Réconciliez-vous avec le liseron !

Le liseron est l’ennemi de beaucoup de jardiniers.

Il est vrai qu’il est particulièrement difficile de se débarrasser de cette plante envahissante.

Pourtant, cette adventice, comme toute forme de vie d’ailleurs, a ses raisons d’être.

Aussi, dans l’optique d’un potager naturel, nous allons déjà apprendre à mieux le connaitre…

Qu’est-ce que le liseron ?

Le liseron est une vivace rampante dont les feuilles sont caduques.

Il fait partie de la famille des convolvulacées.

En France, on rencontre principalement 2 espèces spontanées appartenant à 2 genres distincts :  le liseron des champs (Convolvulus arvensis) et le liseron des haies (Calystegia sepium).

liseron dans culture de carottes*citons également le liseron commun (Ipomea purpurea) – c’est l’ipomée, fréquemment cultivée dans le sud de la France et pouvant aussi être très invasive.

Cette plante adventice aime à s’enrouler autour des plantes avoisinantes, les étouffant et les privant ainsi de lumière et d’une partie des éléments nutritifs présents dans le sol.

D’où sa réputation de « mauvaise herbe »…

Mais le jardinier ne voit là que le côté obscur, négligeant de chercher la cause de cet envahissement et d’en tirer des enseignements utiles.

Car le liseron ne se trouve pas là par hasard…

Et il peut même s’avérer utile !

Les vertus du liseron

Au jardin en permaculture

Une plante bioindicatrice

C’est une plante bioindicatrice particulièrement intéressante.

Sa présence indique un sous-sol tassé, compacté, et une terre riche en azote.

Il s’installe notamment sur les sols manquant de silice afin justement de remédier à ce manque…

Un plante très mellifère

Fleurissant de juin à octobre, le liseron attire de nombreux insectes pollinisateurs (dont les abeilles qui sont friandes de ses fleurs au parfum d’amande), favorisant ainsi les productions de fruits et de légumes fruits (tomates, concombres, poivrons, aubergines, courges…), sans parler de l’aspect ornemental de ses petites fleurs blanches, du plus bel effet…

Dans cet idée d’attirer des pollinisateurs dans votre jardin, conserver un peu de liseron, par exemple en bordure du potager, en dehors des planches de culture, sera donc une chose positive

Une plante-engrais

Grâce à ses racines plongeantes, le liseron est une plante particulièrement riche.

La plante entière (sans les racines, sinon, c’est votre compost qui risque d’être colonisé…) séchée pourra être apportée au compost qu’elle enrichira en azote et divers oligo-éléments.

En phytothérapie

En dehors du jardin, le liseron n’est pas non plus sans intérêt…

En effet, cette plante spontanée contient notamment des glucosides, des tanins et des mucilages.

Ces composants actifs sont extraits des sommités fleuries (en été) ou des rhizomes (à l’automne) pour en faire des préparations aux vertus laxatives et diurétiques.

Ses feuilles, écrasées et appliquées sur les furoncles, les font éclater.

 

« D’accord, mais je souhaite quand même éliminer le liseron se développant sur mes planches de cultures…

Je fais comment ? »

Comment se débarrasser du liseron ?

Les opérations de binage ou de sarclage, en coupant ses rhizomes, multiplient le liseron…Il faut donc appliquer d’autres méthodes pour en venir à bout…

Sous-solage

Ses rhizomes plonge en profondeur dans un sous-sol tassé.

Les agriculteurs ont souvent recours au sous-solage pour décompacter le sous-sol afin de l’éliminer.

Vinaigre au pied

Verser du vinaigre à ses pieds en viendrait à bout…

N’ayant jamais testé cette méthode, vos témoignages sont bienvenus…

J’avoue toutefois ne pas y être très favorable : les organismes vivant dans le sol ne doivent pas vraiment apprécier !

Les cultures nettoyantes

Culture d’engrais verts

Certains engrais verts (comme par exemple le seigle, la vesce ou encore l’avoine – c’est encore mieux en mélange) semés à l’automne et fauchés au printemps suivant, en couvrant le sol, mais aussi et surtout en le travaillant en profondeur, éliminent une grande partie des plantes envahissantes, dont celle qui nous intéresse aujourd’hui.

