Tanaisie

Les insectes fuient la Tanaisie !

La tanaisie est une vivace formant chaque année de nouvelles pousses
La tanaisie est une vivace formant chaque année de nouvelles pousses

La tanaisie (Tanacetum Vulgaree) est une plante originaire de l’Europe de l’est. Cultivée et utilisée depuis fort longtemps comme plante médicinale par les moines, elle s’est depuis acclimatée à de nombreuses régions.

On la trouve ainsi aujourd’hui à l’état spontanée un peu partout en Europe, en particulier dans les sols légers qu’elle affectionne particulièrement. Bien qu’aimant le soleil, elle pousse également très bien à l’ombre.

La tanaisie est une plante vigoureuse pouvant mesurer jusqu’à 1m50 et composées de plusieurs tiges qui forment une touffe relativement dense.

Sa floraison abondante et fortement odorante au mois d’août, outre son effet répulsif pour de nombreux insectes, donne une touche décorative au jardin naturel.

 

Des cultures naturellement protégées grâce à des pratiques adaptées, c’est possible ?

 

Composition de la tanaisie

La tanaisie contient du tanin, des huiles grasses ou volatiles, ainsi qu’une résine (la tanacétine : substance résineuse  extraite des feuilles et des fleurs de tanaisie, mortelle pour l’homme et les mammifères à la dose de 15 grammes).

 

Cultiver la tanaisie

Tanaisie
Tanaisie – Feuilles

La tanaisie s’étale facilement et a un effet inhibiteur sur la croissance de certaines plantes herbacées.

Ses graines se sème directement en place au printemps, à exposition suffisamment chaude.

On peut également procéder par division de pieds au printemps ou à l’automne.

 

Utiliser la tanaisie au jardin

Appartenant à la même famille que les pyrèthres (dont on extrait un insecticide naturel bien connu)  la tanaisie éloigne de nombreux insectes.

La vigne, les framboisiers, les rosiers ou encore les pommes de terre (la tanaisie tiendrait à distance les doryphores) apprécient son voisinage.

Au potager naturel, on utilise les fleurs séchées ou la plante entière fraîche ou séchée, sous différentes préparations : macération, infusion, décoction et purin de tanaisie.

Voyons plus en détail ces préparations naturelles à base de tanaisie :

La macération de fleurs de tanaisie

  • Fleurs de tanaisie
    Les fleurs de tanaisie sont utilisées en macération en préventif contre le mildiou ou la rouille…

    Hacher finement (avec un moulin à café ou un hachoir à persil par exemple) 30 g de fleurs séchées de tanaisie ;

  • Mettre les fleurs hachées à tremper dans 1 litre d’eau de pluie pendant 3 jours et placer le récipient (non métallique) si possible au soleil (cela accélère l’extraction) ;
  • Pulvériser la préparation non diluée sur les tomates et les pommes de terre en préventif contre le mildiou et la rouille.

 

L’infusion de tanaisie

Pour l’infusion de tanaisie, on utilise la plante entière.

  • Hacher finement 30 g de tanaisie sèche ou 300 g de tanaisie fraîche ;
  • Disposer la plante hachée dans un récipient non métallique et versez-y 1 litre d’eau de pluie bouillante ;
  • Couvrir et laisser infuser pendant 24 heures ;
  • Filtrer et utiliser la préparation diluée à 10 % (il est possible de l’utiliser non diluée en cas d’attaques particulièrement virulentes) dans les jours qui suivent et selon les modalités suivantes :

– Pulvériser au printemps et à l’automne sur les fraisiers ou les ronciers contre les acariens.

– Pulvériser avant le semis pour prévenir de la mouche des semis (haricots, pois, salades épinards…).

– Pulvériser pendant les vols de cécidomye (mouche) sur les pois.

– Pulvériser sur les pruniers (après floraison) pour lutter contre l’hoplocampe.

 

la décoction de tanaisie

La décoction de tanaisie se prépare de la façon suivante :

  • Comme pour les autres préparations, on hache finement les fleurs ou la plante entière séchée (selon l’utilisation que l’on en fera comme nous allons le voir ci-dessous) ;
  • Mettre à tremper 30 g de fleurs séchées ou de plante entière séchée (ou 300 g de plante fraîche) dans 1 litre d’eau de l’eau de pluie pendant 24 heures ;
  • Porter ensuite à ébullition puis laisser frémir pendant 40 minutes sans couvrir ;
  • Laisser reposer 24 heures puis filtrer ;
  • Utiliser la décoction de tanaisie non diluée dans le mois suivant la préparation :
  • Pulvériser la décoction de plante entière au moment des vols de carpocapse (sur pommier) ou de piéride du chou.
  • Pulvériser la décoction de fleurs sur toutes cultures en répulsif contre de nombreux insectes.

 

Le purin de tanaisie

  • Mettre à fermenter (dans un récipient non métallique) 2 kg de plante entière fraîche dans 10 litres d’eau de pluie ;
  • Couvrir et brasser quotidiennement le purin ;
  • Le purin de tanaisie est prêt lorsque l’on n’observe plus de bulles quand on brasse (cela demande environ 10 à 15 jours selon la chaleur) ;
  • Filtrer et utiliser le purin dilué à 10 ou 20 % en arrosage au pied des plantes que l’on souhaite protéger. Cela éloigne de nombreux insectes et  aurait également une action préventive contre la rouille et le mildiou.

Les préparations que nous venons de voir ont un effet préventif. Nous allons maintenant voir que la tanaisie peut également être utilisée comme insecticide naturel…

 

Préparer un insecticide naturel à base de tanaisie.

