Les Lasagnes, Buttes Permanentes dans un Potager en Permaculture

Venez goûter mes lasagnes ! Enfin, ce qui va y pousser…

Les buttes lasagnes sont des couches superposées de matériaux ligneux (carbonés) et de matériaux verts (azotés) et notamment destinés à accueillir des cultures gourmandes.

Bien qu’ayant déjà testé une telle pratique à titre personnel, cette année, je franchis un cap en constituant des buttes-lasagnes pour mon potager en permaculture.

Petit tour d’horizon de la question :

Quels sont les intérêts de la culture sur buttes lasagnes ?

Les buttes-lasagnes ont de nombreux intérêts pour le jardinier en permaculture :

  • Elles contribuent à la constitution d’un humus riche et équilibré, support idéal pour de nombreuses cultures ;
  • Elles permettent de mettre en culture des sols incultes : caillou, sol hyper tassé, terre trop argileuse, remblais de mauvaise qualité…
  • On utilise des déchets verts et de matériaux issus de l’environnement immédiat ;
  • Les buttes sont bonnes pour le dos : la terre est moins basse avec une butte !

Rassemblez les matériaux pour votre butte permanente

De par les matériaux diversifiées qu’elles nécessitent, les buttes lasagnes sont à priori plus adaptées aux jardins ruraux qu’aux jardins des villes :

  • Des cartons non imprimés (facultatif)
  • Des matériaux verts : tontes fraîches, résidus de cuisine, orties, consoude
  • Des matériaux bruns : fumier décomposé, branchages bruts et broyés (BRF), compost, feuilles mortes, foin, paille…

Constituer sa butte lasagne

Quand préparer les buttes ?

Les matériaux dont on peut disposer détermineront la période de constitution des buttes-lasagnes.

Pour mes essais, j’ai préparé des buttes en automne et en fin d’hiver.

En automne

L’automne est une saison idéale pour constituer de nouvelles buttes-lasagnes : les matériaux verts sont encore nombreux (tontes, résidus de récoltes…) et c’est une période adaptée pour la fabrication de BRF ou pour récupérer d’autres matériaux bruns comme les feuilles mortes.

Une butte démarrée en automne pourra être mature, selon le climat, au printemps suivant et pourra ainsi accueillir directement des plants.

En fin d’hiver, début de printemps

Cette période de l’année est également propice à la constitution de buttes-lasagnes.

La butte ne sera évidemment pas mature au moment des plantations printanières, mais elle est par contre encore chaude… Elle sera surmontée d’une épaisse couche de compost mûr, à condition d’en avoir suffisamment à disposition…

Ce n’était pas mon cas cette année.

Aussi, pour optimiser au mieux mes surfaces de cultures, j’ai donc décidé de creuser de petits trous de plantation que j’ai remplis d’un mélange de compost mûr/terreau/terre de jardin.

Ainsi, les plants de légumes bénéficient de la chaleur de la couche mais les racines ne sont pas en contact avec les matériaux pas encore bien décomposés, comme le fumier par exemple.

A en juger par le développement et la vitalité de mes plants de tomates sur des buttes constituées en fin d’hiver sous serre, l’initiative me semble heureuse…

Plant de tomates précoces (variété Monda) sur butte-lasagne constituée en fin d'hiver
Plant de tomates précoces (variété Monda) sur butte-lasagne constituée en fin d’hiver

Les couches de la lasagne

Cartons : une première couche de cartons non imprimés croisés entre eux permettra d’étouffer les adventices. Si vous démarrez sur une terre déjà travaillée, les cartons ne sont pas forcément indispensables.

Branchages bruts : la technique des buttes-lasagnes peut être assimilée à du compostage en place. Or, pour se décomposer correctement, un compost doit être remué…ce qui n’est pas adapté aux buttes. Pour assurer malgré tout une certaine aération, j’ai donc eu l’idée de poser des branchages à même le sol (je l’ai fait sur certaines buttes seulement, pour comparaison). Mes premières observations à ce sujet sont probantes : le compostage est plus avancé sur les buttes en question.

Matériaux bruns grossiers : des branchages broyés (BRF)  sur une dizaine d’épaisseur ont été apportés par dessus les branches entières.

