Comment démarrer un potager en permaculture

Comment démarrer un potager en permaculture ?

Voilà une question que se pose tout jardinier débutant !

Bien souvent, il a déjà appris pas mal de choses sur les cultures.

Mais quand vient le moment de démarrer, il est un peu perdu et se pose alors de nombreuses questions :

  • Par où dois-je commencer ?
  • Comment me débarrasser des herbes ?
  • Dois-je retourner la terre alors que l’on me conseille aujourd’hui de ne pas le faire ?
  • Mais si je ne la retourne pas, comment vais-je pouvoir effectuer mes semis ?

Bref, autant de questions auxquelles nous allons tenter aujourd’hui de répondre en présentant 4 méthodes possibles pour démarrer un potager en permaculture dans de bonnes conditions.

Méthode 1 : démarrer un potager sans travail du sol

Démarrer un potager en permaculture sans travailler la terre est la meilleure approche, tout au moins en théorie.

C’est en effet idéal (voyez l’avertissement en fin de présentation de cette méthode, car les choses ne sont pas toujours aussi simples et évidentes que ce que voudraient vous faire croire certains…) pour ne pas chambouler le sol et donc respecter sa structure ainsi que les différentes formes de vie qui s’y trouvent.

Quand démarrer un potager sans travail du sol ?

Plus que la période, ce sont les conditions qui sont essentielles dans la création d’un potager sans travail du sol.

Voici ces conditions :

  • la terre doit être humide (mais pas non plus gorgée d’eau)
  • la terre ne doit pas être froide
  • la terre ne doit pas être trop tassée

Si l’une ou l’autre de ces conditions venait à manquer, la vie ne pourrait pas s’installer correctement dans le sol, et la bonne évolution du processus en serait d’entrée fortement compromise.

Pour répondre au mieux à ces conditions mais aussi afin de laisser du temps aux vers de terre et autres organismes vivants du sol pour effectuer le travail (car ce sont bien eux qui vont travailler pour vous !), la période idéale se situe en fin d’été (après des pluies) ou en début d’automne (quand le sol est humide mais encore relativement chaud).

L’hiver est à éviter (la terre est alors trop froide pour que la vie puisse s’y développer correctement).

Vous pouvez éventuellement épandre votre paillage épais au printemps… mais ne vous attendez pas à pouvoir y implanter directement des cultures (il faut au mieux plusieurs mois pour que la terre soit naturellement aérée, ameublie et enrichie par un paillage).

Comment démarrer un potager sans travail du sol ?

Concrètement, il est très simple de démarrer un potager sans travailler la terre.

paillage
Le paillage permet de démarrer un potager sans travailler la terre

Vous allez simplement couvrir le sol avec un paillage épais.

L’objectif est double :

  • étouffer la végétation spontanée et l’empêcher ainsi de se développer au printemps suivant
  • rendre la terre meuble et directement “praticable” au printemps suivants (ce sont les vers de terre et autres organismes vivants dans le sol qui vont se charger de ce travail d’aération et d’ameublissement du sol indispensable à la mise en place de cultures légumières).

Voici concrètement comment procéder :

  • commencez par couper l’herbe au plus bas. Puis laissez-la commencer à se décomposer avant d’épandre votre couverture du sol.
  • déposez des cartons sur le sol (cette phase est facultative, mais elle empêchera d’éventuelles adventices coriaces, comme le liseron ou le rumex par exemple, de se développer et de traverser le paillage… enlevez les scotch ou étiquettes, mais sachez que les normes européennes imposent aujourd’hui l’utilisation de colles et d’encres d’origine végétale pour la fabrication des cartons)
  • épandez éventuellement (ce n’est pas obligatoire, mais ça favorisera le développement de la vie au niveau du sol) du fumier frais ou en cours de décomposition, ou du compost
  • épandez une couche épaisse (au moins une vingtaine de cm pour pouvoir étouffer les herbes spontanées) de paille, de vieux foin, d’herbes coupées, de BRF ou  autres matériaux végétaux. L’idéal, en particulier si la terre est tassée, est d’alterner plusieurs couches de ces divers matériaux.

