Rongeurs au Jardin Potager Bio

Les rongeurs peuvent poser de nombreux problèmes dans un jardin, et plus particulièrement encore dans un potager entretenu naturellement (c’est un peu le revers de la médaille).

Lorsque l’on se passe complètement de produits chimiques, il n’est en effet vraiment pas aisé de tenir éloignés des cultures rats des champs, campagnols de champs ou terrestre (rats-taupiers), mulots, lapins…

Et il est bien décevant de voir ses carottes complètement dévorées ou sa récolte de pommes de terre réduite à peau de chagrin !

Nous allons donc essayer de voir ici les solutions naturelles qui s’offrent à nous.

Je précise de suite qu’aucune de celles présentées dans cet article n’est efficace à 100 %… Aussi, vos propres expériences sont particulièrement bienvenues.

Comment tenir les rongeurs éloignés des cultures potagères ?

Des moyens préventifs naturels sont à notre disposition pour éloigner les rongeurs du potager, à commencer par des plantes répulsives.

Les plantes répulsives pour les rongeurs

Certaines plantes, de par leur odeur notamment, sont réputées pour éloigner les rongeurs.

L'euphorbe n'éloignera peut-être pas les campagnols... mais elle embellira au moins votre jardin
L’euphorbe n’éloignera peut-être pas les campagnols… Mais elle embellira au moins votre jardin.

Citons l’Euphorbe (plante toxique), l’Épurge, la Rue, la Couronne Impériale, les Fritillaires, les Scilles, les Jacinthes, les Mélilots ou encore l’Incarvillea.

Ainsi, on conseille de planter un peu partout dans le jardin des pieds de ces plantes répulsives ou d’en placer des branchages directement sur les planches de cultures.

Mais voilà : si certains jardiniers arrivent à éloigner les rongeurs en plantant quelques plantes répulsives, chez d’autres, il faut bien avouer que les résultats ne sont pas à la hauteur des espérances… Et ces gentilles petites bêtes continuent à ravager les cultures.

Notons également l’effet répulsif du tourteau de ricin (utilisé en engrais biologique)… mais également fortement toxique en particulier pour les petits mammifères (si vous avez chiens ou chats, évitez absolument d’utiliser du tourteau de ricin).

Évitez le paillage pour certaines cultures

Les rongeurs aiment nicher dans un bon paillage...
Le paillage peut être problématique pour ce qui concerne les rongeurs…

Bien que présentant de nombreux avantages, le paillage présente un inconvénient majeur.

Une couverture du sol constitue en effet un gîte de choix pour certains rongeurs, notamment les campagnols.

Pour ma part, je m’abstiens donc de pailler les légumes racines (ou alors je paille tardivement), car ceux-ci se trouvent alors directement à portée de dents des animaux qui ont élu domicile dans le coin…

Comment réguler les populations de rongeurs dans le jardin ?

Favorisez la biodiversité dans votre jardin

Pour ce qui concerne les rongeurs, la biodiversité animale joue là encore un rôle essentiel.

Ce n'est pas ma couleuvre (elle ne veut pas se laisser photographier)... mais celle-ci est aussi bien jolie !
Ce n’est pas ma couleuvre (elle ne veut pas se laisser photographier)… Mais celle-ci est aussi bien jolie !

Ainsi, les rapaces, les renards ou les couleuvres sont de redoutables prédateurs de petits rongeurs.

Et de fait, dans les régions où la vie sauvage est encore relativement présente, les ravages liés aux rongeurs sont en général moindre qu’en zone péri-urbaine par exemple.

Il n’est certes pas envisageable d’héberger un renard dans votre jardin, et encore moins d’y attirer des rapaces. Par contre, pour peu que vous viviez à la campagne, il est tout à fait possible d’y favoriser la venue d’une belle couleuvre ; laissez des tas de branchages, des pierres, des broussailles…

Une superbe couleuvre a ainsi élu domicile dans l’une de mes serres, et une autre, plus petite, a colonisé un autre coin de mon potager. Par ailleurs, les buses survolent tous les jours mon jardin… Et j’ai finalement peu (en tout cas par rapport à certains témoignages que j’ai pu recevoir) de problèmes de rongeurs…

J’en profite pour rappeler que la couleuvre n’est absolument pas dangereuse pour l’homme…

Mais encore faut-il qu’une couleuvre veuille bien s’installer au sein du potager. Ce qui n’est peut-être pas forcément évident en ville…

Laissez votre chat se promener dans le potager

Les chats sont de formidables régulateurs de rongeurs
Piège à rongeur…

Les chats sont de formidables régulateurs de rongeurs.

