Doryphore – Moyens préventifs et traitements naturels

Les doryphores (oui, ça s’écrit comme cela… et pas “dorifor”, comme je le vois très souvent) sont une véritable plaie pour les jardiniers qui cultivent des pommes de terre ou des aubergines, et ce depuis les années 40…

Une invasion de Leptinotarsa decemlineata (c’est le nom scientifique du doryphore) peut en effet détruire totalement vos plantations, et ce, en quelques jours seulement…

Alors, ceux et celles qui me suivent régulièrement connaissent ma réticence à tuer un insecte ou tout autre animal, quel que soit son degré de “nuisibilité“. Car on s’engage alors dans une lutte sans fin, contre-nature.

Pourtant, dans mon potager naturel, s’il y a bien un insecte pour lequel je déroge sans scrupule à cette règle, c’est bien celui dont nous parlons ici.

Et ce pour 3 raisons…

Pourquoi combattre les doryphores ?

  1. Cet insecte n’est pas indigène dans nos contrées. Il est arrivé de manière accidentelle et, de ce fait, a peu de prédateurs naturels ;
  2. Ses larves peuvent totalement détruire une plantation de pommes de terre ou d’aubergines en très peu de temps ;
  3. Leur destruction est légalement obligatoire !

Mieux connaître le doryphore pour le combattre plus efficacement

Originaire d’Amérique et importé accidentellement en Europe dans les années 1920 (dans la région bordelaise, semble-t-il), le doryphore de la pomme de terre est un coléoptère (mesurant environ 10 mm à l’âge adulte) qui s’est rapidement étendu à toutes la France (dans les années 40).

Il se nourrit exclusivement de plantes de la famille des solanacées (en particulier les pommes de terre et les aubergines) dont il dévore les feuilles. Les larves sont particulièrement voraces et peuvent ravager une culture de pommes de terre en très peu de temps.

Les populations peuvent devenir très importantes lors de printemps particulièrement chauds (il ne devait donc pas y avoir trop de problèmes cette année !).

L’adulte passe l’hiver enfoui dans le sol pour sortir au printemps et pondre (sous les feuilles) 1 ou 2 semaines plus tard. Les larves éclosent environ 1 semaine après la ponte. Elles muent et se nymphosent ensuite dans le sol pour ressortir au printemps suivant. Il arrive également qu’une seconde génération apparaisse lors de l’été.

Attention : ne confondez pas les larves de doryphores et les nymphes de coccinelles en fin de mue ! Les premières ont des points noirs sur les côtés, mais pas sur le dos. Alors que les secondes en ont sur le dos (et éventuellement aussi sur les côtés, selon les espèces).

 

Larve de doryphores
Larve de doryphore en plein repas… ses points noires sont sur les côtés
 
Larve de coccinelle
Nymphe de coccinelle en fin de mue. Elle a des points noirs sur le dos…

Moyens de lutte contre les doryphores

Contrairement à ce que pensent de nombreux jardiniers (et ce fut longtemps mon cas…), il est tout à fait possible de se débarrasser naturellement de ce ravageur.

Une biodiversité importante permettra de limiter la prolifération de cet insecte indésirable dans nos jardins, notamment grâce à la présence de certains prédateurs (coccinelles, carabes, oiseaux et autres auxiliaires). Mais ce n’est malheureusement pas toujours suffisant…

Voyons donc les principales techniques de lutte biologique (Il est bien sûr possible, et même souhaitable, de combiner ces méthodes) :

Les poules

Vous avez des poules ? Lâchez-les au potager avant la mise en place des cultures.

Elles graterons le sol à la recherche de nourriture.

Les indésirables seront ainsi en grande partie éliminés.

Les associations

Certaines plantes (tanaisie, lin, haricots, souci, ricin*, ail ou encore raifort…) ont pour réputation de tenir cet insecte éloigné et peuvent donc être cultivées en association avec les pommes de terre et les aubergines.

Mais, si ces associations peuvent s’avérer efficaces tant que ces charmantes petites bêtes n’ont pas encore élu domicile dans votre potager, elles seront vaines dans le cas contraire…

Par contre, le datura semble réellement efficace, sans doute grâce à son odeur très puissante, pour l’éloigner. Mais cette plante est extrêmement toxique (D’ailleurs, les agriculteurs ont pour obligation de l’éliminer) et de plus très envahissante. Dès lors est-ce bien raisonnable d’en mettre dans son potager ?

