Les insectes fuient la Tanaisie !

La tanaisie (Tanacetum Vulgaree) est une plante originaire de l’Europe de l’est.

Cultivée et utilisée depuis fort longtemps comme plante médicinale par les moines, elle s’est depuis acclimatée à de nombreuses régions.

La tanaisie est une plante vivace formant chaque année de nouvelles pousses
La tanaisie est une plante vivace formant chaque année de nouvelles pousses

La tanaisie commune est une plante vigoureuse pouvant mesurer jusqu’à 1m50 et composée de plusieurs tiges qui forment une touffe relativement dense.

Sa floraison abondante et fortement odorante au mois d’août, outre son effet répulsif pour de nombreux insectes (mais au contraire attractif par exemple pour les pucerons… ce qui aura pour effet secondaire d’attirer également des coccinelles), donne une touche décorative au jardin naturel.

 

Des cultures naturellement protégées grâce à des pratiques adaptées, c’est possible ?

 

Composition

La plante de tanaisie contient du tanin, des huiles grasses ou volatiles, ainsi qu’une résine (la tanacétine : substance résineuse  extraite des feuilles et des fleurs de tanaisie, mortelle pour l’homme et les mammifères à la dose de 15 grammes).

Où trouver de la tanaisie commune dans la nature ?

On trouve aujourd’hui de la tanaisie commune (aussi appelée tanaisie vulgaire) à l’état spontané un peu partout en Europe, en particulier dans les sols légers qu’elle affectionne particulièrement.

Vous trouverez ainsi de la tanaisie ayant poussé spontanément dans les prairies, sur des rives, en bordure de chemin ou parfois même dans le jardin.

Bien qu’aimant le soleil, cette plante vivace pousse également bien dans des situations plus ombragées.

Notez qu’il est interdit de prélever des plantes dans la nature…

Aussi, pour cette raison, mais également parce qu’il sera plus pratique d’en avoir sous la main, je vous recommande plutôt d’en cultiver dans votre jardin…

Culture de la tanaisie

Feuilles de tanaisie
Tanaisie – Feuilles

Conditions de culture

Bien que préférant les sols riches en humus et plutôt frais (mais bien drainés), la tanaisie s’adapte aussi très bien en terres plus légères.

Elle supporte le calcaire mais redoute les sols très acides.

Peu gourmande, de simples apports de compost tous les 2 ou 3 ans seront largement suffisants.

La tanaisie est une plante qui s’étale facilement et a un effet inhibiteur sur la croissance de certaines plantes herbacées. Il est donc préférable de la cultiver un peu à l’écart (par exemple en bordure du jardin ou du potager).

Choisissez un emplacement plutôt bien ensoleillée (mais la tanaisie s’adaptera sans problème à un ombrage en début de matinée ou en fin d’après-midi).

Cette plante résiste sans problèmes à de fortes gelées ainsi qu’aux sécheresses (mais il peut toutefois être opportun de l’arroser en cas de sécheresse prolongée…). Elle n’aime par contre pas l’eau stagnante.

Semer la tanaisie

Les graines étant très petites, les semis sont un peu délicats.

On sème la tanaisie :

  • directement en place du printemps à l’automne, à exposition suffisamment chaude
  • ou en pépinière, également du printemps à l’automne, en petits godets individuels (les plants seront alors mis en terre au printemps suivant)

Vous trouverez des graines de tanaisie ici. (ce sont des graines minuscules… et un sachet en contient plusieurs milliers… n’hésitez pas à en faire profiter vos voisins et amis, tout en partageant avec eux le présent article !).

Planter la tanaisie

Vous pouvez aussi trouver des plants de tanaisie dans certaines jardineries.

La plantation s’effectue au printemps ou à l’automne. Si vous en plantez plusieurs, espacez les plants d’au moins 60 cm.

Arrosez une ou deux fois pour favoriser la reprise si le temps est sec.

Si vous avez déjà un plant et souhaitez le multiplier ou si vous voulez renouveler votre plantation (ce qu’il est bon de faire tous les 4 ou 5 ans), vous pouvez procéder par division de pieds au printemps ou à l’automne.

Utiliser la tanaisie au jardin

Appartenant à la même famille que les pyrèthres (dont on extrait un insecticide naturel bien connu)  la tanaisie éloigne de nombreux insectes.

La vigne, les framboisiers, les rosiers ou encore les pommes de terre (la tanaisie tiendrait à distance les doryphores) apprécient son voisinage.

Au potager naturel, on utilise les fleurs séchées ou la plante entière (feuilles, tiges et floraison) fraîche ou séchée, sous différentes préparations : macération, infusion, décoction et purin de tanaisie.

