Coquilles d’œufs au jardin : limaces, cloque, cul noir… Est-ce vraiment efficace ?

Ah… les coquilles d’œufs, le produit “miracle” par excellence !

Nombreux sont les jardiniers et jardinières qui en utilisent au jardin… et comme le ravageur (limaces) ou la maladie qu’ils redoutent (cloque ou cul noir par exemple) n’apparait pas, ils en concluent que ça marche…

Mais la raison est en général autre : conditions peu propices à une invasion ou au développement de la maladie ou alors la maladie disparait naturellement.

Coquilles d’œufs et limaces ?

Les coquilles d’œufs sont sensées tenir les limaces à distance de nos cultures…

Si ça ne marche pas, c’est que vous n’avez pas fait correctement les choses !

Ainsi, et ce sont là les mêmes conseils retrouvés sur de nombreux forums ou autres sites de jardinage, on nous dit qu’il faut broyer finement les coquilles d’oeufs pour former une barrière efficace contre les limaces…

En réalité, même finement broyées, elles n’empêchent absolument pas les limaces de se déplacer, comme le démontre la petite vidéo ci-dessous :

 

YouTube

En chargeant cette vidéo, vous acceptez la politique de confidentialité de YouTube.
En savoir plus

Charger la vidéo

 

Conditions peu propices à une invasion de limaces

Si vos cultures ne sont pas infestées par vos limaces lorsque vous avez placé des coquilles d’œufs c’est tout simplement parce que les conditions ne sont pas propices à une invasion; à savoir un temps sec ou encore un sol équilibré et suffisamment riche en matières carbonées (voir l’article sur les limaces).

Ou vous avez mis en place une pratique autre ou effectué un traitement (elles n’aiment pas trop les purins par exemple) tenant les limaces à distance.

Il est également possible que les limaces aient trouvé une nourriture plus attractive ailleurs dans votre jardin…

Coquilles d’œufs et cloque du pêcher ?

Les coquilles d'oeufs sont elles efficaces contre la cloque du pêcher ?
Cloque du pêcher

Conditions peu propices au développement de la cloque

La cloque est une maladie cryptogamique se développant en période pluvieuse, humide…

Par temps sec, chaud, elle a très peu de chance d’apparaitre.

La cloque disparait naturellement…

Et, même si elle est présente et bien visible sur les feuilles, la cloque cessera de se propager dès que le temps deviendra plus sec et que les températures se réchaufferont…

Là encore, s’il a placé quelques coquilles d’oeufs (non cuites… c’est à nouveau une recommandation fleurissant un peu partout sur le web…), la maladie étant stoppée, le jardinier en conclura que c’est grâce aux coquilles !

Et il s’empressera de partager cette « découverte » sur les forums de jardinage…

Coquilles d’œufs et nécrose apicale ?

Conditions peu propices au développement du cul noir

Dans un sol  bien équilibré et notamment pourvu en calcium, la maladie du cul noir (nécrose apicale) aura beaucoup moins de chance de se développer.

Prenons un exemple :

L’an passé, chez Jacques, de nombreuses tomates étaient atteintes par la nécrose apicale.

A l’automne, il a fait de copieux apports de matières organiques appropriés, rendant ainsi sa terre plus vivante et fertile (je vous explique précisément comment faire ici)…

L’année suivante, comme il a lu entre-temps que les coquilles d’œufs protégeaient les tomates de cette maladie physiologique, il en place quelques-unes aux pieds de ses plants de tomates…

Pas de cul noir.

Génial… ça marche !

Non Jacques… Ce sont les apports que tu as effectués qui en sont responsables… Mais trop tard, l’information est déjà partagée sur le web…

J’aurais pu également prendre, pour cet argumentaire, l’exemple d’arrosages devenus plus réguliers qu’ils ne l’étaient auparavant (une autre cause de développement de la nécrose apicale, comme nous l’avons vu dans l’article consacré à cette maladie – à consulter ici si vous ne l’avez pas encore fait).

Le cul noir disparait naturellement…

La nécrose apicale touche fréquemment les premières tomates (en particulier celles de forme allongée).

