Coquilles d’œufs au jardin : limaces, cloque, cul noir… Est-ce vraiment efficace ?

Ah… les coquilles d’œufs, le produit “miracle” par excellence !

Nombreux sont les jardiniers et jardinières qui en utilisent au jardin… et comme le ravageur (limaces) ou la maladie qu’ils redoutent (cloque ou cul noir par exemple) n’apparait pas, ils en concluent que ça marche…

Mais la raison est en général autre : conditions peu propices à une invasion ou au développement de la maladie ou alors la maladie disparait naturellement.

Coquilles d’œufs et limaces ?

Les coquilles d’œufs sont sensées tenir les limaces à distance de nos cultures…

Si ça ne marche pas, c’est que vous n’avez pas fait correctement les choses !

Ainsi, et ce sont là les mêmes conseils retrouvés sur de nombreux forums ou autres sites de jardinage, on nous dit qu’il faut broyer finement les coquilles d’oeufs pour former une barrière efficace contre les limaces…

En réalité, même finement broyées, elles n’empêchent absolument pas les limaces de se déplacer, comme le démontre la petite vidéo ci-dessous :

 

 

Conditions peu propices à une invasion de limaces

Si vos cultures ne sont pas infestées par vos limaces lorsque vous avez placé des coquilles d’œufs c’est tout simplement parce que les conditions ne sont pas propices à une invasion; à savoir un temps sec ou encore un sol équilibré et suffisamment riche en matières carbonées (voir l’article sur les limaces).

Ou vous avez mis en place une pratique autre ou effectué un traitement (elles n’aiment pas trop les purins par exemple) tenant les limaces à distance.

Il est également possible que les limaces aient trouvé une nourriture plus attractive ailleurs dans votre jardin…

Coquilles d’œufs et cloque du pêcher ?

Les coquilles d'oeufs sont elles efficaces contre la cloque du pêcher ?
Cloque du pêcher

Conditions peu propices au développement de la cloque

La cloque est une maladie cryptogamique se développant en période pluvieuse, humide…

Par temps sec, chaud, elle a très peu de chance d’apparaitre.

La cloque disparait naturellement…

Et, même si elle est présente et bien visible sur les feuilles, la cloque cessera de se propager dès que le temps deviendra plus sec et que les températures se réchaufferont…

Là encore, s’il a placé quelques coquilles d’oeufs (non cuites… c’est à nouveau une recommandation fleurissant un peu partout sur le web…), la maladie étant stoppée, le jardinier en conclura que c’est grâce aux coquilles !

Et il s’empressera de partager cette « découverte » sur les forums de jardinage…

Coquilles d’œufs et nécrose apicale ?

Conditions peu propices au développement du cul noir

Dans un sol  bien équilibré et notamment pourvu en calcium, la maladie du cul noir (nécrose apicale) aura beaucoup moins de chance de se développer.

Prenons un exemple :

L’an passé, chez Jacques, de nombreuses tomates étaient atteintes par la nécrose apicale.

A l’automne, il a fait de copieux apports de matières organiques appropriés, rendant ainsi sa terre plus vivante et fertile (je vous explique précisément comment faire ici)…

L’année suivante, comme il a lu entre-temps que les coquilles d’œufs protégeaient les tomates de cette maladie physiologique, il en place quelques-unes aux pieds de ses plants de tomates…

Pas de cul noir.

Génial… ça marche !

Non Jacques… Ce sont les apports que tu as effectués qui en sont responsables… Mais trop tard, l’information est déjà partagée sur le web…

J’aurais pu également prendre, pour cet argumentaire, l’exemple d’arrosages devenus plus réguliers qu’ils ne l’étaient auparavant (une autre cause de développement de la nécrose apicale, comme nous l’avons vu dans l’article consacré à cette maladie – à consulter ici si vous ne l’avez pas encore fait).

Le cul noir disparait naturellement…

La nécrose apicale touche fréquemment les premières tomates (en particulier celles de forme allongée).

Mais ensuite, ayant développé un peu plus son système racinaire, la plante étant capable de puiser les éléments minéraux un peu plus en profondeur, le calcium est disponible…

Un sol encore peu réchauffé libérera aussi difficilement les éléments présents dans le sol… Lorsqu’il se réchauffera, ces éléments, dont le calcium, deviendront plus facilement disponibles…

Dans un cas comme dans l’autre,  les fruits suivants seront probablement indemnes du cul noir.

Et finalement le jardinier en conclura que cette disparition de la maladie est due aux coquilles d’œufs qu’il aura déposées sur le sol… Alors que la maladie aura tout simplement cessé de se développer, pour les raisons évoquées ci-dessus.

Mais, d’après vous, que fera alors ce jardinier convaincu de l’efficacité des coquilles d’œufs ?

 

Vous l’aurez compris : nos observations peuvent-être trompeuses pour peu que l’on ne prennent pas le recul nécessaire.

