient les aleurodes à distance).
      Mais surtout, avant de chercher à se débarrasser d’un insecte, il est bien de comprendre la cause de la prolifération…
      Bon, je note ça comme article à rédiger pour développer la question.
      En attendant, vous pouvez essayer de pulvériser du purin de tanaisie (https://www.un-jardin-bio.com/les-insectes-fuient-la-tanaisie/).
      Cordialement,
      Gilles

  • >