Mais ensuite, ayant développé un peu plus son système racinaire, la plante étant capable de puiser les éléments minéraux un peu plus en profondeur, le calcium est disponible…

Un sol encore peu réchauffé libérera aussi difficilement les éléments présents dans le sol… Lorsqu’il se réchauffera, ces éléments, dont le calcium, deviendront plus facilement disponibles…

Dans un cas comme dans l’autre,  les fruits suivants seront probablement indemnes du cul noir.

Et finalement le jardinier en conclura que cette disparition de la maladie est due aux coquilles d’œufs qu’il aura déposées sur le sol… Alors que la maladie aura tout simplement cessé de se développer, pour les raisons évoquées ci-dessus.

Mais, d’après vous, que fera alors ce jardinier convaincu de l’efficacité des coquilles d’œufs ?

 

Vous l’aurez compris : nos observations peuvent-être trompeuses pour peu que l’on ne prennent pas le recul nécessaire.

Et Internet, s’il regorge de ressources utiles, est également un outil de propagation de fausses bonnes solutions.

Solutions parfois relayées par des jardiniers sincères, mais eux-mêmes induits en erreur… ou, plus grave, par des entrepreneurs du web ou même des journaux , ayant senti la bonne opportunité que constitue aujourd’hui le jardinage au naturel, mais n’ayant jamais jardiné de leur vie…

Quoi qu’il en soit, aucune expérimentation, avec plants témoins (en fait je n’ai trouvé aucune trace d’une telle expérimentation), n’a pu démontré que les coquilles d’œufs avaient un effet à court terme (et pour cause, il faut du temps pour que le calcium soit libéré et mis à disposition des cultures…) sur le cul noir ou la cloque du pêcher.

Et à long terme, le calcium libéré l’est en quantité tellement insignifiante qu’il est fort peu probable que cela puisse avoir un véritable effet…

Mais comme les effets bénéfiques des coquilles d’œufs sont propagés pratiquement sur tous les forums ou blogs de jardinage, la croyance a encore de beaux jours devant elle…

Alors que faire des coquilles d’oeufs au jardin ?

Coquilles d'œufs au jardin
Coquilles d’oeufs en compostage de surface

Même si les bénéfices des coquilles d’oeufs  au jardin sont loin d’être avérés, elles ne peuvent pas faire de mal…

C’est un peu de matières organiques en plus, et une petite pincée de calcium.

Alors autant les utiliser plutôt que de les jeter :

  • au compost
  • en compostage de surface

Notez toutefois que les coquilles d’oeufs semblent attirer les rongeurs…

 

Je conclurai cet article par une recommandation habituelle : ne vous fiez qu’à votre propre expérience des choses.

N’hésitez pas à apporter votre petite contribution dans les commentaires ci-dessous.

Et si vous avez vous-même réalisé une expérience fiable (ou avez connaissance d’une telle expérience… je n’en ai personnellement trouvé aucune, ni sur le web, ni dans mes documentations professionnelles), avec plants témoins, prouvant l’efficacité des coquilles d’œufs pour protéger vos cultures des limaces ou autres maladies, n’hésitez pas à nous le faire savoir ci-dessous… Depuis que je jardine, j’ai souvent remis en question telle ou telle conviction… Je peux le faire là aussi pour peu que l’on m’apporte la preuve que je me trompe !

S’abonner
Notification pour
guest
37 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Anne
Anne
12 août 2021 19 h 50 min

Bonjour,
En effet les limaces adorent les coquilles d’oeufs à croire que cela les attirent, c’est le constat que j’ai fait l’an passé.
J’ai pulvériser des tisanes de plantes très odorantes menthes, tanaisie, armoise, rue (une plante à chaque infusion) sur les plans de jeunes salades ou haricots et les limaces et escargots ont épargnés temporairement mes plans, car il faut renouveler régulièrement . Par contre en période de pluie c’est totalement inefficace comme cette année où je n’ai pas de haricots verts.
Comme vous l’avez indiqué, les restes de purins sont très efficaces sur une dizaine de jours maxi en fonction du temps.

Comme pour le commentaire de Yves, j’ai pulvérisé une tisane de tanaisie sur les buis ce qui s’est avéré très efficace mais utilise le bacillus Turg si l’attaque est trop virulente

yves
yves
11 août 2021 8 h 35 min

Bonjour à tous,

Merci Gilles pour vos publications que je suis toujours avec plaisir.

