Le sureau noir

Le sureau noir présente de nombreux intérêts, et pas seulement comme espèce favorable à la biodiversité…

Il a toute sa place dans un jardin !

Présentation

Le sureau noir (Sambucus nigra) est un arbuste, ou un arbre (en terre riche, il peut mesurer jusqu’à 7 mètres de haut…), appartenant à la famille des Adoxacées.

Commun dans toute la France (bien que plus rare sur le pourtour méditerranéen) et dans de nombreuses régions du monde, on le trouve fréquemment à l’état spontané dans les haies sauvages ou encore les bordures de bois.

Appréciant un bon ensoleillement il s’adapte à tous les types de sols.

C’est en outre un arbre résistant à de très fortes gelées (jusqu’à -25°C).

Il peut être planté soit de façon isolé, soit au sein d’une haie.

Dans un jardin-forêt, c’est une espèce de choix.

En fin de printemps (fin mai – juin), son abondante floraison blanche (ou rose pour certains cultivars) et odorante, sous forme de corymbes, est du plus bel effet.

Mais le sureau noir n’est pas seulement décoratif :

  • il attirera nombre de pollinisateurs et autres insectes
  • des oiseaux apprécient ses baies (crues, elles sont toxiques pour les humains, mais pas pour les oiseaux) et viendront ainsi apporter un peu plus de diversité animale dans votre jardin
  • ses feuilles, ainsi que ses branchages, peuvent être utilisés pour fertiliser la terre de votre jardin
  • ses fleurs et ses fruits (baies cuites) sont consommables
  • son bois a quelques utilités au jardin et ailleurs…

Mais avant de détailler cela, voyons maintenant comment obtenir gratuitement des plants de sureau.

Comment reproduire le sureau ?

Si vous trouvez un sureau noir dans la nature, obtenir un plant pour votre jardin sera très facile.

Vous pouvez procéder par semis de baies ou par bouturage :

Semis de baies

On peut difficilement faire plus simple.

En fin d’été, récoltez des baies bien mûres.

Placez-les dans un pot rempli de terre (enterrées de 3 ou 4 cm). Laissez ce pot en extérieur… et attendez… ça devrait germer.

Encore plus simple ? Déposez les baies dans votre jardin, directement sur le sol. Recouvrez éventuellement d’un peu de terre (mais ce n’est même pas obligatoire) et laissez faire la Nature…

 

Bouturage

Le sureau noir peut également se multiplier facilement par bouturage :

 

Quand et comment planter un sureau noir ?

Comme pour tous les arbres, la meilleure période pour planter un sureau (qu’il soit issu d’une bouture ou d’un semis, ou acheté chez un pépiniériste) est en automne.

L’arbre profitera ainsi des pluies et aura tout le temps nécessaire pour assurer une bonne reprise avant les chaleurs estivales.

L’hiver, hors période de gel, est également une bonne période.

Il demeure possible de planter au printemps, mais vous devrez alors probablement assurer des arrosages réguliers… et plus on avance dans la saison, moins la reprise sera assurée.

 

De préférence quelques semaines avant la plantation, mais vous pouvez le faire aussi juste avant celle-ci, commencez par creuser un trou de plantation d’un diamètre au moins 2 fois supérieur (3 fois c’est encore mieux, car les racines pourront ainsi se déployer plus aisément) à la motte supportant l’arbuste et d’une profondeur légèrement supérieure à celle de la motte.

Mettez d’un côté la terre extraite en surface et de l’autre la terre extraite en profondeur.

Emiettez la terre extraite. Evacuez les grosses pierres (disons plus grosses qu’une orange – les petites pierres sont utiles pour la circulation de l’air dans le sol, mais aussi comme abri pour la faune s’y développant).

Mélangez du compost bien mûr, ou un amendement organique (par exemple à base de fumier composté et d’algues), à la terre de surface.

Avec un bêche à dent, décompactez le fond du trou afin d’assurer un bon drainage.