Comme nous l’avons vu précédemment, la tanaisie appartient à la même famille que les pyrèthres communément utilisés comme insecticide biologique. La tanaisie peut ainsi également servir à la préparation d’un insecticide naturel très puissant, notamment contre le ver du poireau, la chenille de la piéride du chou ou les pucerons. Cette préparation est également efficace contre les limaces.

Je tiens à appeler ici que l’emploi d’un insecticide, même entièrement naturel, n’est pas anodin. En effet, en tuant un insecte quel qu’il soit, on crée un déséquilibre…Son emploi doit donc être strictement réservé aux cas extrêmes.

Mais voyons maintenant comment préparer cet insecticide :

  • Hacher des feuilles et des fleurs séchées afin d’obtenir une poudre la plus fine possible.
  • Mettre à macérer 10 cuillerées à café de cette poudre dans 1 litre d’alcool éthylique à 90 °C (on peut s’en procurer en pharmacie) ou à défaut d’alcool destiné aux liqueur de fruits.
  • Laisser macérer environ 10 jours en remuant la bouteille de temps à autre. L’insecticide est alors prêt.

Voici maintenant comment utiliser cet insecticide naturel :

  • Délayer 15 ml (une cuillère à soupe) dans 1 litre d’eau additionnée éventuellement d’une cuillère à café de savon noir (pour une meilleur adhérence du produit).
  • Pulvériser de préférence le soir sur les cultures envahies.
  • Attendre au moins 48 heures avant de récolter les légumes qui devront être nettoyer soigneusement avant consommation.
Cet insecticide peut se conserver au moins 2 ans à l’abri de la lumière et au frais.
Ce produit est toxique : pensez à l’étiqueter et veillez à ne pas le laisser à la portée des enfants

Autres utilisations de la tanaisie

ATTENTION : La tanaisie est toxique et doit être employée à faible dose et avec les plus grandes précautions !

Au moyen-âge, les paysans utilisaient la tanaisie comme  succédané au poivre. Les russes s’en servait également pour la fabrication de la bière (elle remplaçait le houblon).

Aujourd’hui, les anglais parfume traditionnellement le pudding de Pâques avec de la tanaisie. Utilisée à petite dose, elle donne une touche originale aux salades, sauces ou encore aux viandes braisées.

On peut également fabriquer un vin tonique de tanaisie.

La tanaisie est un puissant vermifuge aujourd’hui quelque peu délaissé du fait de sa dangerosité potentielle.

La plante entière séchée placée dans la maison éloigne les mites, les puces et les acariens.

 

N’hésitez pas à partager (plus bas) vos propres expériences et observations faites sur la tanaisie.

 

Mon Potager au Naturel
Mon Potager au Naturel – Nouvelle Edition enrichie – Livre numérique 247 pages. Téléchargement immédiat.

Éloigner les insectes indésirables grâce à la tanaisie, c’est bien… Offrir des conditions propices à la réussite de vos cultures, naturellement, c’est encore mieux !

Et c’est ce que vous allez découvrir dans Mon Potager au Naturel“, le guide pratique spécialement conçu pour vous aider à obtenir des récoltes généreuses.

  • Mises à jour offertes
  • Inclus : accès gratuit à l’espace formation !

  • Bonjour Gilles,

    Super article sur une plante que je ne connaissais que vaguement de nom ! Aurais tu des endroits où acheter des graines à me conseiller?

    A bientôt,
    Romain.

    • si vous etes interessee je suis en normandie j’en es a repiquer je l’avait dans ma propriete et je ne savais pas a quoi sa servait ni ce que c’etait et j’ai un talus pres de mon potager je viens de l’agrementer avec la tanaisie que j’ai repiquer,l’ail d’ours recuperer en foret et de la consoude super pour nos jardins BIO

      • bonjour je suis interesse par quelques graines c’est pour en avoir dans le jardin car j’ai 3 poules qui ont toujours des puces et les traiter c’est vraiment de plus en plus difficile car maintenant elles comprennent vite quand elles me voient arriver avec mon spray ,elles se sauvent ,il paraît que mettre un bouquet de tanaisie est très efficace pour ce genre de petites bestioles voici mon mail ,je vous enverrez une lettre timbrée à mon adresse merci à l’avance et bonne journée

      • Bonjour Anita,
        Devant une infestation de puces en tout genre actuellement, j’ai pris connaissance des bienfaits de cette plante,
        Je vous serai reconnaissante de bien vouloir m’indiquer votre adresse car j’habite aussi en Normandie, et je suis intéressée par quelques plants ou autre…
        Je vous dédommagerai bien évidemment,
        Cordialement
        Muriel

      • Anita

        je suis interesée par des graines et j’habite aussi la Normandie entre Rouen et Dieppe.Pouvez vous m’en envoyer dans une enveloppe et vous me notez le montant que je vous dois pour l’envoie Merci à l’avance Cordialement

      • Bonsoir,
        Je rencontre cette année une invasion de noctuelles et j’aimerais les repousser à l’aide de tanaisie. J’habite en Normandie (76, canton de Forges les Eaux) : serait-il possible de récupérer quelques graines ou mieux, un pied que je pourrai utiliser ? Merci d’avance pour votre réponse, bonne soirée.

  • Bonjour Gilles,

    Ton article est vraiment bien. Comme tu le sais déjà j’aime beaucoup cette plante. Je vais essayer de faire des tests cette année contre la mineuse pour voir.
    Romain n’achète pas de graines j’en ai des quantités astronomiques. Je peux même t’avoir des plants le tout gratuitement !!!