*Quand j’ai débuté, j’utilisais du tourteau de ricin comme fertilisant et n’avais alors aucun problème de doryphore. Mais j’ai abandonné cet engrais organique du fait de sa toxicité pour les mammifères).

Les traitements naturels

Il existe des traitements “bio” contre ce ravageur.

Les insecticides à base de pyrèthre détruisent les adultes, mais ils ne sont pas sans conséquence sur la vie animale…

Un autre produit, à base de Spinosad (une bactérie naturelle) a également vu le jour (voyez par exemple ici)… Il est apparemment efficace contre les larves et jeunes adultes (mais très cher), mais pas seulement…

Pour ma part, je me refuse donc complètement à utiliser ces produits de traitement, fussent-ils d’origine naturelle.

Les larves peuvent quant à elles être détruites par un insecticide naturel, le Bacillus Thuringiensis (Il existe un insecticide spécifique pour les larves de doryphores, BT Novodor, mais apparemment, il n’est plus commercialisé…). Il m’est arrivé, par le passé, d’en pulvériser (avec succès) sur mes pommes de terre en situation particulièrement critique.

Les BT étant sensibles aux ultra-violets, les traitements doivent être effectués en fin de journée.

Le ramassage manuel des doryphores (larves et adultes)

Tous les matins, je faisais (plus besoin…) le tour de mes plantations de pommes de terre (environ 2000 m2 cette année…) et d’aubergines.

Je détruisais systématiquement les adultes et les éventuelles larves s’y trouvant. Je les écrase à la main, laissant leurs cadavres sur place et espérant ainsi traumatiser leurs congénères… Ce n’est pas très ragoûtant. Aussi, ma fille préférait quant à elle les récolter dans un petit récipient et aller ensuite les noyer.

Mais surtout, lorsque je voyais un adulte, et à fortiori des larves (l’éclosion a alors commencé et il faut agir dans les plus brefs délais), je retournais les feuilles alentour à la recherche de pontes (attention à ne pas les confondre avec les pontes de coccinelles, assez semblables). Et si je voyais des œufs, je les détruisais également (en frottant énergiquement la feuille).

 

Oeufs de doryphore sur pommes de terre
Œufs de doryphores sous une feuille de pommes de terre

 

Oeufs de coccinelles
Œufs de coccinelles

 

Pour compléter notre tour d’horizon de la question, notons également que les larves tombées au sol sont incapables de remonter sur le feuillage (apparemment, ce n’est pas si vrai que cela…). On peut donc secouer les pieds de pommes de terre envahis pour les débarrasser de ces visiteurs indésirables.

Si l’on s’y prend suffisamment tôt, on arrive ainsi à maîtriser le développement de colonies. Mais la prolifération est très rapide. Il est donc impératif d’être assidu (au moins une fois par jour) à cette “chasse”, en particulier dès le début de la culture.

Le Doyphora 30CH  (mise à jour)

Un médicament homéopathique pour se débarrasser définitivement des doryphores et préserver ainsi vos cultures de leurs ravages ?

Oui, c’est possible…

À vrai dire, lorsque j’ai lu le commentaire de Claude à ce sujet, j’étais quand même plutôt sceptique… Mais j’ai décidé d’essayer ce fameux Doryphora 30CH (à demander en pharmacie)

Et, à mon grand étonnement, en 2 ans, je me suis complètement débarrassé de ce ravageur !

Pour voir en détail, étape par étape, comment je suis finalement parvenu à reléguer ce ravageur au rayon des lointains souvenirs. Et surtout comment vous pouvez en faire autant, téléchargez “Ma Méthode Anti-Doryphores” (formulaire plus haut).

 

Et vous, comment réagissez-vous face à une attaque de doryphores ? Connaissez-vous d’autres techniques naturelles efficaces ?

