Comment identifier les semis (reconnaitre les pousses de légumes)

Si vous débutez, ou simplement si vous cultivez pour la première fois une espèce donnée, vous ne savez pas forcément, lors de semis directs, reconnaître les pousses des légumes qui sortent de terre.

C’est bien embêtant lorsque des adventices (ou « mauvaises herbes » si vous préférez… bien qu’une herbe ne soit jamais mauvaise – elle témoigne simplement de l’état du sol) lèvent en même temps…

« Quelles herbes dois-je supprimer ? »

« En désherbant, je risque d’éliminer mes jeunes plants ! »

Nous allons donc essayer de vous éviter ce genre de désagrément, en commençant par apprendre à reconnaître les pousses de légumes en observant les cotylédons des différentes familles de légumes.

Reconnaître les pousses de légumes en observant les cotylédons des familles de légumes

Les cotylédons sont les premières feuilles apparaissant sur une plantule.

En réalité, ils sont déjà présents dans la graine (c’est une partie de l’embryon).

Les cotylédons sont là pour assurer la photosynthèse, avant même la levée du plant et en début de développement de celui-ci.

Ils fourniront également à la jeune pousse, grâce aux réserves qu’ils contiennent, les éléments minéraux dont elle a besoin pour son démarrage.

Ils disparaitront lors de la croissance de la plante.

Les cotylédons se distinguent des feuilles vraies, qui constitueront la suite du feuillage.

Ils se présentent le plus souvent par paire (on parle de plantes dicotylédones), à l’exception au potager des alliacées, ou encore du maïs, qui n’ont qu’un seule cotylédon (on les appelle plantes monocotylédones).

Dans la majorité des cas, les feuilles des cotylédons sont des feuilles simples, non lobées (avec une exception pour les crucifères qui ont des feuilles lobées)

Les plantes d’une même famille ont en général des cotylédons relativement semblables. Mais il y a là aussi des exceptions, comme nous allons le voir maintenant.

Reconnaitre les pousses de légumes à partir des cotylédons est la première et meilleure (puisque vous pourrez distinguer les pousses dès leur sortie de terre) donnée d’observation qui s’offre à nous.

Les cotylédons des alliacées (liliacées)

reconnaître les pousses de légumes - Cotylédons et premières feuilles de poireaux
Cotylédons et premières feuilles de poireaux

Au potager, les alliacées comprennent les oignons, l’ail, les échalotes ainsi que le poireau.

Les plantes de cette famille présente la particularité de présenter un cotylédon unique (ce sont donc des plantes monocotylédones).

Cette particularité est très utile pour reconnaitre les pousses de légumes appartenant à cette famille, et ce dès la levée.

Ce cotylédon, se dressant d’entrée, se différentie très peu des premières feuilles vraies.

Les cotylédons des chénopodiacées

Les légumes appartenant à la famille des chénopodiacées sont : les betteraves, les blettes (ou poirées, ou bettes), les épinards et l’arroche.

Leurs cotylédons sont des feuilles simples, par paire (plantes dicotylédones).

Ils ont une forme plus ou moins allongée et fine.

Mais l’aspect diffère considérablement selon les espèces ou même les variétés (notamment la couleur de la tige).

Cotylédons de chénopodiacées (betterave)
Cotylédons de chénopodiacées (betterave)
Cotylédons de chénopodiacées (épinards)
Cotylédons de chénopodiacées (épinards)

Les cotylédons des composées (astéracées)

La famille des composées comprend les laitues, les chicorées, les artichauts, les cardons, les salsifis, les scorsonère ou encore le topinambour.

Ce sont des légumes très différents et il est difficile de trouver des caractéristiques communes aux cotylédons, si ce n’est qu’ils se présentent également par paire (plantes dicotylédones) et sont de formes simples (plus ou moins ovale).

Pour distinguer et reconnaitre les pousses de légumes appartenant à cette famille, il faudra donc examiner les feuilles vraies.