    • Bonjour Jérôme,
      Je suis intéressé par cette plante, pourriez-vous me procurer des graines s’il vous plait ?
      Gilles me propose de pulvériser de la tanaisie sur mes petits pois qui sont a priori dévorés par une insecte ravageur.
      Cordialement

      • Bonjour Jerome, cet article est bien vieux mais je serais ravie davoir des graines (si tu en as encore) je me propose de t’envoyer un enveloppe avec un enveloppe affranchis dedans afin que ca soit plus facile de m’en envoyer. Ce serait super! J’habite la ville de Bruxelles et la Tanaise… Ca ne court pas les rues ;)) mon adresse mail pugliese.laura@gmail.com

        Et merci d’avance !!!

        • Bonjour Laura,
          Il y a plein de Tanaisie au parc de Forest et souvent dans des lieux abandonnés aux abords de Bruxelles, en plus ça teint les tissus en jaune vif, on peut également s’en servir comme aquarelle, bien à vous, Isabelle

    • bonjour jérome je suis intéssé par la tanaisie pourriez-vous me procurer des graines s.v.p
      j’ai réaliser un potager bio B.R.M au sein
      d’une association.

    • Bonjour
      Je viens de découvrir le blog je cherchais des renseignements sur la tanaisie, je m’aperçois qu’elle est très utile pour traiter le jardin mais elle a été évoquée dans l’émission de santé qui passe sur la 5 entre 13h30 et15h.
      J’aimerais bien en avoir je la ferai pousser en pot car je ne fais pas beaucoup de jardin entre fleurs arbres fruitiers petits fruits et pelouse il reste un peu de place pour quelques légumes mais j’investis les allées avec des pots et jardinières. Je pense que je peux encore en semer, quénpensez vous vous qui connaissez cette plante pour moi ce sera une première.
      J’ai vu que vous aviez des graines et que vous en proposiez, dites moi comment vous pratiquez je voudrais participer à vos frais d’envois.
      Bien cordialement

    • Bonjour Jérôme
      Je serais intéressée également par des graines ou des plans de Tanaisie afin d’éloigner les insectes volants qui commencent à être très envahissants dans notre jardin et autour de notre piscine? Par contre, je ne sais pas si çà pousse dans le sud.

      • Bonsoir Marcelle
        Je suis originaire d’un village de montagne en Corse du Sud et il y a énormément de tanaisie sauvage vers 1000, 1200 mètres d’altitude.
        Elle est sans doute en fleur actuellement, j’irai voir cette semaine
        Je peux donc en cueillir et vous les envoyer par courrier si vous me communiquez votre adresse
        Cordialement

    • bonjour,
      j’ai vu que l’an passé vous proposiez gracieusement des plants de tanaisie ; est-ce toujours le cas ? bien sûr, je vous dédommagerai pour l’envoi, j’habite dans la loire.
      merci de me contacter au plus tôt, le jardin familial voudrait s’épanouir sans vers ni doryphore;
      à bientôt !

    • L’avez vous planté dans le potager…il en pousse spontanément ds le mien et comme il est dit que ca ralenti la pousse de certains plants je me posais la question, la déplacer ou pas. ..

    • Bonjour Jérome. Avez vous encore des graines de tanaisie disponible? Marc.
      Note de Gilles : j’ai supprimé vos coordonnées personnelles de votre commentaire Marc – mieux vaut éviter de les publier directement sur le blog (vous risqueriez d’être fortement “spammé”). Je les transmettrais à Jérôme s’il se manifeste…

      • Bonjour, il faut savoir que la tanaisie est une plante très envahissante avec des rhizomes enchevêtrés et extractibles seulement à la pioche. D’autre part leur seule présence ne repousse rien du tout, en tous cas pas les doryphores. Je n’ai trouvé nulle recette de décoction ou purin de tanaisie sur ce sujet. En 2016, j’ai suivi scrupuleusement “Ma Méthode anti-doryphore” de Gilles. Résultat : aucun doryphore au potager cette année. Hasard ou pas, en 2017 je récidive.

  • bonjour
    j ai lu sur un livre de potager que l’on pouvait trouver la plante dans la nature sur les bords de routes est il facile d’en trouver car jusqu’a present je n’en ai pas vu je vis dans les Landes

  • Bonjour, d’abord grand merci de ce site que je découvre. J’ai mis une tanaisie au pied de mon petit pommier quand je l’ai planté, pour lui éviter les parasites. Mais c’est la tanaisie elle-même qui est envahie de nids de petites araignées vertes. Faut-il laisser faire ? Est-ce normal ? Merci de votre réponse.

      • Bonjour Gilles, et merci pour la bienvenue.
        Alors ce n’étaient pas des araignées mais un amas de pucerons verts sur chaque sommité. Mais pas un seul dans le pommier!! Puis ils ont disparu d’un seul coup.
        La nature est vraiment bien faite ! Non seulement la tanaisie détruit les pucerons verts, mais il semblerait qu’elle les attire avant pour mieux protéger le pommier qu’on lui avait donné en charge.
        Elle est maintenant en fleurs et je vais faire un purin pour mes tomates.
        Bonnes récoltes. Belouga

  • Merci pour cette page sur la tanaisie . Je suis envahie de mouches alors je cherche des moyens naturels pour eviter qu elles rentrent le moins possible ds l habitation.