Pour réduire une invasion de limaces, j’ai testé une pulvérisation de décoction de petits piments de Cayenne. Je n’ai plus de limaces actuellement. J’ai essayé sur un buis atteint de pyrale, je n’ai plus d’attaque. Je ne ferai pas de raccourci hasardeux.
Connaissez vous les risques d’emploi d’un tel produit un peu agressif sur la micro faune de la terre?
Merci.

pascal
pascal
10 août 2021 22 h 42 min

Bonsoir à toutes les jardinières et tous les jardiniers.
J’ai suivi un stage de compostage et l’animateur nous a dit que les coquilles d’oeufs concassées ne servaient pas à grand chose tant il fallait de temps pour qu’elles libèrent leur calcium, par contre réduit en poudre dans un vieux moulin à café électrique pouvait aider dans le compost à la prolifération des lombrics ! ?

Raby
Raby
10 août 2021 0 h 13 min

Bonjour Gilles,

C’est bien la première fois que je publie quelques choses depuis que je vous suis.
Le sujet des limaces est un vrai sujet de tout temps. On parle beaucoup des limaces mais très peu des escargots.
Car c’est eux qui dévorent mes plants de courgettes, comcombre etc.. je n’ai pas de cucurbitacées cette année à causes des escargots des bois et des escargots de bourgogne.
Merci de vos retours.

Chantal83
Chantal83
9 août 2021 23 h 34 min

contre les limaces, je suis dans le sud (Toulon), et je n’en ai pas vu une seule cette année. Même en fin de printemps bien pluvieux. J’ai laissé la menthe envahir mon potager, (je l’arrache quand j’ai besoin de place) et je me suis demandée si ce n’était pas grâce à elle.
Quelqu’un aurait-il une expérience similaire ?
Et, question corollaire, la menthe appauvrit-elle le sol ?
Merci

Luc
Luc
9 août 2021 18 h 43 min

Limaces et escargots belges :

J’ai placé un fil de cuivre juste sous le rebord des vasques de fleurs annuelles. Efficacité: 90 %

Les plantations et repiquages de courges et dahlias: de vieux seaux plastiques dont je garde 15 cm de la partie supérieure et enfonce 2 cm dans le sol protègent partiellement ces plants en début de croissance.

Cette année, mes pommes de terre ont particulièrement attiré ces gourmands. Chaque soir, les jours de pluie, je les ai ramassés à la tombée du jour. Fastidieux mais résultat concluent.

Bernard
Bernard
9 août 2021 18 h 43 min

Bonjour Gilles bonjour à tous, personnellement j utilise de la cendre et sont efficacité est totale sur les limace.

francine
francine
8 août 2021 22 h 52 min

bonjour Gilles
merci pour ces précieux conseils!
ce printemps j’ai mis de bonne heure des coquilles d’oeufs dans un filet accroché au pécher et pas du tt de cloque pourtant avec le temps épouvantable qu’on a ce devrait être le contraire. Par contre je n’avais jamais entendu parler des coquilles pour le cul noir. Pour ce qui est des limaces si je suis trop envahie je met de la bière dans un récipient ras du sol et elles font comme moi ( un verre c’est bon!!! )si elles en abusent!!! lol
bonne continuation
francine

Lorelei
Lorelei
8 août 2021 19 h 42 min

Merci Gilles pour cet article qui remet un peu de rationalité dans les conseils glanés sur le net où l’on trouve effectivement le meilleur comme le pire ! Et qui m’a fait bien rire au passage, notamment la vidéo des limaces ! Je confirme, j’ai essayé certaines de ces barrières naturelles, en allant crescendo des coquilles d’oeufs, aux coquilles de noisettes, de noix et pour finir ( un peu cruellement j’avoue mais j’étais très agacée !!!) avec des bogues de châtaignes, sur lesquelles je retrouvais le lendemain matin de magnifiques traces de bave, comme un joli pied de nez à mes acharnements d’humain qui se croit si malin !! A croire que ces chers gastéropodes ont des talents de fakirs ! Finalement, la seule solution vraiment efficace, je l’ai expérimentée cette année en copiant une idée de Nicolas du blog le Potager durable, une sorte de cage en grillage autour du plant, recouverte tout autour de voile de forçage. Je l’ai adapté en laissant la partie supérieure ouverte pour permettre le développement des plants de courges, concombres, courgettes, poivrons, aubergines, etc, jusqu’à un stade où ils ne craignent plus l’appétit vorace des gastéropodes ! C’est un peu de boulot à l’installation, mais c’est vraiment efficace !

