Réconciliez-vous avec le liseron !

Le liseron est l’ennemi de beaucoup de jardiniers.

Il est vrai qu’il est particulièrement difficile de se débarrasser de cette plante envahissante.

Pourtant, cette adventice, comme toute forme de vie d’ailleurs, a ses raisons d’être.

Aussi, dans l’optique d’un potager naturel, nous allons déjà apprendre à mieux le connaitre…

Qu’est-ce que le liseron ?

C’est une vivace rampante dont les feuilles sont caduques.

Concrètement, son feuillage disparait en hiver… mais ne croyez pas pour autant en être débarrassé, car ses rhizomes (tiges souterraines munies de racines) sont bien vivants (ce qui en fait donc une plante vivace) et une nouvelle végétation en surgira au printemps.

Il fait partie de la famille des convolvulacées.

En France, on rencontre principalement 2 espèces spontanées appartenant à 2 genres distincts :  le liseron des champs (Convolvulus arvensis) et le liseron des haies (Calystegia sepium).

liseron dans culture de carottes
Culture de carottes colonisée par du liseron

*citons également le liseron commun (Ipomea purpurea) – c’est l’ipomée, fréquemment cultivée dans le sud de la France et pouvant aussi être très invasive.

Cette plante adventice aime à s’enrouler autour des plantes avoisinantes, les étouffant et les privant ainsi de lumière et d’une partie des éléments nutritifs présents dans le sol.

D’où sa réputation de « mauvaise herbe »…

Mais le jardinier ne voit là que le côté obscur, négligeant de chercher la cause de cet envahissement et d’en tirer des enseignements utiles.

Car cette plantes, comme toute adventice, ne se trouve pas là par hasard…

Et il peut même s’avérer utile !

Voyons en quoi.

Intérêts au jardin en permaculture

Une plante bioindicatrice

C’est une plante bioindicatrice particulièrement intéressante.

Sa présence indique un sous-sol tassé, compacté, et une terre riche en azote.

Elle s’installe notamment sur les sols manquant de silice afin justement de remédier à ce manque…

 

Une plante très mellifère

Fleurissant de juin à octobre, elle attire de nombreux insectes pollinisateurs (dont les abeilles qui sont très friandes de ses fleurs au parfum d’amande), favorisant ainsi les productions de fruits et de légumes fruits (tomates, concombres, poivrons, aubergines, courges…), sans parler de l’aspect ornemental de ses petites fleurs blanches, du plus bel effet…

Dans cet idée d’attirer des pollinisateurs dans votre jardin, conserver un peu de liseron, par exemple en bordure du potager, en dehors des planches de culture, sera donc une chose positive.

 

Une plante-engrais

Grâce à ses racines plongeantes, le liseron va puiser dans le sol de nombreux éléments minéraux; ce qui en fait une plante particulièrement riche.

La plante entière (sans les racines, sinon, c’est votre compost qui risque d’être colonisé…) séchée pourra donc être apportée au compost qu’elle enrichira en azote et divers oligo-éléments.

 

En phytothérapie

En dehors du jardin, le liseron n’est pas non plus sans intérêt…

En effet, cette plante spontanée contient notamment des glucosides, des tanins et des mucilages.

Ces composants actifs sont extraits des sommités fleuries (en été) ou des rhizomes (à l’automne) pour en faire des préparations aux vertus laxatives et diurétiques.

Ses feuilles, écrasées et appliquées sur les furoncles, les font éclater.

 

« D’accord, mais je souhaite quand même éliminer cette plante adventice lorsqu’elle se développe sur mes planches de cultures…

Je fais comment ? »

Comment maitriser le liseron ?

Les opérations de binage ou de sarclage, en découpant ses rhizomes en petits tronçons, vont le multiplier.

Car chacun de ces bouts de rhizomes sera apte à former une nouvelle plante…

C’est encore pire avec une fraise de motoculteur !

Il faut donc appliquer d’autres méthodes pour en venir à bout…

 

Sous-solage

Ses rhizomes plonge en profondeur dans un sous-sol tassé.

Les agriculteurs ont donc souvent recours au sous-solage pour décompacter le sous-sol afin de l’éliminer.

Cette opération s’effectue avec un outil, appelé sous-soleuse,  qui est attelé à un tracteur.

Mais évidemment, cette façon de procéder n’est pas vraiment adaptée à un potager familial (d’une part, il faudrait déjà disposer de ce matériel; et surtout, des passages répétés de tracteur – inévitables par les demi-tours qu’il vous faudrait effectuer) sur une petite surface sont plus nuisibles à la vie du sol qu’autre chose)…

Le jardinier doit donc s’appuyer sur d’autres alternatives.