    • Bonjour,

      Dommage que votre post soit vieux d’un an, sinon je vous aurai dit de ne surtout pas pulvériser de tanaisie sur les poules !!!
      Vous avez du lire plus haut que la tanaisie était mortelle si on ingérait une quantité de 15 grs, hé bien, si vous pulvérisez de la tanaisie sur vos poules, elles vont bien évidemment s’épouiller et ingérer la tanaisie, ça risque fort de les faire mourir !
      Voilà mon avis.
      Cordialement

      • En pulvérisation, ça devrait être dur d’atteindre 15g si on ne pulvérise que 10g.

        Mais vous avez raison, il faut être prudent. La diatomée est bien meilleure, et sans danger, elle. On peut compléter avec des huiles essentielles, mais prudence également. Et il y a aussi un auxiliaire mangeur de poux qu’on trouve en vente sur internet. Recherchez lutte biologique contre les poux rouges. Il faut aussi leur permettre de prendre des bains cendre + terre de diatomée aussi souvent qu’elle le veulent, et passer le poulailler au chalumeau s’il est en béton. Virer tout ce qui est en bois, ça loge les poux. Il y a aussi des compléments alimentaires pour fortifier les défenses et rendre le sang des poules amer pour les poules. C’est un bon complément au reste. Il faut utiliser toutes les méthodes en même temps, quand on a une invasion de poux rouges, car c’est très sérieux. Très difficile à éradiquer complètement et très meurtrier sur les poules.

        Maintenant, si quelqu’un pouvait m’aider pour répondre à mes interrogations sur la tanaisie en temps que vermifuge pour poules, sous quelle forme, huile essentielle, séchée ou bien fraîche en tisane ou en décoction très concentrée, à quelle dose, et accompagnée de quelle autre plante vermifuge puissante.

    • Bonjour,
      Personnellement, je l’utilise préventivement et avec satisfaction en plaçant un bouquet à sécher dans le poulailler.
      Je le renouvelle plusieurs fois et récupère ensuite les bouquets secs pour une utilisation apicole (enfumoir).
      Si vous en disposez suffisamment, vous pouvez également incorporer plusieurs branches à la litière, je n’ai jamais rencontré de problème.
      Par contre, je ne sais pas si c’est une solution suffisante en cas d’infestation importante ?
      Bien à vous

      • Bonjour, vous dîtes que la tanaisie inhibe la croissance de plantes. Lesquelles svp? J’ai peur en effet qu’elle tue mes plantes et fleurs si elles sont dans la même jardinière.. merci d’avance

    • Bonjour,

      Hum… en pulvérisation directement sur les poules, je ne sais pas et je ne m’y risquerais pas sans l’avis d’un pharmacien ou d’un vétérinaire.
      Cependant, s’il s’agit de “poux rouges”, je pense que la tanaisie commune est efficace en l’utilisant comme suit:
      Ma grand-mère, outre un nettoyage consciencieux du poulailler, utilisait simplement des bouquets de tanaisies qu’elle fixait dans le poulailler. Cela se passait il y a plus de 50 ans.
      Hélas, les principes répulsifs et toxiques des plantes sont passés dans la pharmacopée moderne et il parait que les poux rouges deviennent résistants. Alors, ces remèdes ancestraux sont-ils encore efficaces ?

      Merci de poster un retour de vos expériences.

      Bien à vous

  • Je cherchais un moyen “bio” pour me débarrasser des criocères qui sont en train de ravager mes lis.
    On ma conseillé d’utiliser cette plante en infusion. Je cherchais un peu plus d’infos sur cette plante et j’ai trouvé ce que je cherchais sur ce blog! Je vais donc essayer et voir si ça marche

  • Bonjour
    Merci pour ce rappel fort utile. Les Croqueurs de Pommes Centre Vosges se lancent dans la plantation d’un verger de 130 variétés cet automne… et tous les arbres doivent pousser ! Donc je me suis dit qu’en plantant de la tanaisie au pied de chaque arbre, on éviterai peut-être les pucerons au printemps prochain, et qui sait, la venue des mulots ?
    Je vais chercher comment me procurer des graines.

  • bonjour Gilles
    très intéressant tes commentaires sur la “tanaisie” …néanmoins l’utilisation de plantes
    demande une “constance” dans le traitement
    si non rien ne sert a faire des “purins” ou des décoctions , bio veut bien dire “naturel”…tes infos sont toujours utiles …bravo pour ton partage
    bibilabrouette

  • Bonjour
    J’espérais utiliser la tanaisie sur pied pour éloigner les pucerons.
    Renseignements pris, c’est bien une préparation à base de tanaisie qui serait efficace, et non la plante “vivante”.
    Je vais continuer à chercher la “plante miraculeuse” !

  • Il y a aussi une utilisation de la Tanaisie en Chartreuse. Dans un grand pot à conserve en verre, mettre quelques feuilles de tanaisie rajouter un tiers du bocal avec des morceau de sucre et remplir avec un alcol blanc (de raisin par ex.). Fermer. Réouvrir 3 mois après et flitrer et déguster après un repas dans un petit verre c’est délicieux et ça aide à la digestion.

  • Bonjour,
    J’habite à la Réunion et je voudrais débarrasser mon compost de ses fourmis. Il paraît que la tanaisie est efficace pour cela. Est-ce vrai?
    Merci pour cet article. J’espère que je vais trouver ces graines ici pour en planter. Ou bien existe-t-il une autre solution?

    • Bonjour,

      La tanaisie est en effet un bon répulsif contre les fourmis…mais son utilisation (plante ou résidus de préparation) dans le compost est déconseillée, car cela bloquerait le processus de compostage…solution à oublier donc !