Vous n’aurez plus alors qu’à écarter le paillage au printemps suivant pour semer ou planter.

Si tout s’est bien passé…

Avertissement important : cette façon de procéder peut être problématique sur terre lourde (risque d’asphyxie) ou fortement tassée, ou encore si elle est mise en oeuvre au mauvais moment (sol sec ou froid).

Dans l’une ou l’autre de ces situations, il est je pense préférable d’envisager l’une des méthodes suivantes, sachant que si vous travaillez la terre vous pourrez compenser les quelques dégâts (en réalité très relatifs si vous travaillez avec les outils écologiques que je vais vous recommander) occasionnés par le travail du sol, par des apports de matières organiques appropriées (en fonction du type de sol).

Méthode 2 : démarrer un potager en travaillant la terre

Quand démarrer un potager avec travail du sol ?

Dans les sols lourds, travaillez la terre à l’automne et cultivez de suite un engrais verts afin d’ameublir et d’aérer la terre.

Dans les sols sableux, dépourvus ou contenant très peu d’argile, il est préférable d’attendre le printemps pour débuter les travaux  du sol.

Comment démarrer un potager avec travail du sol ?

démarrer in potager en travaillant la terre
Pour démarrer un potager en respectant la structure et la vie du sol, la Campagnole est parfaite

Si possible, travaillez à la grelinette ; cet outil désormais célèbre permet d’affiner la terre sans la retourner. Avec la grelinette, on travaille toujours à reculons, en se servant de son poids pour enfoncer l’outil. Puis on opère simplement un petit mouvement rotatif pour ameublir la terre…

Bon, il y a aujourd’hui encore mieux : la Campagnole !

Que ce soit avec l’un ou l’autre de ces outils écologiques, travaillez une première fois, sans trop enfoncer l’outil, pour simplement déraciner les adventices, puis laissez-les sécher ou enlevez-les pour les mettre au compost (cette solution est préférable si la période est pluvieuse, sans quoi les adventices risquent de redémarrer).

Travaillez à nouveau en perpendiculaire (pour la Grelinette) du premier passage, mais cette fois en enfonçant complètement les dents.

Mettez ensuite du compost et incorporez-le avec un nouveau passage, qui devrait normalement avoir permis un ameublissement suffisant du sol.

Pour une surface plus importante, bien que peu compatible avec un potager naturel, le travail au motoculteur (de préférence avec un cultivateur plutôt qu’avec un outil rotatif, également pour éviter de retourner la terre) ou à la motobineuse (mais vous risquez alors de multiplier les bouts de racines d’herbes indésirables) peut s’avérer nécessaire.

Plusieurs passages espacés dans le temps permettront d’ameublir correctement le sol et de le débarrasser d’une grande partie de la végétation spontanée.

Il sera ensuite impératif de nourrir votre terre par des apports de matières organiques adaptés.

Méthode 3 : démarrer un potager en constituant des buttes vivantes (buttes lasagnes)

La constitution de buttes vivantes, ou buttes en permaculture, est une troisième alternative possible pour démarrer un potager en permaculture.

J’aurais pu classer cette alternative avec l’option 1, car là non plus, vous ne travaillerez pas la terre.

Toutefois, compte tenu du travail considérable pour l’élaboration des buttes, mais aussi de la quantité importante de matériaux nécessaires à leur constitution, cette technique est à mon sens à réserver aux cas désespérés : sol très peu épais (à fleur de roche), sol totalement pollué, sol argileux à l’extrême (impossible à cultiver)…

Quand démarrer un potager en lasagnes ?

Pour des plantations, les lasagnes peuvent être constituées en automne, en hiver et même jusqu’au printemps (juste avant de planter).