Et Internet, s’il regorge de ressources utiles, est également un outil de propagation de fausses bonnes solutions.

Solutions parfois relayées par des jardiniers sincères, mais eux-mêmes induits en erreur… ou, plus grave, par des entrepreneurs du web ou même des journaux , ayant senti la bonne opportunité que constitue aujourd’hui le jardinage au naturel, mais n’ayant jamais jardiné de leur vie…

Quoi qu’il en soit, aucune expérimentation, avec plants témoins (en fait je n’ai trouvé aucune trace d’une telle expérimentation), n’a pu démontré que les coquilles d’œufs avaient un effet à court terme (et pour cause, il faut du temps pour que le calcium soit libéré et mis à disposition des cultures…) sur le cul noir ou la cloque du pêcher.

Et à long terme, le calcium libéré l’est en quantité tellement insignifiante qu’il est fort peu probable que cela puisse avoir un véritable effet…

Mais comme les effets bénéfiques des coquilles d’œufs sont propagés pratiquement sur tous les forums ou blogs de jardinage, la croyance a encore de beaux jours devant elle…

Alors que faire des coquilles d’oeufs au jardin ?

Coquilles d'œufs au jardin
Coquilles d’oeufs en compostage de surface

Même si les bénéfices des coquilles d’oeufs  au jardin sont loin d’être avérés, elles ne peuvent pas faire de mal…

C’est un peu de matières organiques en plus, et une petite pincée de calcium.

Alors autant les utiliser plutôt que de les jeter :

Notez toutefois que les coquilles d’oeufs semblent attirer les rongeurs

 

Je conclurai cet article par une recommandation habituelle : ne vous fiez qu’à votre propre expérience des choses.

N’hésitez pas à apporter votre petite contribution dans les commentaires ci-dessous.

Et si vous avez vous-même réalisé une expérience fiable (ou avez connaissance d’une telle expérience… je n’en ai personnellement trouvé aucune, ni sur le web, ni dans mes documentations professionnelles), avec plants témoins, prouvant l’efficacité des coquilles d’œufs pour protéger vos cultures des limaces ou autres maladies, n’hésitez pas à nous le faire savoir ci-dessous… Depuis que je jardine, j’ai souvent remis en question telle ou telle conviction… Je peux le faire là aussi pour peu que l’on m’apporte la preuve que je me trompe !

37 commentaires au sujet de “Coquilles d’œufs au jardin : limaces, cloque, cul noir… Est-ce vraiment efficace ?”

  1. Bonjour,
    En effet les limaces adorent les coquilles d’oeufs à croire que cela les attirent, c’est le constat que j’ai fait l’an passé.
    J’ai pulvériser des tisanes de plantes très odorantes menthes, tanaisie, armoise, rue (une plante à chaque infusion) sur les plans de jeunes salades ou haricots et les limaces et escargots ont épargnés temporairement mes plans, car il faut renouveler régulièrement . Par contre en période de pluie c’est totalement inefficace comme cette année où je n’ai pas de haricots verts.
    Comme vous l’avez indiqué, les restes de purins sont très efficaces sur une dizaine de jours maxi en fonction du temps.

    Comme pour le commentaire de Yves, j’ai pulvérisé une tisane de tanaisie sur les buis ce qui s’est avéré très efficace mais utilise le bacillus Turg si l’attaque est trop virulente

    Répondre
  2. Bonjour à tous,

    Merci Gilles pour vos publications que je suis toujours avec plaisir.

    Pour réduire une invasion de limaces, j’ai testé une pulvérisation de décoction de petits piments de Cayenne. Je n’ai plus de limaces actuellement. J’ai essayé sur un buis atteint de pyrale, je n’ai plus d’attaque. Je ne ferai pas de raccourci hasardeux.
    Connaissez vous les risques d’emploi d’un tel produit un peu agressif sur la micro faune de la terre?
    Merci.

    Répondre
  3. Bonsoir à toutes les jardinières et tous les jardiniers.
    J’ai suivi un stage de compostage et l’animateur nous a dit que les coquilles d’oeufs concassées ne servaient pas à grand chose tant il fallait de temps pour qu’elles libèrent leur calcium, par contre réduit en poudre dans un vieux moulin à café électrique pouvait aider dans le compost à la prolifération des lombrics ! ?

    Répondre
  4. Bonjour Gilles,

    C’est bien la première fois que je publie quelques choses depuis que je vous suis.
    Le sujet des limaces est un vrai sujet de tout temps. On parle beaucoup des limaces mais très peu des escargots.
    Car c’est eux qui dévorent mes plants de courgettes, comcombre etc.. je n’ai pas de cucurbitacées cette année à causes des escargots des bois et des escargots de bourgogne.
    Merci de vos retours.

    Répondre

Laissez un commentaire (si c'est pour faire de la pub, ne perdez pas votre temps... je ne publierai pas)