Si les racines sont enchevêtrées dans la motte, grattez légèrement les contours de cette dernière pour les libérer (mais évitez de casser complètement la motte).

Baies de sureau noir
Baies de sureau noir

Mettez une pelletée de compost parfaitement mûr au fond du trou (j’anticipe certaines réactions : « il ne faut pas enterrer les matières organiques ! »… On est d’accord, si elles ne sont pas décomposées; mais un compost mûr l’est, et les racines trouveront ainsi une nourriture directement assimilable à portée, ce qui facilitera la reprise de l’arbre).

Placez la motte au fond du trou en veillant à ce que le dessus de la motte se retrouve au niveau du sol (le collet ne doit pas être enterré, ni trop haut). Pour se faire, enlevez ou rajoutez un peu de terre au fond du trou.

Une fois le sureau en place, remettez d’abord la terre de profondeur dans le trou.

Comblez avec le mélange de terre de surface et de compost (auquel vous pouvez éventuellement ajouter une poignée de poudre de corne).

Avec les pieds ou les mains, tassez autour de la base du tronc.

Arrosez abondamment.

Entretien

Le sureau est un arbre se développant parfaitement dans la plupart des situations.

Aussi, mis à part éventuellement quelques arrosages pour assurer la reprise si le temps est sec, il ne nécessite aucun entretien particulier.

Vous pouvez toutefois apporter un paillage à sa base au printemps.

Certains le taille pour lui donner une forme qui leur sied…

Bon, à mon sens, la Nature est une meilleure artiste que nous…

Et pourquoi lui infliger un stress non indispensable ? Si… peut-être dans le but d’utiliser les branchages issus de la taille pour en faire du BRF (voir plus loin).

Utilités

Au jardin

Pour la biodiversité

coléoptère sur sureau noir
Le sureau attire de nombreux insectes, dont toutes sortes de coléoptères, dont par exemple des scarabées

Grâce notamment à son abondante floraison, le sureau  va attirer nombre d’insectes pollinisateurs, mais pas seulement.

En effet, toutes sortes d’insectes se nourrissent de ses différents organes : fleurs, baies, tiges, bois creux…

Les larves de certains d’entre eux (coccinelles, abeilles, syrphes…) pourront même passer l’hiver à l’abri, dans son bois creux. On peut d’ailleurs vider de petits tronçons de tige pour construire soi-même des « hôtels à insectes » (les abeilles sauvages apprécieraient particulièrement cet habitat).

De même, les oiseaux (notamment les fauvettes des jardins, les grives, les merles, les rouges-gorges…) aiment y nicher, trouvant également là une nourriture à profusion (insectes, larves, baies…). Ils vont aussi disséminer des graines aux alentours, participant ainsi au reboisement !

Poussant rapidement, le sureau s’intégrera efficacement à une haie brise vent.

Vous avez un poulailler ? Plantez-y un sureau. Non seulement les poules pourront profiter de son ombrage, mais elles y trouveront une nourriture à profusion.

Le sureau participera donc activement à favoriser la biodiversité, et donc aux équilibres dans votre jardin.

Mais ses bienfaits ne s’arrêtent pas là…

 

Comme engrais naturel

On peut faire une macération de feuilles :

La macération de sureau
  • placez 1 kg de feuilles dans 10 litre d’eau
  • fermez
  • laissez macérer pendant 3 jours
  • filtrez…
  • diluez à 10 %
  • arrosez ou pulvérisez sur les plantes dont la croissance a besoin d’être stimulée

Par ailleurs, chaque printemps, le sureau noir produira de nouvelles branches en nombre.

Il est donc tout à fait possible d’en profiter pour faire du BRF à l’automne suivant (avec les jeunes branches de l’année).

Notons également que les feuilles de sureau ont un rapport carbone équilibré (voir l’article sur le compost). De ce fait, elles sont parfaites pour être intégrées à un compost (dont elles accéléreraient la décomposition) ou tout simplement comme paillage à l’automne…

 

Comme répulsif naturel

Pucerons - invasion sur plant de pommes de terre
Une macération éloignera les pucerons

Cette même macération de sureau peut être utilisée, diluée 10 fois, en pulvérisation, pour repousser les altises, les pucerons et diverses chenilles.