S’abonner
Notification pour
guest
242 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Claude
Claude
15 août 2013 20 h 24 min

Bonjour Gilles.
J’habite dans le NOORD, au delà de la frontière, en Belgique, Haute Ardenne.
Les doryphores sont apparus dans mes pommes de terre en y faisant de sérieux dégâts, il y a déjà quelques années. J’ai donc essayé plusieurs “trucs”.
La récolte, tant des adultes que des larves, est assez harassante et surtout abîme les fanes. Les larves tombées remontent très facilement jusqu’aux feuilles ; jetées dans du vinaigre, elles meurent très rapidement.
L’insecte passe l’hiver, enterré, à l’état adulte ; même les grands froids (plusieurs nuits à -20°) ne peuvent l’éliminer.
La manière radicale pour les faire disparaître, tout à fait écologique (aucun produit de synthèse depuis les 27 ans de mon potager), est l’utilisation de l’homéopathie.
Doryphora 30 CH (granules).
Faire fondre 5 granules dans de l’eau de pluie (de préférence) ou de puits. La fonte peut prendre un certain temps, plusieurs heures.
Agiter pendant 1 minute (dynamisation).
Diluer à 1/10 ième et agiter pendant 1 minute.
Verser dans le pulvérisateur.
Traiter par temps calme et couvert.
Traiter dès l’apparition des feuilles des patates.
Répéter tous les matins, jusqu’à la disparition des doryphores. 3 pulvérisations suffisent.
Le traitement éloigne les adultes qui ne viennent pas pondre.
Si les larves sont déjà présentes, avec ce traitement, on voit la plupart des petites bêtes rouges fuir hors du champs (spectaculaire).
Faute de patates, le doryphore adulte s’attaquera parfois aux carottes ou d’autres plantes sauvages, sans pouvoir vraiment se reproduire.
La tomate lui plait aussi ; c’est une solanacée comme la pomme de terre ou la douce amère…
Naturellement, Claude.

BIORAF
BIORAF
17 mars 2014 16 h 48 min
En réponse à  Claude

Bonjour à vous tous, jardiniers de toutes plantes

Je cultive un jardin partagé avec une dizaine de jardiniers. Nous serions partisans de cette solution homéopathique, nous avons cependant plusieurs interrogations suite à l’utilisation de “Doryphora 30 CH (granules)” pour faire fuir les doryphores.
Si je reprend les explications:

1) “Faire fondre 5 granules dans de l’eau de pluie (de préférence) ou de puits. La fonte peut prendre un certain temps, plusieurs heures.”
–> quelle quantité d’eau pour 5 granules? 1 fond de verre ou 1 L d’eau, 10L?
–> quelle surface de patates est couverte par la dilution de ces 5 granules?

2) “Traiter par temps calme et couvert”
“Traiter dès l’apparition des feuilles des patates”
“Répéter tous les matins, jusqu’à la disparition des doryphores”
–> C’est pas très clair : faut il appliquer la solution dès l’apparition des feuilles (vierges de doryphores), ou bien est-ce lors de l’apparition des doryphores sur les feuilles? (ce qui ne correspond pas du tout à la même période)
–> En lisant tout ça je me dis que c’est au moins aussi lourd que le ramassage, sinon +!

3) “Tous les matins”
“Par temps calme et couvert”
-> Ces conditions météo ne sont malheureusement pas en place tous les matins!

4) “3 pulvérisations suffisent”
–> Toujours pas très clair au niveau de la mise en oeuvre : “3 pulvé” ou “tous les matins”??

5)”Le traitement éloigne les adultes qui ne viennent pas pondre.
Si les larves sont déjà présentes, avec ce traitement, on voit la plupart des petites bêtes rouges fuir hors du champs (spectaculaire).”
–> Ah là c’est sûr que ça fait envie!! 🙂

6) Dans le cas ou vous seriez en mesure de répondre à toutes ces questions, ou pourrait-on se procurer cette solution homéopathique?

Merci pour les précisions que vous pourrez apporter et le temps que vous y consacrerez

BIORAF

BIORAF
BIORAF
18 mars 2014 12 h 32 min
En réponse à  Gilles le Jardinier Bio

Bonjour Gilles,

merci pour cette recherche apportant quelques précisions d’utilisation
Je vais consulter mon groupe de jardinier et pourquoi pas essayer cette solution sur une partie des pommes de terre, de manière à constater de l’efficacité sur une zone traitée par rapport à une zone qui ne le serait pas

Merci de nous tenir informé des résultats, je ne manquerais pas d’en faire autant!

Bonne saison, avec ce beau temps, ça commence fort!

Claude
Claude
18 mars 2014 20 h 45 min
En réponse à  BIORAF

Bonjour.
Avec cet hiver doux, nous aurions tendance à commencer tôt nos travaux de jardinage.
Donc, une certaine fébrilité nous fait vibrer.
Gilles (le jardinier Bio) a bien repris les consignes, et son commentaire est correct.

