Les Lasagnes, Buttes Permanentes dans un Potager en Permaculture

Venez goûter mes lasagnes ! Enfin, ce qui va y pousser…

Les buttes-lasagnes sont des couches superposées de matériaux ligneux (carbonés) et de matériaux verts (azotés) et notamment destinés à accueillir des cultures gourmandes.

Bien qu’ayant déjà testé une telle pratique à titre personnel, cette année, je franchis un cap en constituant des buttes-lasagnes pour mon potager en permaculture.

Petit tour d’horizon de la question :

Quels sont les intérêts de la culture sur Buttes-Lasagnes ?

Les buttes-lasagnes ont de nombreux intérêts pour le jardinier en permaculture :

  • Elles contribuent à la constitution d’un humus riche et équilibré, support idéal pour de nombreuses cultures ;
  • Elles permettent de mettre en culture des sols incultes : caillou, sol hyper tassé, terre trop argileuse, remblais de mauvaise qualité…
  • On utilise des déchets verts et de matériaux issus de l’environnement immédiat ;
  • Les buttes sont bonnes pour le dos : la terre est moins basse avec une butte !

Rassemblez les matériaux

De par les matériaux diversifiées qu’elles nécessitent, les buttes-lasagnes sont à priori plus adaptées aux jardins ruraux qu’aux jardins des villes :

  • Des cartons non imprimés (facultatif)
  • Des matériaux verts : tontes fraîches, résidus de cuisine…
  • Des matériaux bruns : fumier décomposé, branchages bruts et broyés (BRF), compost, feuilles mortes, foin, paille…

Constituez vos buttes-lasagnes

Quand préparer les buttes ?

Les matériaux dont on peut disposer détermineront la période de constitution des buttes-lasagnes.

Pour mes essais, j’ai préparé des buttes en automne et en fin d’hiver.

En automne

L’automne est une saison idéale pour constituer de nouvelles buttes-lasagnes : les matériaux verts sont encore nombreux (tontes, résidus de récoltes…) et c’est une période adaptée pour la fabrication de BRF ou pour récupérer d’autres matériaux bruns comme les feuilles mortes.

Une butte démarrée en automne pourra être mature, selon le climat, au printemps suivant et pourra ainsi accueillir directement des plants.

En fin d’hiver, début de printemps

Cette période de l’année est également propice à la constitution de buttes-lasagnes.

La butte ne sera évidemment pas mature au moment des plantations printanières, mais elle est par contre encore chaude… Elle sera surmontée d’une épaisse couche de compost mûr, à condition d’en avoir suffisamment à disposition…

Ce n’était pas mon cas cette année.

Aussi, pour optimiser au mieux mes surfaces de cultures, j’ai donc décidé de creuser de petits trous de plantation que j’ai remplis d’un mélange de compost mûr/terreau/terre de jardin.

Ainsi, les plants de légumes bénéficient de la chaleur de la couche mais les racines ne sont pas en contact avec les matériaux pas encore bien décomposés, comme le fumier par exemple.

A en juger par le développement et la vitalité de mes plants de tomates sur des buttes constituées en fin d’hiver sous serre, l’initiative me semble heureuse…

Plant de tomates précoces (variété Monda) sur butte-lasagne constituée en fin d'hiver
Plant de tomates précoces (variété Monda) sur butte-lasagne constituée en fin d’hiver

Les couches de la lasagne

Cartons : une première couche de cartons non imprimés croisés entre eux permettra d’étouffer les adventices. Si vous démarrez sur une terre déjà travaillée, les cartons ne sont pas forcément indispensables.

Branchages bruts : la technique des buttes-lasagnes peut être assimilée à du compostage en place. Or, pour se décomposer correctement, un compost doit être remué…ce qui n’est pas adapté aux buttes. Pour assurer malgré tout une certaine aération, j’ai donc eu l’idée de poser des branchages à même le sol (je l’ai fait sur certaines buttes seulement, pour comparaison). Mes premières observations à ce sujet sont probantes : le compostage est plus avancé sur les buttes en question.