      Je n’ai personnellement jamais été confronté à ce problème (peut-être plus spécifiquement réunionnais ?) mais sachez que les fourmis (tout au moins les métropolitaines !) participent également au processus de décomposition du compost…

      Sachant cela, la présence de fourmis dans votre compost est-elle réellement problématique ? Est-il vraiment souhaitable de les éloigner du compost ?
      Les témoignages de lecteurs vivant également à la Réunion sont bienvenus…

  • Bonjour Gilles,
    Merci pour cet article sur la tanaisie.
    Elle fait fuir les insectes, D’accord. mais les coccinelles et autres étant des insectes, ne risquent-ils pas de fuir, eux aussi?
    Autre question : comment utiliser mon “espace formation” auquel je viens de m’abonner?
    Amitiés!
    Yvon.

    • Bonjour Yvon,

      Ta question est intéressante. En effet, les coccinelles et autres insectes “utiles” seront également éloignés…mais uniquement des cultures que tu auras traitées. Ils n’iront pas bien loin.
      Mais ces répulsifs, aussi naturels soient-ils, sont donc à utiliser avec précaution : il ne faut pas pulvériser sur tout le potager mais toujours très localement et uniquement pour éloigner un “ravageur” particulièrement virulent sur une plante donnée.

      Sinon, je te remercie pour ton inscription à l’Espace Privilège…
      Tu as dû recevoir un email avec la page de connexion (https://www.un-jardin-bio.com/espace-privilege/connexion/) et tes identifiants (login et mot de passe)…non ?
      Si ce n’est pas le cas, vérifie dans la boite Spam de ton serveur de messagerie (puis ajoute alors mon adresse de messagerie à tes contacts approuvés)…et si il n’y a rien ici, contacte moi directement sur ma messagerie…nous verrons cela.

      Une fois sur l’Espace, il y a un menu (en haut) qui te permets de naviguer dans les différentes rubriques : documents pdf ou vidéo, forum, liens utiles, calendrier privé pour organiser tes travaux au jardin, données personnelles…et surtout Vos Questions, page à partir de laquelle tu pourras me poser toutes les questions pour lesquelles tu aurais besoin d’aide…et auxquelles je répondrais en priorité et le plus précisément possible.

      Amicalement,
      Gilles

      • C’est pour cette raison, Gilles, que je n’utilise jamais d’insecticide et si je plante, un jour, de la tanaisie, ce sera pour la beauté de la plante et non pour me débarrasser d’un insecte, fut-il “nuisible”.
        Depuis que j’ai arrêté l’usage des insecticides, il y a plus de 10 ans, tout s’est régulé et, par exemple, le peu de pucerons que j’ai sert de nourriture aux coccinelles et leurs copines. Mais il n’y en a pas assez car les “bêtes à bon Dieu” vont, à la saison, se régaler du jus des prunes bien mûres. Hummmm!
        J’ai trouvé l’entrée de mon “Espace privilège” et je ne manquerai pas de l’utiliser lorsque j’en aurai besoin.
        Amitiés!
        Yvon.

        • Bonsoir Yvon,

          Je partage entièrement ton avis et je n’utilise plus non plus aucun insecticide depuis des années…mais je m’autorise parfois un insectifuge naturel. La distinction est importante : l’insecticide tue alors que l’insectifuge éloigne simplement….

          Concernant l’espace formation, avais-tu bien reçu l’email de confirmation après ton paiement ???

          C’est avec grand plaisir que je ferais de mon mieux pour t’épauler…bien que tu me sembles déjà bien expérimenté !

          Amicalement,
          Gilles

          • J’avais bien reçu le courriel de confirmation mais mal regardé. C’est tout moi! Depuis, je me rattrape.
            Je te paraît bien expérimenté mais j’ai encore tant de choses à apprendre et ton site (Espace Privilège), que je viens de découvrir et qui me plait beaucoup, m’aidera à combler ce gouffre d’ignorance…
            A bientôt!
            Yvon.

      • bonjou à tous.
        Depuis 3 ans j’ai de la tanaisie au potager … j’ai constaté qu’au printemps, les premières coccinelles sont dessus … peut-être parce qu’elle héberge les pucerons …
        Plus tard, elle est effectivement envahie de pucerons à l’envers des feuilles ; j’ai fini par en arracher la majorité plantée aux pieds des jeunes fruitiers, eux-même visités de pucerons et de fourmis ( enfin, pas vraiment car des fragments repoussent …) ; Je finis par me dire que la tanaisie devient un réservoir ou les pucerons se reproduisent à foison car il y en a es centaines à l’envers des feuilles de chaque tige ….
        Je ne l’ai pas essayée en purin maisil vaut mieux ne pas l’introduire à l’intérieur du verger ou potager comme je l’ai fait car ainsi , elle n’éloigne aucun insecte…..

        • Bonjour Danielle,
          Je pense que vous interprétez mal les choses :
          – ce n’est pas la tanaisie qui est la cause de la prolifération de pucerons, mais plus probablement une fertilisation trop azotée, ou un déséquilibre écologique…
          – la tanaisie ne fait donc qu’attirer des pucerons présents chez vous, préservant ainsi certainement en partie d’autres plantes (c’est en tout cas ce que je constate…)
          – en effet, c’est le purin de tanaisie qui est un répulsif (les branches agissent néanmoins sur quelques insectes, mais en attirent d’autres, comme vous avez pu le constater).
          Cordialement,
          Gilles

  • Bonjour Gilles,

    Merci beaucoup pour votre article, j’ai de l’huile essentielle de tanaisie que j’utilise dans une préparation pour la peau, puis-je l’utiliser également pour le jardin et si oui, comment ?

