Ma façon de jardiner bio

Cette semaine, j’ai l’honneur d’accueillir Yannick sur mon blog. Webmaster du blog Au Potager Bio, Yannick a en effet souhaité publier un article sur mon blog. Je l’en remercie vivement et convie les amateurs à en faire autant (Pour ce faire, inscrivez-vous comme contributeur du site)

Gilles.

 

Bonjour à toutes et à tous. Tout d’abord, je souhaite remercier Gilles d’avoir accepté ma demande d’article et je vais tenter d’être à la hauteur de son professionnalisme. Pour vous faire une petite présentation, je m’appelle Yannick HIREL, l’auteur du blog Au potager bio. Je suis devenu au fur et à mesure un passionné d’environnement mais plus précisément de jardinage écologique car il s’agit pour moi d’une bonne combinaison entre connaissance de la nature et renouement avec elle mais également et ne n’oublions pas un bon moyen de se nourrir sainement.

Mais aujourd’hui, je suis là pour vous parler de ma façon de jardiner sans produits “chimiques” et donc de tout ce qui en découle pour remplacer les traitements non naturels.

Faire un jardin “pas propre”.
Certains jardiniers veulent des jardins bien rangés et une pelouse propre sans aucune herbe indésirable ne poussant afin d’avoir un visuel certes très sympathique mais détruisant l’équilibre naturel qui peut se mettre en place.

Pour ma part, j’adhère totalement avec cette idée du jardin “pas propre” mais cela pour une raison car je n’ai pas l’habitude de faire des choses sans les comprendre ; ayant un petit potager et choisissant la voie naturelle en préférant des produits fait maison et tolérés en agriculture biologique ainsi qu’en pensant sincèrement que l’impact environnemental est nul, il nous faut à nous autres jardiniers “bio” des moyens de substitutions et l’un d’eux est bien de favoriser les auxiliaires venant se nourrir par le biais de ce petit coin “pas propre” en y trouvant refuge et constituant l’équilibre naturel permettant de contrôler les attaques de nuisibles au potager sans que la main de l’homme n’intervienne.

Bien entendu, des déséquilibres peuvent malgré tout se produire alors dans ce cas lorsque je vois qu’il y a un réel impact sur la croissance du fruit ou du légume et que mon seuil de tolérance est arrivé je pense que nous pouvons nous permettre d’utiliser des produits naturels sans pour autant pratiquer l’obscurantisme.

Pour synthétiser ma pensée :

Le fait de supprimer l’utilisation de produits nocifs permet plusieurs choses.

Tout d’abord de favoriser la biodiversité en faisant semblant que la nature contrôle le jardin par le biais des fleurs spontanées. En faisant cela nous attirons bon nombre d’insectes  et animaux venant se nourrir et trouver refuge favorisant ainsi l’équilibre du jardin et protégeant de ce fait nos futurs fruits et légumes.

Ainsi un équilibre se met en place petit à petit et au fil des années permettant de contrôler les potentielles attaques de nuisibles, sans pour autant les éliminer complètement car ils font eux aussi partie intégrante de la biodiversité ; chercher à les éradiquer ne provoquerait-il pas également un déséquilibre ? D’ailleurs, pour ma part, je favorise la venue de certains d’entre eux comme les limaces en laissant quelques planches entreposées qui deviendront leurs abris (et franchement je n’ai eu qu’ une tête de salade de mangée sur les douze plantées au départ).

Le dernier point positif à jardiner sans chimie et qui est aussi l’un des plus important pour notre avenir est que nous préservons la richesse des sols et léguons à nos enfants une terre propre et saine prête à être cultivée ; mais sur ce point je pense que Gilles est bien plus compétent que moi qui ne suis qu’un amateur passionné de jardinage.

Pour conclure
Il est vrai que de jardiner de cette façon peut parfois sembler compliqué entre la connaissance des espèces végétales ou animales mais je trouve cela tellement passionnant d’apprendre de la nature et de se sentir en harmonie avec elle que franchement ça vaut le coup pour les futures générations qui vont suivre.

J’espère que cet article vous a plu et je vous remercie de m’avoir lu. Merci encore à Gilles de me publier pour ma part j’ai pris beaucoup de plaisir à le rédiger et à le partager avec vous.

Yannick « Au Potager Bio »