Matériaux bruns grossiers : des branchages broyés (BRF)  sur une dizaine d’épaisseur ont été apportés par dessus les branches entières.

Une première couche de BRF...
Une première couche de BRF…

Matériaux verts : vient ensuite une couche constituées de tontes, herbes issues du désherbage, déchets de cuisine… sur 5 cm d’épaisseur

une couche d'herbes vertes par dessus le BRF
une couche d’herbes vertes par dessus le BRF

Matériaux bruns plus fins : la couche suivante a été constituée de fumier en cours de décomposition. Mais on peut également mettre des feuilles, du foin ou encore de la paille, ceci sur une épaisseur de 8 – 10 cm

...recouvert de fumier composté
…recouverte de fumier en cours de décomposition

Compost bien mûr

Le compost constitue la dernière couche,celle qui accueillera les plants. Il sera apporté :

  • soit en couche épaisse (15-20 cm) pour y planter directement les plants élevés en pépinière ;
  • soit pour remplir des trous de plantation (en mélange avec du terreau, de la terre de jardin) simplement aménagés à la main à cet effet.

Important : chaque couche doit être copieusement mouillée au fur et à mesure de la constitution de la butte (qui peut se faire sur plusieurs semaines, on peut donc attendre une pluie pour passer à la couche supérieure).

Protection du tas

Les buttes d’automne seront recouvertes d’une couche de protection : feuilles mortes, branchages…

De même, on pourra pailler les cultures sur buttes tardives avec des herbes séchées, de la paille…

Cultivez sur vos buttes-lasagnes

Plantez dans des buttes récentes

Les buttes constituées récemment (donc pas encore totalement décomposées) accueilleront favorablement les plants de légumes démarrés en pépinière, et en particulier les légumes gourmands.

Culture de tomates sur buttes lasagnes
Cultures de tomates et salades sur buttes lasagnes

Semez dans des buttes plus décomposées

Les buttes matures ayant déjà un aspect de terreau permettront des semis directs…

Entretenez les lasagnes

Pendant les cultures, ajoutez de fines couches de matériaux bruns fins pour « pailler » les cultures ;

A l’automne suivant :

  • soit la butte sera destinée à des semis. On y touche pas (un peu de désherbage si besoin). On pourra éventuellement ameublir à la Grelinette avant la mise en place des cultures…
  • soit la buttes est destinée à accueillir de nouveau des légumes gourmands : on la renouvelle en ajoutant de nouvelles couches sur le même principe de superposition.

Premières observations

Les pieds de tomates, plantés dans des trous aménagés à cet effet (voir plus haut), se développent parfaitement bien : bien verts, plein de vitalité, belle floraison…

Les salades, pourtant également plantées dans des trous aménagés (terre de jardin/compost/terreau) ont eu un peu de mal à démarrer…aujourd’hui, elles sont très belles.

 

Permaculture : cultures de tomates et salades sur buttes lasagnes créées en fin d'hiver...
Cultures de tomates et salades sur buttes lasagnes créées en fin d’hiver…

Conclusion

Contrairement à une idée répandue, constituer des buttes vivantes n’est absolument pas une obligation pour un jardin en permaculture (Guillaume en parle ici).

Notez également que cela constitue un travail conséquent de mise en place.

Mais dans un sol pauvre, sans vie, ou excessivement argileux, ou encore trop acide, ou au contraire trop calcaire, vous pourrez grâce à des buttes lasagnes vous affranchir des aléas de ce sol, pour de belles récoltes potagères.