Une première couche de BRF...
Une première couche de BRF…

Matériaux verts : vient ensuite une couche constituées de tontes, herbes issues du désherbage, déchets de cuisine… sur 5 cm d’épaisseur

une couche d'herbes vertes par dessus le BRF
une couche d’herbes vertes par dessus le BRF

Matériaux bruns plus fins : la couche suivante a été constituée de fumier en cours de décomposition. Mais on peut également mettre des feuilles, du foin ou encore de la paille, ceci sur une épaisseur de 8 – 10 cm

...recouvert de fumier composté
…recouverte de fumier en cours de décomposition

Compost bien mûr

Le compost constitue la dernière couche, celle qui accueillera les plants. Il sera apporté :

  • soit en couche épaisse (15-20 cm) pour y planter directement les plants élevés en pépinière ;
  • soit pour remplir des trous de plantation (en mélange avec du terreau, de la terre de jardin) simplement aménagés à la main à cet effet.

Important : chaque couche doit être copieusement mouillée au fur et à mesure de la constitution de la butte (qui peut se faire sur plusieurs semaines, on peut donc attendre une pluie pour passer à la couche supérieure).

Protection du tas

Les buttes d’automne seront recouvertes d’une couche de protection : feuilles mortes, branchages…

De même, on pourra pailler les cultures sur buttes tardives avec des herbes séchées, de la paille…

La culture en lasagne

Plantez dans des buttes récentes

Les buttes constituées récemment (donc pas encore totalement décomposées) accueilleront favorablement les plants de légumes démarrés en pépinière, et en particulier les légumes gourmands.

Culture de tomates sur buttes lasagnes
Cultures de tomates et salades sur buttes lasagnes

Semez dans des buttes plus décomposées

Les buttes matures ayant déjà un aspect de terreau permettront des semis directs

Entretenir les buttes lasagnes

Pendant les cultures, ajoutez de fines couches de matériaux bruns fins pour « pailler » les cultures ;

A l’automne suivant :

  • soit la butte sera destinée à des semis. On y touche pas (un peu de désherbage si besoin). On pourra éventuellement ameublir à la Grelinette ou à la Campagnole avant la mise en place des cultures…
  • soit la buttes est destinée à accueillir de nouveau des légumes gourmands : on la renouvelle en ajoutant de nouvelles couches sur le même principe de superposition.

Je développe l’entretien des buttes vivantes ici.

Premières observations sur mes buttes en permaculture

Les pieds de tomates, plantés dans des trous aménagés à cet effet (voir plus haut), se développent parfaitement bien : bien verts, plein de vitalité, belle floraison…

Les salades, pourtant également plantées dans des trous aménagés (terre de jardin/compost/terreau) ont eu un peu de mal à démarrer…aujourd’hui, elles sont très belles.

 

Permaculture : cultures de tomates et salades sur buttes lasagnes créées en fin d'hiver...
Cultures de tomates et salades sur buttes lasagnes créées en fin d’hiver…

Conclusion

Contrairement à une idée répandue, constituer des buttes vivantes n’est absolument pas une obligation pour un jardin en permaculture (Guillaume en parle ici).

Notez également que cela constitue un travail conséquent de mise en place.

Mais dans un sol pauvre, sans vie, ou excessivement argileux, ou encore trop acide, ou au contraire trop calcaire, vous pourrez grâce à des buttes lasagnes vous affranchir des aléas de ce sol, pour de belles récoltes potagères.

 

 

Cliquez ici pour rendre la terre de votre potager vivante et fertile, et obtenez de belles récoltes

 

60 commentaires au sujet de “Les Lasagnes, Buttes Permanentes dans un Potager en Permaculture”

  1. Super article merci pour toutes ces infos, j’ai beaucoup appris mais les conditions n’étant pas idéale pour moi (butte en cours de « fabrication ») je me demande ce que je dois faire pour pouvoir planter tout de suite sachant que ma butte fait 1m20 sur 4m et que je n’ai pas vraiment de moyen financier 😅 combien d’épaisseur de terre/terreau est il nécessaire pour que mes plants ne grille pas (les tomates font de profondes racines et j’ai peur qu’elles atteignent le fumier du fond)?
    Aussi peut on uiliser le fond d’un tas de fumier (humus + paille colmatée dans l’humus: le tout très humide) qui n’a pas été aéré, pour l’ajouter au peu de terre que j’ai pu récupérer ??

    Répondre
  2. Bonjour Gilles!

