Comment planter les arbres fruitiers ?

Récolter et déguster ses propres fruits au pied de l’arbre est un bonheur incomparable.

Vous avez un peu d’espace dans votre jardin, plantez des arbres fruitiers.

 

Quels arbres fruitiers planter ?

La région dans laquelle vous vivez devra déterminer vos choix d’espèces fruitières (un olivier est adapté au climat méditerranéen, beaucoup moins aux froids nordiques…) ainsi que de variétés (des variétés anciennes bien implantées et adaptées à la région seront à choisir prioritairement).  Cherchez les vieux vergers par chez vous, renseignez-vous auprès des propriétaires…vous pourrez y découvrir de véritables richesses variétales !

L’espace disponible, constitue également un critère important pour le choix des espèces à planter. Les petits arbres (pêchers) ont besoin d’être espacés de 3 à 4 m, les arbres à développement moyen (pommiers, poiriers, pruniers, kaki…) : de 5 à 8 m et les arbres à fort développement (noyer, cerisiers) de 10 à 15 m.

Imaginez votre cerisier dans 20 ou 30 ans. Aura t’il suffisamment d’espace ? ses racines ne risquent-elles pas alors de soulever une dalle ?

 

Que choisir : arbre greffé ou non ? scion de 1 an, arbre formé ? Basse-tige, demi-tige ou haute-tige ?

Un noyau de pêche de vigne semé là il y a 3 ans.
Une vingtaine de pêches délicieuses cette année.

Certaines variétés fruitières peuvent être semées directement  en reproduisant fidèlement le type variétal ; C’est par exemple le cas des pêches de vigne ou de certaines variétés de prunes ou de noix. Le semis direct offre de bonnes conditions initiales de développement en supprimant le traumatisme de la transplantation. Ne vous privez pas de semer le noyau d’un pêche offerte par un voisin et qui vous aura régalé.

Mais d’une manière générale, les espèces fruitières à pépins mais aussi de nombreuses variétés à noyau  ne peuvent être reproduites que par greffage.

On peut évidemment greffer soi-même, mais c’est là un autre sujet.

Reste l’achat de scions ou arbres formés en basse, demi ou haute-tige :

Les scions (arbres de 1 an de greffe)  sont bon marché et la reprise est plus facile. Le jardinier devra le tailler (ou non) et lui donner la forme qu’il souhaite. Un arbre issu d’un scion fournira ses premiers fruits en moyenne 3 ans plus tard qu’un arbre déjà formé (normal, il a 3 ans de moins…) mais il se comportera souvent mieux sur la durée (plus résistant, productif plus longtemps…)

Les arbres vendus prêts à produire sont donc déjà formés en basse, demi ou haute tige. Ces arbres ont plus de 3 ans après greffes et leur reprise sera plus délicate. En outre, ils coûtent beaucoup plus cher…certes, on a des fruits plus tôt…mais je ne pense pas que l’on soit gagnant sur la durée.

 

Quand planter ?

Le repos végétatif est le meilleur moment pour planter un arbre fruitier.

Traditionnellement, on plante à la sainte Catherine (25 novembre), obéissant au vieux dictons “A la sainte Catherine tout bois prend racine”.

Et c’est certes une très bonne période; la date précise n’a par contre, je pense, que peu d’importance… Il semble toutefois opportun de planter en lune descendante,  période du cycle lunaire pendant laquelle la sève se retire vers les racines. Plantez également les arbres fruitiers en jour Fruit (voir le calendrier lunaire du mois). Une conjoncture idéale intégrerait également une phase lunaire croissante (de la nouvelle lune à la pleine lune)…

 

Préparer la plantation des arbres fruitiers

  • Creuser un bon mois avant la plantation un trou large (50 cm à 1 m pour un arbre déjà bien développé) et de 50 à 70 cm de profondeur. Mettre d’un côté la terre de surface et d’un autre la terre (souvent plus lourde) des profondeurs.
  • Mettre du compost mûr ou demi mûr (ou un engrais organique spécial fruitiers du commerce) au fond du trou. Mélangez avec un peu de terre.
  • Former un petit monticule au milieu du trou. Vous étalerez les racines de l’arbre sur ce monticule.
  • Mettre en place un tuteur (cela évitera de blesser les racines avec le tuteur si on le plantait après l’arbre).