 

Mon Potager au Naturel

 

Cliquez ici pour rendre la terre de votre potager vivante et fertile, et obtenez de belles récoltes

 

    • une question me taraude
      puisje planter mes tomates juste apres avoir fais mes buttes
      et ensuite avec ce systeme peut on replanter la meme annee au meme endrois ou doit on faire la rotations des culture ?
      pour la couche brune vous dite de la paille ,mais peut on melanger paille et foin
      merci

      • Bonsoir Laurent,
        Oui, vous pouvez planter des tomates, à condition d’y aménager des trous de plantation remplis d’un mélange de terre et de compost bien mûr comme je l’explique dans l’article (ou qu’il y ait une épaisseur importante de ce même mélange en haut de la butte).
        A moins de maladies, les rotations ne sont pas indispensables, surtout si vous mélangez aussi les cultures.
        Pour la composition de la couche, tout est possible…
        Bon jardinage
        Gilles

  • Bonjour Gilles,
    Ton article est très intéressant et tout y est bien expliqué. Magnifique!
    Mais je suis obligé de reconnaître que j’avais déjà beaucoup appris sur ce sujet et d’autres dans l’ESPACE FORMATION auquel je suis abonné depuis plusieurs mois et qui est devenu mon guide de l’éternel jardinier débutant. Je ne regrette pas mon inscription.
    Bon Dimanche. Amitiés!
    Yvon.

  • Tu m’a déjà bien aiguillé grâce a l’espace formation, et j’ai mis en pratique, alors ce petit article ça me conforte dans mes efforts.
    J’ai fait un peu plus puisque j’ai creusé une tranchée de 50/60cm que j’ai comblé avec des souches, des branches,de la terre, du fumier, du compost, tout cela mélangé, sauf les souches au fond seulement. Le résultat : des plants de céleri et courgette qui sont 3 X plus beau qu’à coté. je te ferai des photos.
    Encore merci pour tes conseils judicieux et à dimanche prochain

  • bonjour
    merci pour ces conseils. Puis-je utiliser comme BRF un broyat de feuilles et branches de laurier « haie » que j’ai mis en gros tas il y a quelques semaines et qui a commencé à chauffer?

  • bonjour,
    une voisine me donnerait des branches sèches de noisetier (coupées en décembre laissées en tas), du forsythia, du troène, du laurier tin (mais les feuilles ont il me semble la maladie car recroquevillées et blanchâtres), ces 3 dernières sortes encore sur pied, puis-je les utiliser toutes en BRF

    j’ai aussi un lapin, à quelle couche de la lasagne se situerait sa litière ( crottes pipi paille ),

    habituellement quand je le nettoie, je mets tout sur le tas avec l’herbe de tonte,

    merci de vos précieux conseils et bonne continuation
    je vous remercie pour le partage de vos expériences ainsi que Jeantou, je lis tout ce que vous mettez à disposition l’un et l’autre, tellement enrichissant

  • j’ai oublié de vous demander si je peux broyer ceci qui se trouve chez moi: du laurier sauce, de la vigne, du sapin, du lilas, de l’hibiscus,
    merci

    • Chier dans le jardin, certainement pas…
      Mais il est tout à fait envisageable de composter vos excréments (à condition de consommer bio et de se soigner naturellement, sinon, vous y apporterez également des produits chimiques).
      Personnellement, je suis peu enclin à fertiliser les légumes avec (bien que certains le fassent avec succès…) mais c’est très bien pour les fleurs ou les plantes ornementales.

      • Lorsque j’étais enfant,il y a 60 ans, nos parents vidaient nos wc qui étaient au fond du jardin pour répandre dans le jardin ! Et nous avions de très beaux légumes !!!!!!!!

  • Bonjour,
    Il y a un problème avec l’usage des cartons c’est la colle qui est présente entre le carton ondulé et les feuilles qui l’entoure. Comment etre sûr que le carton utilisé ne sera pas nocif ?

    • Bonjour Christophe,

      Merci pour ces précisions.
      Mais tu peux voir justement que je constitue mes buttes en surface et non à partir d’une fosse…
      Et par ailleurs, dans une fosse, le bois n’est pas incorporé à la terre… ce n’est donc à mon avis pas comparable au labour.

      Cordialement,
      Gilles

      • Salut Gilles,

        Je comprends ta remarque au sujet de l’analogie faite avec le labourage.