De même, les oeillets d’Inde cultivés en engrais verts d’été auraient raison du liseron.

Pommes de terre

Ma culture de pommes de terre nouvelles aura pour effet d'empêcher une grande partie des repousses de liserons...
Ma culture de pommes de terre nouvelles aura pour effet d’empêcher une grande partie des repousses de liseron..

Les pommes de terre ont un effet nettoyant du sol.

Ainsi, cultiver des pommes de terre à la suite d’un engrais vert s’avère être une autre solution efficace.

Travail à la grelinette

On peut également venir à bout du liseron en travaillant le sol à la grelinette, ou à la campagnole.

Il convient alors de soulever les racines et de les laisser sécher avant de les mettre au compost.

Couvrir le sol

Nous l’avons eu : le liseron témoigne donc d’un sol, ou plus exactement, d’un sous-sol compacté.

Notre objectif sera donc ici de décompacter le sol, le plus naturellement possible.

En couvrant le sol, avec des matériaux diversifiés, nous allons favoriser la vie dans ce sol, et notamment des vers de terre…

Ces mêmes vers de terre vont se charger alors de travailler la terre, à différentes profondeurs, la rendant ainsi plus souple et aérée.

Finalement, le liseron n’aura plus de raison d’être… et disparaîtra, naturellement.

Bon, ok, cela va demander un peu de temps (probablement plusieurs années) et un petit coup de main (arrachez au passage un maximum de repousses – ce qui est plus facile dans une terre couverte qu’à nue – cela contribuera également à l’épuiser).

Mais c’est bien ainsi que vous parviendrez peu à peu, à un potager naturel digne de ce nom, et indemne de plantes envahissantes !

 

Vos commentaires sont bienvenus ci-dessous.

 

101 commentaires au sujet de “Réconciliez-vous avec le liseron !”

  1. Comme je disais chaque plante à sa place dans ce monde qui est dans un monde dominé par l’êtres humains qui ne comprend pas où il pose ses pieds car on lui a instruit de mauvaise compréhension de son univers. C’était un petit plus de ma philosophie donc j’ai remarqué parmi ces années ignorance de l’être humain pourvu que le futur soit propice. Bon courage à tous amicalement Pierre

    Répondre
  2. Merci pour ce partage de savoir on croirait que le liseron est inutile mais en réalité comme vous le dites il a son utilité comme toute plante dans ce monde et je crois que je vais le regarder d’un nouvel œil car en effet j’ai remarqué que les abeilles polenise beaucoup les fleurs et son odeur est particulière mais malheureusement elle encaisse beaucoup mais espace potagères mais en effet en remarquant bien les effets de la pomme de terre il n’y a aucun liseron

    Répondre
  3. Merci pour vos commentaires sur le liseron. Les tagètes (oeillets d’Inde) ne fonctionnent pas : tous les ans j’ai du liseron dans mes tagètes ! Sol non compacté car bêché chaque année. Je vais essayer le vinaigre blanc pour remplacer les produits chimiques.

    Répondre
  4. Il me semble avoir lu dans un ancien Rustica que le purin de liseron serait destructeur des pieds de liseron. Avez vous dew références à ce sujet ?

    Répondre
  5. Bonjour à tous
    Nous tentons une jachère fleurie naturelle.
    Depuis 2 ans nous sommes envahis par le liseron qui étouffe littéralement tout le reste.
    Nous ne coupons cette jachère qu’à l’automne mais là, début juillet nous hésitons à tout couper pour que les autres plantes puisse respirer.
    En même temps, nous n’avons rien contre le liseron !
    Que nous conseillez vous ?

    Merci d’avance pour votre réponse
    Emilie

    Répondre
      • En savoie je suis aussi envahi par du liseron. Mon sol est calcaire et dure, il faut sans cesse biner…De quel engrais vert parlez vous a mettre en automne?

        Répondre

Laissez un commentaire (si c'est pour faire de la pub, ne perdez pas votre temps... je ne publierai pas)