Essai BRF : l’Epandage

Mon chantier BRF continue. Après le broyage des 28 et 29 janvier 2013, je passe aussitôt à la phase d’épandage…Il est en effet conseillé d’épandre le BRF rapidement après le broyage, pour éviter qu’il ne commence à fermenter en tas (je constate d’ailleurs que le BRF broyé il y a 2 jours chauffe déjà !).

 

Opération Epandage BRF (30 et 31 janvier 2013)

 

Conditions d’épandage du Bois Raméal Fragmenté :

Un peu de compost sous le BRF pour éviter la faim d’azote.

type de sol : sol d’alluvions(vallée de la Dordogne), profond,  sablo-limoneux, avec un ph proche de la neutralité (6.5 à 6.8 selon les parcelles et les différentes mesures effectuées). Terres en jachères pendant 15 ans, puis en bio depuis 3 ans (apports réguliers de compost et mulching).

sol très humide (180 mm de pluie en janvier) lors de l’épandage (en extérieur).

– conditions climatiques presque printanières le premier jour, avec un soleil légèrement voilé et des températures allant de 10°C à 9 h (début de l’épandage) à 16°C au plus chaud de la journée. La deuxième journée d’épandage est plus grise et légèrement pluvieuse le matin, puis le soleil est au rendez-vous dans l’après-midi avec une température très douce pour la saison.

– apport de compost préalablement à l’épandage (pour éviter la faim d’azote).

– tuyaux gouttes à gouttes placés sur le compost avant épandage du BRF

 

Epandage du BRF :

Une brouette de BRF parmi tant d’autres…

transport à la brouette pour éviter le tassement inévitable avec le tracteur sur sol mouillé (j’ai commencé à compter le nombre de brouettes mais me suit perdu en chemin…)

– épandage en surface sur environ 5 cm d’épaisseur.

– compte tenu d’un épandage relativement tardif dans la saison (risque de faim d’azote si incorporation), mais aussi parce que je penche naturellement plutôt pour cette option, je décide de ne pas incorporer le BRF au sol.

 

Bandes de cultures choisies pour l’essai BRF :

J’ai choisi 2 emplacements ayant des conditions très différentes pour mes essais de BRF :

BRF et salades sur mulch sous la serre froide.

– le premier est sous serre froide  (précédents culturaux : tomates depuis 3 ans ; salades, épinards et radis en hiver ; carottes primeurs au printemps) : épandage sur 2 bandes destinées à la culture des tomates (une pour les tomates précoces dont la plantation est prévue courant mars ; l’autre pour des tomates de saison qui seront plantées début mai).

A noter que 2 autres bandes sont couvertes (avec des coupes d’herbes spontanées) depuis 2 ans. J’aurais ainsi un point de comparaison entre mulch traditionnel et BRF.

– le deuxième est en extérieur à exposition plein sud. Après une culture de salade le sol a été travaillé au cultivateur en fin d’automne. J’hésite encore quant à la culture qui y sera implantée (pommes de terre nouvelles avec voile de protection ou aubergines). Le sol est profondément humide…

 

Rendez-vous dans un mois pour observer l’évolution du BRF…

    • Bonjour Pépé,

      Merci pour le compliment.
      En effet, je cultive environ 8000 m2 et fournis ainsi une trentaine de familles en légumes bio de saison.
      Vivement la retraite que je puisse repasser à une surface moins importante !

  • Ayant pu refaire un peu de BRF, j’ai ajouté 2 bandes à mes essais : une sous serre pour une culture de concombres, l’autre en extérieur (ainsi je pourrai tester les aubergines et les pommes de terre nouvelles).
    A bientôt pour les premières observations (apparition des champignons si tout va bien)

  • Wow, je suis un novice en matière de jardinage, je viens de découvrir ce blog, je pense que j’ai trouvé mon bonheur , bonne récolte à tous! pourvu que le soleil soit de la partie!!

  • Bonjour Gil et merci pour ce blog,

    Je decouvre le blog et il me semble que j’ai raté le début.

    Je viens de broyer des branches d olivier et je pensais le composter .

    Merci de m’expliquer comment l’utiliser.

    Doit on l’incorporer dans la terre, ou couvrir les graines de semis ou les pieds de plants avec l’BRF.

    Peut on broyer toute l’année ou y a t’il des periodes pour cela.

    Faut il l’utiliser frais .

    Merci

  • Bonjour Gilles,

    Je suis au sud de toulouse, j’ai une petite surface ou j’ai planté des tomates et avant la retraite je prépare pour agrandir mon futur potager ~50m2. Après avoir lu beaucoup de choses sur le BRF, j’ai cherché a m’en procurer (du bon, du feuillu, cad pas celui du bord de route) impossible! (déchetteries, lieu de compostatge, élagueur…). Donc j’ai récupéré de la paille et je suis en train de recouvrir ma parcelle de 4à5cm de compost fin acheté en vrac dans un site de compostage + 20 cm de paille de blé. j’ai aussi quelques sacs de BRF composté (tilleul) ma question sur son utilisation:
    1)légère couche de BRF entre le compost et la paille,
    2)couche de compost + BRF
    3)BRF + paille.

    Merci pour votre réponse
    Cordialement

    • Bonjour Lompian,

      Les 3 solutions sont envisageables. En fait, tout dépend de l’utilisation du support de culture :
      – compost + BRF + paille (j’y ajouterais des matériaux verts (herbes coupées, résidus du jardin) = principe des lasagnes : support destiné aux cultures exigeantes ;
      – compost + BRF = substrat riche en matières organiques, à décomposition lente (le compost corrigera la faim d’azote éventuellement engendrés par le BRF)- formation d’humus, effet paillage ;
      – BRF + paille : assimilation encore plus lente. Substrat adapté aux cultures pérennes (fruitiers, petits fruit, asperges, vivaces…)