Cotylédons de composées
Cotylédons de composées (laitue)
Cotylédons de composées (artichauts)
Cotylédons et premières feuilles de composées (artichauts)

Les cotylédons des crucifères (brassicacées)

Cotylédons de crucifères
Cotylédons de crucifères

La famille des crucifères regroupe les choux, les navets ou encore les radis ou la moutarde.

Leurs cotylédons vont également par paires (plantes dicotylédones).

Les premières pousses de crucifères sont facilement reconnaissables car les feuilles présentent 2 lobes bien distincts.

La couleur de la tige varie par contre en fonction des espèces et de variétés.

Les cotylédons des cucurbitacées

Cotylédons de cucurbitacées
Cotylédons de cucurbitacées

La famille des cucurbitacées regroupe les différentes courges, les courgettes, les concombres et les melons.

Les cotylédons des cucurbitacées (plantes dicotylédones) sont de forme simple. Ils sont rapidement volumineux et présentent une texture plus épaisse que ceux d’autres familles potagères….

Il ne sera pas forcément évident de distinguer ensuite les premières feuilles vraies des différents légumes-fruits appartenant à cette famille, car différents selon la variété.

Mais au moins, en étant capable de reconnaître les cotylédons de cucurbitacées, vous ne risquerez pas d’en arracher par inadvertance !

Les cotylédons des légumineuses

Cotylédons et premières feuilles de haricots
Cotylédons et premières feuilles de haricots

Parmi les légumineuses présentes au potager, il y a les  fèves, les pois ou encore les haricots, ainsi que quelques engrais verts (trèfles et luzerne notamment)

Les cotylédons des pois ont la particularité de rester sous terre (à moins de déterrer le plant, on ne peut donc les voir… Les premières feuilles de pois apparaissant sont donc des feuilles vraies.

Pour les autres légumineuses, qui sont des plantes dicotylédones, les cotylédons sont très petits mais épais.

Ils disparaissent rapidement après l’apparition des premières feuilles vraies.

Les cotylédons des ombellifères

Dans la familles des ombellifères, nous trouvons les carottes, le céleri, le cerfeuil, le fenouil, le panais et le persil.

Les ombellifères sont des plantes dicotylédones.

Leurs cotylédons sont allongées et très fins (ils ressemblent fortement aux cotylédons des solanacées).

Cotylédons de carottes
Cotylédons de carottes
Cotylédons et premières feuilles de céleris
Cotylédons et premières feuilles de céleris
Cotylédons et première feuille de fenouil
Cotylédons et première feuille de fenouil

Les cotylédons des solanacées

Cotylédons de solanacées (poivrons)
Cotylédons de solanacées (poivrons)

Les solanacées regroupent les tomates, les aubergines, les poivrons mais également les pommes de terre.

Mises à part pour ces dernières, les cotylédons sont assez semblables.

Ils sont de forme simple, plutôt fins et élancées, de forme oblongue (base du limbe moins large que son sommet).

Les cotylédons des valérianacées

Cotylédons et premières feuilles de mâche
Cotylédons et premières feuilles de mâche

La mâche est l’unique légume de la famille des valérianacées

Les cotylédons de la mâche diffèrent très peu de ses feuilles vraies.

Ils sont de forme arrondie, mais un peu plus allongée que les feuilles vraies.

 

Mais reconnaître les pousses de légumes par l’observation des cotylédons n’est pas suffisant pour déterminer avec certitude une espèce.

Nous l’avons vu, ils se ressemblent énormément au sein d’une famille de légumes.

Et on trouve des espèces spontanées appartenant à certaines familles, comme par exemple des crucifères sauvages.

Pour reconnaitre les pousses de légumes avec plus de précision (et de certitude), nous allons donc maintenant observer les feuilles vraies.

Reconnaître les pousses de légumes en identifiant les feuilles vraies des principaux légumes

Les feuilles vraies sont plus facilement reconnaissables.

Mais elles sont en général différentes selon les espèces et même au sein d’une famille.

