Plant de tomates gelé

En jardinage, la patience est une vertu

Comme toujours en cette période, notamment dans le cadre des conseils individuels, j’ai reçu pas mal de questions du genre :

« J’ai planté des tomates au mois d’avril… Mais il a gelé… les plants sont « cramés »… Que puis-je faire ? ».

RIEN !

Sinon, replanter de nouveaux plants. Un plant de tomate gelé est fichu…

En jardinage, « rien ne sert de courir, il faut partir à point »…

Ce qui signifie en l’occurrence apprendre la patience.

 

Plant de tomates bien au chaud dans la serre

A moins de disposer d’une serre, ou de vivre dans une région où les risques de gelées printanières sont nuls (ou très faibles), dans la majorité des cas, planter ses tomates (ou autres légumes craignant les gelées printanières)en extérieur au mois d’avril est très risqué…

Alors, on peut prendre le risque pour quelques plants (en prévoyant un voile d’hivernage au cas où), mais certainement pas pour toute sa plantation.

 

Chez moi, par exemple, j’ai bien planté mes tomates sous serre (début avril), mais en extérieur, je n’avais mis que 2 plants de tomates, et un plant de courgettes… qui ont subi le gel dimanche dernier… imaginez mon désarroi si j’avais tout mis en place en extérieur !

 

D’autant plus que je n’avais pas anticipé la gelée (pas annoncée chez moi… si j’avais su, j’aurais simplement mis en place un voile de protection…) et que mes pommes de terre nouvelles en ont sérieusement pâti.

Bon, pour les pommes de terre nouvelles, ça passe. Un nouveau feuillage redémarrera du bas des plants (pas atteints par le gel) et même de la partie enterrée…

Mais évidemment, la production risque d’être tout de même moins importante.

Plants de pommes de terre ayant subi une gelée
Mes pommes de terre nouvelles le jour de la gelée…
pommes de terre nouvelles gelées
mes pommes de terre nouvelles le lendemain de la gelée…

 

 

 

 

 

 

 

 

Notez que je parle bien ici de « nouvelles »…

Je viens seulement de planter une variété de pommes de terre de conservation. Et les 2 autres variétés attendront la mi-mai…

 

Une adhérente à ma prestation de coaching, habitant comme moi en Dordogne (mais plus au nord) a été plus sage.

Elle m’a d’abord posé la question, que voici :

Plant de tomate détruit par le gel
Plant de tomate détruit par le gel

« Je n’ai pas encore planté mes tomates, courgettes, concombres, car il pleut.

J’attends encore un ou deux jours. Qu’en pensez vous ? Tous mes amis ont planté depuis plusieurs semaines. »

Je lui ai bien entendu répondu de patienter, non pas 2 jours (certes, planter quand il pleut n’est pas recommandé), mais jusqu’au 14 mai (après les saints de Glace donc, qui marquent, de manière à peu près certaine, la fin des risques de gelées dans notre région… mais j’aurais conseillé encore plus tard dans certaines conditions climatiques, notamment en altitude…), en lui précisant que ses amis prenaient des risques…

Ces jardiniers impatients doivent aujourd’hui s’en mordre les doigts !

En résumé :

  • soyez patient(e)… ne vous précipitez pas à semer ou planter les légumes craignant les gelées printanières
  • ne mettez pas tous vos œufs dans le même panier, mais étalez au contraire la mise en place des cultures
  • profitez de mes conseils à la demande… avant de commettre l’irréparable (notez que vous pouvez également tester ma prestation de conseils en achetant Mon Potager au Naturel avec 1 mois de coaching – voyez ici)
  • Mes tomates, poivrons et piments attendent eux-aussi sur le rebord de la fenêtre que les beaux jours reviennent… Finalement, c’est toujours la nature qui a raison, on ne peut rien « forcer ». Pour moi, c’est toujours aussi une leçon de modestie.

  • Je fais partie de ceux qui ont tenté le coup des plantations en avril 🙂 Et je peux donc confirmer le point mentionné par Gilles : face aux gelées de cette époque, point de salut sans voile d’hivernage. Ce précieux voile m’a éviter la catastrophe sauf pour quelques plants que je n’avais pas couverts par manque de voile : ils y sont passés…

    Après, même sans gelées, je ne suis pas sûr que planter à cette date ait été une bonne idée: le manque de chaleur (je suis en région parisienne) fait que les plants se développent peu. Avec le recul, j’aurais dû les laisser en serre ou la température de 18-20° leur aurait permis de croître davantage. C’est en essayant qu’on apprend 🙂

  • Oui, la patience est une vertu et la Nature une école d’humilité ! Et de créativité. Je penche pour que la majeure partie des humain.e.s fréquentent assidûment, cette école ! Smiley.

  • Bonjour tout le monde …
    Moi, bien qu’habitant une région où le climat est assez clément (Gers), je n’ai jamais été assez téméraire pour planter avant le 15 mai… cette année mes semis ont été plus tardifs et je suis en ce moment en train de les endurcir petit à petit au soleil et au différence de t° en extérieur… hier nous avons subi un violent orage de grêle et je ne regrette pas ma prudence…
    C’est toujours un plaisir de lire vos expériences positives ou négatives…
    Amicalement, Chris

  • Bonjour,
    Comme d’autres… j’ai été impatiente. Peu de plants gelés néanmoins. Ouf. Cependant, j’ai lu que, même non gelés, des pieds pouvaient avoir souffert suffisamment pour mettre en péril de futures récoltes. Certains de mes plants de tomates tirent sur le violet, des plants de courgettes ont perdu les premières feuilles mais continuent d’en produire. Dois-je les changer?
    Merci de tous vos conseils!

  • Moi j’ai planté 258 plants de pommes de terre, 9 plants de tomates, 2 plants de poivrons, 20 batavia brune, une quinzaine de plants de courgettes, 84 plants d’oignons, 2 plants de melon, 100 metre2 d’haricot vert et sérieux rien a gelé.
    Alors que autour de mon jardin pleins ont tout perdu.
    Je suis anti serre, et anti bâche.
    Je vais les semis moi même en pleine nature comme ma grand mère faisait il y a 70 ans, et ma mère fait. Je reste avec les vieilles technique, je regarde les Saint Georges, Saint Didier etc….
    J’utilise du terreaux que je fabrique et le fumier de poule et les plume broyés.

    • Oui Heidi…
      On peut supposer que pour les semis de tomates, le fait de les semer directement les rend plus résistants; mais dans la plupart des régions, si vous semez vos tomates directement en extérieur, vous ne pourrez le faire avant début mai (au mieux) et vous n’en récolterez donc pas avant le mois d’août…
      Quant au fait que les pommes de terre n’aient pas gelé, tout le monde procède de la même façon…
      Bref, le raccourci est très rapide… et si vos légumes n’ont pas gelé, je doute fort que cela soit lié à vos pratiques, mais tout simplement à une situation mieux protégée du gel que chez vos voisins.
      Chez moi, par exemple, j’avais également planté deux plants de tomates près de ma maison. Ces plants, accolés à un mûr (situé au nord) ont résisté au gel… contrairement à ceux situés dans le potager… à seulement quelques dizaines de mètres.

  • bonsoir gilles…chez moi c’est la chaleur , encore pire pour le repiquage de mes plans qui demande un temps pluvieux ou bien le soir allez c’est le bon moment merci pour ce grand partage