Versée non diluée dans les galeries, elle éloigne également les taupes, les mulots, les rats taupiers (campagnols), comme m’en ont témoigné 2 lectrices du blog (j’ignore si elles ont en réalité utilisé une macération de 3 jours ou un purin insecticide… En effet, en laissant à macérer pendant une dizaine de jours, on obtient un insecticide… Mais c’est donc un produit létal, dont je déconseille l’utilisation, car non sélectif et source de nouveaux déséquilibres).

« Depuis que je verse du purin de sureau dans les galeries (il faut parfois bien gratter avant d’arriver au trou) les rats taupiers décampent. Ouiii, ça marche! Je ne m’embête même pas à le filtrer, tout y passe jus ( beueerk ) et feuilles pourries ! (environ 1kg de feuilles pour 10 l d’eau, c’est prêt quand ça ….pue ,hihi) »

« J’ai remarqué un jour ces galeries qui minaient le jardin et rien n’y faisait Sauf qu’un jour sur le web j’ai lu un article qui conseillait le purin de sambucus nigra. Il est en effet miraculeux Quand je l’ai versé pur dans une galerie d’un grand bac de culture j’ai eu la surprise de voir le rat s’éjecter dans la minute qui a suivi. Ils reviennent bien sûr mais chaque fois j’utilise ce purin et basta les rats taupier 😉 ».

Bon, j’avoue ne pas bien voir l’intérêt concernant les rats taupiers puisqu’ils reviennent systématiquement… ils ont donc le temps de faire des dégâts dans les cultures. En fait, placer simplement des branchages de sureau, ou des baies, dans les galeries serait sans doute plus efficace ? A tester…

 

Utilisations du bois de sureau

On peut utiliser son bois pour en faire des manches d’outils (ce bois, doux au touché, ne chauffe pas à la friction et évite ainsi les ampoules…).

Des branches de plus de 3 ans seront parfaites comme tuteurs.

Du fait d’un cœur particulièrement tendre et donc facile à vider, le bois de sureau était traditionnellement utilisé pour fabriquer des flûtes (d’où son nom, Sambucus vient en effet du grec sambuke qui signifie « flûte »). Cette caractéristique ouvre d’ailleurs la porte à bien d’autres utilisations : conduites d’eau naturel (si vous avez un terrain en pente, pourquoi ne pas imaginer un système d’irrigation avec des bois creux de sureau ?), sarbacanes, étuis… Laissez libre court à vos envies !

 

En cuisine

Les fleurs de sureau noir

Les fleurs sont traditionnellement récoltées pour en faire des beignets de fleurs de sureau.

Surprenez aussi vos amis avec du sirop de fleurs de sureau… ou même du vin de fleurs de sureau !

 

Les baies de sureau

Gelée de baies de sureau noir
Les baies de sureau noir peuvent servir par exemple à faire une délicieuse gelée

Les baies de sureau noir* sont comestibles une fois cuites (elles sont par contre légèrement toxiques crues).

Elles se récoltent en fin d’été, à parfaite maturité.

On peut en faire de la confiture ou de la gelée, du sirop et même du vin…

*attention à ne pas confondre avec le sureau yèble, aux fruits non comestibles.

 

Pour la santé

Le sureau noir est riche en vitamines A, B et C, mais aussi en tanins, en fer, en caroténoïdes ou encore en acides aminés.

Contenant également des quantités importantes de polyphénols, le sureau est un puissant antioxydant.

Il est également reconnu pour ses vertus pour traiter des inflammations respiratoires (à bon entendeur…), les rhumes et plus largement les symptômes de la grippe.

Et ça ne s’arrête pas là…

Mais je ne vais pas m’aventurer plus sur un domaine qui, même s’il m’intéresse énormément, n’est pas le mien.