Pour compléter et rassurer un maximum BIORAF :

1) Pour respecter la concentration (même si elle est homéopathique) la fonte des 5 granules se fait dans 1 litre d’eau (de pluie ou de puits : eau vivante).
Puis, on rediluera cette préparation dans 10 litres (moi, mon pulvérisateur fait 5 litres, donc je dilue 1/2 litre de préparation dans les 5 litres) et on pulvérise.

2) Il faut traiter dès l’apparition des 2 premières feuilles, sans attendre de voir de doryphores. De cette manière, on éloigne les insectes (même si ils étaient déjà présents dans le sol durant l’hiver) dès leur sortie. 2 feuilles à traiter, c’est vite fait et on couvre, avec 10 litres, une sacrée surface.
Si on doit pulvériser parce qu’on a trouvé des larves sur des plants de patates déjà bien développés, il va falloir et du temps, et du produit (traiter le feuillage recto verso) ; ça marche, mais c’est beaucoup plus fastidieux.
Et des granules, dans le petit tube, il y en a 240…
Par expérience, je traite 3 fois (1 cycle) ; sans attendre de voir de doryphores (j’en ai eu trop souvent), et ça suffit.
C’est beaucoup moins difficile que de ramasser les insectes adultes ; pour les larves ou les oeufs, c’est encore bien pire…

3) “Le matin, par temps calme et couvert.” Comme pour toute pulvérisation, pour éviter le lessivage par la pluie, la dispersion trop importante par le vent, les brûlures par le soleil (effet loupe des gouttes d’eau), l’excès de rosée.
En traitant les toutes petites feuilles sortant du sol, on évite presque toutes ces contraintes. 3 matins successifs suffisent (1 cycle).

4) Pour voir fuir les grosses larves, il faut avoir tardé à faire le traitement (ce qui m’est arrivé lors de mes débuts dans cette technique ; maintenant je traite suffisamment tôt).

Le doryphore reste un très joli insecte, mais que de dégâts ; à croire qu’il n’a pas de prédateur…

Bonne récolte.

Claude.

BIORAF
BIORAF
19 mars 2014 12 h 39 min
En réponse à  Claude

Merci beaucoup Gilles pour ce forum et ta réponse.
Merci Claude pour ces précisions qui me conforte dans la démarche à suivre.
Je vous donnerais des nouvelles

BIORAF

Michele
Michele
22 juin 2019 8 h 45 min
En réponse à  Claude

Merci beaucoup pour tous ces renseignements. Gilles n a plus de doryphores après 2 années de traitement…et vous, vous continuez d’en avoir tous les ans. Nous venons juste de trouver des doryphores. Nous allons malgré tout tester votre traitement et l’année prochaine nous débuterons le traitement des la culture commencée. J ai bien pris notes de toutes vos informations. Merci beaucoup

Florence
Florence
1 avril 2021 13 h 47 min
En réponse à  Claude

Bonjour Claude,
Combien de temps peut on conserver la préparation avant dilution ?
Je vais commencer pour la première fois ce traitement.
Merci
Florence

BIORAF
BIORAF
2 juin 2014 12 h 56 min
En réponse à  Gilles le Jardinier Bio

Bonjour,
je reviens vous donner quelques nouvelles concernant le traitement homéopathique
Nous n’avons malheureusement pas pu traiter toutes les patates dès l’apparition des feuilles (le climat en a décidé ainsi!)
Malgré cela, les premiers résultats sont encourageants, les doryphores ont l’air moins présents que les années précédentes pour le moment.
Les pommes de terres sont déjà a un stade bien avancé et je n’ai pu effectuer qu’un cycle, je vais essayé un nouveau cycle car il était conseillé d’en faire 1 tout les 15j…cela fait un mois que je n’ai pu pulvérisé…
Donc, étant donné le peu de rigueur que j’ai pu appliqué pour ce premier essai, nous ramassons les doryphores régulièrement, sans parler d’invasion pour le moment.
J’espère pouvoir réiterer l’expérience la saison prochaine
L’efficacité du traitement semble être au rendez-vous, les plants sont magnifiques et déjà en fleurs!

Richard Fortier
Richard Fortier
23 avril 2021 21 h 47 min
En réponse à  Gilles le Jardinier Bio

Bonjour, je suis au Québec.J’ai passé des heures à chercher le Doryphora-30ch??? C’est embêtant car c’est le même nom que l’insecte qu’on veut prévenir??