Pour reconnaître les feuilles vraies des principales plantes potagères, et d’une manière générale une plante, nous avons recours à une description botanique.

Description qui précisera notamment la forme générale de la feuille ainsi que ses particularités (lobée ou non, dentelée ou non) ou encore sa disposition sur la tige (alterne, opposée ou verticillée)

Nous n’entrerons pas ici dans le détail d’une description botanique (ce n’est pas l’objectif de cet article, et ce n’est pas non plus ma spécialité… si vous voulez plus de précisions sur les différents types de feuilles, voyez par exemple ici.), mais nous contenterons de quelques photos qui, je l’espère, vous aideront à reconnaitre les pousses de légumes de telle ou telle espèce potagère en un coup d’œil…

Nous allons là encore procéder par famille.

Les feuilles vraies des alliacées

Commençons par les alliacées, avec des feuilles simples, dressées, et que l’on peut distinguer assez facilement les unes des autres à force d’observations…

reconnaître les pousses de légumes - poireau
Poireaux
Jeunes pousses d'ail
Jeunes pousses d’ail
Feuilles d'oignons
Feuilles d’oignons
Feuilles d'échalotes
Feuilles d’échalotes

Les feuilles vraies des chénopodiacées

Continuons notre reconnaissance avec quelque chénopodiacées

Feuilles de blettes rouges
Feuilles de blettes rouges
Feuillage betteraves
Feuillage de betteraves
feuilles d'épinards
Feuilles d’épinards

Les feuilles vraies des composées

Maintenant quelques plantes de la famille des composées (précisions qu’il existe une multitude de laitues et de batavia, avec des feuillages bien particulier… mais bon, je suppose que vous savez reconnaitre une salade…).

Feuillage de laitue batavia
Feuillage de laitue batavia
Chicorée frisé
Feuillage de chicorée frisée
Feuillage de topinambour
Feuillage de topinambour

Les feuilles vraies des crucifères

Les crucifères ont des feuilles assez différentes en fonction de l’espèce, mais aussi de la variété. Voici quelques exemples.

feuilles de choux
feuilles de choux
feuilles de choux chinois
feuilles de choux chinois
Feuilles de radis
Feuilles de radis

Les feuilles vraies des cucurbitacées

Les feuilles de cucurbitacées se caractérisent par 3 lobes formant plus ou moins une sorte de cœur. Mais à regarder de plus près, elles se distinguent assez facilement, par leurs couleurs ou encore leur port (les courges, melons et concombres sont des plantes coureuses, contrairement aux courgettes).

Feuilles de courges
Feuilles de courges
feuilles de courgettes
Feuilles de courgettes
Feuilles de melons
Feuilles de melons

Les feuilles vraies des légumineuses

Chacune des espèces de légumineuse présente un feuillage bien différent…

Reconnaitre les pousses de légumes au sein de cette famille est donc très facile.

Feuilles de pois
Feuilles de pois
Feuilles de haricots
Feuilles de haricots
Feuilles de fèves
Feuilles de fèves

Les feuilles vraies des ombellifères

Là encore, les feuilles des différentes ombellifères sont bien différentes (attention toutefois à ne pas confondre les fanes de carottes avec de la ciguë ! – voyez par exemple ici).

Fanes de carottes
Fanes de carottes
Feuilles de fenouil
Feuilles de fenouil
Feuilles de céleri
Feuilles de céleris

Les feuilles vraies des solanacées

Les solanacées ont des feuilles bien différentes selon les espèces. Ainsi les feuilles de tomates sont des feuilles composées (elles regroupent plusieurs folioles) alors que celles des poivrons et aubergines sont simples.

Là encore, il est très facile de reconnaitre les pousses de légumes (ou plutôt fruits en l’occurrence) au sein de cette famille.

