faire-ses-plants-legumes-bio

Faites vos Plants de Légumes Bio !

Une nouvelle année commence. Certains jardiniers ont déjà effectué les premiers semis au chaud.

Jeunes plants de tomate Gregory Altaï prêts à être repiquer
Jeunes plants de tomate Gregory Altaï prêts à être repiquer

D’autres s’y préparent. D’autres encore préféreront acheter leurs plants en pépinière. Et c’est précisément à ces derniers que s’adresse cet article (même si les jardiniers déjà expérimentés en la matière pourront peut-être y puiser quelques indications utiles).

Nous parlerons ici des plants pouvant être élevés en pépinière : tomates, aubergines, poivrons, melons, concombres, courgettes, courges, choux, salades, céleri…Notons que les semis direct en pleine terre donnent en général de meilleurs résultats. Le semis en pépinière reste utile pour certaines cultures à développement long (aubergines, poivrons céleris …) ou si l’on veut pouvoir récolter suffisamment tôt dans la saison (tomates, salades…).

En effet, produire ses propres plants présente de nombreux avantages…

 

Pourquoi faire ses plants de légumes ?

Réduire les Coûts

Les plants coûtent chers, vous l’avez sans doute constaté ?

Faire soi-même ses plants de légumes  permet de faire des économies non négligeables, d’autant plus si l’on fait son propre terreau et que l’on reproduit également ses graines.

Certes, si l’on souhaite produire assez tôt dans la saison, quelques investissement pourront s’avérer nécessaire, notamment pour l’achat ou la fabrication d’une enceinte de germination (voir l’article de Romain sur le blog Tous au Potager) ou encore d’une serre. Mais ces investissement somme toute raisonnables seront vite rentabiliser.


pub

Les plantations se font au bon moment

Souvent, les plants achetés en pépinière ont végété quelques temps. Ils ont également parfois subi des chocs thermiques ou hydriques, sans que vous ne le sachiez. Ces stress rendent leur reprise plus délicate.

En les produisant vous-même, vos plants pourront être mis en terre au stade de développement idéal, et vous aurez parfaitement contrôlé les conditions de développement.

Les semences s’adaptent à vos conditions de cultures

Nombre d’espèces légumières et de variétés anciennes (ce n’est pas le cas des hybrides) peuvent se reproduire fidèlement.*(voir la note en bas de page)

Une semence est vivante. Les graines issues de vos cultures s’adapteront chaque année un peu plus à votre terroir, ainsi qu’au climat de votre région.

Ainsi, elles deviendront naturellement plus résistantes aux maladies.

La satisfaction de faire sa culture de A à Z

Quelle joie de de voir une semence commencer à pointer le bout de son nez !

Quelle satisfaction de voir ce fragile plantule se développer de jour en jour !

Et quelle fierté de maîtriser une culture de bout en bout.

Allez, lancez-vous ! Je vais maintenant vous donner quelques conseils…

 

Comment faire ses plants de légumes ?

Les supports de cultures

Il est possible de faire son propre terreau, avec des feuilles mises en tas pendant 2 ou 3 ans par exemple. Un compost de plusieurs années ayant perdu ses pouvoirs fertilisants pourra également être utilisé comme terreau.

On trouve aujourd’hui dans toute jardinerie digne de ce nom des terreaux biologiques de qualité, certes un peu plus chers que les terreaux non bio (qui contiennent des éléments chimiques interdits en bio).

Les exigences des plantes varient selon leur stade de développement. Le substrat utilisé dépendra donc de ce stade.

Ainsi un terreau de semis devra être particulièrement léger (on peut y ajouter du sable), se réchauffer facilement (couleur noire) et ne pas contenir (ou très peu) d’éléments fertilisant : un compost insuffisamment mûr risque en effet de bloquer la germination.

Un terreau pour le repiquage devra par contre être apte à nourrir la plante jusqu’à sa plantation : il contiendra donc du terreau de plantation ou de repiquage (1/3) du compost mûr (1/3 environ) ainsi que de la terre du jardin (1/3).