    Jérôme, auriez-vous encore des semences de cette plante ?

    En vous remerciant d’avance. Bien cordialement.

  • Bonjour, merci de votre réponse. J’ai lu plusieurs articles et vu une émission avec Stéphane Marie sur l’usage des H.E. au jardin. Elles semblent plus efficaces que les décoctions et purins mais à utiliser dans les règles. De mes lectures, je retirerais une utilisation via 5 gttes diluées dans 2CC d’alcool et mélangées à 1 l d’eau, bien secouer et vaporiser, laver fruits et légumes avant consommation. D’autres mélanges semblent intéressants : mélange 50/50 mente fraîche/poivrée pour éloigner les rongeurs; lavande/citronnelle/menthe fraîche et poivrée/orange pour éloigner les insectes nuisibles et les escargots/limaces. J’ai repéré également un livre “je prépare mes potions pour le jardin” de Brigitte Lapouge-Dejean aux éditions terre vivante. Je pense que je vais continuer mes investigations et faire quelques essais cette saison. Bien cordialement.

  • Bonjour, il s’agit de répulsif. De même que la formule pour les rongeurs qui peut être également utilisée sur un coton pour détourner les rongeurs dans les tuyaux ou les passages de maison. Voici la formule complète pour éloigner les insectes nuisibles, à tester… Bien cordialement,
    Composition

    Cedarwood : cèdre
    Lavender : lavande officinale
    Lemongrass : citronnelle
    Peppermint : menthe poivrée
    Pine : pin sylvestre
    Sage : sauge
    Spearmint : menthe verte
    Sweet Orange : orange douce
    Thyme : thym

  • bonjour,
    très intéressant et enrichissant tout ce qu’on trouve ici,je reviendrai souvent,j’adore “potager”
    pour la personne qui posait la question pour les poules,je peux dire que mon papa faisait pendre des bouquets de tanaisie séchée au plafond du poulailler et que jamais il n’a du lutter contre le poux des poules mais quant à dire que la pulvérisation de décoction sur les poules,çà,je ne sais pas

    il alternait un bouquet de tanaisie et un bouquet de absinthe et en plus d’être efficace,je trouve que son poulailler avait un look,çà sentait bon aussi car séchée,je trouve cette odeur agréable alors que frais,c’est répugnant en ce qui concerne la tanaisie

  • Très bien cet article
    Longtemps, j’ai cherché de la tanaisie et un jour, quelqu’un m’en a proposé un pied, mais……..je ne savais pas très bien comment l’utiliser. Ton article arrive au bon moment.
    J’habite en 35 et si quelqu’un est intéressé , je suis prête à en donner , le 1er plan est devenu énorme .

    Gilles ton blog est super et toujours très attendu….Merci

  • Bonjour,
    j,ai eu une bonne surprise de trouver des champignons à côté des pieds des fraisiers et beaucoup de fourmis, d’ailleur j’ai trouvé un nid, que j’ai retirè . Il y a t’il un lien entre eux?
    Puis-je arroser mon carrè de fraisiers avec un purin
    de tanaisie pour éviter que ne reviennent les chammpignons?
    Merci pour vos bons conseils.
    nanou.

  • Bonjour,
    Je remercie encore la personne anonyme que j’ai rencontrée en attendant mon tour devant un étal de plants bio et qui m’a conseillée d’acheter un plant de tanaisie. Alors que je lui expliquais que j’étais désepérée de voir mes 2 pommiers dépérir (plantés depuis 3 ou 4 ans) , elle m’a affirmé que la tanaisie plantée au pied allait les requinquer.
    Sur le coup, j’avoue avoir été très sceptique… mais je n’engageais pas grand frais…alors pourquoi ne pas essayer?
    J’ai planté mon plant au pied d’1 des 2 arbres, l’année suivante il a eu quelques pommes et il avait bonne mine. L’aute était de plus en plus mal…. alors il a eu droit au même traitement.
    Bonne journée au jardin

  • Bonjour A tous
    et un grand merci à Gilles pour tous ces articles
    c’est une vrai mine d’or ton site en cherchant un peut on trouve des solutions au problème que l’on rencontre.
    je vais aussi essayer comme Colette F des pieds de tanaisie au pied de mes pruniers qui dépérissent
    très bonne journée à vous

  • Bonjour Gilles.
    URGENT : JE RECHERCHE des pucerons pour nourrir mes coccinelles.
    Je m’explique : il y a plus de 10 ans, j’ai cessé tout traitement insecticide dans le jardin. Depuis, il ne reste presque plus de pucerons, en tout cas, pas assez pour nourrir mes coccinelles et leurs amies qui meurent de faim.
    Alors j’ai pensé à cette solution, acheter des pucerons pour mes copines auxilliaires.
    Gilles, si tu connais un fournisseur, pas trop cher, bien sûr…
    Amitiés.
    Yvon.

    • Bonsoir Yvon,

      Celle-là, on me l’avait jamais faite !
      Déjà, je doute que tu puisses acheter des pucerons…quoique ? En tout cas j’ignore où.
      Par ailleurs, les coccinelles, même si elles en raffolent, ne se nourrissent pas exclusivement de pucerons. Et, logiquement, pas d’insecticide donc plus d’insectes variés, donc plus de nourriture pour les coccinelles ou autres…
      Bref je ne pense pas que les coccinelles meurent de faim (qu’est-ce qui te fais dire cela ?). Si ce précieux auxiliaire est absent chez toi, le problème est, à mon avis, ailleurs (agriculture chimique à proximité ou autre problème environnemental ?).