En savoir plus sur la fertilisation des arbres fruitiers

 

Planter un arbre fruitier

  • Juste avant la plantation, couper nettement les racines abîmées. Si possible, praliner les racines dans une bouillie de terre argileuse, de bouse et d’eau. Ce pralinage favorise la reprise.
  • Planter hors période de gel, de préférence par une belle journée un peu fraîche mais ensoleillée…
  • Étaler les racines de part et d’autre du monticule.
  • Recouvrir d’abord avec la terre de profondeur (mise de côté lorsque l’on a creusé le trou) mélangée à un peu de compost.
  • Combler le trou avec la terre de surface également mélangée à du compost.
  • Maintenir le collet ou le point de greffe juste au dessus-du niveau du sol.
  • Tasser avec les pieds juste autour du plant.
  • Arroser copieusement au pied après la plantation, même s’il pleut.
  • Pailler.

Beaucoup rabattent les scions à la plantation..moi non ! La formation des arbres fruitiers, voilà sans doute là le sujet d’un prochain article…A bientôt.

Vos commentaires et encouragements font toujours plaisir.

 

Et si vous avez besoin de conseils, précis et adaptés à vos conditions de culture, pour la plantation ou l’entretien de vos fruitiers, cliquez simplement ici.

    • Je ne sais pas comment pouvoir vous remercier à la hauteur de toutes vos informations! C’est vraiment génial!!
      Merci!! Merci énormément pour votre générosité!
      Meilleurs voeux pour cette nouvelle année, quelle vous apporte encore plus que vous donnez!

  • Bravo pour cet article d’arboriculture et je dois dire qu’en tant que spécialiste en arboriculture (BTAG), il n’y a rien à redire. Mon truc, c’est l’olivier, plus de ma région. Bonne continuation !!

    • bonjour,

      j’aimerais savoir si l’on peut planter un citronnier près d’un cerisier. Et si oui, quelle distance dois-je respecter?

      Merci d’avance.

      • Bonjour Nicole,

        Déjà tout dépend de la région dans laquelle vous habitez.
        Si vous habitez dans le midi, pas de problème, mais le cerisier est un grand arbre. Aussi, plantez le citronnier à au moins 8 mètres et au sud du cerisier.
        Par contre dans les autres régions, planter un citronnier en pleine terre est risqué (gel). Mieux vaut alors le garder en grand container et le rentrer sous une véranda ou derrière une baie vitrée en hiver…

        Espérant avoir répondu à votre question.

        Cordialement,
        Gilles

  • Bonjour à tous,
    Merci pour vos commentaires encourageants.
    Joe, si ça te dis, je suis preneur d’un article sur la culture de l’olivier. Pour proposer un article sur le blog, il suffit de s’inscrire comme contributeur (cliquer ici)
    Bonne journée à tous

  • Que conseillez vous comme ‘nourriture/engrais/fertilisant bio’ un an après et au delà de la plantation de scions ( pomme,poire, prune abricot) à l’automne et au printemps.Sur les différents sites et livres de potager bio on lit tout et son contraire…
    Merci pour votre excellent site et article

    • Bonjour Stephan,

      Il m’est difficile de répondre à cette vaste question à travers un simple commentaire…Mais je te remercie de l’avoir posée; elle me donne une idée d’article…

      Pour résumer, je dirais que les divers éléments nutritifs présents dans le sol ont besoin de matières organiques pour être assimilables par les arbres.

      Un bon compost (apporté en quantité importante au pied de l’arbre à la plantation puis tous les 2 à 5 ans, selon la richesse du sol) aidera à libérer les éléments nutritifs et constituera en même temps l’essentiel de la fertilisation.
      Des compléments organiques riches en azote, en potasse (cendres de bois) ou phosphore peuvent parfois être nécessaires en cas de carence observées.

      Mais tout ceci demande beaucoup plus d’explications et de précisions…dans un prochain article, promis !
      Si vous souhaité à être informé dès la parution de cet article, vous pouvez me suivre en vous abonnant au commentaire, à la lettre d’information ou encore aux réseaux sociaux…
      A bientôt

    • Bonjour Marie-Christine,

      Merci pour cette question; la précision manquait.
      Un badigeon est un enduit que l’on applique sur le tronc et les grosses branches d’un arbre dans un but de protection, notamment contre les maladies cryptogamiques.
      En l’occurrence, le badigeon préconisé à l’automne est un enduit liquide à base d’argile, de bouse de vache et de petit lait ou de silicate de soude.