Semer,

La réussite d’une culture est largement tributaire de la qualité du semis. La lumière, la température ainsi que la profondeur de semis jouent un rôle déterminant dépendant de l’espèce. Nous ne pourrons entrer ici dans les détails  (je vous suggère de consulter les  articles déjà parus sur les cultures potagères spécifiques, certains ont déjà été publié, d’autres sont à venir…).

Chacun a ses techniques : certains sèment directement en godet, d’autres préfèrent semer en terrine et repiquer les plants (parfois 2 repiquages). Vous adopterez l’une ou l’autre de ces pratiques en fonction du temps et l’espace dont vous disposez mais aussi de l’expérience que vous en aurez.

Semez à une profondeur de 0,5 cm pour les petites graines et jusqu’à 3 cm pour les plus grosses (On considère que les graines doivent être semées à une profondeur à peu près équivalente à 5 fois leur épaisseur).

Après le semis, tassez légèrement et arrosez avec un brumisateur. Maintenez humide jusqu’à la germination (sans noyer le terreau).

Tant que les températures extérieures sont basses (- de 20°C), les terrines ou godets de semis seront placés dans une pièce chaude de la maison (derrière un fenêtre exposée au sud dès que les plants sont sortis, sans quoi ils vont s’effilocher), dans une véranda chauffée, dans une enceinte de germination, dans une serre (attention aux nuits froides) ou encore sur une couche chaude.

Pour ce qui me concerne, je sème dans une terrine (fond percé) peu profonde remplie de terreau de semis (bio bien sûr) ; je repique ensuite les plants en godets…

Repiquer

Le repiquage favorise le développement du système racinaire.

Le repiquage en godets (1 plant par godet) s’effectue pour les tomates et les aubergines dès l’apparition des feuilles vraies (un repiquage plus tardif retardant la floraison) ; pour les autres légumes, au stade de 3 ou 4 feuilles vraies.

Mettez un peu de compost bien mûr au fond des godets pour aider au développement initial des plants puis complétez avec un mélange de terreau de repiquage (toujours bio évidemment) et de terre du jardin.

Eliminez les plants étiolés. Ils ne donneront rien de bon.

Ne tenez pas le plant  par la tige (vous risqueriez de les casser et de plus les parties “froissées” n’émettent plus de racines). Manipulez le plantule en le prenant sous les racines et mettez-le en place en le maintenant sous les racines (avec un peu de terreau autour) avec le pousse et l’index de l’autre main. Tassez bien autour de la tige.

 

Petite explication en image (je précise que je fais normalement ces manipulations à plat sur une table. J’ai dû procéder autrement pour vous permettre de voir…pas facile !):

 

 

Arrosez sans mouiller le feuillage. Laisser sécher le terreau avant d’arroser à nouveau (une humidité permanente peut entraîner des maladies).

Endurcir les plants

Quelques semaines avant la plantation, commencez à sortir vos plants pendant les belles journées afin de les acclimater aux conditions extérieures de culture.

 Bon semis à tous !

 

Note sur la reproduction des semences

*on distingue :

  • les plantes autogames (pollinisation du  pistil par le pollen de la même fleur) se reproduisent fidèlement sans risque de croisement (du moins le risque est extrêmement rare).
  • les plantes allogames (pollinisation du pistil par le pollen d’une autre fleur). Dans ce cas, les risques de croisement, et donc de dégénérescence de la variété sont importants. Des règles de distances (peu applicables dans un potager familial) doivent alors être respectées pour reproduire une variété en minimisant les risques de croisement. On peut également pratiquer la fécondation manuelle (voir par exemple mon article sur la reproduction des graines de courges).

 

Posez toutes vos questions et recevez des Conseils
détaillés et adaptés à vos conditions de culture

 

Be Sociable, Share!

39 réflexions sur “ Faites vos Plants de Légumes Bio ! ”

  1. Bonjour Gilles,

    des infos vraiment très utile !! Comme tu sais, j’ai réalisé mes premiers semis, et je rejoins beaucoup des idées que tu cite ici dans les avantages de faire ses propres semis.

    Ton article est très bien structuré et surtout très pédagogique, car, lorsque nous sommes débutants, il n’est pas toujours facile de comprendre toutes ces étapes importantes.
    Il manque peut être quelques photos explicatives sur le repiquage …

    Mais bon un détail qui ne change rien à la qualité de l’article.