Jocelyne
Jocelyne
10 mars 2023 10 h 36 min
En réponse à  Richard Fortier

Le principe de l’homéopathie est de traiter le mal par le mal, en administrant un produit qui à forte dose, provoque le symptôme. Donc Doryphora est une dilution de doryphores qui imprègne les granules. C’est Boiron qui fabrique.

Zicorat
Zicorat
9 mars 2015 8 h 30 min
En réponse à  Claude

Bonjour Claude, j’ai acheté du Doryphora 30 ch cette année! Dans quel volume tu fais fondre les granules? Merci

Zicorat
Zicorat
9 mars 2015 9 h 06 min
En réponse à  Gilles le Jardinier Bio

Merci, j’étais resté sur le com d’aout 2013!

jean paul le meignen
jean paul le meignen
26 mai 2018 10 h 27 min
En réponse à  Claude

Je voudrais savoir dans quelle quantité d’eau faire fondre les granule de doryphora.
Merci d’avance.

MLPJ

DEFRAIN bernard
DEFRAIN bernard
2 juin 2018 8 h 43 min
En réponse à  Claude

Bonjour,
Combien de granules pour 5 litres d’eau dans le pulvérisateur,

je produis les légumes pour la famille en bio avec un cheval de trait,voir la page FACEBOOK”PENSEE de LE HAMEL”

Pour le mildiou,j’utilisais la bouillie bordelaise mais, je vais essayer le bicarbonate de soude sur 5 rangs.

Merci.

Toubal
Toubal
8 juin 2018 9 h 50 min
En réponse à  Claude

Merci pour vos conseils, car c’ une vraie calamité ces doryphores, je vais tester votre méthode mais je pars 3 semaines en juillet que faire sur cette période

Prieur
Prieur
29 juin 2018 10 h 09 min
En réponse à  Claude

Bonjour, je lis votre explication sur la lutte contre les doryphores avec un grand intérêt, certains plans de patates sont couverts de larves que j’ai détruites à la main sans état d’âme !! J’ai pulvérisé de la terre de diatomée (problème très coûteux) ; j’ignore si cela sera efficace.
Ou peut on se procurer les granules de doryphorea 30 ch ;
Quelles quantités sont nécessaires ? Quelle est la fréquence du traitement ?
Merci de vos réponses
Cordialement

bentin
bentin
29 juin 2018 21 h 23 min
En réponse à  Prieur

Bonjour,
En pharmacie… il faut qu’ils commandent auprès du laboratoire boiron car c’est une préparation…
Pour l’instant j’en ai mis… il y des doryphores mais moins on dirait…

francis
francis
5 août 2018 9 h 56 min
En réponse à  Claude

combien d’eau pour 5 granules ??merci d’avance

sylvie latour
sylvie latour
24 mars 2019 13 h 33 min
En réponse à  Claude

Bonjour,
Merci pour ce conseil .Dans quelle quantité d’eau de pluie mettez vous les granules?
Cordialement
S.Latour

vanessa
vanessa
7 juin 2019 13 h 22 min
En réponse à  Claude

madame 5 granules dans combien d’eau?
diluer i/10ème donc 10x plus

pit
pit
9 juin 2019 15 h 39 min
En réponse à  Claude

l’homéopathie comme insecticide? puisqu(i n’y a aucune trace de la moindre substance avec une dilution a 30ch, votre truc serait de pulvériser de l’eau sucré sur les plante… je doute fort que cela fasse partir ses petites bêtes, ce n’est pas sérieux. Un conseil à ceux qui s’y risqueraient, crosez les doigts et invoquez satan en espérant qu’elles déménagent chez le voisin.

hub
hub
22 juin 2019 17 h 07 min
En réponse à  pit

les granules ne sont pas en sucre mais en lactose me semble-t-il !

pit
pit
22 juin 2019 19 h 48 min
En réponse à  hub

Des globules de saccharose
pour plus de précision sur cette pseudo-médecine, vous pouvez consulter la page wikipédia qui est très bien sourcée, ça évitera de se baser sur témoignage personnel et ainsi évier de propager des fake-news.

Domjudas03
Domjudas03
31 mai 2020 6 h 35 min
En réponse à  pit

Concernant Wikipedia, c’est vous et moi qui l’alimentons donc pas forcément scientifique….

'
'
23 juin 2019 14 h 07 min
En réponse à  pit

L’INRA a démontré que 1g de sucre dans 10Ld’eau, en pulvérisation , permet aux arbres fruitiers de mieux se défendre contre insectes et maladies.
L’INRA est-il à mettre en doute….!!!!
Alors Pit ???

