Mes récoltes de carottes en octobre 2014

Les fidèles lecteurs et lectrices de ce blog l’auront remarqué : Il y a un moment que je n’ai pas publié un article.

A dire vrai, en pleine saison entre le travail au jardin et les prestations de conseils, j’ai beaucoup de mal à trouver du temps pour cela.

Semis de fèves en octobre 2014
Les fèves ont levé…

Mais les travaux au potager sont maintenant moins nombreux, même si j’ai encore pas mal de choses à faire : rentrer les dernières courges (avant les gelées…), récolter pour les ventes de panier, protéger les cultures fragiles avec un voile d’hivernage, sarcler les fèves, l’ail ou encore les oignons blancs qui pointent le bout du nez…

Alors, prenons un peu de temps pour revenir ensemble sur une culture parmi les plus difficiles à réussir en bio, les carottes.

Le but de cet article n’est pas de détailler techniquement la culture de la carotte (cela a déjà été fait ici) mais plutôt d’en partager avec vous la mise en pratique  à travers ma propre expérience…

 

Préparation du sol :

L’une des principales difficultés de la culture de la carotte  réside dans la maîtrise des adventices en début de végétation.

En effet, les carottes sont longues à lever (ça peut mettre facilement 3 semaines au printemps) et les jeunes plantules sont rapidement complètement envahis, voire étouffés,  par « les mauvaises herbes ». La culture a alors beaucoup de mal à se développer correctement…

Aussi, pour permettre aux carottes de lever dans un sol non encore envahi par les adventices (les herbes spontanées si vous préférez), j’utilise la technique du faux semis (voir  ici)

 

Grâce à un faux-semis, ces carottes ont pu lever dans un sol "propre"
Grâce à un faux-semis, ces carottes ont pu lever dans un sol « propre »

Notez toutefois  que la carotte semée en début juillet lève beaucoup plus vite (entre 5 et 8 jours en moyenne) à condition de maintenir le sol constamment humide jusqu’à la levée (cette année, je n’ai même pas eu besoin d’arroser… les pluies ont fait le travail).

Le faux-semis n’est pas alors une nécessité,.. mais ça aide bien quand même

 

Avis aux membres de l’Espace Privilège :

Un paragraphe présentant plus précisément le faux-semis a été ajouté au document PDF intitulé « Le semis » et quelques mises à jour ont été effectuées sur ce même document. 

Vous êtes déjà membre ?

Connectez-vous pour consulter directement ce document ici



Vous n’êtes pas encore membre ?

Consultez et téléchargez de nombreux documents pratiques sur l’espace formation.

Bénéficiez d’un accompagnement personnel dans vos activités de jardinage naturel. Posez-moi vos questions et recevez mes conseils à la demande.

 

Mise en place de la culture :

Les carottes voisinent avec les poireaux ; les deux plantes se protégeant mutuellement de leurs vers respectifs
Les carottes voisinent avec les poireaux ; les deux plantes se protégeant mutuellement de leurs vers respectifs

Les carottes ont été semées en ligne début juillet avec un semoir maraîcher. Ce semis tardif est destiné aux récoltes de fin d’automne et d’hiver

Elles ont été semées à côté des poireaux pour se protéger mutuellement de leurs mouches respectives dont les larves (des vers) peuvent causer de sérieux dégâts

 

Maîtrise du démarrage

J’ai effectué un premier sarclage entre lignes de cultures (avec une houe maraîchère), et ce juste après la levée (qui s’est fait en 7 jours environ),

Un autre sarclage, accompagné d’un léger buttage (le but étant de recouvrir le collet… lieu de ponte de la mouche de la carotte) a eu lieu durant la deuxième quinzaine d’août.

Les entre-rangs sont maintenant bien couverts par les adventices
Les entre-rangs sont maintenant bien couverts par les adventices

J’ai enfin procédé à un démariage (= éclaircir les carottes en supprimant celles trop proches)    accompagné d’un désherbage manuel sur ligne. Je n’éclaircis pas trop, cela permet de récolter quelques petits carottes assez rapidement tout en gardant un bon couvert sur la ligne.

Enfin, en septembre, les plantes hautes (beaucoup d’amarantes chez moi) ont été arrachées pour éviter qu’elles ne recouvrent la culture.

Par contre, les adventices basses sont maintenant laissées en place couvant ainsi parfaitement le sol…et préservant une certaine fraîcheur.

 

Les récoltes

Et les récoltes sont belles...
Et Une petite de carottes  au mois d’octobre…

Les récoltes ont démarré il y a environ 15 jours.

Je commence par prélever celles qui sont en surnombre (touchant une autre)… et les carottes sont déjà jolies !

 

Des légumes sains et préservés :

Elles sont belles mes carottes
Elles sont belles mes carottes

Très peu d’attaques de vers (le collet de la carotte est moins accessible lorsque le sol est couvert).

Les carottes sont bien formées et savoureuses…

 

Facilité d’arrachage : avec les herbes, le sol reste souple. Les carottes s’arrachent facilement à la main, malgré ce début d’automne sec chez moi…

 

On peut aussi pailler…

Le paillage est à la mode… et c’est une très bonne chose.

Mais pour les cultures de légumes racines, cela peut poser pas mal de problèmes, notamment de rongeurs. Je préfère donc personnellement procéder comme présenté sur cette page… pour cette même raison ; mais aussi par exemple parce que les systèmes racinaires des adventices sont utiles à la vie du sol (plus encore qu’un paillage à mon sens).

Et vous-même, comment cultivez-vous vos carottes ? Avec quels résultats ? Votre expérience nous intéresse. Alors n’hésitez pas à laisser un petit commentaire ci-dessous !

 

  • Bonsoir Gilles,
    J’ai alterné carottes et poireaux. Un rang de poireaux, un de carottes, etc…
    Malgré tout, il y a quand même des carottes atteintes par les vers. Que faudra-t-il faire à l’avenir?
    Amitiés.
    Yvon.

  • Bonjour Yvon,

    Tout dépend ce que tu entends par « il y a quand même des carottes atteintes… ».
    Personnellement, si cela concerne moins de 10% du total, je considère facilement que les équilibres naturels se régulent correctement et laisse donc faire la nature…

    Cela dit, le meilleur conseil que je puisse te donner, pour le vers de la carotte est de butter légèrement (notamment après avoir éclairci sur la ligne) la culture en enterrant le collet. Ainsi les mouches ne peuvent venir y pondre.
    Tu trouveras d’autres conseils complémentaires sur la fiche de culture de la carotte sur l’Espace Privilège.

    Amitiés,
    Gilles

  • Bonjour Gilles,

    merci de votre article et de votre blog en général dans lequel je trouve beaucoup d’aide, conseils et astuces….

    Pour ma part, cette année j’ai cultivé les carottes à côté des oignons et des poireaux, je n’avais pas assez éclairci mais malgré tout j’ai eu une récolte abondante. Aucun problème de vers cette année.

    Merci encore, à bientôt
    Christine

  • ici on a testé le repiquage des carottes au lieu de jeter au moment de l’éclaircissage…et ça fonctionne !!! il suffit de bien maintenir humide les bébés repiqués ! un peu long…mais ensuite les carottes poussent normalement.
    Bcp d’attaque de limaces à l’automne sur les collets (que nous n’avions pas enterrés…) la leçon a porté, on y pensera pour les prochaines…