    A très bientôt et merci.
    Yannick

    1. Bonjour Yannick,

      je te remercie beaucoup pour ton commentaire très encourageant.
      Concernant les photos, je n’ai pas encore fait de repiquage cette année (je viens juste de semer) et ne dispose donc pas de photos…mais j’essaierai d’en faire quand ce sera le moment…c’est une bonne idée !
      Bonne journée
      Gilles

  2. Bonjour à tous!
    Je sèmes mes tomates en mars, dans une mini serre chauffante,je les repique en godets puis en serre froide et enfin en pleine terre en mai.Je produit aussi mes plants de choux,poireaux et salades c’est relativement simple à faire et surtout peu couteux.
    Cete année,je vais essayer de me mettre à produire mes propres semences mais je manque d’experience en ce domaine,alors si vous avez des infos… J’ai visité le site Rustica ,ça me parait bien.

    1. Bonjour Joël,

      Merci pour ton témoignage.
      Je t’encourage vivement à produire toi même tes graines.
      Le site de Rustica donne en effet quelques informations intéressantes mais la production de graines est un domaine extrêmement vaste qui ne peut, à mon avis, être traité dans un simple article…
      Personnellement, j’ai sous la main le livre de Jéroôme Goust Le plaisir de faire ses graines que je te recommande…tu sauras tout sur le production des graines, plante par plante !

      Amicalement,
      Gilles

  3. Pour completer mon commentaire,je voulais parler d’une de mes experiences passées: j’avais acheté quelques plants de tomates et,au repiquage,aïe!;les plants on jaunis tout de suite malgrès le arrosages!
    Après je me suis rendu compte que cétaient des hybrides;mais je crois que ce n’etait pas l’unique raison.
    J”ai remarqué que,beaucoup de plants vendus présentent le phénomène de “feutrage” et cela doit surement poser des problèmes à la reprise.
    Je crois qu’il ne faut pas laisser les plantes trop longtemps en godets pour éviter cela.

    1. Le jaunissement est en effet la conséquence de plants ayant “végété”, le terreau des godets (même enrichi) ne suffisant plus à les nourrir.
      Quand le système racinaire couvre tout l’intérieur du godet, il est temps de mettre en terre…

  4. Merci pour toutes ces info. Je me rends compte que mon bio n’est pas tout à fait bio. Et oui, j’achète le terreau en jardinerie et je n’ai pas pensé 1 seconde au fait qu’il était bio ou pas.
    Plus on se penche sur le jardin et plus on se pose de questions et plus on découvre.

    1. Avec grand plaisir Jean-Louis,

      C’est exactement ce qui me passionne dans le jardinage biologique !
      On en finit pas de découvrir et d’apprendre…
      Je travaille en bio depuis une quinzaine d’année mais il ne se passe pas une semaine sans que je ne remette en question une pratique ou que je découvre une façon de faire que j’ignorais !

      A bientôt pour de nouvelles découvertes !

      1. En fait, je viens de vérifier les informations sur mon terreau. Effectivement il n’est pas bio mais porte l’inscription ” Utilisable en agriculture biologique”.

        1. Il est donc bio ! Les terreaux, engrais ou produits de traitements bio ne portent pas la mention AB (réservée aux produits alimentaires) mais ” Utilisable en agriculture biologique”.

          1. Effectivement, ci-dessous les informations issues du site du Ministère de l’agriculture: “… La marque AB est une marque collective de certification, d’usage volontaire et propriété du ministère de l’agriculture. Elle identifie les produits d’origine agricole destinés à l’alimentation humaine ou à l’alimentation animale qui respectent, depuis le producteur jusqu’au consommateur ; la réglementation et le contrôle bio tels qu’ils sont appliqués en France, ainsi que de fortes exigences de traçabilité.

            Dans le cas des aliments composés, la marque AB garantit un minimum de 95% de produits d’origine agricole biologiques, le reste étant composé de produits non disponibles en bio en quantité suffisante (produits exotiques, certaines épices…)…”
            Bon week-end.