 

Vinaigre au pied

Verser du vinaigre au pied du liseron en viendrait à bout…

N’ayant jamais testé cette méthode, vos témoignages sont bienvenus…

J’avoue toutefois ne pas y être très favorable.

En effet, comme tout produit désherbant, même si celui-ci est naturel, ce n’est pas sans conséquences néfastes sur les organismes vivants (vers de terre, bactéries…) dans le sol.

Nous allons donc privilégier des actions « en profondeur », c’est à dire visant à corriger l’origine du problème (à savoir un sous-sol tassé), comme celles que nous allons voir maintenant.

 

Les cultures nettoyantes

Les engrais verts

mélanges de couverts
Une culture d’engrais verts prendra le dessus sur les adventices

Certains engrais verts (comme par exemple le seigle, la vesce ou encore l’avoine – c’est encore mieux en mélange) semés à l’automne et fauchés au printemps suivant, en couvrant le sol, mais aussi et surtout en le travaillant en profondeur (grâce à leurs systèmes racinaires fortement développés), éliminent une grande partie des plantes envahissantes, dont celle qui nous intéresse aujourd’hui.

De même, les oeillets d’Inde cultivés en engrais verts d’été en auraient raison.

La pommes de terre

Ma culture de pommes de terre nouvelles aura pour effet d'empêcher une grande partie des repousses de liserons...
Ma culture de pommes de terre nouvelles aura pour effet d’empêcher une grande partie des repousses d’herbes spontanées..

Les pommes de terre vont elles aussi travailler naturellement le sol sur une certaine profondeur.

En le couvrant efficacement, elles ont également un effet nettoyant du sol.

Ainsi, cultiver des pommes de terre s’avère être une autre solution efficace (d’autant plus si vous faites suivre des pommes de terre après une culture d’engrais verts).

 

Travail à la grelinette

On peut également en venir à bout, avec de la patience, en travaillant le sol à la Grelinette, ou à la Campagnole.

Il convient alors de soulever les rhysomes, avec les racines.

Ces dernières (sans les rhysomes) pourront être mises à sécher avant d’être intégrées à votre compost.

 

Couvrir le sol

Nous l’avons eu : cette adventice témoigne donc d’un sol, ou plus exactement, d’un sous-sol compacté.

Notre objectif sera donc ici de décompacter la terre, le plus naturellement possible.

Paillage sur terre sableuse
Un bon paillage va à terme ameublir le sol…

En couvrant le sol, avec des matériaux diversifiés, nous allons favoriser la vie dans ce sol, et notamment des vers de terre…

Ces mêmes vers de terre vont se charger alors de travailler la terre, à différentes profondeurs, la rendant ainsi plus souple et aérée.

Finalement, le liseron n’aura plus de raison d’être… et disparaîtra, naturellement.

Bon, ok, cela va demander un peu de temps (probablement plusieurs années) et un petit coup de main (arrachez au passage un maximum de repousses – ce qui est plus facile dans une terre couverte qu’à nue – cela contribuera également à l’épuiser).

Mais c’est bien ainsi que vous parviendrez peu à peu, à un potager naturel digne de ce nom, et indemne de plantes envahissantes !

 

Vos commentaires sont bienvenus ci-dessous.

 

S’abonner
Notification pour
guest
105 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
isabelle giovannetti
isabelle giovannetti
25 février 2022 11 h 42 min

Il manque une information inédite mais cruciale : Au sol ; une tige de liseron sans obstacle poursuit sa pousse jusqu’à combien de mètres ?…j ai pu constater que certaines.branches avant d enlacer une autre plante pouvaient déjà atteindre au sol plus de 7.mètres….pouvez vous m indiquez sa longueur totale sans obstacle ?.un couvert très utile, fleuri et protecteur pour les insectes et les petits animaux…très utile pour eviter les chutes de pierres en pente MAIS ATTENTION A SON EPAISSEUR DE MAILLAGE QUI DEVIENT UN VRAI TAPIS FLEURI ET INVASIF AUX DETRIMENTS D.AUTRES ESPECES VEGETALES . Il faut donc le choisir en le maîtrisant