Certes, un chat engendrera parfois quelques dégâts dans le potager, notamment en retournant quelques semis pour faire ses besoins. Mais l’éduquer à ne pas utiliser les planches de cultures pour cela est possible… en faisant preuve de patience et de persévérance.

Alors, n’hésitez pas à le laisser faire le travail de régulation pour vous…

Les pièges à rongeurs

Les mulots, campagnols ou autres petits rongeurs vous posent encore des problèmes ?

Bien que ne cautionnant pas forcément cette méthode, sachez que des pièges à rongeurs existent.

Vous en trouverez en jardinerie ou sur le web.

Il existe 2 types de pièges :

  • Les classiques pièges à tapette. Ces pièges sont évidemment mortels. Il est donc à mon sens difficile de classer cette technique comme moyen de lutte bio ; car, même si les rongeurs sont nuisibles à bien des égards, ils participent néanmoins à la chaîne de vie de notre jardin-potager. Ainsi, d’autres nuisibles risquent de proliférer outre mesure. Éliminer totalement les rongeurs est donc contre-productif…

Après l’avoir testé, Louis me fait part de l’efficacité d’un piège sur les campagnols : le SuperCat.

  • Les pièges à capture : les animaux capturés sont alors relâchés là où ils ne poseront pas de problème. Cette solution est à mon sens à privilégier par rapport à la précédente (voyez ici des exemples de pièges à capture).

Les ultra-sons

Selon certains, l’utilisation d’ultra-sons spécifiques serait La Solution contre les problèmes de rongeurs…

Pourtant les dératiseurs professionnels, après avoir tenté l’expérience, semblent délaisser cette option, absolument pas convaincus de son efficacité… ou bien alors par peur de ne plus avoir de travail ? Là est toute la question !

Alors, avez-vous vous-même testé les ultra-sons ? Et qu’avez-vous pu constater ? Merci de partager votre expérience en utilisant les commentaires plus bas.

Les dératiseurs professionnels

Reste la possibilité de faire appel à des professionnels de la dératisation…

Le coût est certes élevé, mais les résultats sont en principe au rendez-vous.

Bien entendu, ces professionnels sont susceptibles d’utiliser de la mort au rat… Exigez l’utilisation de solutions écologiques (pièges à capture par exemple).

Vous pourrez trouver les coordonnés de dératiseurs sur le web ou un annuaire. Voici également un lien avec des adresses de professionnels : https://deratisation.info/

Quelques conseils pour faire votre choix :

  • Choisissez un dératiseur proposant des solutions naturelles ;
  • Tous les dératiseurs n’interviennent pas en milieu extérieur. Précisez bien que votre demande concerne un jardin…
  • Certains professionnels garantissent le résultat. Privilégiez ces derniers.
Protection proposée par Agathe (voir les commentaires plus bas)
Protection proposée par Agathe (voir les commentaires plus bas)

Voilà pour les méthodes les plus couramment employées pour protéger nos cultures contre les rongeurs, avec des résultats variables selon les conditions particulières et le degré de nuisance…

 

Pour des cultures saines, cliquez ici

 

 

J e vous invite fortement à partager, via les commentaires ci-dessous, vos propres procédés de lutte naturelle contre les rongeurs, ainsi que les observations que vous aurez pu faire.

 

S’abonner
Notification pour
guest
106 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Chantal
Chantal
31 octobre 2021 15 h 44 min

bonjour, j’ai lu quelque part qu’on pouvait, dans un potager pas trop grand, commencer par installer sur la terre un grillage comme pour faire un poulailler au sol avant de planter. (j’avais l’intention de faire des buttes), mais je n’ai rien commencé encore.
ce grillage est supposé empêcher les rongeurs de s’installer au potager.
Qu’en pensez vous ? ça coûte quand même assez cher ce type de grillage, est-ce efficace contre les rongeurs ?
Merci de votre réponse.