        Aujourd’hui, la seule question qui vaille, est : pour profiter au maximum de tous les bénéfices de la matière organique, faut-il l’enfouir ou pas ?

        – Pendant des millénaires, le labour n’a pas retourné la terre = matière organique sur le sol. Et pour nourrir les buttes de culture = matière organique déposée à sa surface.

        – Aujourd’hui, le labour retourne la terre = matière organique enfouie profondément dans le sol. Et les buttes de permaculture = matière organique enfouie profondément.

        Pour des sols vivants et une agriculture soutenable et écologique, la Recherche scientifique a prouvé que la matière organique devait rester sur le sol ou dans sa couche superficielle.

        C’est dans cette perspective que j’ai utilisé l’image du labour.

        Belle journée.

        • Bonjour Christophe,

          C’est justement là que je ne partage pas ton avis ; avec un labour, la matière organique non décomposée est mélangée à la terre de profondeur, ce qui pose en effet problème (et c’est ce qu’à démontrer la recherche scientifique)
          Mais ce n’est pas le cas avec des buttes : la matière organique est simplement déposée dans une cavité… ce n’est à mon sens pas du tout la même chose, car la MO pourra justement se décomposer (à condition d’une ventilation suffisante – d’où de gros morceaux de tronc en phase de décomposition comme le préconise Philippe Forrer) avant qu’elle ne se lie intimement à la terre.

          Bonne journée à toi également,
          Gilles

  • Ben je viens d’écouter à nouveau ses propos à partir de ton site ; il parle bien de labour pas de buttes… c’est toi qui en tire une conclusion (un peu trop rapide à mon sens) par rapport aux buttes…
    Cela dit, des études plus approfondies sur l’évolution des M.O au fond des buttes seraient en effet intéressantes… Adeptes de la techniques de Philip Forrer, vos observations sont bienvenues.

  • Bonjour, je viens de lire votre article que je trouve fort intéressant. Je voudrais juste savoir si il faut respecter le sens de la pose des matières organique ? car moi j’ai commencé directement par mettre une vielle tonte de gazon en contact direct avec mon sol et pour la deuxième couche j’aimerais mettre de la terre composter.
    Aussi je n’ai pas mis de carton…Merci pour vos précision

    • Bonjour Christian,

      Tout est possible… et une certaine façon de constituer une butte peut être probante dans certaines conditions et s’avérer mauvaises dans d’autres. Car de nombreux paramètres entrent en compte (sol, climat, matériaux, état de ces matériaux, vie animale ou microbienne…)
      Un seul conseil donc : tester (sachant que nos inspirations premières sont souvent les meilleures).

      Cordialement,
      Gilles

  • Bonjour,

    Je viens de lire votre excellent article que je sauvegarde. Peut-on appliquer la technique du jardinage en lasagne dans des bacs/cadres en bois?
    Merci
    Bonne journée,

    Carole
    Colombie-Britannique

  • Bonjour,
    Tout d’abord merci pour votre site et vos conseils.
    Je souhaite me lancer dans la permaculture, je suis en Normandie et mon terrain pullule de lapins.. Avez vous un truc efficace pour éviter que ces mignonnes petites bêtes ne transforment mon rêve en cauchemar (le grillage bof bof)?
    Fred

  • Je découvre ce site et j’adore !
    C’est très didactique tout en restant compréhensible pour des profanes comme moi.
    Donc un grand merci à toi Gilles 🙂

  • Bonjour
    Je viens de défier un petit espace de mon jardin pour y faire une butte lasagne. Faut il, une fois prete, semer des engrais vert ?