Pierre
Pierre
13 août 2021 0 h 48 min

Comme je disais chaque plante à sa place dans ce monde qui est dans un monde dominé par l’êtres humains qui ne comprend pas où il pose ses pieds car on lui a instruit de mauvaise compréhension de son univers. C’était un petit plus de ma philosophie donc j’ai remarqué parmi ces années ignorance de l’être humain pourvu que le futur soit propice. Bon courage à tous amicalement Pierre

Pierre
Pierre
13 août 2021 0 h 23 min

Merci pour ce partage de savoir on croirait que le liseron est inutile mais en réalité comme vous le dites il a son utilité comme toute plante dans ce monde et je crois que je vais le regarder d’un nouvel œil car en effet j’ai remarqué que les abeilles polenise beaucoup les fleurs et son odeur est particulière mais malheureusement elle encaisse beaucoup mais espace potagères mais en effet en remarquant bien les effets de la pomme de terre il n’y a aucun liseron

Anny
Anny
4 août 2021 13 h 01 min

Merci pour vos commentaires sur le liseron. Les tagètes (oeillets d’Inde) ne fonctionnent pas : tous les ans j’ai du liseron dans mes tagètes ! Sol non compacté car bêché chaque année. Je vais essayer le vinaigre blanc pour remplacer les produits chimiques.

Isa
Isa
24 juillet 2021 6 h 44 min

Merci

Marinette
Marinette
2 juillet 2021 23 h 30 min

Il me semble avoir lu dans un ancien Rustica que le purin de liseron serait destructeur des pieds de liseron. Avez vous dew références à ce sujet ?

Emilie
Emilie
1 juillet 2021 13 h 22 min

Bonjour à tous
Nous tentons une jachère fleurie naturelle.
Depuis 2 ans nous sommes envahis par le liseron qui étouffe littéralement tout le reste.
Nous ne coupons cette jachère qu’à l’automne mais là, début juillet nous hésitons à tout couper pour que les autres plantes puisse respirer.
En même temps, nous n’avons rien contre le liseron !
Que nous conseillez vous ?

Merci d’avance pour votre réponse
Emilie

NOEL jean Claude
NOEL jean Claude
24 juillet 2021 12 h 17 min
En réponse à  Gilles le Jardinier Bio

En savoie je suis aussi envahi par du liseron. Mon sol est calcaire et dure, il faut sans cesse biner…De quel engrais vert parlez vous a mettre en automne?

angi
angi
18 novembre 2021 8 h 28 min
En réponse à  NOEL jean Claude

Un Bon paillage (20 cm paille ou foin ou feuilles ou déchets de culture) vaut 10 binages…! 😊

Nicoecolo
Nicoecolo
16 juin 2020 23 h 43 min

Le liseron jeune possède une tige très souple pouvant servir de liens (pour tutorer par ex) provisoires au potager
S’il est utilisé en faisant plusieurs tours, ce lien 100% naturel a des chances de tenir la saison
Le liseron moins jeunes a des tiges un peu moins souples mais terriblement résistantes à l’arrachement
Donc il s’agit d’une plante à laisser pousser et surveiller de toute façon!

Fran
Fran
11 mai 2020 11 h 32 min

Bonjour,
J’ai renoncé depuis longtemps à me séparer du liseron qui est une plante têtue mais très jolie. De ce fait je l’utilise en « couvre sol vivant » que je coupe (mais n’arrache pas) lorsqu’il est encombrant et étouffant sur mes petites pousses. Je l’utilise également pour accrocher les pieds de tomates, enfin c’est lui qui fait le travail du coup. Je me contente de modérer son ardeur quand il devient trop dense. Enfin, le liseron n’abîme pas le sol, au contraire, il maintient l’eau et la fraîcheur, il est un abri intéressant pour nos aides jardiniers. Bref je ne vais pas au jardin pour lutter mais pour composer avec la nature.
Bonne journée.

julie
julie
11 avril 2020 13 h 18 min

Bonjour à vous. Je jardine depuis 10 ans et le liseron est arrivé voici 5 ans dans notre jardin. Je réfléchis à une façon de vivre avec: je tente cette année de lui mettre des treillages pour qu’il n’étouffe pas les plantations. Je vous tiens au courant des résultats! Et merci pour cet article qui m’incite à tenter la stratégie du vivre ensemble!!