    Merci pour ton article.

    Après avoir préparé les buttes + couches en lasagnes, comment sait-on quand on peut planter? Il faut que le tout soit bien composté? J’imagine que cela prend quelques semaines / mois? Faut-il le refaire chaque année, ou peut-on simplement mulcher et ajouter compost par-dessus?

    Merci!

    Répondre
  3. Bonjour,

    Merci beaucoup pour ces précieux conseils très bien présentés !

    J’ai finit mes couches de de matières azotées et carbonées et j’ai du très très bon terreau, j’aimerai savoir si je dois le mettre sur ma lasagne (que je vais recouvrir avec du mulch) dès maintenant ou si je dois attendre le moment de la plantation ?

    Merci beaucoup
    Lila

    Répondre
  4. Bonjour Gilles,
    tout d’abord merci pour ce bel article complet et très intéressant. ça y est je me suis également lancé dans l’aventure. pour ma part j’ai mis au sol quelques fines branches de murier platanne avec les feuilles, par dessus j’ai mis une bonne couche de compost. ensuite pour la couche dechet vert j’ai mis de la tonte de gazon frais sur environ 5 cm. je comptais terminé par une couche de feuilles mortes de chênes.mais je voulais savoir ce que vous en pensez car j’ai lu pas mal d’articles ou les gens finissaient par une couche de déchet vert.
    merci d’avance.
    rémi

    Répondre
    • Bonjour Rémi,
      Il ne s’agit ici que d’un exemple de ce qui peut être fait.
      Et ce qui est important c’est surtout d’alterner matériaux bruns et matériaux verts.
      Après, tout est possible… mais, à mon sens, des feuilles mortes ou autres matériaux carbonés protégeront mieux la butte que des déchets verts (qui se décomposent très vite).
      Cela dit, une butte vivante n’est de toute façon jamais terminée… il convient de la nourrir au fil des saisons avec de nouveaux apports (on a donc parfois des matériaux verts en surface et parfois des matériaux bruns)
      Cordialement,
      Gilles

      Répondre
  5. Bonjour Gilles,
    J’ai réalisé une lasagne/butte l’année dernière, qui s’est retrouvée… envahie par le liseron. absolument inextricable… Une véritable « fourrure » de feuilles vertes tant il y en a… Quel remède docteur ? Merci beaucoup !

    Répondre
    • Bonjour Marie,
      Le liseron est la conséquence d’un sol (le liseron en vient sans doute), ou en l’occurrence d’une butte, tassé… il vous faut donc aérer cette butte, en la travaillant à la Grelinette, en y semant des engrais verts, ou encore en y intégrant du compost… ceci tout en tirant un maximum de tiges, avec le plus de racines possibles, de liserons…
      Mais cela demandera forcément plusieurs années.
      Cordialement,
      Gilles

      Répondre
    • J’ai le même pb pour une culture de plein champs et je sème une avoine brésilienne au printemps…Ses racines aurait le pouvoir de tuer le liseron..ou au moins le limiter…cette avoine sera couper un peu avant sa maturité et laisser sur place pour apporter du carbone…

      Répondre
      • Bonjour Didier,
        Merci pour ce partage.
        Mais je précise que l’avoine ne « tue » pas le liseron (ce sujet est développé ici). C’est simplement un engrais verts (voir ici) qui, de par son pouvoir couvrant, concurrence fortement les adventices (prenant leur place) et surtout aère le sol (or le liseron témoigne d’un sol compacté, tassé… donc en décompactant le sol, le liseron finit par disparaitre complètement).
        Cordialement,
        Gilles

        Répondre
  6. Bonjour. je vous remercie pour la qualité de cet article, je découvre votre site. Je me lance dans un potager pour la 2ème année, je suis jeune propriétaire et pèes de deux enfants. Je voulais savoir s’il n’était pas préférable de mettre la couche de compost seulement au moment de planter? Azote carbone azote carbone, laisser la décomposition se faire puis apporter le compost pour recevoir les plants et pailler enfin ? Mais je n’y connais rien… Je vous remercie grandement par avance. Et comme dernière question, je voulais savoir si on pouvait utiliser sur plusieurs années les bottes de pailles mises en « structure », façon carré potager?

    Répondre

Laissez un commentaire (si c'est pour faire de la pub, ne perdez pas votre temps... je ne publierai pas)