  5. Superbe article Gilles ! Très clair et très complet, je m’empresse de partager.

    Je me permet d’insister sur l’acclimatation qui est vraiment très importante et l’on y pense pas toujours. Par contre, il faut penser à ombragé les jeunes plantules qui brûlent très facilement..

    A bientôt !
    Romain

    1. Merci beaucoup pour le partage Romain.
      Tu as raison d’insister sur l’acclimatation, c’est essentiel pour la suite de la culture…
      Personnellement, je n’ombrage pas, mais ma serre est ouverte et les plants sont arrosés dès le matin…et tout va bien.

      J’en profite pour te souhaiter la bienvenue sur l’espace membres. C’est quand tu veux pour publier un article sur mon blog.

      A bientôt,
      Gilles

  6. Bonjour Gilles,

    Je suis revenu !!! Pour voir ta vidéo. C’est pas mal du tout, très bien expliqué, claire …

    Franchement bien joué, je pense que c’est un très bon complément à ton article.

    Merci à toi pour tes explications et à bientôt
    Yannick

  7. Bonjour

    j’ai récupéré des graines de tomates grappes et tomates cerises dans des tomates de grandes surface, est ce qu”elles vont donner quelques choses ou c’est peine perdu?

    Merci d’avance.

    F.C

    1. Bonjour,

      Les tomates vendues en grande surface sont en général des hybrides…mais pas forcément.
      Si ce sont des hybrides, il est inutile de les semer…sinon c’est possible.
      Ne sachant pas ce qu’il en est, il m’est impossible de vous répondre…
      Mais je vous conseille d’acheter des graines certifiées (bio). Au moins, vous saurez exactement ce que vous semez.
      Cordialement,
      Gilles

    2. Je vous conseille, tout comme Gilles, d’acheter des graines bio. Ensuite vous pouvez tout à fait récupérer les graines de ces tomates pour reproduire de futures tomates bio l’année d’après. Vous conserverez les caractéristiques des tomates de départ. On trouve sur le net tous les conseils nécessaires pour faire ses propres graines de tomates.

  8. Merci Gilles pour votre réponse, oui en fait ma question étais plutôt est ce que ça vat donner des tomates grappes et tomates cerises, car tous a germé, mais si c’est des hybrides qu’est ce que je risque?Sa vat quand même donner des tomates?
    Merci d’avance.

    F.C

    1. Si vos graines ont germé, ce sont soit des variétés stables (dans ce cas, vous obtiendrez une tomate identique à celle que vous avez achetée), soit des hybrides dont les “parents” ne sont pas stériles…
      Dans ce cas, vous obtiendrez bien des tomates, mais la variété obtenue sera l’un des parents…et non pas le résultat de l’hybridation (identique au fruit acheté).
      Le résultat est alors très aléatoire, mais en général ce n’est pas terrible.
      Espérant cette fois ci avoir mieux répondu à votre question.
      Gilles

  9. Bonjour Gilles,

    Je vois que tu as de l’avance sur moi.
    En tout cas bien jolis plants que tu as, belle présentation et j’ai appris des choses aussi.

    Généralement, je peux me passer de l’étape du repiquage mais cette année, j’ai du palier à une erreur de terreau, du coup, je n’ai pu semer que dans 660 pots au lieu des 900 prévus, tant pis, je repiquerai sans manipuler la tige – merci de l’info :)

    Continue et je vais de ce pas, mettre ton blog sur mes liens.

    Bises – Sophie

    1. Bonjour Sophie,

      Merci pour ton commentaire bien sympathique.

      Je viens de faire un petit tour sur ton blog…
      Je vois que tu cultives une collection de tomates absolument impressionnante !!!