Alain
Alain
29 mai 2021 19 h 03 min
En réponse à  julie

depuis plusieurs années j’utilise une méthode conseillée par un ami, j’étais prêt à arracher tous mes plans de fraisiers qui étaient envahis. Ce n’est pas très écolo, j’avoue mais efficace……avec un petit pulvérisateur, je pulvérise uniquement les feuilles du liseron avec un produit désherbant, je m’en suis presque débarrassé totalement même dans les allées

Elodie B
Elodie B
6 juillet 2019 19 h 26 min

Bonjour,

Étant débutante en jardinage et potager, j’ai cherché si le liseron était gênant pour le potager et je suis tombée sur votre article.
Merci pour toutes ces informations bien utile. Nous avons du liseron près de nos pieds de courgettes ce qui ne pourra que aider à la pollenisation!

Bruno
Bruno
30 avril 2019 9 h 58 min

En tant que paysagiste de lobgye date, je peux dire que le liseron adore…le glyphosate…
Il y en a quasiment dans tous les massifs de rosiers par exemple…
Cela me fait dire qu il pourrais y avoir un lien entre acidite du sol et liseron
Je n ai pas observé qu il pousse sur sous sol tassé, comme certains plantains par exemple
On parle d exces d azote… c est sur que dans les rosiers il y a aussi cocktail roundup+engrais, sinon ca ne me parle pas non plus
En tout cas le liseron travaille certainement le sous sol ce qui est positif.
Le paillage copeaux n améliore rien d après mes observations
Je partirai plus sur une solution afin de retirer de l acidite au sol, mais la je n ai pas assez d expexpérience
Amicalement
Bruno

Célia
Célia
20 octobre 2018 16 h 06 min

Salut a tous , la révélation du liseron m’a été faite cette année ,avant je m’acharnais a l’arracher et l’éradiquer de mon jardin jusqu’à ce que je découvre la solidité et la flexibilité de ces liserons, je les utilisent a présent en guise de corde et je trouve le résultat très satisfaisant comme quoi il faut être en synergie avec mère nature!

isabelle casanovas
isabelle casanovas
9 août 2018 10 h 57 min

Merci, je vais regarder cette plante autrement….

Des infos pour changer d’avis sur le chiendent…?? 😉

Michèle
Michèle
17 juillet 2018 8 h 02 min

Merci pour votre article Gilles, et pour tous les commentaires enrichissants. Je suis heureuse de connaître les vertus du liseron , je ne vais plus me battre mais m’en servir comme allié. Toute ma gratitude.

Filoox
Filoox
4 octobre 2017 19 h 05 min

Bonjour, je viens de ramasser plein de racines de liserons en préparant un espace de mon potager pour planter de l’ail. Ayant trouvé ces petites racines bien alléchantes , J’en ai goûté un bout et j’ai trouvé cela délicieusement frais et sucré. Du coup je les ai toutes gardées pour agrémenter une salade ce soir avec précautions malgré tout puisque j’ai lu que c’était diurétique et surtout laxatif !

Sylvie
Sylvie
26 juin 2022 17 h 17 min
En réponse à  Filoox

J’ai entendu dire que les feuilles de liseron sont commestibles aussi, comme salade ou comme épinards… Ça peut porter un autre regard sur cette plante ultraenvahisante. Pleins d’épinards gratuits. Il ne manque plus que du beurre. Je vais essayer et je vous redirai! Bonne journée !

Cjarlie
Cjarlie
22 juillet 2017 15 h 46 min

Bonjour Gilles, et tutti !
merci pour vos posts, et cet article, qui me réconcilie avec le liseron – venant de nettoyer une parcelle et rempli une brouette de coupes de liserons, je vais m’empresser de les mettre au compost au lieu de les brûler.
Je m’interrogeait à propos de ces liserons poussant à un endroit précis et pas ailleurs; voici une réponse avec cet article.
J’avais aussi lors d’une conférence entendu que la chardon enrichissait un sol manquant de magnésium.
Donc respect pour les soit-disant «mauvaises herbes».

nico
nico
21 juin 2017 9 h 20 min

le liseron est une plante de malheur qui ne présente aucun intéret en dehors de celui d’être un aliment pour les tortues terrestres. C’est une calamité pour le jardin dont tous les efforts du monde n’arriveront pas à vous en débarrasser. Bien que n’ayant jamais utiliser de round-up, qui est une arme de guerre à la base (l’agent orange) j’envisage sérieusement son emploi contre cette plante envahissante étouffante démoralisante. A mort le liseron

Heikel de JardinerFuté
Heikel de JardinerFuté
23 juin 2017 11 h 30 min
En réponse à  Gilles le Jardinier Bio

À savoir s’il l’a lu, parce que là… ^^

rieu
rieu
5 juin 2018 10 h 48 min
En réponse à  nico

consternant…

Sylvie
Sylvie
26 juin 2022 17 h 26 min
En réponse à  nico

Et bien… Ça ne marche absolument pas!!!
Étant bête et innocente il y a 30 ans, j’ai travaillé toutes les pousses de liseron au RoundUp, sur conseil d’un jardinier pro, pendant des mois… Ça n’a absolument rien donné!

