Oxalis, une plante envahissante

« Je crois avoir tout essayé pour me débarrasser d’une seule mauvaise herbe : l’oxalis. C’est une catastrophe dans mon jardin il y en partout et tellement que je ne peux plus cultiver. Tous les ans au printemps je me tue à la tâche à genoux pour enlever ces minuscules petits oignons mais rien n’y fait dès les beaux jours ils m’envahissent . Si quelqu’un a une astuce efficace, je prends. » (commentaire posté par Chantal sur l’article consacré au désherbage)

Len a répondu à Chantal : « J’ai l’oxalis pourpre dans ma cour entre les pavés, et pas seulement avec les beaux jours. La seule solution que j’ai trouvé est l’eau bouillante (et oui) dès leur apparition et, au moins au tout début de la floraison. Ce qui n’empêche pas qu’il reviennent toujours ici ou là mais cela évite d’en être envahi. »

Ok, la solution est efficace (à court terme), mais si elle peut être acceptable dans une cour, ce serait catastrophique pour la vie du sol dans un jardin.

Bon, j’avais alors promis d’écrire une article sur le sujet… Nous y voilà.

Mais plutôt qu’une astuce efficace, nous allons voir ce que nous indique cette plante, les enseignements à en tirer pour limiter sa présence et finalement en venir à bout, sans agression pour la terre et ses habitants.

Avant cela commençons par faire un peu connaissance avec cette plante envahissante et fréquente dans les jardins (outre le commentaire de Chantal, je reçois fréquemment des questions à ce sujet).

Présentation

L’oxalis est un genre regroupant différentes (environ 400 dans le monde) espèces vivaces de plantes herbacées, spontanées ou cultivées, de la famille des Oxalidacées.

Les plantes de ce genre sont notamment caractérisées par des feuilles trifoliées (mais certaines espèces cultivées ont 4 folioles), en forme de cœur, et des fleurs à 5 pétales, apparaissant en avril-mai pour la plupart des espèces, et de couleurs variées en fonction de l’espèce et de la saison.

Voici quelques espèces spontanées ou d’abord cultivées mais devenues aujourd’hui des adventices se répandant naturellement :

  • oxalis petite oseille ou pain de coucou (Oxalis acetosella), poussant spontanément dans les bois, à l’ombre, avec des fleurs blanches veinées de mauve
  • oxalis corniculée (Oxalis corniculata) caractérisée par des feuilles rougeâtres et de petites fleurs jaunes. Elle se développe dans les zones perturbées : friches, remblais, champs ou jardins travaillés…
  • oxalis raide (Oxalis stricta), commune dans les zones cultivées et les lisières de bois, et de plus en plus dans les pelouses sur des sols acides. Ses fleurs sont jaunes
  • oxalis articulée (Oxalis articulata) :  d’abord cultivée dans les jardins, cette oxalis est devenu une fleur sauvage (de couleur rose) se retrouvant fréquemment en bordure de chemins
  • oxalis pied-de chèvre ou  des Bermudes (Oxalis pes-caprae) : comme l’oxalis articulée, cette espèce cultivée se retrouve maintenant un peu partout dans les jardins méditerranéens et dans la nature
  • oca du Pérou (Oxalis tuberosa), cultivé pour son tubercule comestible
  • oxalis pourpre (Oxalis triangularis), ses feuilles pourpres en font une plante fréquemment cultivée pour l’ornement… et se répandant un peu partout

Les fruits sont des capsules contenant un nombre considérable de graines… ce qui est la cause de proliférations incontrôlables.

 

Distinguer l’oxalis du trèfle

Les oxalis, d’ailleurs également appelés « faux-trèfles » sont couramment confondus avec le trèfle.

Mais la forme des feuilles permet de les distinguer assez facilement : le trèfle a des folioles arrondis alors que les folioles de l’oxalis sont en forme de cœur.

 

Feuille oxalis
Les feuilles d’oxalis sont composées de 3 folioles en forme de cœur
Folioles trèfle
Les folioles du trèfle sont arrondies

Et la floraison enlèvera tout doute si vous en avez encore :

Fleur oxalis
Les fleurs d’oxalis sont composées de 5 pétales
Floraison de trèfles
Petites fleurs papillonacées du trèfle

Qu’indique la présence d’oxalis ?

La présence marquée de cette plante sur une terre est un signe d’érosion.

Faute d’une capacité de stockage suffisante du sol, il n’y a plus de matières organiques.

Ce phénomène intervient plus particulièrement sur les sols laissés nu en hiver ou en été.

Il ne faudrait donc jamais laisser le sol à nu (en tout cas pas trop longtemps) mais au contraire couvrir avec de la paille, du foin, du broyat ou encore des feuilles mortes pour apporter du carbone.