Feuilles de tomates
Feuilles de tomates
Feuilles d'aubergines
Feuilles d’aubergines
Feuilles de poivrons
Feuilles de poivrons

 

Voilà, je pense qu’avec toutes ces indications et visuels, vous serez en mesure de reconnaître les pousses des légumes, tout au moins pour la grande majorité de vos cultures (même si j’ai omis certaines plantes potagères) rapidement après la levée… et ne plus en éliminer par méconnaissance si c’était le cas…

Observez tranquillement les jeunes pousses puis les plantes se développant dans votre jardin.

Nul doute que vous progresserez d’année en année et saurez bientôt reconnaître toutes les les pousses de légumes de votre jardin potager (vous saurez même distinguer certaines variétés).

S’abonner
Notification pour
guest
19 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
clo
clo
25 juin 2021 9 h 38 min

grand merci a vous ,

MARYVONNE
MARYVONNE
24 juin 2021 10 h 09 min

Merci, que de temps vous avez dû passer à préparer tout ça pour nous instruire… bien utile pour nous

CARDAMOME
CARDAMOME
23 juin 2021 21 h 44 min

Bien utile car j’ai seme les carottes et j’atte’de…et je vois des pousses…mais est ce déjà la carotte. A présent je vois de quoi ça a l’air, merci

Valérie
Valérie
23 juin 2021 15 h 54 min

Merci Gilles, pour cet article très complet et utile. Je fais souvent l’erreur, par négligence, de ne pas bien marquer l’emplacement de mes semis. Même dans les jardinières et bacs de mon balcon, on a vite fait de s’y perdre quand le temps des semis bat son plein. Savoir reconnaitre les cotylédons et les premières feuilles peut effectivement aider une mémoire défaillante 😉
Amicalement
Valérie

joseph
joseph
21 juin 2021 10 h 42 min

Très beau travail Gilles

Jamal
Jamal
21 juin 2021 9 h 18 min

Merci Gilles pour cet article précis et oh combien utile !!
Cette année j’ai sème des radis et des bettraves et il n’a pas été évident de distinguer les petits plants des nombreux adventis qui poussaient autour. Si j’ai réussi à ne pas arracher mes plants par erreur, je n’ai pas réussi à les sauver des limaces. Enfin c’est vie !!

Gilles
Gilles
20 juin 2021 20 h 44 min

Bonsoir !
Excellente page ! Merci !
Cela fait des années que je me dis que les vendeurs de semences devraient mettre au dos de leurs sachets une représentation ( ~ taille réelle ) des cotylédons. Ce serait très pratique quand on sème un nouveau légume et ça ne coûterait pas cher à faire !

Christian
Christian
20 juin 2021 19 h 25 min

Merci gilles
Pour tees conseils et le temps que tu nous consacres.
Toujours passionnant.
Pas encore acheté ton guide ne va pas tarder.

Audrey
Audrey
20 juin 2021 9 h 47 min

Bonjour,
Cet article est très intéressant. Même si j’ai fait une pause « cultures potagères », je garde cet article sous la main… Très bien expliqué ! Belles photos

Gilles
Gilles
20 juin 2021 4 h 18 min

Merci Gilles pour cet article mais je ne peux m’empêcher de sourire (jaune) car mon jardin vient d’être entièrement détruit par un orage de grêle.
Tous les feuillages se ressemblent maintenant, une charpie !!!
Alors ma nature optimiste va reprendre le dessus et je vais cette année me contenter d’une version allégée car il est tard pour les cultures longues (mes aubergines étaient superbes cette année)…
La nature sera toujours plus forte que nous et c’est bien comme ça !!!
Allez, haut les coeurs et courage à tous.

Claude
Claude
19 juin 2021 19 h 49 min

Bonjour Gilles,
Une seule question aujourd’hui, les autres plus tard.
J’ai plein de petits escargots pointus dans mon jardin. j’en ai ramassé des poignées qui se cachent aux pieds des arbres ou dans le potager, sous terre en milieu humide, beaucoup des coquilles sont vident. je ne sais pas d’où ils viennent? Y a-t il une explication? j’habite a Montélimar, et la mer s’est retirée depuis longtemps.
Merci de nous donner tous votre savoir.