Pour des semis, je pense qu’il est préférable de préparer la butte à l’automne précédent, afin que celle-ci puisse offrir un substrat de culture déjà suffisamment décomposé (voyez l’article sur les buttes vivantes pour plus de précisions sur l’utilisation des buttes).

démarrer un potager en lasagnes
Constitution de buttes lasagnes – une méthode permettant de démarrer un potager dans n’importe quelle conditions, mais exigeante en travail et en matériaux

Comment créer un potager en lasagnes ?

  • Placez des cartons à même le sol, en les croisant les uns sur les autres (ceci afin d’étouffer les herbes)
  • Couvrez-les ensuite de branchages ;
  • Intégrez ensuite des copeaux de bois en cours de décomposition ;
  • Recouvrez d’une fine couche de matériaux verts (herbes fraîchement coupées, déchets du jardin, jeunes rameaux feuillus broyés) ;
  • Amenez du compost en décomposition (à l’automne) ou mûr (au printemps) par dessus .

Vous aurez ainsi constituer une butte de culture particulièrement riche en élément nutritif.

Ce n’est ici qu’un exemple de butte vivante… il y a d’autres façons de faire (par exemple avec du bois enterré). Mais je ne présente ici que des méthodes que j’ai moi-même mises en oeuvre… Mais rien de vous empêche de voir également ailleurs.

Méthode 4 : démarrer un potager en bâchant

démarrer un potager en bâchant le sol
Le bâchage est une méthode permettant de démarrer un potager en se simplifiant la tâche

Cette dernière méthode pour démarrer un potager ne satisfera pas les plus écologistes d’entre vous.

Elle n’en demeure pas moins simple et efficace.

Quand démarrer un potager en bâchant ?

Comme pour la méthode sans travail du sol, la couverture, en l’occurrence une bâche, doit être effectuée lorsque le sol est humide et suffisamment chaud.

En vue de cultiver au printemps suivant, la fin de l’été, après des pluies, et le début de l’automne sont les meilleures périodes.

Comment démarrer un potager en bâchant ?

Cette méthode consiste simplement à poser une bâche noire sur la parcelle que vous souhaitez mettre en culture.

Lestez bien les bords afin que la bâche ne s’envole pas.

Il faut ensuite laisser la bâche jusqu’à ce que toutes les herbes disparaissent en dessous (cela prendra de 2 à 6 mois selon la saison et les conditions météorologiques).

Le résultat est parfait pour démarrer de nouvelles cultures : une terre souple, réchauffée, sans herbes indésirables, grouillante de vie (contrairement à ce que disent certains, il y a en effet de la vie sous une bâche, à conditions de la poser au bon moment)

  • Si vous voulez semer, épandez du compost puis ameublissez la terre à la grelinette ou à la campagnole, ou avec une simple griffe si la terre est bien meuble
  • Si vous voulez planter : creuser votre trou de plantation et incorporez-y du compost bien mûr.

Paillez ensuite (cette fois avec des matériaux d’origine végétale).

La bâche pourra ensuite être réutilisée pour une culture de melons par exemple (un bon moyen de réussir cette culture délicate).

Faites maintenant votre choix pour créer votre potager en permaculture

Le premier point à considérer ce sont les conditions telles que présentées dans cet article :

  • à quelle période sommes-nous ?
  • dans quel état est votre terre ? tassée ou non ? humide ou non ?
  • la terre est-elle suffisamment profonde (30 cm de terre est un minimum pour des cultures potagères) pour y cultiver directement ?
  • souhaitez-vous cultiver rapidement, ou bien prendre votre temps est tout à fait envisageable ?

Les réponses à ces quelques questions devraient vous permettre un premier tri parmi les 4 méthodes présentées ici pour démarrer un potager en permaculture de façon cohérente et réaliste et en accord avec votre sensibilité (écoutez-vous)…

Mais en fait, vous n’êtes pas obligé(e) de faire un choix…

A mon avis, le mieux est même plutôt de mettre en oeuvre plusieurs méthodes les unes à côté des autres, sur de petites surfaces, ceci pour plusieurs raisons :

  • si l’une ou l’autre de méthodes testées ne fonctionne pas comme vous l’aviez envisagée, une autre vous donnera alors sans doute satisfaction
  • vous pourrez comparer les différentes méthodes et voir ainsi laquelle (ou lesquelles) est la plus adaptée chez vous, tout en répondant à vos aspirations
  • mieux vaut se faire la main sur une petite surface que de se retrouver complètement débordé(e) par une surface de culture importante et difficile à gérer quand on manque encore d’expérience… Vous augmenterez ensuite peu à peu la taille de votre potager, en appliquant la méthode qui vous aura le plus convaincu(e).