Voyons plus en détail ces préparations naturelles à base de tanaisie :

La macération de fleurs

  • Fleurs de tanaisie
    Les fleurs de tanaisie sont utilisées en macération en préventif contre le mildiou ou la rouille…

    Hachez finement (avec un moulin à café ou un hachoir à persil par exemple) 30 g de fleurs séchées de tanaisie

  • Mettez les fleurs hachées à tremper dans 1 litre d’eau de pluie pendant 3 jours et placez le récipient (non métallique) si possible au soleil (cela accélère l’extraction)
  • Pulvérisez la préparation non diluée sur les tomates et les pommes de terre en préventif contre le mildiou et la rouille.

L’infusion de tanaisie

Pour l’infusion, on utilise la plante entière.

  • Hachez finement 30 g de tanaisie sèche ou 300 g de tanaisie fraîche
  • Disposez la plante hachée dans un récipient non métallique et versez-y 1 litre d’eau de pluie bouillante
  • Couvrez et laissez infuser pendant 24 heures
  • Filtrez et utilisez la préparation diluée à 10 % (il est possible de l’utiliser non diluée en cas d’attaques particulièrement virulentes) dans les jours qui suivent et selon les modalités suivantes :

– Pulvérisez au printemps et à l’automne sur les fraisiers ou les ronciers contre les acariens.

– Pulvérisez avant le semis pour prévenir de la mouche des semis (haricots, pois, salades épinards…).

– Pulvérisez pendant les vols de cécidomye (mouche) sur les pois.

– Pulvérisez sur les pruniers (après floraison) pour lutter contre l’hoplocampe.

la décoction de tanaisie

La décoction de tanaisie se prépare de la façon suivante :

  • Comme pour les autres préparations, on hache finement les fleurs ou la plante entière séchée (selon l’utilisation que l’on en fera comme nous allons le voir ci-dessous) ;
  • Mettez à tremper 30 g de fleurs séchées ou de plante entière séchée (ou 300 g de plante fraîche) dans 1 litre d’eau de l’eau de pluie pendant 24 heures ;
  • Portez ensuite à ébullition puis laisser frémir pendant 40 minutes sans couvrir ;
  • Laissez reposer 24 heures puis filtrer ;
  • Utilisez la décoction de tanaisie non diluée dans le mois suivant la préparation :
  • Pulvérisez la décoction de plante entière au moment des vols de carpocapse (sur pommier) ou de piéride du chou.
  • Pulvérisez la décoction de fleurs sur toutes cultures en répulsif contre de nombreux insectes.

Le purin de tanaisie

Le purin de tanaisie se prépare comme suit :

  • Mettez à fermenter (dans un récipient non métallique) 2 kg de plante entière fraîche dans 10 litres d’eau de pluie ;
  • Couvrez et brassez quotidiennement le purin ;
  • Le purin de tanaisie est prêt lorsque l’on n’observe plus de bulles quand on brasse (cela demande environ 10 à 15 jours selon la chaleur) ;
  • Filtrez et utilisez le purin dilué à 10 ou 20 % en arrosage au pied des plantes que l’on souhaite protéger. Cela éloigne de nombreux insectes et  aurait également une action préventive contre la rouille et le mildiou.

Les préparations que nous venons de voir ont un effet préventif. Nous allons maintenant voir que la tanaisie peut également être utilisée comme insecticide naturel…

Préparer un insecticide naturel à base de tanaisie.

Comme nous l’avons vu précédemment, la tanaisie appartient à la même famille que les pyrèthres communément utilisés comme insecticide biologique.

La tanaisie peut ainsi également servir à la préparation d’un insecticide naturel très puissant, notamment contre le ver du poireau, la chenille de la piéride du chou ou les pucerons. Cette préparation est également efficace contre les limaces.

Je tiens à appeler ici que l’emploi d’un insecticide, même entièrement naturel, n’est pas anodin. En effet, en tuant un insecte quel qu’il soit, on crée un déséquilibre supplémentaire…

Je livre cette recette un peu à contre-cœur (plusieurs lecteurs me l’ont demandée) mais je déconseille son utilisation.

Son emploi doit en tout cas être strictement réservé aux cas extrêmes.

Mais voyons maintenant comment préparer cet insecticide :

  • Hachez des feuilles et des fleurs séchées afin d’obtenir une poudre la plus fine possible.
  • Mettez à macérer 10 cuillerées à café de cette poudre dans 1 litre d’alcool éthylique à 90 °C (on peut s’en procurer en pharmacie) ou à défaut d’alcool destiné aux liqueur de fruits.
  • Laissez macérer environ 10 jours en remuant la bouteille de temps à autre. L’insecticide est alors prêt.

Voici maintenant comment utiliser cet insecticide naturel :

  • Délayez 15 ml (une cuillère à soupe) dans 1 litre d’eau additionnée éventuellement d’une cuillère à café de savon noir (pour une meilleur adhérence du produit).
  • Pulvérisez de préférence le soir sur les cultures envahies.
  • Attendre au moins 48 heures avant de récolter les légumes qui devront être nettoyer soigneusement avant consommation.

Cet insecticide peut se conserver au moins 2 ans à l’abri de la lumière et au frais.