Véro
Véro
31 octobre 2021 14 h 26 min

bonjour,
Depuis que je verse du purin de sureau dans les galeries( il faut parfois bien gratter avant d’arriver au trou) les rats taupiers décampent.Ouiii,ça marche! je ne m’embête même pas à le filtrer, tout y passe jus ( beueerk ) et feuilles pourries! (environ 1kg de feuilles pour 10 l d’eau, c’est prêt quand ça ….pue ,hihi.)
Plantez un sureau dans un coin, c’est tout bénéf: limonade et beignets de fleurs au printemps, gelée ou autres préparations aux fruits à l’automne ( si les oiseaux vous en laissent) et s’il reste des feuilles, c’est super pour le compost ou pour étaler sur la terre avant l’hiver (compostage de feignante)

Jojo
Jojo
17 mars 2021 17 h 02 min

J ai essayé les ultrasons sons pour faire fuire des rats ,aucune efficacité

Alain
Alain
7 mars 2021 17 h 10 min

Pièges à ultra sons = nuls , à Infra sons = Ok

BERNARD
BERNARD
29 juillet 2020 17 h 04 min

Bonjour, j’utilise depuis des années le tourteau de ricin sous forme de semoule. Il n’est pas appétant pour les chiens et s’incorpore au sol très facilement. C’est à la fois un engrais de fond et un répulsif contre les rongeurs. Associé au purin de fougères il est très efficace contre les larves de taupin (moins avec les vers de hanneton). Je l’incorpore directement aux semis car sans danger pour les graines et les racines. Il faut parfois renouveler le traitement.

Didier
Didier
26 juillet 2020 15 h 18 min

Pour moi, la solution à 100% d’efficacité a été le supercat, même si toujours gênant de tuer ces petites bêtes, mais quand ils mangent la totalité des 2 raies de panais, passent ensuite aux radis noirs, ensuite les pommes de terre, ensuite… Tout ça en 2 ans de suite on est obligé de trouver une solution radicale. Il en reste quelques uns que je laisse tranquille mais ce n’est plus l’explosion démographique, c’est maintenant gérable.

Laurence
Laurence
18 mai 2020 20 h 17 min

Bonjour , potager en brf depuis trois ans , l’an dernier des galeries de campagnols partout , du coup au printemps , retour motoculteur pour fraiser partout , … j ai planté , mis du paillis lin , j étais ravie …mais de courte durée ! A l arrosage , ma salade s effondre sous terre , j enfonce le tuyau d arrosage jusqu’à 40 cm !!! Impossible d avoir une galerie .. tout s effondre à peine on y touche – donc je noie à l arrosage pour que les galeries s effondrent et qu’en la planté puisse retrouver la terre pour s enraciner – je ne sais plus quoi faire ? J ai acheté le piège campagnol mais c est très difficile de trouver une galerie , et pas de trou d entrée , … ( ce sont des carrés potagers , de 5 à 9m2 ) merci de votre aide …

Dany
Dany
12 mai 2020 4 h 47 min

Bonjour
Déjà enfant je voyais mon père mettre des boîtes de conserves en metal, donc, retournées sur le haut de ses piquets,..
Cela pour faire du bruit au moindre vent et déranger les taupes …je continue.
Je n’aime pas le plastique dans mon jardin.
J’ai aussi arrosée ma butte avec de la tisane de feuilles de sureau. Par précaution, je fais ça de temps en temps.
Je trouve un trou de ci de là, ils viennent visiter mais on dirait qu’ils ne s’installent pas…

Bonne continuation à tous.

alexou
alexou
3 mai 2020 18 h 33 min

bonjour
j’ ai fait l’ expérience des ultras sons pour des rats dans mon toit…. Surement un début de nid. Au bout de trois semaine plus un bruit, à savoir que je ne le branchais que le week end dans la pièce en dessous des bruit des rongeurs..
Je suis en village à la campagne et même durant la journée je peut les voire se balader dans le jardin de mon voisin, poules + grains ça les attirent.

christian
christian
29 avril 2020 10 h 43 min

Concernant l’utilisation des ultra-sons je me suis débarrassé une fois pour toutes des taupes et rat taupier grace à ce système mais après avoir détruit complètement les galeries

benoit
benoit
11 avril 2020 9 h 58 min

Depuis deux ans je plante des pieds de ricin autour de ma parcelle, environ un pied tous les trois ou quatre mètres, et je n’ai pas de rats taupiers alors que d’autres parcelles de nos jardins partagés subissent les dégâts de ces rongeurs…Faire germer des graines de ricin vers la mi février et les mettre en place en avril. Est ce un hasard ou pas…en tout cas cette année j’ai replanté des pieds de ricin.