Cela dit, cette plante est bénéfique pour le sol et la vie microbienne aérobie (elle aère le sol)… bref, elle vient « réparer » nos erreurs…

(source Gérard Ducerf – Encyclopédie des plantes bioindicatrices et médicinales)

Enseignements à en tirer (mesures préventives)

Evitez de cultiver de l’oxalis dans votre jardin

Certes, c’est une jolie plante, mais vous pourriez vite regretter de l’avoir installée dans votre jardin !

Nous l’avons vu, elle produit un nombre considérable de graines, logées dans des capsules… qui pour certaines espèces vont carrément « exploser » (bon… le terme est peut-être un peu exagéré, mais il a au moins le mérite d’être parlant), répandant ainsi une multitude de graines, qui ne demanderont qu’à germer, dans votre jardin.

Et vous aurez ensuite bien du mal à vous en débarrasser.

La première précaution à prendre est donc peut-être tout simplement d’éviter d’introduire cette plante envahissante chez vous…

Créez des conditions non propices à son développement

Cette adventice s’installe sur les sols érodés, conséquence d’une terre non couverte.

L’enseignement à en tirer est simple : ne laissez pas le sol à nu (ou en tout cas, le moins longtemps possible).

Pour se faire, paillez…

En sols lourds, vous pouvez également cultiver des engrais verts pendant la période hivernale.

En procédant ainsi vous éviterez non seulement ce phénomène d’érosion, limitant donc les risques d’envahissement, mais de plus, vous aérerez en enrichirez la terre de votre jardin (objectif central de Mon Potager au Naturel).

Comment en venir à bout ?

La chose ne sera pas aisée… et je n’ai pas de méthode miracle à vous proposer.

Mais en vous armant de patience et surtout en protégeant le sol de votre jardin, vous devriez pouvoir en venir à bout.

 

Arrachez à la main, au printemps

Lorsque le sol est humide, arrachez dès que possible les jeunes repousses, en faisant venir les racines.

Vous pouvez également couper régulièrement le feuillage à la base afin d’affaiblir peu à peu la plante.

En tout cas, veillez à ne pas laisser les graines se former et surtout arriver à maturité (il convient donc d’agir au plus tard lorsque les fleurs commencent à faner) !

 

N’utilisez pas de motoculteur ou de motobineuse

L’action de ces engins aura pour effet de multiplier les racines et d’éparpiller les bulbilles dans le sol… vous garantissant ainsi à coup sûr la prolifération de cette plante.

Aussi, si vous devez travailler la terre pour préparer une planche de culture, utilisez plutôt une Campagnole ou une Grelinette.

Ces outils vous permettront de soulever les systèmes racinaires, si possible avec les bulbilles (qui sont en fait des rhizomes se situant à la base des racines), et de les évacuer.

 

Arrachez en fin d’été

En fin d’été, arrachez les oxalis encore en place.

Même si il reste des racines dans le sol, cela affaiblira la plante, celle-ci devant alors puiser dans les réserves  avant l’hiver…

 

Couvrez le sol

Un bon paillage (une bonne dizaine de centimètres d’épaisseur), en maintenant une certaine humidité dans le sol et en l’ameublissant (de par l’action des vers de terre et autres micro-organismes qui vont se charger de la décomposition de ces matériaux végétaux), rendra plus aisée l’extraction de la plante avec ses racines, et donc à terme, sa disparition de votre jardin.

 

Intérêts

Oui, l’oxalis est une plante ornementale assez sympa…

Les feuilles de l’oxalis petite oseille sont même comestibles, avec des propriétés médicinales (dépuratives, diurétiques, stomachiques).

Mais n’en abusez pas : 10gr d’acide oxalique sont mortels (sachant que 100gr de feuilles d’oxalis contiennent 1gr d’acide oxalique, il faudrait quand même en manger 1 kg pour y succomber).

La consommation est en tout cas fortement déconseillée aux personnes souffrant de troubles rénaux ou digestifs.

 

Si vous avez testé une méthode vraiment efficace, ou souhaitez tout simplement partager votre expérience avec cette plante envahissante, faites-le en commentaire ci-dessous.

Merci.

S’abonner
Notification pour
guest
12 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Agnes
Agnes
30 avril 2022 9 h 04 min

Bonjour. J’aimais beaucoup l’oxalis au jardin. ici, sud Portugal il fait très sec et il recouvre les collines. sans lui, le sol est nu.
Ma solution vraiment radicale et totalement involontaire… je n’en ai plus du tout… les paons… ils adorent, surtout es fleurs

Christine (37)
Christine (37)
24 avril 2022 21 h 15 min

Bonsoir,
J’en ai dans ma pelouse aux endroits où l’herbe avait cramé et à ceux où j’ai enlevé le chiendent. Il a poussé mieux et plus vite que la pelouse semée mais je croyais que c’était du trèfle, j’étais contente. En lisant vote article, je me suis rendu compte de mon erreur. Je connaissais l’oxalis à fleurs pourpres, pas celle-là (raide ou cornculée) Donc hier j’ai enlevé les fleurs et parfois arrache les bulbes et je vais m’y attaquer tout le printemps et l’été car elle pourrait envahir mon potager qui est à côté. Je suis dégoûtée et un peu surprise car il me semble que j’ai vu des abeilles voler dans ces fleurs l’été dernier. Mais j’ai aussi du vrai trèfle, je me souviens peut-être mal, vu que je pensais que j’avais deux variétés de trèfle.
En tout cas, merci pour cet article utile !