Vous en saurez beaucoup plus sur les vertus du sureau noir par exemple ici.

 

Finissons avec un vieux dicton, qui résume bien les choses : « Qui laisse pousser un sureau recevra mille cadeaux ».

A vous la parole (dans les commentaires ci-dessous) !

S’abonner
Notification pour
guest
19 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
JOSEPH LERAT
JOSEPH LERAT
7 janvier 2022 1 h 06 min

Ce sureau noir est il le même que le sureau a feuillage noir ?

Lucie
Lucie
2 janvier 2022 7 h 33 min

Bonjour Gilles.
Attention au sureau, mes voisins en possèdent et j’en suis envahie. Leur système racinaire traçant fait qu’il repousse à côté du pied ôté avec soin. Dans une allée non entretenue durant certainement plusieurs années et remplie de pieds de sureau (je viens d’acheter une vieille maison ) j’ai dû étendre une toile pour les éliminer . Çà marche mais les pieds repoussent à côté !!! J’aime cet arbre, l’odeur de ses fleurs, la gelée faîte avec ses baies mais malheureusement je n’ai plus qu’une envie : l’ éliminer. Voilà ce que je ressens aujourd’hui.
Merci, Gilles pour vos articles. Très bonne année.

Patrick
Patrick
7 décembre 2021 12 h 24 min

Bonjour Gilles,
Merci pour ce bel article sur le sureau.
Vous abordez également la question des taupes. A moins que je ne me répète (l’âge !) les coquilles de moules sont efficaces dans les trous ou en bordure de cultures. Avantage : un bon déjeuner, les moules, c’est vraiment bon.
En fait, reviens toujours la question d’une utilisation judicieuse des odeurs, chimie complexe.
Bonne continuation à vous.
Bien cordialement.

Muriel
Muriel
5 décembre 2021 17 h 12 min

Merci Gilles pour cette mine d’infos.
J’utilise le sureau noir depuis quelques années avec vin de fleurs, sirop de fleurs et de baies (très différents l’un de l’autre), et j’ai même récupéré un jeune arbre malmené par des quads sur un chemin forestier. Il a repris vie dans mon jardin, pour mon plus grand bonheur, où il côtoie châtaigner, figuier, noisetier et autres arbustes.

laurent
laurent
4 décembre 2021 22 h 31 min

Bonsoir Gilles, toutes et tous,

Article toujours très intéressant, merci.
Il y a aussi la gelée de fleurs de sureau, pour surprendre vos invités avec du foie gras, un pâté de gibier et ragout de gibier.

Voici la recette(trouvée sur le net) pour une douzaine de pots que je faits depuis plusieurs années, un régal

Ingrédients
40 Ombelles de fleurs de sureau; 1,4l d’eau; 1 kg de sucre gélifiant; 1 sachet de pectine; 100 ml d’eau

Procédé
– enlever les fleurs de tiges des ombelles de sureau
– laver les fleurs
– les faire tremper dans l’eau pendant toute une nuit (au frigo)
– filtrer l’eau (il en reste environ un litre)
– mettre l’eau dans une casserole à confiture et ajouter le sucre
– porter à ébullition
– mélanger l’eau( les 100ml) et la pectine
– porter à ébullition
– ajouter à la gelée
– laisser cuire le tout 4 minutes à gros bouillon
– enlever l’écume
– verser dans des pots préalablement stérilisés

Bonne soirée.

Laurent, (Belgique)

Muriel
Muriel
5 décembre 2021 17 h 08 min
En réponse à  laurent

Merci pour votre recette Laurent. Un produit de plus se rajoute à mes compositions avec le sureau.

Marielle
Marielle
4 décembre 2021 22 h 25 min

Très intéressant, je vais en mettre un dans une haie que je vais refaire (actuellement du tuya!). Je me demandais s’il il prend beaucoup d’épaisseur si on ne le taille pas?