Martine
Martine
22 juin 2019 14 h 08 min
En réponse à  Claude

Merci d’avoir partagé votre expérience avec Doriphora. Je vais faire cette préparation dès que j’ai le tube de granules.

Claude BELLIER
Claude BELLIER
27 juin 2019 11 h 10 min
En réponse à  Claude

5 granules dans quelle quantité d’eau?
Merci,
Claude Bellier

daniel
daniel
28 juin 2019 18 h 35 min
En réponse à  Claude

ou peut t’on trouver du doryphora 30 ch merci ?

JOJO
JOJO
16 juillet 2019 11 h 21 min
En réponse à  Claude

Ce qui est très intéressant c’est de prendre de la sauce tabasco ( 1ml /l d’eau) et les doryphores disparaissent tout simplement je ne sais d’ailleurs pas où.

Eric
Eric
1 septembre 2019 21 h 13 min
En réponse à  Claude

Bonjour Claude

Merci pour cette bonne formule.

Mon jardin est envahi de courtilières. Je ne sais pas comment m’en débarrasser, bio bien sûr. Si tu as une formule du type doriphores, je suis preneur.
merci
Eric.

Freddy
Freddy
8 mai 2020 11 h 05 min
En réponse à  Claude

Bonjour Claude, merci beaucoup pour ces explications précises.
S’ils s’attaquent à d’autres plantes, peut-on aussi traiter avec doryphora de la même manière ?
Frédérique

Francoise
Francoise
7 juin 2022 13 h 50 min
En réponse à  Claude

Merci pour ce partage, on oeut donc pulvériser toutes les plantations avec ?

Stéphane
Stéphane
2 février 2024 8 h 11 min

Bonjour Gilles , je n’arrive pas a trouver Doryphora 30 CH en pharmacie .
As tu une solution ?
Merci .
Amicalement .

Région
Mayenne
DENIS
DENIS
4 juillet 2023 22 h 56 min

Bonjour, C’est amusant car je tombe sur ce blog et commentaires sur les invasions de doryphores seulement ce jour, car je recherchais des informations suite à une invasion de larves dans mes 40 plans de pommes de terre. Ils sont plantés depuis mi-mai, et les larves sont apparues seulement fin juin, alors que les feuilles étaient déjà assez hautes, belles et fournies. C’est la première fois que je fais des patates, et je pense donc que des doryphores adultes se sont posés lors d’un vol sur les feuilles et ont pondu. J’ai déjà ramassé (et tué bien évidemment) environ 150 larves, manuellement. Depuis 3 jours, nous ramassons entre 5 et 12 larves, pas plus. Je pense que le danger est passé, car aucun adulte en vue. Le problème, c’est que les feuilles sont très abîmées, fânées (on a aspergé de l’eau vinaigrée sur les feuilles, sans doute une erreur,)recouverte d’excréments, et le haut de certaines tiges a parfois été attaqué. Ma question: les feuilles vont-elles repartir? La pomme de terre va-t-elle continuer à se développer? Ne mieux vaut-il pas que je ramasse dans très peu de temps de petites pommes de terre plutôt que d’attendre fin juillet?
Petite note : cela est certain: les larves remontent bien du sol vers le haut des plants, en une demi- journée à peine. Et j’ajoute que les larves sont difficiles à noyer. Mieux vaut les brûler, avec précaution. Merci et bonne récolte aux vrais jardiniers, ceux qui respectent la nature.

Région
pays de la Loire
Patrick
Patrick
10 juin 2023 13 h 58 min

Doryphora: Une belle connerie, j’ai aspergé soir et matin et plus j’aspergeais les sales bêtes grossissaient. Donc j’ ai repris la bonne recette de ma voisine : une bassine et un bâton et 2X par jour plus de 100 doryphores que j’ébouillante! je pense que les commentaires pro doryphora sont sponsorisés par les labo!!!