      Je mets aussi un lien vers ton blog

      Amicalement,
      Gilles

  10. bonjour,merci pour ces infos, débutant dans le semis de tomates, quelle taille de godet conseillez vous pour le repiquage , est ce que des 8x8x7 suffisent jusqu’à la mise en terre ?
    J’ai semé plusieurs variétés dans une caissette à semis le 26 fevrier, toutes sont sorties sauf une, est ce que je dois m’inquiéter ? ce sont des tomates vertes evergreen peut etre mettent elles plus de temps à pousser

    1. Bonjour Gil,

      Tout dépend de quand tu vas mettre tes plants en terre (il faut compter 6 semaines entre le semis et la plantation)…selon ta région (risque de gelées en avril/mai ou pas.
      Donc, si tu ne disposes pas d’une serre ou si tu habites dans une région gélive (au printemps), il faut attendre vers le 15 mai pour planter…dans ce cas, il te faudra rempoter dans des godets plus grand…
      En revanche, si tu peux planter vers la mi-avril, pas de souci, les godets utilisés suffiront…
      Concernant la variété evergreen, je ne la connais pas, mais elle est en effet peut-être plus longue à germer. Patience, donc !

      Je t’informe par ailleurs que je vais justement publier la semaine prochaine un article sur la culture des tomates…

      A bientôt donc,
      Gilles

      1. merci pour votre réponse et de prendre le temps d’aider les débutants comme moi. Je suis en Haute-Savoie, je ne pense pas pouvoir déjà planter en avril, je vais donc prévoir des godets un peu plus grand pour éviter un repiquage supplémentaire, des ronds 10,5 x 9,1 devraient faire l’affaire, j’espère :)

  11. Bonjour, je fais mes semis à la maison mais certains ont certainement filés … ( pastèque , concombres et courgette de Nice tout Bio !!!) , les premières feuilles sont apparues .
    Donc malgré ces tiges longues !!! Tout va bien , j aurais aimé savoir si lors du future repiquage en pleine terre , je dois les enfoncer avec leur tige jusqu’au 1er cotylédon ?

    Ou si je dois faire autre chose ?

    Merci par avance pour vos conseils …

    1. Bonjour Mazul,

      Oui, plantez profondément les plants effilés, sans toutefois enterrer les cotylédons.
      Vous pouvez également d’ores et déjà les rempoter dans des godets plus grands en les enfonçant également jusqu’aux cotylédons (ils se fortifieront ainsi plus vite)

      Cordialement,
      Gilles

      1. Re bonsoir !!!
        Je vis à Marseille donc dans le sud , j espère pouvoir planter vers le 10 avril , il me reste un sac de fumier de cheval de 20L potager de 70m2 , est ce que je peux l étaler en surface ou faire autre chose avec ?

        Merci d avance Gil

        1. Bonjour Mazul,

          Je ne peux vous répondre sans connaître votre sol, ni savoir si vous avez déjà fait des apports à l’automne ou cet hiver (et si oui, de quel fertilisant et en quelle quantité ?). Une fertilisation trop riche est aussi préjudiciable qu’un manque…
          D’autre part, s’agit’il de fumier composté ou non ? car si le produit est brut, je déconseille les apports juste avant le plantation.

          Je reste à votre disposition.
          Gilles

  12. Bonjour, c est un fumier composté , j ai déjà apporté 40 kg de ce fumier en février sinon il n y a rien la terre c est reposée depuis …

    1. Dans ce cas, vous pouvez y aller et même en rajouter…
      Pour ce genre de culture, on préconise en effet un apport de compost de plus de 300 kg à l’are (100 m2). Donc, pour 70 m2, ça fait plus de 210 kg…
      Cela dit, je ne connais pas la composition du fumier en question. En principe, les quantités à apporter doivent être indiquées sur le sac.

  13. bonjour gilles,merci pour tous tes précieux conseils gilles. moi j’ai une question, j’ai planté quelques pépéins de pommes bio il ya deux ans. à présents j’ai deux énormes tigescouvertes de feuilles qui ont poussé. puis-je un jour espérer avoir des fruits ? est-ce que je dois faire une greffe pour que cela fructifie ?

    1. Bonjour,

      Sauf pour certaines variétés à cidre, le semis d’un pépin de pomme donnera des fruits “sauvages” (pas vraiment bons). Vous avez donc tout intérêt à greffer avec une variété sélectionnée

      Bonne journée,
      Gilles

  14. bonjour à tous
    pour éviter que les escargots boulottent les jeunes plans j’ai dans l’idée de répandre en ligne autour des semis de la cendre du poele à bois. il parait que c’est garanti 100% protection. quelqu’un a testé ?
    bises à tous
    carole

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>