Laurent
Laurent
8 août 2021 12 h 21 min

Bonjour toutes et tous, Gilles,

Contre les limaces en début de saison, j’ai pulvérisé du purin de rhubarbe , qui a freiné la propagation , enfin je pense. Maintenant, je les nourri ( comme elles travaillent pour moi , tout travail mérite salaire) avec les déchets de légumes, je paille avec ma tonde de pelouse en fine couche. Elles mangent un peu les bons légumes , mais raisonnablement. Je laisse pousser les adventices( que je contrôle) autour et dans le jardin , j’ai fait des tas de pierre ou je pouvais en faire,( j’ai assez bien d’orvets) j’ai mis des nichoirs pour les oiseaux, je pense que j’ai trouvé un bon équilibre avec toute cette faune.

Pour ce qui est des coquilles d’oeufs, avant je les mettais sur mon compost et j’ai remarqué que j’avais beaucoup de rongeur. Maintenant je n’en mets plus , plus de rongeurs. J’en ai déduit que les coquilles d’oeufs attiraient les rongeurs. Maintenant, je les donne à mes poules. Pour la coque du pêcher, avant je pulvérisai de la décoction d’ail, en prévention. J’ai abandonné la décoction et je plante 1 ou 2 gousses d’ail au pied de chaque pêcher (2) , depuis je n’ai plus de problème de coque avec mes pêchers.

Bonne journée ,

Laurent ( Belgique)

Pépita
Pépita
8 août 2021 12 h 08 min

Bonjour Gilles, bonjour à tous!
Ah! Les habitudes ont la vie dure !! Mais, bon, les secrets de grand-mère, ça nous réconforte un peu !!
2 interrogations:
-Ici en Haute-Provence,on annonce le retour de l’été (il était temps) avec températures très chaudes (38°c au plus chaud) et ce, jusqu’à fin août (j’habite dans les terres).
Donc, quand envisager un semis d’épinards ou/et de mâche? J’ai peur qu’ils grillent surtout que c’est une 1ère pour moi. Reporter en septembre n’est-ce pas trop tard?

-Après avoir bien produit, les feuilles de plants de tomates commencent à jaunir et sécher sur pied … A quoi ce phénomène est-il dû? Comment maintenir les feuilles encore bien vertes?

Merci à toi pour ton retour,
Bonne journée, Pépita

francine
francine
8 août 2021 22 h 46 min
En réponse à  Pépita

bonjour Pépita
mes semis , lorsqu’il fait trop chaud , je les couvre de fougères jusqu’à la levée des graines et arroser au besoin. pour les tomates , comme l’a dit Gilles oui mettre du purin ( dilué) de consoude et je leur rajoute du compost au pied
bon jardinage
Francine

Jacques
Jacques
8 août 2021 10 h 25 min

Pour ma part j ai testé cette année les rouleaux adhésifs de cuivre 3cm autour de mes rectangles potager. Pour l instant cela semble très efficace, aucune grosses limaces ne passent et pourtant cette année pluvieuse, je constate une prolifération exceptionnelle de limaces qui stationnent sur mon gazon. Je ne tirerai pas de conclusions hâtives car cette année pluvieuse et pas très chaude n est pas très bonne non plus pour les cultures et donc pas forcément grand chose à consommer pour les limaces.

Françoise
Françoise
8 août 2021 8 h 49 min

Bonjour, après l’essai infructueux de coquilles d’oeufs, de cendres, j’ai essayé un filet en cuivre entourant les salades qui pour l’instant est efficace. L’installation est un peu longue mais donne des résultats. Bonne journée.