      Bonne journée,
      Gilles

  • Bonjour,

    je souhaiterais offrir un arbre fruitier à mes parents pour planter dans leur jardin à coté de Sarlat et voyant que vous êtes de Dordogne vous me semblez l’expert pour répondre à la question de novice suivante.
    Quel type d’arbre fruitier serait le plus adapté pour cette région ?
    Sachant que mes parents n’habitent pas Sarlat mais y passent une grande majorité de leurs week ends et vacances (ce qui peut être un problème lors des gélées et chaleurs?)

    Merci d’avance pour votre aide et bravo pour ce site très instructif.

    • Bonsoir Paul,

      Je ne peux malheureusement pas répondre à cette question sans connaître la nature du sol (variable d’un endroit à un autre) : argileux ou sableux ? Calcaire ou acide ?
      Je peux simplement vous dire que les noyers sont couramment cultivés dans la région, comme beaucoup d’autres espèces fruitières : pommiers, cerisiers, pêchers, noyers, plaqueminiers (kaki), poiriers…

      Merci pour vos encouragements,
      Gilles

      • Bonsoir et merci pour cette réponse (très) rapide.
        Aïe pour la nature du sol… Les seules informations potentiellement utiles que je peux fournir sont qu’il y a déjà un pommier qui s’épanouie, un jeune cerisier, un figuier immense ainsi qu’un kiwi qui donnent tous des fruits…
        Pensez vous qu’un poirier aurait sa chance ? Une variété en particulier?

        Désolé si c’est redondant avec ma première question et que vous ne pouvez pas répondre formellement !

        Merci d’avance.

        Bonne soirée

        • A priori, si toutes ces espèces sont bien adaptées, le sol doit être plutôt bien équilibré et la plantation d’un poirier peut être envisagée.
          Je ne peux pas contre pas plus me prononcer sur une variété particulière…

          Bonne fin de soirée à vous
          Gilles

  • j’ai tailler sévèrement mon citronnier car certaine branche sont noir de pollution ,Est-ce la solution,et après combien d’annee mon cerisier me donnera des fruits

  • Bonjour Victor,

    Pour le citronnier, êtes-vous bien certain qu’il s’agit de pollution ? Ne serait-ce pas plutôt une maladie ?
    En tout cas, ne sachant pas exactement de quoi il s’agit, je ne puis vous dire si la taille effectuée suffira ; mais s’il s’agit d’une pollution environnante, il n’y a pas de raison que cela ne se reproduise pas à nouveau…

    Les cerisiers donnent quelques fruits à partir de 6 – 8 ans, mais il faut une bonne dizaine d’années pour une production correcte.

    Cordialement,
    Gilles

  • Bonsoir,
    J’ai planté deux boutures en 2010 de prunier d’ente mais pour l’instant je n’ai pas encore eu de fleur. Faut il attendre encore ? et combien d’année ? Sachant que les arbres ont tres bien poussé qu’ils sont sur un sol argileux et assez bien exposé.

    • Bonjour,

      Il faut patienter : si votre prunier ne fleurit pas et qu’il se développe correctement tout va bien ; et il n’éprouve donc pour le moment pas le besoin de se reproduire… la première floraison et les premiers fruits devraient arriver dans les 2 ans à venir…

  • Bonjour Gilles,

    Comme je te l’ai dit dans “l’Espace Privilège”, j’ai acheté, l’automne 2013, 2 abricotiers et 2 pêchers qui vivent leur vie normalement. L’un des pêchers a même produit quelques fruits cette année.

    Ce que je ne t’ai jamais dit, c’est que lorsque nous avons acheté ici, en 1995, il y avait beaucoup de travaux avant d’y habiter. Ils a fallu 5 ans et pas mal de coups de main pour en venir à bout.