Ce produit est toxique : pensez à l’étiqueter et veillez à ne pas le laisser à la portée des enfants

Autres utilisations

ATTENTION : La tanaisie est toxique et doit être employée à faible dose et avec les plus grandes précautions !

Au moyen-âge, les paysans utilisaient la tanaisie comme  succédané au poivre. Les russes s’en servaient également pour la fabrication de la bière (elle remplaçait le houblon).

Aujourd’hui, les anglais parfume traditionnellement le pudding de Pâques avec de la tanaisie.

Utilisée à petite dose, elle donne une touche originale aux salades, sauces ou encore aux viandes braisées.

On peut également fabriquer un vin tonique de tanaisie.

La tanaisie est un puissant vermifuge aujourd’hui quelque peu délaissé du fait de sa dangerosité potentielle.

La plante entière séchée placée dans la maison éloigne les mites, les puces et les acariens.

 

N’hésitez pas à partager (plus bas) vos propres expériences et observations faites sur la tanaisie.

194 commentaires au sujet de “Les insectes fuient la Tanaisie !”

  1. Bonsoir, Gilles.

    Je suis à la recherche d’une plante capable d’éloigner les punaises de lit, pour la fille d’un ami désargenté. La chambre avait été nettoyée l’été dernier, de manière imparfaite sans doute.
    L’herboriste Marie-Antoinette Mulot recommandait l’usage de la tanaisie vulgaire dans les niches des chiens pour éloigner les puces. J’y ai donc pensé naturellement pour éloigner les punaises de lit.
    Comme j’en avais récolté l’été dernier je pensais confectionner de petits sachets à répartir sur la literie de manière à protéger la jeune fille lorsqu’elle dort.
    Qu’en pensez-vous ?

    J’en ai mélangé à diverses reprises dans mes infusions ; mais j’ai découvert ce soir, à l’occasion de mes recherches, qu’il y a différentes sortes de tanaisie, et que la tanaisie commune est en effet toxique à cause de la thuyone qu’elle contient. Prudence donc.

    Je trouve votre article intéressant, et je vous remercie pour ce partage de vos connaissances. Je ne manquerai pas de revenir visiter votre blog.

    Bien à vous

    Répondre
  2. Bonjour
    Le parfum m’a séduite en Savoie et l’hôte m’a offert un bout de tanaisie que j’ai planté en Provence et à m’a grande surprise elle s’est très bien développée. Votre article est très intéressant et je vais mettre vos conseils en pratique.

    Merci

    Répondre
  3. Bonjour Gilles, je voudrais savoir si la tanaisie attire les poux rouge dans les poulaillers ou si elle les éloignent ? D’avance merci. Cordialement

    Répondre
  4. Bonjour Gilles,
    Grand merci pour votre partage que j’apprécie depuis plusieurs années et vos vidéos depuis récemment. Une question à propos de la tanaisie: peut-on l’utiliser en paillage ? si oui, à quel stade de sa culture ?
    Bonne saison potagère – Joëlle 59

    Répondre
  5. Bonjour merci pour ces infos toutefois je pensais utiliser la plante cette année pour mes plantations mais compte tenu de la date de sa floraison la récolte ne se fera qu’après la période de besoin (exemple semis piéride du choux ect…) d’utilisation et ça le sera également chaque année comment procéder merci de votre réponse

    Répondre
    • Bonsoir Eric,
      Comme vous pouvez le lire dans l’article, il y a différentes préparations possibles… Certaines se font avec la plante entière (fleurie ou pas) – et on en a rapidement au printemps – d’autres avec les fleurs.
      Et que ce soit la plante entière ou les fleurs, on peut les sécher pour les utiliser l’année suivante en début de saison.
      Cordialement,
      Gilles

      Répondre
  6. je voulais voter 5 car très intéressant par rapport à la protection des insectes et je n’ai pu mettre qu ‘une étoile au lieu des 5 que je voulais mettre!!!

    Répondre
  7. Bonsoir, je lis que certains ont trouvé de la tanaisie dans la nature mais je constate que la photo de la plante que vous montrez ressemble plutot à l’immortelle que je trouve dans le sud. Est ce que certains se trompent en croyant que c’est la tanaisie? La tanaisie n’est elle pas avec des fleurs de la même couleur mais plus larges et faisant un dessus très plat comme un parasol de 4/5 cm? Et qui sent plus fort que limmortelle qui ne sent presque rien et qui ne doit pas faire grand chose pour ceux qui la prenne pour la tanaisie. J’espère que vous ne serez pas froissé par mon observation

    Répondre
  8. tout simplement pour traiter les pucerons de l’eau et du savon mou rien de plus
    comment cela fonctionne le savon sèche la peau des pucerons ce qui fait éclater celle ci et séchera. Ce qui ne gène en rien pour les oiseaux qui pourraient encore les picorer .

    Répondre

Laissez un commentaire (si c'est pour faire de la pub, ne perdez pas votre temps... je ne publierai pas)