François
François
7 août 2021 22 h 04 min

Actuellement j’ai de véritables escargots de Bourgogne , je ne veux pas les voir disparaître, je leurs est réservé un espace sauvage dans le jardin, tout en préservant mes cultures , peut on me dire quelque chose, merci

Patrice
Patrice
8 août 2021 8 h 02 min
En réponse à  François

S’il s’agissait d’animaux domestiques ou d’élevage nuisant à la qualité de vie des voisins on pourrait vous le reprocher ! mais , là , ce sont des animaux sauvages ( pas dangereux rassurez-vous ! ) et si ils se gavent des laitues de votre voisinage et ben , tant pis pour eux , vous n’y êtes pour rien !!! À moins que vous n’en fassiez l’élevage de rapport ! alors là …

Colette
Colette
7 août 2021 18 h 15 min

Bonjour Gilles,

Les limaces et les escargots sont ma grande préoccupation! J’en suis envahie, à tel point qu’on penserait à un élevage! Il y a 2 ans, j’en ai collecté plus de 500 pièces en 2 nuits, car finalement, le prélèvement manuel est le meilleur moyen de les neutraliser. Cette année, j’ai déjà fait 5 sorties nocturnes avec chaque fois plus de 100 pièces et surtout des escargots. Tout cela sur un peu moins de 100m2.
Il y en a partout: sur les pommes de terre, les tomates (même les robustes plants adultes), les haricots verts, les navets( de la vraie dentelle!), les petits pois, les fenouils, les poireaux, les poivrons, sans parler des salades et des jeunes plants en serre. Mes 3 semis de carottes, à peine sortis de terre ont été complètement ratiboisés! Idem pour les panais. Je sème donc beaucoup en serre: petits pois, haricots verts, fenouil, panais, navets…
Mais même replantés, il y a beaucoup de perte.
Evidemment, j’ai essayé les coquilles d’oeuf, le marc de café, la bière et même les ronces. Rien ne les arrête! C’est comme les antibiotiques, ils deviennent résistants!!(lol)
En dernier ressort, j’ai fait un essai avec de la sauge: j’ai déposé plusieurs branches autour du plant et cela paraît être efficace tant que la plante dégage une odeur.
Pourquoi tant de limaces et d’escargots? Certainement parce que je paille. Et le compost demi-mûr de fumier de cheval que j’utilise, exercerait-il une attirance pour ces « décomposeurs »?

Merci, Gilles pour vos conseils et votre « bon sens »!

Colette

Jacky
Jacky
7 août 2021 16 h 51 min

C’est l’histoire bien connue de la dinde de Noël : chaque fois qu’elle voit arriver son propriétaire elle sait qu’elle va avoir à manger et à boire ; cette venue quotidienne est donc associée à un ressenti positif… jusqu’à la veille de Noël !
Moralité : on ne peut pas faire d’une expérience, même répétée, une règle absolue !

Alin
Alin
7 août 2021 15 h 40 min

Depuis que j’ai pu installer deux familles de hérissons dans mon jardin (potager verger 1100 m2) je n’ai que de rares limaces et escargots cachés dans le compost (Je considère les hérissons, surtout lorsqu’ils en famille, au même titre que les familles de lombrics comme des aides précieuses, gratuites, sans effort, avec une nourriture abondante pour tout le monde !
Merci Gilles pour ton sens pragmatique !
Alin

Mathilde
Mathilde
7 août 2021 13 h 22 min

Moi, limace anti-passe sanitaire, j’ai bien envie d’aller demander à un restaurateur de me servir un oeuf dur-salade puis un café devant son établissement, en ramenant la vaisselle consignée.

Signé : une limace qui adore les sittings festifs sur « nos » trottoirs !

Mathilde
Mathilde
7 août 2021 13 h 17 min

Mort de soif ? peut-être d’une sorte d’embolie d’air, les racines ne puisant plus de l’eau mais de l’air.
Je crois que la terre est composée d’un tiers d’eau, c’est beaucoup ! … remplacée par de l’air en période de grand sécheresse : une maison s’est effondrée sur elle même pour ces raisons, dans mon secteur en Dordogne.
Possible explication de l’effondrement d’immeubles à Bordeaux et ailleurs ?

Vanessa
Vanessa
7 août 2021 11 h 15 min

Bonjour
Je débute au jardinage… j’ai fait pour la première année mon potager et étant donné que partout dans le jardin autour j’ai trouvé des limaces et des escargots j’étais plutôt sceptique en plantant mes salades. J’ai lu que le marc de café était un répulsif naturel contre ces derniers et je l’ai appliqué. (Je n’avais rien lu sur les coquilles d’œufs)
Pour l’instant mes salades sont indemnes… est ce que d’après votre expérience c’est aussi un hasard ? Ou le marc de café à une action avérée ? Merci 🙂