J’installe une ruche dans mon jardin

« J’installe une ruche dans mon jardin ! »
J’aimerais bien, mais ça ne sera pas pour tout de suite… même si la lecture du livre du même nom paru chez mon partenaire Terre Vivante m’en donne encore plus envie…

Les auteurs, Claude Merle et Rémy Bacher, nous présente un ouvrage pratique très utile pour ceux et celles qui auraient envie de se lancer dans cette superbe aventure qu’est l’apiculture.

Je vous propose ici un petit survol des sujets qui y sont abordés…

 

La Vie Passionnante des Abeilles

Dans un essaim, les rôles sont parfaitement répartis :

  • La Reine, pouvant vivre jusqu’à 4 ans, assure la reproduction (jusqu’à 2000 oeufs pas jour en pleine saison !).
  • Les ouvrières, à la durée de vie beaucoup plus courtes (35 à 40 jours), voient leurs tâches évoluer au fur et à mesure de l’âge : elles commencent par être de ménagère, deviennent ensuite nourrice des larves, puis bâtisseuses, manutentionnaires, ventileuse et enfin butineuse,  avant de s’éteindre au bout de 35 à 40 jours de dur labeur…
  • Les mâles (faux bourdons) sont uniquement cantonnés, pour ceux qui y parviennent à la fécondation des reines… ce qui leur coûtent d’ailleurs la vie.

Outre des détails passionnants sur les membres de la communauté, le livre présente, de façon très claire, les différents produits des abeilles : le miel, le nectar, le pollen, la cire, le propolis, et bien sûr la gelée royale.

L’Installation d’une Ruche

La réussite d’une activité apicole, quelle soit exercée en amateur ou en professionnel, dépendra en premier lieu d’une bonne installation.

Essaim sauvage s'installant dans un mur, chez moi...
Essaim sauvage s’installant dans un mur, chez moi…

Grâce à la lecture de ce livre, sous saurez tout de l’emplacement idéal pour votre ruche, de la conception et même de la restauration d’une ancienne ruche.

Vous pourrez aussi apprendre à récupérer un essaim sauvage dans de bonnes conditions…

L’Entretien au Fil des Saisons

Avec ce chapitre, nous entrons vraiment dans le vif du sujet.

Apiculteurs au travail (crédit : http://www.unaf-apiculture.info/)
Apiculteurs au travail (crédit photo : http://www.unaf-apiculture.info/)

Saison par saison, des travaux d’entretien en période de repos aux récoltes, chaque tâche à effectuer est détaillée et illustrée de façon très pédagogique.

Un tableau récapitulatif, mois par mois, vous permettra de vous y retrouver facilement le moment venu…

La Protection Naturelle des Abeilles

Tout le monde a entendu parlé du varroa, ce parasite responsable d’une importante mortalité dans les ruches… mais ce n’est pas le seul souci que peut rencontrer un apiculteur ; il y a aussi la maladie du couvain, le frelon asiatique… et j’en passe.

Là encore des conseils pratiques et naturels vous permettront de démarrer l’aventure en ayant pris toutes les précautions possibles.

Les Abeilles au Jardin

La pollinisation

Une bonne pollinisation est indispensable à la formation des fruits...
Une bonne pollinisation est indispensable à la formation des fruits…

Outre le bon miel qu’elles vous fourniront gracieusement (du moins si vous les respectez), les abeilles jouent un rôle prépondérant dans la pollinisation des plantes cultivées… sans elles, et autres insectes pollinisateurs, pas de fécondation et donc pas de graines, donc pas de reproduction possible pour la grande majorité de nos aliments végétaux… les fruits mal formés (l’exemple de la courgette – figurant dans le livre – est très explicite) sont également souvent la conséquence d’une mauvaise fécondation.

Ces insectes sont donc absolument indispensables à notre propre alimentation.

Les Plantes mellifères

Abeille dans véronique petit-chêne
Abeille butinant dans véronique petit-chêne

Que vous ayez décidé d’installer une ruche dans votre jardin ou tout simplement pour y attirer les abeilles, cultiver des plantes mellifères est un choix judicieux.

Plantes aromatiques, légumes, fleurs, fruitiers, arbustes et arbres d’ornement… vous connaîtrez toutes les espèces particulièrement mellifères !

 

Bref, complet, superbement illustré, ce livre est sans nul doute appelé à devenir une référence en la matière.  Mais feuilletez quelques pages pour avoir un aperçu de ce qui vous attend…

 

 

Vous pouvez commander le livre « J’installe une ruche dans mon jardin » en cliquant ici (je touche alors une petite commission contribuant aux frais liés à ce blog…)

Vous pouvez également le commander directement sur le site de Terre Vivante (je ne touche rien mais c’est très bien aussi !)

 

 

Vous recherchez du matériel pour l’apiculture ? Cliquez ici

  • Bonjour Gilles,
    Je pense installer une ou plusieurs ruches chez moi, mais faute de temps, ce ne sera pas pour cette année.
    Comme tu le dis dans ton article, la présence d’abeilles dans un terrain augmente sensiblement la pollinisation, j’ai pu le constater chez des jardiniers apiculteurs, qui avaient des rendements formidables.
    Et quel plaisir de récolter et de partager son propre miel. Bien entendu, dans le strict respect des abeilles.
    Merci pour cet article. Le livre que tu conseilles me parait bien fait.
    A bientot.
    Ludo

  • Bonjour,

    C’est certainement une excellente idée d’installer une ruche au jardin. Il faut le faire !
    J’ai franchi le cap au mois de mai de l’année passée.

    Initialement, je pensais me lancer sur base d’une après-midi de conseils auprès d’un voisin apiculteur. J’avais également lu plusieurs livres sur le sujet (mais pas celui que tu proposes).
    Je me suis rapidement rendu-compte qu’il existe autant de façon de le faire que d’apiculteurs.