Michel
Michel
23 avril 2022 22 h 56 min

Je n’ai pas été véritablement envahi, mais dès que je voyais une oxalys pointer son nez, je prenais ma gouge à asperges pour atteindre les bulbilles. Et hop, direction poubelle. J’en suis débarrassé.

Chantal
Chantal
23 avril 2022 19 h 27 min

AH, merci Marcel, je n’avais pas pensé au sanglier, pas sûr que les voisins apprécient si j’en fais venir un ou deux. Trêve de plaisanterie, l’oxalis que j’ai dans mon jardin donne de petites fleurs roses (mauves) avec de grandes tiges plutôt blanches et s’arrache assez facilement. Il n’y a pas vraiment de racines et lorsqu’on tire sur la tige, les bulbes restent en place. C’est bulbes sont blancs et regroupés en mottes au printemps puis avec l’été ces mottes s’égrènent en de minuscules petites billes marrons. Certaines sont grosses et d’autres pratiquement invisibles dans la terre. J’ai voulu éviter le bâchage plastique et il y a deux ans à l’automne, j’avais mis de grands morceaux de carton recouverts de feuilles, gazons ,broyat, fumier de cheval, etc… malheureusement aux printemps suivant, déjà les premières feuilles d’oxalis réapparaissaient et même si elles étaient moins nombreuses je pense que cette année il y en aura davantage ( je n’ai pas cultivé cette parcelle le printemps dernier). J’ai vérifié à l’instant en fouillant un peu le sol à l’endroit recouvert il y a deux ans, j’ai ramassé des bulbes . Dès que les beaux jours arrivent et que revient l’oxalis j’en fais des cauchemars. Merci à vous tous pour vos conseils, je vais suivre les recommandations de Gilles et le remercie d’avoir répondu à ma demande un peu particuliere. En espérant venir à bout de cette MAUVAISE HERBE.

camille
camille
23 avril 2022 18 h 25 min

la seule solution trouvée a été de passer des centaines d’heures à enlever cm par cm les bulbilles une par une.

jean-luc
jean-luc
23 avril 2022 16 h 55 min

Bonjour à tous. pour ma part, l’invasion étant très modérée, j’en suis venu à bout en creusant systématiquement avec une pelle plantoir dés que je voyais ces satanées feuilles au milieu de mes cultures et en récoltant précautionneusement tout les bulbilles. Une solution qui ne peut être qu’efficace, s’il est possible de la mettre en place, est de placer sur toute ou partie du jardin un poulailler et croyiez moi pour ce qui d’affaiblir en suppriment les feuilles des leurs sorties, les poules ou poulets sont des champions. Qui plus est vous aurez en plus des œufs et de bon rôtis. Incontinent, pas de récolte pendant un an. Mais après l’enlèvement du poulailler et un engrais vert semé à l’automne ( Phacélie et moutarde) vous retrouverez une terre aérée, riche en azote et reposée donc, très correcte au printemps.
NB. Broyer l’engrais vert avant que les graines ne se forment sinon « bonjours aux autres envahisseurs…. »

Eric
Eric
23 avril 2022 16 h 47 min

Moi j’aime bien cette plante
Je n’ai pas beaucoup de temps pour jardiner, elle me décore certains coins sans effort…
Parfait pour moi !

Christian
Christian
23 avril 2022 14 h 20 min

Bonjour, Mon potager était bien occupé par cette fausse sympathique plante, après 3 ans d’arrachage systématique des bulbilles (bien sur avant la floraison), je suis parvenu à en venir à bout.
Un conseil : ne pas laisser le moindre petit bout de cette plante dans et sur le sol et recommencer à chaque apparition.

marcel
marcel
23 avril 2022 12 h 38 min

Je suis également envahi par cette plante et je n’ai pas de solution, mais il y a eu une année ou je n’en ai pas eu: les sangliers avaient tout retourné (500 m²) et mangé tous les oignons!

Severine
Severine
23 avril 2022 10 h 48 min

Bravo pour cet article intéressant sur la méthode à utiliser lorsqu’on rencontre un souci: réflexion et connaissance
Et merci pour ce partage de connaissance!

Jaco
Jaco
23 avril 2022 10 h 22 min

Sans oublier, comme indiqué dans l’article, de corriger les problèmes qu’indiquent la plante (cf. G. Ducerf)

Jaco
Jaco
23 avril 2022 10 h 21 min

Bonjour, avez-vous essayé 6 mois d’occultation (bâche) en période poussante (février-mars – septembre) comme préconisé comme méthode de désherbage par le réseau Maraîchage sur sol vivant ?

12
0
Participez aux discussions sur ce sujet !x
()
x