Aujourd’hui je suis apicultrice et je regrette mon erreur! Tout ces poisons tuent nos abeilles et tous les autres insectes polinisateurs. Et quand il n’y en aura plus… Et bien il n’y aura plus rien à manger!
Il faut sincèrement regarder plus loin que son nez!

Thomas.
Thomas.
31 octobre 2016 21 h 32 min

Bonsoir,
Merci pour toutes ces informations et retour d’expérience. Je considère que les plantes on des millions d’années d’expérience et qu’elles savent bien mieux que nous ce qu’il faut faire pour avoir un sol fertile. La preuve c’est qu’elles poussent toute seule.
Sachons attendre, observer et comprendre ce qui ne va pas dans notre jardin.
Et arrêtons d’être perfectionniste. Les photos de jardin « parfait » ne nous disent pas combien de temps ils passent pour le nettoyer et le rendre photogénique. Ou bien encore d’aller à contre sens de la nature.
Si votre sol est vivant, couvert en permanence par un paillage ou des plantes alimentant la micro faune du sol et que celui-ci est aéré, laissez aux « mauvaises plantes » le temps de faire leur cycle végétatif pour les détruire seulement à floraison établie.
C’est à ce moment qu’elles ont le moins de réserve dans leurs racines, qu’elles ont mises toute leur énergie pour se reproduire (but ultime de tout végétal) et qu’elles ont fait un travail formidable tant sur la structure du sol que sur sa fertilisation future par sa décomposition en relarguant des éléments minéraux assimilables que les plantes classique que nous cultivons qui elles sont bien incapable de faire.
Pour l’eau bouillante sur les racines: Attention, vous détruisez toute la microfaune qui se trouve dans les parages (Température optimum de la vie biologique du sol: ente 14 et 25 °c). Pour un poil qui pousse mal, vous l’arracher tout simplement. Vous ne vous ébouillantez pas le bras. Pour le sol, c’est pareil. Si on parle en poids, la faune sur le sol (tous les grands animaux de la souris à l’éléphant) ne représente pas grand chose par rapport à celle qui se trouve dans le sol.
Le sol est un organisme vivant à part entière. Comme notre peau. Attention à ne pas vouloir la stériliser en la grattant, la retournant, l’exposant au soleil.
Si votre sol est bien nourri (élément naturel carboné), aéré par la vie microbienne et les vers de terre et à l’abris de la lumière, vous pourrez produire tout ce que vous voudrez dessus.
Quand vous allez au jardin, quoi que vous fassiez, pensez amour et vie au lieu de destruction. Ca change tout. Rétablissez un équilibre Bio – Logique, celui que la nature nous montre chaque jour.

Heli
Heli
29 septembre 2016 1 h 16 min

Bonjour,
Chouette article.
Là où ça liseronnait trop j’ai paillé, il en repousse mais tout fragile, s’arrache à la main.
Ailleurs, je coupe au pied de la tige là où ça commence à s’enrouler quand ça m’agaçe, ça sèche et hop compost en place.
Je ne le laisse pas fleurir, mais maintenant que j’ai lu l’histoire des abeilles j’ai des remords.

Dans un tout petit jardin comme le mien, 10 pas sur 10 pas, ôter le liseron c’est relaxant. Je suis moins tranquille avec le chiendent, ça c’est une vraie guerre pour qu’il laisse la place à des spontanées plus jolies (des oxalis, de la bourrache…).
Mais là encore le paillage c’est magique.

Comme Alinette, je paille et permacultive, j’ai changé de paillage chaque année en fonction des opportunités de récup’, carton brun adoré des lombrics, compost en place, paille, fibre de coco récupéré sur un vieux sommier (un bonheur ça, pour drainer et protéger de la battance)…

Plantes adaptées à ma zone très sèche, peu ou pas d’arrosage sauf à la mise en place….
Et ça s’équilibre et ça prospère.

Pour la salsepareille, j’ai connu une liqueur fabriquée avec ses minuscules fleurs à odeur de miel, dans un petit restaurant du sud d’Ajaccio, et ça a un goût extra….peut-être un moyen bio de ne plus vouloir s’en débarrasser…

105
0
Participez aux discussions sur ce sujet !x