    Merci d’avance pour vos réponses et pour la qualité des articles.
    Doradol

  • Bonjour,

    Merci pour tous ces bons conseils, je suis en pleine réalisation de lasagnes actuellement. Mais je coincé un peu sur l’apport en matériaux verts en ce moment. L’herbe n’a pas encore poussé, les déchets de la cuisine sont mis à contributions mais un peu léger pour plusieurs couches… avez vous des pistes ou des idées pour moi ?
    Merci d’avance et bravo pour votre travail

  • Bonjour .Je tente des cultures sur des bacs sur ma terrasse mais trop de lombrics empêchent les plantes de grandir.voudrez vous bien m’aider?je vis à Dakar au Sénégal.

  • Bonjour, je pense que tout le monde sera d’accord pour dire que les lombrics ne sont pas mauvais pour les cultures, au contraire. Gilles saura mieux que moi si la présence en nombre des lombrics indique une terre trop riche? Mais peut-être ne sont-ils pas des lombrics. Pour ma part, je fais pousser des oeillets d’Inde car il semble que les racines repoussent certaines bébêtes. De plus, la partie aérienne aussi eloigne certains insectes.
    Gilles, saurais-tu me dire si ces substances des oeillets d’Inde peuvent influencer le travail des organismes composteurs dans une butte ?
    Merci Gilles, je suis tes conseils depuis quelques années, et j’apprécie l’effort.

  • Bonjour,
    Une question toute bête de largeur optimale pour une butte permanente ? Voir de hauteur optimale aussi ? D’espacement entre 2 buttes ?
    Merci !! et belle journée à ceux qui liront !

  • Bonjour,

    Merci encore pour tous ces conseils et articles sur le jardin bio.

    J’ai créé des buttes dans mon jardin, comme tu l’as indiqué, en 2016, la terre du jardin est du sable. j’ai creusé et ajouter du bois en décomposition, des feuilles, , du brf, du compost, et de la terre, le tout recouvert de paille.
    La 1ère année, culture moyenne, cette année, plein soleil : tomates, courgettes, petits pois, haricots verts, carottes, betteraves, panais, poivrons, potimarrons.
    Merci encore pour vos conseils.

  • Bonjour et bonne année
    Malheureusement ayant une petite memoire donc je viens picorer dans le jardin bio toutes les bonnes idées et surtout le savoir appris depuis longtemps qui permet de nous enrichir tous
    Alors merçi pour l’aide precieuse
    Yves

  • Bonjour,
    Merci pour l’article.
    Si je comprends bien, il est donc possible de garder la même lasagne d’année en année en ajoutant de nouvelles couches?
    Merci

  • Bonjour. J’ai créé une butte lasagne à l’automne 2017 et ai planté des tomates (superbes) un pied d’aubergine qui a bien donné, des courgettes ( petit rendement et oidium- ont peu grossi) melons et courges qui n’ont rien donné. Le tout avec du basilic et des oeillets d’inde. Que dois je faire à l’automne et que puis je planter ?
    Je m’interroge sur l’opportunité d’y semer y engrais vert . Merci de votre réponse

  • Une expérience passionnante pour mes poules ! Elles ont en quelques semaines étalé mes trois buttes lasagnes et tout éparpillé sur mon potager. J’ai décidé de laisser faire, elles grattent et retournent sans cesse les éléments de la butte et déposent leurs excréments … hélas elles mangent aussi les vers de terre (bon leurs oeufs nous restituent ce qu’elles ont picoré 😉 ). Je vais mieux clôturer et vais reconstituer mes buttes au printemps … j’habite en Belgique, je ne démarrerai rien avant mars avril … à suivre !

  • Bonjour. je vous remercie pour la qualité de cet article, je découvre votre site. Je me lance dans un potager pour la 2ème année, je suis jeune propriétaire et pèes de deux enfants. Je voulais savoir s’il n’était pas préférable de mettre la couche de compost seulement au moment de planter? Azote carbone azote carbone, laisser la décomposition se faire puis apporter le compost pour recevoir les plants et pailler enfin ? Mais je n’y connais rien… Je vous remercie grandement par avance. Et comme dernière question, je voulais savoir si on pouvait utiliser sur plusieurs années les bottes de pailles mises en « structure », façon carré potager?

  • >