    Alors j’ai pensé, en 95, que si j’attendais d’avoir terminé les travaux, je ne serais pas près de déguster des fruits. J’ai donc planté des pommiers, des poiriers, un noyer, des pruniers et des cerisiers, un cognassier… Ce qui fait qu’à notre arrivée, la nature avait fait son travail et nous avons bien profité de ces arbres. Et maintenant, à chaque fois que j’en ai l’occasion, je plante et je plante.

    Passe une bonne journée.

    Yvon.

  • Bonjour Gilles,
    Bravo pour cet article plein de bons conseils.
    Si l’on veut planter les arbres en respectant les rythmes lunaires vaut-il mieux les mettre en jauge en attendant ou directement dans le trou définitif pour leur donner la bonne information ?
    Merci d’avance,
    Laurent

  • Bonjour,

    Ma mère vient de se faire livrer 25 arbres fruitiers d’anciennes variétés an racines nues il y a à peine deux jours.

    Elle tient à ce que je les plante le plus vite possible pour éviter qu’ils ne s’abîment.

    Je m’apprête donc à le faire demain en me posant la question de l’incidence de ne pas respecter le délai du bon mois concernant le trou à réaliser en avance. Pourriez-vous m’éclairer là-dessus ?

    Par ailleurs si l’incidence est réellement néfaste que faut-il faire des plants en attendant svp ?

    Merci d’avance pour vos éclaircissements.

    Je profite de ce commentaire pour vous dire que j’ai parcouru beaucoup de sites Internet expliquant les méthodes de plantation et que j’ai décidé de choisir la votre qui me paraissait la plus claire, la plus cohérente et la plus proche de mes valeurs de travail.

    Bonne journée,

    Gabriel

    • Bonjour Gabriel,

      L’intérêt principal de creuser le trou à l’avance est de pouvoir le faire dans de bonnes conditions (si vous creusez maintenant par exemple j’ai bien peur que la terre soit détrempée, ce qui n’est pas idéal), et d’être ainsi prêt au moment voulu…
      Second intérêt : si l’on incorpore de la matière organique non décomposée (compost pas vraiment mûr, autres engrais organiques) est de permettre aux micro-organismes d’entamer leur travail de décomposition.
      Ce n’est donc pas impératif, mais mieux à mon sens.
      Donc, s’il s’agit de plants à racines nues, mettez-les en jauge dans du sable en attendant la plantation.
      S’il s’agit de plants en containers, gardez-les tels quels à l’extérieur…
      Bonne journée à vous,
      Gilles

  • bonjour, j aimerais savoir si on peux planter un arbre fruitier en été (juin -juillet ) car je part dans le sud dans une nouvelle maison cet été , et quel arbre choisir pour planter a cette période , si possible merci

  • bonjour, j’ai planté il y a quatre ou cinq ans, un pommier, mais (honte a moi !!!) je n’y est jamais prêté attention ,pour diverses raisons et surtout par manque d’intérêt pour les travaux extérieur. mais depuis quelques mois j’ai pris gouts a mon petit verger et j’y passe beaucoup plus de temps. je suis donc un débutant. ce petit pommier a pousser de travers car je n’avais pas pris le soin de mettre un tuteur, alors je me demande aujourd’hui comment y remédier. et remettre dans le droit chemin mon petit pommier et moi?

  • Bonjour et merci pour toutes ces infos.

    Je reviens juste sur le fait que la matière organique n’a rien à faire au fond d’un trou avant plantation, c’est au contraire à long terme néfaste et provoque la nécrose des racines profondes qui elles, sont là, non pas pour puiser des nutriments liés à l’humus ou au complexe argilo-humique mais pour broyer les roches, en puiser les oligo-éléments et créer justement, l’argile.

    La matière organique se pose en surface sous un paillis par exemple, comme en forêt et sera absorbée par les racines de surface, située juste en dessous de la surface du sol.

    Merci encore !

    • Bonjour Xavier,

      Merci pour cette participation.
      En effet, cette pratique est remise aujourd’hui en cause par certains (notamment Claude Bourguignon).
      Je serais d’accord si nous parlions de matières organiques non décomposées… mais je maintiens pour le compost (mûr en tout cas, je serais par contre moins affirmatif pour du demi-mûr…) mélangé à la terre.
      Ce compost, immédiatement disponible, est là pour favoriser la reprise, sachant que la qualité de celle-ci est décisive pour l’avenir de l’arbre…
      Et j’ai toujours planté ainsi et n’ai jamais observé de nécrose (certains arbres ont plus de 20 ans et sont en parfaite santé…).
      Vous parlez des racines profondes et vous avez raison, mais ces racines vont de toute façon plonger peu à peu plus en profondeur et effectuer le travail que vous décrivez, sans que le compost initialement apporté ne nuise à cela.