pirato
pirato
1 juin 2020 16 h 52 min
En réponse à  benoit

Bonjour benoît dans quelle région habites tu pour les planter en place en avril je suis dans le nord et en avril j’ai encore des gelée pour te dire cette année je ne plante mes pied de ricin qu actuellement ( en début juin )

fauvette
fauvette
18 août 2019 20 h 04 min

Bonjour,
J’ai utilisé et abandonné les ultra-sons dans la maison : nous ne les entendons pas, il faut modifier les fréquences de façon aléatoire pour être efficaces. Mais ils agissent sur nous : maux de tête entre autres. Ils sont donc probablement nocifs aussi sur la faune (vers de terre, qu’en pensez-vous ?) et sur la faune (oiseaux, chats, couleuvres, …)

Bertrand
Bertrand
28 juin 2019 10 h 21 min

J’expérimente x 4 émetteurs ultrasons depuis x 2mois pour mes rats taupiers, ils s’installent moins sur zone mais passent ponctuellement au potager boulotte des racines de salades et haricots….plus surprenant ce matin un pied de tomate, là c’est moins drôle…je laisse vipères et couleuvres vivre sur mon terrain, un Milan royal planne au dessus tous les matins mais pas de nocturnes… J’envisage le piège guillotine réputé efficace….

pascal27
pascal27
17 octobre 2018 9 h 41 min

Bonjour, nous avons une belle production de pommes cette année; la quantité est là et la conservation semble moins bonne, la récolte est plus précoce et le temps est doux … Bref je distribue quelques pommes ça et là au pied des perchoirs installés pour les rapaces dans le jardin. Les mulots et autres rongeurs aiment ce fruit. C’est aussi le moment de se débarrasser des quelques rongeurs qui vont passer l’hiver et seront ennuyeux dès le printemps. Les rapaces régulent ainsi plus facilement la population de rongeurs…
nb: plantez de l’ail en quantité afin de faire des purins d’ail l’an prochain pour incorporer dans les galeries, c’est très efficace et assez persistant…
cordialement, pascal

Mathilde
Mathilde
17 octobre 2018 6 h 59 min

En cherchant « prédateurs des rongeurs » on trouve des liens assez utiles comme celui-ci : https://www.semaille.com/fr/content/46-les-rongeurs-qui-est-qui-et-qui-mange-quoi-et-quels-sont-les-moyens-de-lutte-contre-ces-ravageurs. Les viandards ont tué tous les renards de mes bois et je suis envahie de rats et même d’écureuils (la canicule les prive aussi des fruits et graines habituels des forêts).

Mathilde
Mathilde
22 septembre 2018 8 h 50 min

Je reviens, excusez-moi, pour dire qu’en donnant à manger et à boire aux oiseaux et insectes dans un coin du potager, on a relativement la paix : mes guêpes et frelons sont sur des restes de fruits, et habitués à me voir passer, et aussi bien occupés à renifler les « filets de séchage pour poissons » où je fais sécher mes fruits et légumes (j’ai vu sur internet un allemand apprivoiser des frelons, qui viennent se poser sur ses mains, sa langue enduite d’un peu de miel !).

SEIGNOUR
SEIGNOUR
21 septembre 2018 9 h 54 min

Bonjour, J’accuse les mulots de manger mes tomates dès qu’elles commecent à rougir ! il y a des trous un peu partout dans le sol … les mulots sot-ils capables de grimper le long des tiges des pieds de tomates ? c’est la 1° anée que cela arrive ! ! !

Mathilde
Mathilde
21 septembre 2018 15 h 10 min
En réponse à  SEIGNOUR

Ce sont souvent aussi des trous de serpents, lézards … les punaises ont très soif et ont bien attaqué mes tomates cet été.

Valerie
Valerie
21 juillet 2020 9 h 46 min
En réponse à  SEIGNOUR

Oui les mulots grimpent partout! En ce moment ils mangent aussi mes tomates pas encore mûres Et il parait que c’est toxique la tomate verte 😳et les épis de maïs

jean-philippe
jean-philippe
5 septembre 2018 13 h 33 min

oui Pascal, mais il faut admettre que les prédateurs envahissent très très rapidement, beaucoup plus vite que les déprèdateurs, alors sans vouloir tout éradiqué, il faut les limité, et surtout les éloigné .