      Amitiés,
      Gilles

      • A vrai dire, Gilles, j’ai écrit cela pour faire comprendre à ceux qui l’ignoreraient que les traitement insecticides ou autre ne servent à rien si on laisse laisser faire la nature.
        Chez moi, il y avait beaucoup de pucerons et aussi des coccinelles mais dès que j’ai cessé de traiter, il y a 10 ans, la population de pucerons a commencé à décroitre et maintenant, il n’en reste que pour le folklore. J’en vois un de temps en temps mais plus jamais de dégats. CQFD!
        Amitiés.
        Yvon.

  • J’ai aussi lu dans un livre du Readers Digest que l’on pouvait frotter la viande avec les fleurs afin d’éloigner les mouches domestique et aussi que de suspendre la plante entière empêchait les mouches de rester dans la maison.

  • Bonjour,
    quelle belle découverte! Merci à Gilles à vous tous pour vos réflexions et conseils.
    J’ai un pb: pour la 2e année des chenilles appelées piérides qui dévorent mes choux. J’ai lu dans des fiches de jardinage qu’on pouvait préparer la tanaisie juste en faisant bouillir 200-300gr de tanaisie, tiges et feuilles, dans 5 litres d’eau pour vaporiser après filtration les sujet atteints. Dans ton article Gilles, tu parles que des fleurs, séchées macérées dans de l’alcool. Dois-je en conclure que la solution que je viens de faire de la 1ère façon ne sera pas efficace?
    Ailleurs j’ai lu qu’il existe un insecticide microbien: bacillus thuringiensis. J’aurais pensé que puisqu’il est microbien et pas chimique il pourrait être acceptable dans une démarche qui se veut respectueuse de la nature. Mais si je comprends bien, le but n’est pas de supprimer mais seulement d’éloigner. Hmmm…
    Merci d’avance pour ton commentaire.
    Julian

  • Bonjour Julian,

    Ta préparation, qui est une infusion, est à mon avis insuffisante pour éloigner la piéride.
    Si tu relis l’article, tu verras que je conseille la décoction de tanaisie pour éloigner la piéride… mais précision importante : cela éloigne le papillon adulte, à ma connaissance pas la chenille (qu’il faut donc également soigneusement retirer à la main si elle est déjà présente…).
    L’insecticide préparée avec de l’alcool est plus radicale… mais peu souhaitable car, de par son action mortelle, il engendre un déséquilibre.
    Le BT est en effet un produit naturel acceptable, car spécifique à certains insectes (il existe plusieurs BT et il convient donc de vérifier ceux concernés sur les indications figurant sur l’emballage). Néanmoins, comme tu l’as compris, et comme tout insecticide, il cause un déséquilibre dans la chaîne de vie… éloigner est à mon sens toujours préférable (voir ici : https://www.un-jardin-bio.com/les-insecticides-biologiques-ce-que-jen-pense/).
    Dernière précision : on conseille souvent d’éliminer les crucifères sauvages (leur habitat naturel) pour éviter les invasions de piérides… je fais le contraire en maintenant des zones sauvages (Les crucifères y sont très présentes) autour du potager et même entre lignes de cultures. Je peux dès lors constater que les piérides sont bien là mais laissent relativement tranquilles mes cultures (il y en a en fait un peu mais c’est très limité), et ce sans utiliser ni répulsif ni insecticide… Tout est dans l’équilibre !

    Cordialement,
    Gilles

    • pour la perides, je trouvez une plante (Nicandre) qui bien du Pérou je vous la conseille ( je suis espagnole et je bq de dificulte a écrire le français (veuillez m’excuse pour mes fautes)

  • Bonjour Gilles.

    Un de nos membre apiculteur utilise la tanaisie dans son enfumoir.
    Comme il dit ne pas avoir beaucoup de retours sur cette “technique”, aurais tu une idée de l’effet que donne la fumée de la tanaisie, sachent que l’abeille est un insecte.
    Mortel, insectifuge, perte de mémoire, nuisible ou au contraire bénéfique. Il faut savoir aussi que nous cherchons tous désespérément un moyen de sauver les abeilles d’un autre insecte qui s’appelle le varroa. Toutes les ruches en sont infectées, voire infestées.
    http://www.apiculture-france.com/t96p30-l-enfumoir#174599

    • Bonjour,

      Je ne suis pas un spécialiste de la question et ne peux t’en dire plus sur les effets de la fumée de tanaisie, sinon que ce n’est certainement pas mortel…
      A priori, cela doit être efficace pour repousser les abeilles au fond de la ruche, mais cela tu le sais déjà…
      J’ajouterais simplement qu’il ne faut surtout pas utiliser l’insecticide présenté dans cet article pour lutter contre le varroa, car les abeilles y succomberaient aussi.
      Maintenant, si l’un des lecteurs de ce blog connait une technique efficace et naturelle pour lutter contre le varroa, qu’il n’hésite pas à la partager ici !

      Cordialement,
      Gilles

    • Bonjour,

      Personnellement, je suis débutant en apiculture et je l’utilise également dans l’enfumoir, la fumée dégagée n’est pas irritante.

      On me l’avait conseillé lors de la formation en apiculture que j’ai suivie (en Belgique) mais je ne dispose pas de la référence ou d’une étude qui garantirait son intérêt.

      J’ai constaté également sur plusieurs forums apicoles que plusieurs y recourent.

      Sur wikipédia, avec les précautions que cela nécessite, on peut lire “Séchée, cette plante est utilisée par certains apiculteurs comme combustible pour l’enfumoir. Elle aurait l’avantage d’avoir un effet calmant sur les abeilles et l’odeur de la fumée produite serait sans incidence sur le goût du miel (contrairement à l’usage du carton par exemple).”