 

Voilà…

J’espère que cet article vous aura permis de choisir votre méthode, ou vos méthodes, pour démarrer un potager en permaculture, ou au moins à débroussailler un peu le terrain dans votre tête.

Sachez que je peux vous aider, à travers la prestation d’accompagnement personnalisé (incluant mon guide pratique Mon Potager au Naturel), à faire les choix adaptés à vos conditions de culture et à démarrer ainsi un potager dans les meilleures conditions.

 

Vos questions (mais ne me demandez pas une étude complète de votre situation…) et commentaires sont bienvenus ci-dessous.

 

72 commentaires au sujet de “Comment démarrer un potager en permaculture”

  1. Il ne faut plus Becher ni labourer en profondeur. En faisant Ceci, vous enterrez le dessus plus sec de la surface et mettez a l’air libre la couche humique de profondeur. Résultat, s’il fait chaud, votre terre devient bétonneuse. J’ai opté pour un petit cultivateur électrique. Je le passe en marche avant pour arracher les adventices indésirables puis en marche arrière pour labourer en très petite profondeur. Auparavant j’ai répandu du compost en poudre et de l’engrais bio. Le tout est bien dispatche. Résultat ma terre est poudreuse, un vrai terreau. Les arrosages sont plus efficaces et les légumes profitent de l’humidité en profondeur! J’ai eu des récoltes record comme légumes. Un petit conseil, après le labourage, passer un scarificateur manuel type râteau! Ça vous éliminé les cailloux et les mauvaises herbes! Résultat, je ne passe plus un temps interminable dans mon potager, J’économise de l’eau, et je récolte en abondance! Comme quoi les agronomes et autres pros ne connaissent rien a la chose…

    Répondre
    • Bonjour Elie
      On est d’accord sur le fond.
      Mais après il n’y a pas plus nocif pour le sol que les motobineuses :
      – ça détruit toute vie dans le sol
      – ça multiplie les racines de chiendent ou de liseron
      – ça déstructure totalement le sol
      – ça forme souvent une semelle de labour peu propice au développement des racines en profondeur…
      Bref, à terme, c’est ainsi que l’on détruit et déstructure un sol ! Aussi pour un potager familial, l’emploi d’une Grelinette, ou mieux encore, une couverture du sol, sont de loin préférables.
      Et je ne parle pas de votre dos…
      Quant à vos généralités sur les agronomes et les pros… sachez qu’il y a des agronomes qui parlent depuis longtemps de non-labour (pas seulement en profondeur… mais pas du tout) et des pros qui ne retournent absolument pas la terre…

      Répondre
  2. Salut Grilles,
    Merci pour ces conseils très important pour débuter un potager sur une terre enherbé.
    Au début du potager, j’ai bien réussit à travailler au plus bas possible les adventis, puis quelques mois après, la population en herbe est devenu plus dense qu’au début. J’ai pensé que le vent à sûrement véhiculé la semence des mauvais herbes. J’aimerai savoir comment on peut éviter une telle propagande s’il s’agit de ça.

    Répondre
  3. bonjour a tous , voila je voudrais savoir , je viens de deterrer mes pomme de terre , que dois je faire maintenant pour preserver mon sol qui est propre , afin que les mauvaises herbes , ne repoussent pas .je suis novice , et aimerais commencer mon 1er potager en permaculture . mci a vous

    Répondre

Laissez un commentaire (si c'est pour faire de la pub, ne perdez pas votre temps... je ne publierai pas)