La battance d’un sol

La battance est un phénomène naturel s’observant plus particulièrement dans les sols majoritairement limoneux peu pourvus en argiles.

Si votre sol n’était pas couvert pendant cet été particulièrement sec et chaud, mais que vous avez eu quelques pluies d’orage, vous y avez peut-être été confronté(e).

Mais avant de voir comment éviter ce phénomène, commençons par définir ce qu’est la battance.

Qu’est-ce que la battance ?

Définition

On appelle battance le fractionnement des agrégats, en surface du sol, sous l’action mécanique des gouttes de pluies.

Comme nous l’avons dit en introduction, la battance affecte principalement les terres limoneuses (lisez Mon Potager au Naturel pour déterminer la texture de votre terre).

Ces particules de limons vont se diviser en une multitude de particules, plus petites.

Particules qui vont alors s’agglomérer entre-elles…

Ce qui entrainera la formation d’une croûte dure, compacte, imperméable, appelée “croûte de battance”.

Quelles sont les conséquences de la battance ?

En durcissant, la couche supérieure du sol ne laissera plus passer l’air, ni l’eau… ni les jeunes plantules.

Ce qui aura évidemment des conséquences désastreuses :

  • la germination risque fort d’être compromise
  • les jeunes pousses auront bien du mal à traverser cette croûte de battance
  •  au lieu de s’infiltrer dans le sol, les pluies (ou arrosages) vont ruisseler (donc manque d’eau pour les cultures), ou stagner (entrainant potentiellement des pourritures sur les cultures)
  • les processus de vie dans le sol seront fortement altérés
  • les éléments minéraux, ne seront pas libérés correctement
  • les plantes se développeront mal
  • les fruits auront plus de difficulté à se développer, et ils mûriront mal
  • du fait de la dureté du sol, les récoltes de légumes racines seront plus difficiles

C’est donc un phénomène à éviter absolument…

Comment prévenir de la battance ?

N’affinez pas la terre trop finement

Plus la terre sera fine, plus vous exposerez le sol à ce phénomène de durcissement de surface.

Alors, certes, pour un semis direct, il est bien que la terre soit bien affinée. Mais il y a un “juste milieu”… N’en faites pas de la “semoule”, mais laissez plutôt de petites mottes… Encore une bonne raison de préférer la Grelinette ou la Campagnole au motoculteur ou la motobineuse…

Et évitez de la tasser fortement après un semis. Un léger plombage, avec le dos d’un râteau par exemple, suffira à favoriser une bonne levée.

Laissez également les petites pierres sur le sol.

Couvrez le sol

Le meilleur moyen pour éviter la battance est de tout simplement couvrir le sol.

L’impact des gouttes de pluie sur la terre de surface sera alors nul.

Enrichissez le sol en matières organiques

Nous sommes ici dans la continuité du processus précédent.

Des apports réguliers de matières organiques diversifiées, et plus particulièrement de matériaux cellulosiques, vont permettre la constitution d’un humus stable.

Cet humus n’est pas sujet à la battance…

Que faire quand une croûte de battance est déjà formée ?

Binez

Si le sol n’est pas encore couvert (par exemple après un semis, ou parce qu’il n’est pas encore suffisamment réchauffé, ou encore parce que vous craignez des ravages de limaces ou de rongeurs), biner la terre permettra de casser cette croûte de surface…

Cultivez des engrais verts

A l’automne cultivez des engrais verts à racines traçantes (c’est-à-dire se développant plutôt en surface).

Cette culture permettra d’aérer la terre de surface, tout en couvrant le sol pendant l’automne et l’hiver.

Et, en la fauchant, elle apportera des matières organiques au printemps suivant…

Continuez alors à couvrir le sol avec des matières organiques diverses et variées…

Bref, en appliquant tout simplement les principes présentés dans Mon Potager au Naturel, vous limiterez fortement les risques de battance du sol.

S’abonner
Notification pour
guest
4 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
pascal
pascal
13 septembre 2022 17 h 50 min

Bonsoir à vous tous.
Je me lance cette automne dans la culture d’engrais verts j’ ai de la féverole, du lotier corniculé, de la moutarde blanche et de la phacélie. Par contre je ne sais pas quelles sorte de racines ils produisent. Et à l’instar de Jean- Marie j’ai plein de pommes à disposition que peut-on en faire si pas conseillé dans le potager, au compost?
Salutations.

Jean-Marie.
Jean-Marie.
4 septembre 2022 9 h 24 min

Bonjour, M. Dubus.
Quand vous faites allusion à des “apports de matières organiques diversifiées”, j’aimerais savoir si l’on peut inclure sans risque, dans ces apports, les fruits tombés des arbres, en particulier les pommes véreuses( pléthoriques cette année) ?
Cordialement.

Christian
Christian
3 septembre 2022 8 h 15 min

Bonjour,
Encore un article très pertinent. Après cet été très sec, canniculaire et complexe à gérer au potager, je vais, cet automne, déplacer une partie de mes carrés vers un espace semi-ombragé (arbres fruitiers) et faire une première culture d’engrais vert.
Merci pour tout ces conseils que vous nous faites partager.