Région
24000
Didier
Didier
18 juin 2022 11 h 09 min

” larves tombées au sol sont incapables de remonter sur le feuillage”
Bonjour Gilles,
J’ai testé votre affirmation avec des toutes petites larves (taille d’une tête d’épingle) et des moyennes et grosses, toutes remontent sur le feuillage en très peu de temps.
J’ai mis ma “récolte” de larves du matin dans une boîte et une branche de pomme de terre, l’ascension n’a pas tardé.
Sauf si on ne parle pas de la même chose…
Cordialement

pierre
pierre
19 mars 2022 11 h 43 min

Merci pour la discussion.
Effectivement j’ai moi-même utilisé le produit novodor et cela a été efficace. J’avais très peu de doryphores les années suivantes. Mais ce produit est interdit aux jardiniers amateurs. Pourquoi?
Je cherche donc d’autres méthodes et je vais tester la méthode homéopathique que je ne connaissais pas.
Maintenant, mes poules grattent toute l’année dans le jardin mais je ne suis pas sur à que cela soit efficace 100%. J’ai toujours peur d’être dépassè.

stephane
stephane
18 juillet 2021 1 h 32 min

Jai découvert l huile de Neem,(margousier)il y a de ca une 15n d année.Apres 2 ou 3 applications,finit les doriphores.J en ai eu quelques un il y a 2 ans,une application,et plus jamais.Vous devez maintenant chercher dans les produits cosmetiques,car aucune compagnies ne veut payer pour son homologation en botanique.

Jean-Claude
Jean-Claude
14 mars 2021 17 h 59 min

Je commence cette année un atelier de permaculture et votre article m’a passionné. Pour ma part, j’ai utilisé avec succès l’an dernier le savon noir (dilué bien sur), mais il faut le faire dès la sortie des plans (en préventif en quelque sorte). Mon jardin personnel étant en plein village, j’ai été l’un des seuls à ne pas faire de “l’élevage de doryphore”. Les pulvérisations de savon noir répétées toutes les semaines sont efficaces.
Pour l’atelier de permaculture, je vais essayer d’alterner les soucis, les pommes de terre, les haricots. Intervenant sur un terrain isolé et qui n’était pas cultivé depuis plus de vingt ans j’espère que cela suffira.

Florence
Florence
1 avril 2021 18 h 22 min
En réponse à  Gilles le Jardinier Bio

Bonjour Gilles
Combien de temps peut-on conserver la préparation initiale (5 granules dans le litre d eau) ?
Ce sera ma première expérience avec Doryphora.

Raphaël
Raphaël
11 juin 2021 14 h 41 min
En réponse à  Florence

Bonjour,
La question ne m’est pas adressée, je me permets tout de même de vous répondre.
J’utilise l’homéopathie depuis environ 10 ans contre les doryphores dès leur apparition. Il me semble que le mélange se conserve très peu de temps,
il vaut mieux préparer juste ce dont on a besoin. Le coût du traitement n’est finalement pas très onéreux. Je pulvérise tous les jours ou un jour sur deux tant qu’il y a des parasites. En général, 3 ou 4 interventions suffisent.

Tristan
Tristan
19 janvier 2021 17 h 11 min

Bonjour,

après avoir eu durant plusieurs année des attaques de doryphores (l’année dernière il a fallu que je brule touts les plants avant récolte), j’ai décidé de suspendre ma production de pommes de terre.

Donc j’aimerai savoir durant combien d’années je vais devoir attendre pour être sûr que la grande majorité de ces indésirables a fichu le quand de mon potager.

Merci d’avance pour vos raiponces.
Tristan.

andré
andré
28 juillet 2020 22 h 29 min

faire des essaies avec l amanite phalloide , essaies enfumoir d apiculteur , essaies piqué chaque pomme de terre avec produit répulsif

DÉDÉ
DÉDÉ
21 juin 2020 13 h 31 min

Bonjour Gilles demain demain je dois pulvériser mes pommes de terre contre le mildiou est-ce que je peux mélanger le doryphora 30CH car il me reste assez un mélange pour 5 litres est-ce que je peux bien mélanger les deux ensemble en tout cas merci de tes conseils j’ai beaucoup de moins de doryphore maintenant tous les jours je les ramasse quelques-uns
Pour plus d’informations sur moi je reste dans le nord du côté de Saint-Amand-les-Eaux merci encore pour tes conseils l’année prochaine je mis prendrais au début de la pousse des plants de pomme de terre. Merci encore

Freddy
Freddy
8 mai 2020 11 h 10 min

Rebonjour
Vous ne parlez pas du purin d’ortie contre les doryphores.?
Merci

DéDé
DéDé
10 juin 2020 11 h 42 min
En réponse à  Gilles le Jardinier Bio

Bonjour Gilles je suis nouveau sur le forum je voudrais savoir une fois qu’on a éliminé éloigné les doryphores est-ce qu’il faut traiter tous les ans merci de me répondre et à bientôt.