Marie-Joëlle
Marie-Joëlle
4 décembre 2021 21 h 22 min

Bonsoir en effet le sureau est aussi recommandé dans la fabrication de buttes de culture car son bois « éloignerait » les rongeurs. Pour nous, pas de rats taupiers en vue pour l’instant§

Françoise
Françoise
4 décembre 2021 20 h 45 min

Pour chasser les taupes et les rats, j’ai enfoncé des morceaux de branches dans le sol, autour du potager, autour des cultures sensibles (safran) et çà marche!

Muriel
Muriel
5 décembre 2021 17 h 14 min
En réponse à  Françoise

Je n’avais plus de taupes dans le jardin depuis 25 ans….. et cette année, profusion de taupes….. tout autour du sureau. Cherchez l’erreur !!!

Sikorski Monique
Sikorski Monique
4 décembre 2021 15 h 31 min

Bonjour et merci j’adore vos articles toujours enrichissants, je n’ai qu’un petit jardin et en ville, Carcassonne, j’aimerais y planter un arbre et peut être que le sureau noir serait une bonne idée, 👍👍👍

Gérard
Gérard
4 décembre 2021 11 h 32 min

Bonjour,
Premier commentaire : merci pour tout ces partages et surtout pour le ton (le ton c’est bon!). Pour le sureau j’ai notamment particulièrement le « c’est prêt quand ça ….pue ,hihi  » Ça me rappelle les commentaires de voisins au sujet de mon purin d’ortie ou consoude. P’fu…des nazes fragiles… Bonne continuation
Gérard

Chauvet
Chauvet
4 décembre 2021 16 h 23 min
En réponse à  Gérard

Merci pour tous ces renseignements interessants
Je peux ajouter que je fabrique un apéritif avec les fleurs de mon sureau….
Apéro succulent.
Je peux donner la recette à qui cela intéresse…
J’en serais ravi
Amitiés à tous les lecteurs
Jean de Graveson 13690

Maryse Lietaer
Maryse Lietaer
4 décembre 2021 11 h 13 min

Bonjour, grand merci pour tous ces conseils judicieux. J’ai un petit jardin assez sauvage et je pense garder un aspect naturel le plus possible. Le sureau y trouvera sa place !! Belle journée !
Maryse

Moreau Yves
Moreau Yves
4 décembre 2021 9 h 57 min

Merci Gilles pour tous ces conseils. Je connais bien le sureau noir et l’excellente confiture (gelée) que nous pouvons faire avec ses baies.
Je me suis également fabriqué des manches avec le bois qui est très souple et résistant sur les conseil d’un vieux jardinier qui connaissait bien son affaire.

Martine
Martine
4 décembre 2021 8 h 53 min

Bonjour, merci pour cet article comme toujours très utile. Pour ma part, j’ai deux sureaux dans le jardin, un très vieux et très gros, l’autre cinq ans et déjà bien grand, mais hélas contre la maison et nous allons faire refaire les façades au printemps prochain. Il va donc falloir les enlever. Ils sont trop gros et les racines passent sous la maison (très vieille et sans fondations), on ne peut donc pas les déplacer, ils sont condamnés. De plus, ils ont été victimes cet été d’une invasion de pucerons, comme jamais je n’avais vu. Ils étaient noirs de la tête au pied. Depuis, ils sont couverts de fumagine. Dommage, mais j’en ai replanté dans la haie et rajouté la variété à feuilles rouges foncées et fleurs roses. J’utilise le sureau de toutes les façons que vous indiquez, sauf le purin que je ne connaissait pas, mais je vais essayer, et je soigne depuis toujours et avec succès les petits tracas viraux de l’hivers avec une tisane de fleurs séchées additionnée de citron et miel. Résultat garanti. Dans un autre registre, j’ai bien reçu votre livre, que j’ai dévoré d’une traite. Une mine d’informations, complétée par la version en ligne utile avec les liens supplémentaires. Merci pour ce travail gigantesque. Très bonne journée.

19
0
Participez aux discussions sur ce sujet !x