Corinne
Corinne
19 juin 2021 13 h 37 min

Gilles, bonjour !

Un grand merci pour cet article concernant les cotylédons et vraies feuilles ! étant étourdie, il m’arrive d’oublier de noter ce que j’ai semé ou de voir apparaitre des semis spontanés et de ne pas les reconnaitre ! (coquerets du Pérou ces jours-çi);

Est-il possible à partir de votre article de photocopier les photos ? j’aimerais les avoir accrochées dans ma cabane de jardin qui n’est pas près de mon logement…
Photocopier n’est pas le bon terme, suis pas douée en informatique mais je pense que vous avez compris ;

Le bonjour de Dordogne ou, vous le savez, le temps est à l’orage !

Amicalement,
Corinne.

Anne
Anne
19 juin 2021 19 h 04 min
En réponse à  Gilles le Jardinier Bio

Bonsoir Gilles, bonsoir Corinne !
Sur mon ordinateur, un simple clic-droit, puis « enregistrer l’image sous », touche « enter » et c’est fait !
Précision : je suis sur Mac et mon navigateur est Firefox (c’est le noeud du problème) mais comme il n’est plus mis à jour, ça devrait être bon à peu près pour tout le monde.
Merci Gilles pour cette rubrique TRRRRRRRES utile, car j’ai une façon de « semer » particulière : ayant vu échouer la plupart de mes semis « réglementaires », j’ai renoncé au conformisme et opté pour la gestion « naturelle » : je mélange un tas de graines différentes (et capables de pousser dans la même jardinière grand format), j’ajoute un mix de bonnes choses (minéraux, algues, vitamines, et autres), je parsème le tout sur la terre, je gratte un peu la terre pour recouvrir et je laisse faire la Nature. Surprise ! Ça marche !!! Bon après il vaut mieux reconnaître (justement) les cotylédons et les feuilles, et déloger les squatteuses (cadeaux du vent qui ignore que je ne peux pas manger telle ou telle plante) et c’est là que votre article m’a comblée d’aise ! Enfin je vais pouvoir reconnaître ce que j’ai semé de ce que je n’ai pas semé ! Encore merci et belle saison à vous !

Laurent
Laurent
19 juin 2021 20 h 34 min
En réponse à  Gilles le Jardinier Bio

Bonsoir Gilles , toutes et tous,

Très intéressant ton article, comme d’habitude. Merci

Pour les photos, lorsque je clique droit, l’image est directement en format jpg.

Bonne fin de soirée à toutes et tous.

Laurent (Belgique)

Thiérry
Thiérry
19 juin 2021 12 h 04 min

Bonjour
Des articles toujours intéressants:
techniques, bien illustrés, et instructifs .
A la portée de tous
De nombreuse astuces.

Merci Gilles! Un lecteur assidu
Membre actif « Grainothèque Roanne » Semences libres en Roannais-

Christiane
Christiane
19 juin 2021 9 h 57 min

Merci pour ce panorama des feuilles des principales plantules potagères. Début mai j’ai fait la méprise en désherbant autour de ma rangée d’oignons, croyant arracher des herbes indésirables j’étais en train de supprimer de jeunes plants de bettes, jusqu’à ce que le doute me prenne. En fait j’ai eu une culture de bettes deux ans en arrière sur cet emplacement et des graines perdues se sont ressemées spontanément.

D’ailleurs je voudrais savoir s’il est indispensable de repiquer ces plants ailleurs ou si je peux laisser faire la Nature, les plantes savent certainement mieux que moi trouver l’emplacement qui leur convient pour pousser ; mais d’autre part je lis souvent qu’il vaut mieux éviter de replanter une même famille de légumes sur le même emplacement pendant un laps de temps variable selon les espèces, conseil pas toujours facile à appliquer quand la surface du potager est réduite et surtout s’articule autour du bâtiment d’habitation, avec son lot de contraintes pour l’exposition.

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetourner sur la boutique
      Calculate Shipping