DéDé
DéDé
10 juin 2020 12 h 28 min
En réponse à  Gilles le Jardinier Bio

Ok merci Gilles

gérard
gérard
1 octobre 2019 23 h 04 min

Bonjour ,c’est la 3eme année de suite que la grande sauterelle verte (téttigonia viridissima) ou sauterelle sabre s’invite dans mon coin pommes de terre ,elle raffole de larves de doryphores. Depuis je ne pratique presque plus la chasse à ces bestioles en faite c’est le prédateur de ces bébêtes .Si vous avez la chance un jour dans voir dans vos patates ne les chassez pas.

ben
ben
10 août 2019 14 h 43 min

Bonjour , je souhaite apporter mon témoignage :
Utilisé en Ukraine sur un champs de pomme de terre 2 ha entouré d’autre champs de pomme de terre non traités , DORYPHORA 30 CH utilisé selon le protocole décrit ici s’est révélé extrêmement efficace car il n’y avait plus du TOUT DE DORYPHORE alors que DORYPHORA avait commencé à être utilisé tardivement fin juin. Quel satisfaction d’autant que la-bas c’est une vraie calamité depuis que les doryphores ont débarqués dans les années 1950-1960.Ma belle famille a bien constaté l’amélioration. Je précise que j’ai commandé sur internet.
Merci à Gilles le jardinier bio , une pensée émue à la science de l’homéopathie notamment le Professeur MONTAGNIER et BENVENISTE.

Helophilus
Helophilus
9 juillet 2019 19 h 19 min

Je viens de tester une méthode que je trouve très efficace si c’est fait méthodiquement : l’aspirateur

aspirer les larves c’est très facile , peu fatiguant, il faut juste être à proximité d’une source électrique et gérer l’aspiration pour ne pas abimer la plante.

julien Morille
julien Morille
30 juin 2019 16 h 19 min

Bonjour Gilles, merci pour votre retour. Le traitement homéopathique les fait fuir mais pas quand les doryphores sont installées?
Je viens de passer ramassé les mères, tuer quelque jeunes doryphores et trouver quelque larves. Je passe tous les 2 jours donc je ne suis pas envahie actuellement. Mes pommes de terres sont désormais bien levée, si je traite est ce qu’il y aura tout de même un impact sur elle. Je pars 3 semaines en vacances j’aimerais bien qu’elles soit parti plus loin en même temps que moi hi hi.

didier
didier
29 juin 2019 11 h 53 min

Le Doyphora 30CH est PARFAITEMENT INEFFICACE. j’ai testé et j’ai de plus en plus de doryphore à croire qu’ils se nourrissent de ce TRUC. La

julien Morille
julien Morille
28 juin 2019 0 h 46 min

Bonsoir, si j’ai bien compris le traitement avec l’homéopathie fais fuir les doryphores mais est ce que cela les empêche de revenir l’année suivante? Doit on repasser au niveau du traitement si on prend une averse pluvieuse sur les pommes de terre?
merci pour votre retour

Françoise
Françoise
27 juin 2019 11 h 30 min

Bonjour je suis en loire atlantique une attaque de doyphores début juin je les ai ėlimines à la main mais pas tous… aujourd’hui 27 juin j’en ai ramassé une dizaine … apparemment ils résistent aux températures de 39 degrés !

Thérèse Descamps
Thérèse Descamps
22 juin 2019 19 h 59 min

J’ai, ce soir( 22 juin) ramassé 3 larves de doryphores sur mon figuier! je retourne à la chasse sitôtle message envoyé!!!

Jijik
Jijik
22 juin 2019 19 h 32 min

Au retour de vacances, j’ai eu la mauvaise surprise de voir mes 50 plants de patates envahis de doryphores. Tous… sauf ceux qui étaient à proximité d’ognon (je penserai l’an prochain à placer des rangs d’ognon entre les patates).
Après avoir ramassé, torturé puis noyé les dorys en vue, j’ai préparé une décoction d’ognons, ajouté un peu de purin d’orties, que j’ai pulvérisé sur mes plants infestés. J’ai également répandu des quartiers d’ognons entre les patates.
Le lendemain, à peine une dizaine de dorys.
Le surlendemain, une demie douzaine…
Je sais, ce n’est pas encore gagné. Faut voir.
Mais j’y crois

0
    0
    Votre panier
    Votre panier est videRetourner sur la boutique
      Calculer les frais de livraison