Miscanthus – Intérêts et Culture

Le miscanthus, communément appelé « Eulalie » ou encore « herbe à éléphant » ou « roseau de Chine » est très apprécié en permaculture.

C’est une plante vivace, de la famille des graminées (Poaceae), très rustique, offrant une touche décorative pratiquement tout au long de l’année.

A partir du milieu du printemps, époque à laquelle démarre la végétation, les longues feuilles du miscanthus, très fines ou plus larges en fonction des variétés, font former une superbe touffe, aisément et gracieusement animée par le moindre souffle de vent.

D’abord vertes ou panachées de jaune, les feuilles prendront des tons pourpres ou roux à l’automne.

Floraison du miscanthus
Inflorescences du miscanthus

En fin d’été ou à l’automne, selon la variété et le climat, vont se former, au-dessus de la touffe, des épillets (inflorescences élémentaires caractéristiques des plantes de la famille des Poaceae notamment) en forme d’éventail. Ces inflorescences, dressées ou inclinées, sont composées de minuscules fleurs aux couleurs variables (blanches, beiges, pourpres ou rosées selon la variété), d’abord très fines puis prenant ensuite un aspect « plumeux ».

Le feuillage sec et les inflorescences persistent tout l’hiver, avec un effet particulièrement remarquable avec le givre.

Mais, au-delà de cet aspect ornemental, le « roseau de Chine » est aussi très utile pour le jardin, mais également dans un habitat écologique.

Le miscanthus stocke ses réserves dans ses rhizomes,  d’où repartent chaque printemps de nouvelles pousses. Ces poussent vont se développer durant tout l’été et jusqu’à l’automne pour former des « cannes ».

Ce sont les cannes qui seront utilisées, au jardin comme pour ses autres utilisations…

Mais avant de développer cela, voyons comment cultiver le miscanthus.

Culture du miscanthus

Condition de culture

Le miscanthus est une plante très rustique, résistante à de fortes gelées et préservée des maladies et des attaques animales.

L’eulalie apprécie les sols riches, bien aérés et frais mais s’adaptera également à des sols plus « ingrats » (caillouteux, argileux, sableux).

Affectionnant un bon ensoleillement (c’est une plante originaire d’Asie du sud ou d’Afrique), elle s’accommodera toutefois sans problème d’un certain ombrage.

Quelles variétés pour le jardin ?

miscanthus-sinensis
Miscanthus Sinensis

On compte plus de 20 espèces différentes de miscanthus, comprenant elles-mêmes de nombreux cultivars (variétés), avec des tailles allant de moins de 50 cm à plus de 4 mètres de haut.

Nous nous intéresserons ici plus particulièrement aux espèces de grande taille, aptes à nous fournir des matériaux organiques en quantités importantes.

Le Miscanthus sinensis, très rustique (supportant sans problème des gelées inférieures à -15°C et même jusqu’à -28°C pour certaines variétés), peut mesurer jusqu’à 4 m.  Parmi ses cultivars, citons « Zebrinus », « Cabaret », « Graziella », « Variegatus », « Gracillimus »…

Le Miscanthus sacchariflorus, est un peu moins rustique, avec des tiges rigides. Il est de plus petite taille (2 m ou un peu plus) et sera par conséquent mieux adapté pour une haie ne devant pas monter trop haut… Citons, parmi ses cultivars « Gonchaiensis », « Sacchaiensis »…

Chacune de ces variétés vous offrira des couleurs de feuillage et de floraison particulières… de quoi égayer votre jardin notamment en automne et hiver.

Certaines variétés peuvent se reproduire spontanément par leurs graines, mais c’est plutôt rare sous nos latitudes.

D’autres cultivars vont s’étaler progressivement à partir de leurs rhizomes, mais sans devenir envahissants comme le bambou par exemple. Sauf parfois dans les régions chaudes avec un sol humide, des conditions particulièrement favorables au développement du miscanthus.

Aussi, dans cette situation et si vous avez peu d’espace et craignez que votre jardin soit colonisé, il peut alors être judicieux de choisir une variété stérile, s’étalant peu, par exemple le miscanthus x giganteus (hybride issu du croisement entre Miscanthus sinensis et du Miscanthus sacchariflorus).

Dans les régions un peu fraîches, le miscanthus pourra avoir du mal à fleurir (il a besoin d’une longue période de chaleur pour cela). Il est alors conseillé de choisir un cultivar à floraison hâtive.

Compte tenu des caractéristiques propres à votre environnement (climat, sol), de vos contraintes en terme d’espace et bien entendu de vos aspirations (aspect décoratif, masse végétale importante, destiné à former une haie ou à former un massif…) votre pépiniériste préféré sera le mieux à même de vous conseiller des variétés appropriées.

Où planter vos miscanthus ?

Une fois en place, il sera très difficile de vous en débarrasser… or le miscanthus peut vivre sans problème plus de 25 ans…

Et un plant de miscanthus prendra beaucoup de place en se développant.

Il est donc impératif de choisir un bon emplacement dès le départ, en prenant en compte son développement futur.

En bordure de terrain, le miscanthus formera une haie protectrice dense contre les vents ou traitements dans le voisinage.