    Personnellement, je conseillerai en plus des livres, de suivre une formation sur le sujet. Il faut, selon moi, « mettre ses mains dans une ruche » avant d’en acquérir une 😉

    C’est ce que j’ai fait, une formation de 10 leçons de 4hr par des passionnés, ce qui permet, en plus d’apprendre, d’échanger des pratiques, de visiter d’autres ruchers, de commander du matériel en groupe, de bénéficier d’une aide à proximité…
    Ce n’est pas forcément prohibitif, cela m’a coûté le prix d’un gros bouquin, 50 euros, un bon investissement je crois.

    Selon les techniques envisagées, les coûts peuvent devenir très rapidement importants et les erreurs nombreuses… sans tenir compte de l’obligation que nous avons d’offrir les meilleurs conditions à nos amies les abeilles… évitons les manipulations qui les mettent en danger !

    Si cela peut aider, j’ai modestement publié quelques articles sur le sujet sur mon blog : http://nature-simple.com/?s=abeille

    Bonne continuation et beaucoup de succès avec les abeilles,

    Olivier

  • Bonjour Gilles,
    Je voudrais vous dire de ne pas vous précipiter pour choisir vos ruches et de bien vous informer sur les différentes manières d’apicoler, et sur les différentes ruches existantes.
    J’ai pris des cours d’apiculture mais, comme dans de nombreux pays, beaucoup d’apiculteurs ne travaillent qu’en Dadant, et d’après la photo de couverture du livre de vos amis, eux aussi sont en Dadant.
    Personnellement j’ai toujours défendu la ruche de l’abbé Emile Warré, dite ruche populaire ou ruche écologique et je possède aujourd’hui 5 de ces ruches qui se portent très bien.
    Outre le livre de l’Abbé Warré « L’apiculture pour tous » qui devient sur certains points un peu désuet (possibilité de le télécharger sur le net – contribution libre -), l’ouvrage le plus intéressant et le plus complet est :
    « L’apiculture écologique de A à Z » de Jean-Marie Frèrès et Jean-Claude Guillaume. Conduite du rucher merveilleusement expliquée et plans de construction idem. Cette manière d’apicoler repose principalement sur le respect de l’abeille, par exemple ne prendre que le miel excédentaire à leurs besoins donc les nourrir le moins possible mais s’il le faut, ne jamais utiliser le sucre mais du sirop miel-eau. Le site « ruchewarré.net » est excellent.
    Voilà, j’avais envie de vous faire part de ma façon de voir l’apiculture..
    Un tout grand merci pour votre site et votre newsletter.
    Bien à vous,
    Cos

  • Bonjour à tous, je pense qu’il est nécessaire de connaître les bases d’un apiculteur avant d’acquérir une ruche. Ne pas oublier non plus le travail formidable en matière de pollinisation des abeilles sauvages qui viennent chez vous moyennant des plantes mellifères ou mieux un tilleul! Par bonheur j’en possède deux plantés par les générations précédentes et dès le mois de juin c’est la folie le nombre d’abeilles qui les envahissent; le potager est à moins de vingt mètres.
    Cordialement à tous et encore un grand merci à Gilles pour ce blog des plus passionnant

    • j’ai un gros tilleul, le seul du coin, avec de nombreuses butineuses,
      je ne suis pas capable d’avoir un vrai jardin (mal au dos et peu de connaissances) je ne mets que notre compost, nous faisons quelques tomates courgettes p de terre , ail , persil, et plantes aromatiques, potirons, et quelques fleurs
      pour une ruche je vais demander à un apiculteur local si ça l’intéresse d’en laisser une pour son compte

  • Bonjour Gilles,

    J’ai eu l’occasion également de lire ce livre et je l’ai vraiment trouvé super : très simple (ce qui est nécessaire si l’on débute dans le monde apicole ^^) et instructif !

    A bientôt !

  • Je suis un peu hors sujet mais si tu veux mettreà sa place no problème.
    Je m’inquiétais du dédain des abeilles pour les cerisiers, colzas, pissenlits, etc … alors quelles adorent ça.
    J’en ai discuté avec un paysan qui me dit qu’en ce moment il n’y a plus rien à butiner car ça confirme mes observations, ainsi que celles de beaucoup d’apiculteurs. Mème les abeilles des ruches sous les pommiers et cerisiers ne montent pas dedans. Il parait que les fleurs sont sèches : pas de nectar, ni pollen. En as tu entendu parler ? Est ce possible ?

  • Bonjour

    Ayant récemment fait un stage de deux jours sur la ruche Warré, j’ai pu comparé avec le travail de mon père ( apiculteur amateur depuis vingt ans sur ruche Dadant )
    La Warré n’offre que des avantages en termes de manipulations, du respect des abeilles et d’un cadre de vie pour elles au plus proche de ce qu’il y a à l’état naturel.
    Lors du stage nous avons manipulé des ruches sans avoir mis nos protections et aucuns des participants n’a été piqué.
    Si vous souhaitez aller vers ce type de ruche, une rapide recherche sur le net sur le site de Gilles DENIS sur la Warré, il expérimente aussi les ruches paniers, Kenyane, etc . . .
    Il apporte ses propres modifications en fonction de ses observations et de sa pratique. Son approche et son expérience sont très intéressantes.

    Le plus difficile étant maintenant de trouver un essaim. Les saisons sont un peu chamboulés et les abeilles s’y perdent. L’achat d’essaim est devenu un véritable business. Avec des prix prohibitif quand on sait que l’essaim ne tiendra peut être pas l’hiver ou aura déserté. Phénomène de plus en plus fréquent.

    Bon week-end