      Bonne journée,
      Gilles

  • Bonjour Gilles,

    quel plaisir que de parcourir ce recueil de conseils !
    J’aurais une petite question concernant la plantation de scions ayant déjà 1m30 en dessus du collet, destinés à être cultivés en cordons, et que je n’ai pas envie de raccourcir et dont je ne connais pas l’origine sans doute … douteuse.

    Est-il envisageable de les planter inclinés à 45° afin de faciliter la mise en forme?
    Pourquoi cette question? …. j’habite sur une petite ile de l’archipel des Açores, extrêmement ventée (et arrosée), je me dois de cultiver le plus près du sol pour pouvoir abriter les cultures le plus possible, par des murets et films tressés à la mauvaise saison… qui dure six mois…

    Merci de votre blog si riche !

    Un cordial bonjour du milieu de l’Atlantique !

    Bubulle

  • Bonjour Bubulle (et à tous les habitants des Açores)

    Tout ce que je peux dire, c’est que de mener des fruitiers en cordon implique inévitablement de les tailler… De simplement les pencher – c’est possible, mais pas forcément recommandé- n’y changera à mon avis pas grand chose.

    Cordialement,
    Gilles

  • bonjour,
    nous venons d’acheter un abricotier en pot, et avec mon mari, nous ne sommes pas d’accord pour la plantation. Je pense qu’il faut attendre novembre pour le planter, et le soigner dans son pot jusque là; mon mari pense qu’on peut le planter en ce moment…
    que nous conseillez vous??
    merci par avance pour votre réponse 🙂

  • merci beaucoup pour votre réponse ultra rapide!
    je vais donc prendre soin de mon abricotier en attendant de le planter au mois de novembre 🙂
    Cordialement, Christiane

  • Bonjour,
    C Charles depuis la république démocratique du Congo, coordonnateur de ONGD Aimer et Servir et membre du noyau de restauration des forets ( NOREF)/AWF à Basankusu , cette question est belle mais elle dépend de l endroit.

  • Bonjour,

    Je souhaiterai deplanter puis replanter un pecher qui fait deja 1m/1M50 de hauteur.
    Je voudrais le replanter dans mon potager.Je voulais savoir si cela etait possible? Si les racines ne seront pas trop envahissantes? Si il n’y aura pas de risque pour mes plantation de legumes autour de cet arbre?

    Merci d’avance pour votre retour

  • Bonjour Gilles,
    J’ai acheté il y a une semaine un plaqueminier ainsi que 3 kiwis en pots ; j’habite en Nord-Isère;nous sommes le 2 décembre, il y a de la neige et il gèle chaque nuit et bientôt la journée.
    Dois-je laisser ces plantes à l’extérieur en attente de plantation ?( Je crains que les racines gèlent.)
    Combien de temps peuvent-elles supporter le fait de rester en pot avant la mise en terre?
    Merci de votre réponse
    Cordialement,
    Colette.

    • Bonjour Colette,
      Les kiwis ne gèleront pas comme cela… vous pouvez très bien pailler le pot pour protéger les racines du gel.
      Après, pour la durée de stockage, ça va dépendre de la taille du pot et du substrat utilisé (plus ou moins riche). Cela dit, en hiver l’arbre ne se développe pas… donc normalement, vous pouvez attendre sans problème un redoux pour planter.
      Cordialement,
      Gilles

  • Bonjour et merci pour toutes ces informations. Je ne suis plus toute jeune et je viens seulement de m’installer à la campagne . J’aimerai quand même ne pas trop attendre pour pouvoir goûter mes fruits :-). Que pourriez vous me conseiller à 900m d’altitude?;Bonne journée

  • Bonjour j’ai un terrain au Burkina Faso, ici on a les manguiers, les karités,des agrumes,des pommiers, des poires etc.
    Je pensais à des amandiers?
    Il n’y a pas de pêchers, brugnons etc.
    Cordialement JC FRESSAIX