Vous pouvez également le planter en massif ou de façon isolée au sein du jardin. Mais essayez alors de visualiser son développement quelques années plus tard (par exemple pour éviter qu’il envahisse une zone potagère ou fasse trop d’ombrage sur celle-ci).

Un emplacement au bord d’une mare ou d’un étang lui convient aussi parfaitement.

Planter le miscanthus

Le miscanthus se plante de préférence en début de printemps, sous forme de plant ou, si vous pouvez vous en procurer, de rhizomes (par exemple prélevés sur des plants déjà en place).

  • Creusez un trou d’au moins 2 fois le volume du pot ou des rhizomes.
  • Ameublissez le fond en y mélangeant éventuellement une poignée de poudre d’os.
  • Placez-y  votre plant (en veillant à ce que sa couronne soit très légèrement au-dessus du niveau du sol – si vous plantez trop profond, il y a un risque de pourrissement, et si vous plantez trop haut, le plant pourrait se dessécher) ou vos rhizomes (au fond du trou)
  • Comblez avec un mélange de la terre extraite (ou de terreau de plantation) enrichie d’une pelletée de compost bien décomposé.
  • Tassez légèrement et arrosez abondamment pour la reprise.
  • S’il ne pleut pas, arrosez ensuite une fois par semaine pendant environ 1 mois… le plant pourra ensuite se débrouiller tout seul; mais dans les régions sèches, 2 ou 3 arrosages pourront tout de même être bienvenus en été.
  • Lorsque le sol sera réchauffé (mai-juin selon les régions), vous pourrez pailler, par exemple avec des écorces ou du BRF.

Une fois en place, le miscanthus réclame peu d’entretien :

  • Éliminez les adventices qui se développeraient au pied du plant, tout au moins pendant les 2 premières années (par la suite, la végétation du miscanthus étouffera les herbes qui voudraient se développer)
  • Un apport de compost (sur environ 2 cm d’épaisseur) sera ensuite bienvenu à chaque automne.
  • Recouvrez ce compost d’une bonne couverture organique (avec les cannes du miscanthus lui-même ou des écorces, du BRF…)

Utilisations du miscanthus

Au jardin

haie de miscanthus
Haie de miscanthus

Nous l’avons vu, le miscanthus peut être cultivé comme haie protectrice ou comme massif ornemental.

Dans un cas, comme dans l’autre, son abondant feuillage servira de refuge à une importante faune, dont des oiseaux, et jouera ainsi un rôle écologique majeur dans votre jardin.

Mais c’est surtout par la quantité impressionnante de matières végétales qu’il produit que l’herbe à éléphant (appelée ainsi car fournissant justement un fourrage abondant pour ces pachydermes) intéresse les jardiniers en permaculture.

Cette masse végétale, ligneuse, une fois broyée, pourra en effet être utilisée pour pailler vos différentes cultures, ou encore être intégrée au compost ou à une butte vivante.

Afin de permettre au plant de mieux résister à l’hiver, les cannes seront coupées de préférence en fin d’hiver/début de printemps.

De nature ligneuse (donc améliorant à terme la structure du sol), avec un PH neutre et une teneur importante en silicium, les cannes de miscanthus constituent un matériau parfait pour le jardin.

Ajoutons à cela une floraison automnale et persistante en hiver… non seulement agréable pour les yeux mais aussi intéressante pour les pollinisateurs en période « creuse » du point de vue des floraisons (même si ceux-ci sont peu actifs à cette période de l’année).

Dans les élevages

Le miscanthus peut également être utile dans les élevages.

Agissant comme une éponge, le broyat de cannes absorbe parfaitement l’humidité dans une étable ou une bergerie. C’est donc un matériau parfaitement adapté pour une litière.

L’herbe à éléphant est également intéressant comme complément alimentaire pour les bovins. Selon des éleveurs anglais, la qualité du lait seraient accrus par l’ajout de miscanthus à l’alimentation des vaches…

A la maison

Le béton de miscanthus constitue un isolant d’excellente qualité, comparable au béton de chanvre.

Etant très peu humides si on les récoltes en fin d’hiver ((moins de 17 % d’humidité), les cannes de miscanthus peuvent être utilisées directement comme bois de chauffage (avec un pouvoir calorifique très élevé (4700 kWh/tonne contre 3300 en moyenne pour le bois).

Mais l’utilisation de l’eulalie dans une cheminée ou dans une chaudière à bois classique cause des problèmes (des « bouchons » se forment). Aussi, comme combustible, il ne peut être utilisé qu’avec des chaudières spécifiques.

Le miscanthus est aussi utilisé pour l’assainissement des eaux usées.

Dans l’industrie

Le miscanthus trouve également aujourd’hui des débouchés intéressantes dans l’industrie verte : incorporation à des « bioplastiques », base de carburant (éthanol), fibre pour le papier, des emballages ou même des panneaux…

 

Vos partages d’expériences et questions sont toujours bienvenus dans les commentaires ci-dessous.

 

  • Bonjour Gilles,
    Merci pour cette news letter et ce blog.

    Contient il des allergènes ? je crois bien que je vais devoir abattre mes bouleaux… ma femme fait des allergies qui la mettent sous kestin … Donc je remplacerais bien ces thuyas détestables par un mur de cette plante mais…

  • >