pascal27
pascal27
6 septembre 2018 12 h 57 min
En réponse à  jean-philippe

Bonjour, c’est vrai que les prédateurs envahissent rapidement d’où le terme prédateur. Mais c’est de notre fait, d’un déséquilibre provoqué par nos pratiques sur la nature ! Comme le travail du sol pour simplifier les semis et l’entretien, la monoculture avec des légumes ou autre rangés en ligne et végétaux pas toujours compagnes (effets allélopathique), l’éradication de certaines plantes (dites mauvaises herbes) qui rééquilibre le sol par le travail des racines (pivotantes ou fasciculées, leur capacité d’extraction des minéraux, de capter naturellement l’azote de l’air, la plantation d’arbres fruitiers productifs mais sensibles aux pathogènes sans intercaler des variétés non sensibles, planter des végétaux utiles aux prédateurs afin de les concentrer et de développer ainsi les déprédateurs… Bref il y a beaucoup d’exemples encore où notre pratique ordonnée est à revoir. Quand on regarde une forêt naturelle (mélange de feuillus et de résineux) ou une prairie naturelle : on constate que biotope, faune et flore s’équilibrent depuis des années et que les cycles (Feuilles/fleur/graine) de ces végétaux s’effectue de façon à ce que le système perdure depuis le début de l’évolution ! C’est un modèle qui ne produit pas de déchets et qui est résilient. l’équilibre prédateurs et déprédateurs y subsiste sans excès tant que l’on ne modifie pas cet environnement ! Voilà une piste de réflexion qui m’a poussé à m’orienter vers la permaculture, et c’est vrai que j’ai de moins en moins de prédateurs, enfin c’est ce que j’observe. Là où je constate un échec j’essaie de comprendre (j’essaie !!) et soit je laisse la nature corriger soit j’implante autre chose ! C’est long mais intéressant et sans ordre !
Bonne continuation à vous
pascal

pascal27
pascal27
5 septembre 2018 11 h 31 min

Bonjour
Aucun système d’éradication n’est efficace à long terme ! La disparition des prédateurs fait disparaître les déprédateurs et ainsi de suite la chaîne naturelle de la vie s’oriente vers des excès des envahissements sur d’autres domaines et c’est sans fin. La piste de la répulsivité est la seule méthode durable, le chat protège des rongeurs dans une maison ainsi qu’autour de l’habitation, il est à la fois destructeur et répulsif par sa présence. Toutes les astuces répulsives employées au jardin favorisent la persistance de la biodiversité des prédateurs et déprédateurs autour du jardin… La nature est un équilibre fragile, elle s’adaptera bien plus que nous. Il est normal que là où il y a nourriture, il y ait des consommateurs ! A nous d’imaginer des systèmes de protections « locaux » et non destructeurs !
Sans être « bio aux œillères définitives » je pratique la permaculture, c’est à force d’observation que je respecte tout ce qui vit. Je constate qu’un certain équilibre s’instaure au bout de 5-6 ans sans la moindre utilisation de chimie et je continue à pailler le sol et à ne pas pratiquer de retournement de la terre… Chat, arbres, perchoirs, pierre, branches sont des abris pour les déprédateurs même si je partage encore une partie des légumes avec les prédateurs… Soyons patients et observateurs pour que nos enfants puissent exister après nous.
cordialement pascal

Fabrice
Fabrice
10 octobre 2018 13 h 59 min
En réponse à  pascal27

Chez moi mon chat, bon chasseur au demeurant, n’éloigne absolument pas les souris de la maison! Quand au potager, c’est la cata cette année malgré les nombreux rapaces que je vois! Même les poules sont de la partie pour éliminer les rongeurs, mais cela ne suffit pas…
Je vais essayer quelques solutions mentionnées ici, mais avant tout je vais essayer de comprendre comment j’en suis arrivé là (je suis très inspiré permaculture) !
Il y a eu de nombreuses battues au renard (j’habite en pleine campagne) mais les renards sont toujours là, et eux non plus ne m’aident pas; enfin à moins que me voler mes poules soit m’aider? Reste les couleuvres, mais je n’en vois pas beaucoup autour de chez moi… les poules peut-être? Ou les rapaces…
Bref l’équilibre naturel d’un écosystème est difficile à trouver et plus encore à maintenir!
Cordialement, Fabrice

Mathilde
Mathilde
3 septembre 2018 22 h 49 min

Les taupes : nous faisons pipi dans un seau et le versons dans des trous faits avec un burin pointu, dans les allées et si possible dans leurs galeries : ça semble efficace. De plus c’est excellent pour les légumes, sans les toucher directement.

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetourner sur la boutique
      Calculate Shipping