      Je n’ai, à ce jour, trouvé aucun argument totalement défavorable à son utilisation dans l’enfumoir…

      Bonne journée,
      Olivier

  • Bonjour Gilles
    et merci pour cet article très complet. J’ai entend parler de la tanaisie pendue dans les poulailler pour éloigner les poux… et nos 3 poulettes sont envahies, du coup je recherche cette belle plante , on lui trouvera une place de choix dans notre jardin … à condition d’en trouver 😉
    (à Toulouse elle ne semble pas si commune)
    si Jérome passe par là, n’hésitez pas!

      • Bonjour Bruno,
        je découvre l’intérêt de la tanaisie grâce à ce super blog. J’aimerais vraiment en trouver. Je suis aussi dans le Périgord du côté de Thenon. Où vous trouvez vous ?
        Merci et bonne journée.

    • Bonjour,

      La réponse arrive un peu tard, mais au cas où… à Toulouse, vous pouvez en trouver au marché de Saint Aubin, le dimanche matin. Il y a un vendeur de plantes qui en a.
      Bonne journée,
      Elisabeth

  • Chez moi ( dans le Hainaut en Belgique ), la tanaisie pousse le long des talus de chemin de fer.
    Info pour les membres apiculteurs, pour l’acarien chez l’abeille j’utilise de l’huile essentielle de “gaulthérie couchée” qui par son odeur déroute les varroas des larves qu’ils voudraient “pomper”
    Cette plante (ses fruits rouges) a une odeur camphrée comme la tanaisie
    J’ai aussi acheté cette plante et compte l’utiliser en macérats dans l’alcool.

  • Je viens d’assister à une conférence et il était question des bienfaits de l’usage de la tanaisie au jardin et plus particulièrement au potager.
    Un autre usage intéressant, si vous avez des poules , celles-ci sont souvent porteuses de poux et autres bestioles dont elles essaient de se débarrasser en se roulant dans la terre, là aussi la tanaisie peut judicieusement être utilisée : en faire des bouquets à suspendre dans le poulaillier ou épandre quelques fleurs séchées.

    Merci pour ce beau blog,amicalement,
    Francine

  • bonjour à toutes et tous je viens de lire cet article , et toutes ces recettes cette plante est incroyable
    je voulais m’en procuré je suis allé chez Truffau et autre Game vert,
    rien personne n’en vend ou peut on s’en procuré ?
    problème de puce du au pluie de ces dernière année , une véritable invasion de puce j’ai traité 3 fois la maison en peut de temps je compter me mettre à l’abri avec de la Tanaisie
    merci d’avance pour vos réponses
    Thierry

  • Bonsoir,
    On peut trouver de la tanaisie
    sur le site “Plantes-et-Jardins.com”
    Elle est disponible pour un coût de 10€#50 pour un lot de 3.
    Cordialement! Yvon.

  • “la tanaisie tiendrait à distance les doryphores”
    mauvaise nouvelle, mes pommes de terre ont été victimes des doryphores l’été dernier alors qu’elles étaient voisines d’un gros massif de tanaisie, je crains donc que ce pouvoir de répulsion ne soit pas avéré
    cette année, je vais essayer les recettes d’infusion et de décoction pour les traitements au jardin
    à suivre donc…

    • Merci Gilles pour ton commentaire et ton article.
      En effet pendant plusieurs années nous n’avons vu aucun doryphore sur nos quelques pieds de pomme de terre dans notre montagne à 980 m d’altitude . Puis nous avons ouvert une nouvelle parcelle en 2008 avec une trentaine de plants. Pendant 3 ans, aucune bebête. En 2011 et 2012 nous avons semé du lin entre les rangs et toujours pas de bebête. En 2013 on abandonne le lin, car le buttage des pieds est rendu difficile. Sur les 50 plants, nous avons vu et détruit un (seul?) doryphore. Enfin en 2014 sans lin, infestation majeure et destruction manuelle par inspection quasi quotidienne. Certains plans ont été assez sévèrement mangés, mais la récolte a été globalement satisfaisante.
      En 2015 je compte semer à nouveau du lin et inspecter et inspecter encore. Si une nouvelle infestation devait se manifester, j’utiliserais le BT approprié car j’ignorais son existence, merci pour l’info :-)) Je traite déjà la piéride du choux avec du BT spécifique, car la destruction manuelle des chenilles dans les choux blancs et brocolis est chose impossible. Selon mon maraîcher bio, il faudrait poser un voile au moment du vol du papillon…
      Gilles, j’en profite pour poser une question. Nous avons aussi planté des pommiers, poiriers, reine-claude, mirabelle et cerisier. Quelles plantes pouvons nous associer à leurs pieds pour éloigner les insectes ravageurs correspondants ?
      Merci et bonne journée.

  • Gilles, bonjour,
    les plantes en pots et en bacs en bois sur ma terrasse d’appartement (en plein soleil l’été) sont infestées d’otiorhynques depuis 2 ou trois ans, j’élimine les adultes le soir tombé mais ce n’est pas suffisant les plantes (photynia, laurier sauce y compris les bambous) dépérissent surtout ce printemps.
    Il n’existe pas de traitement pour ces bestioles, pensez-vous que je puisse utiliser une de vos recettes à base de tanaisie pour en venir à bout et laquelle ou un autre traitement naturel bien sûr ? Merci d’avance car je suis très attristée de voir ce gachis.
    Très cordialement

  • Scientifique de formation, on peut toujours y croire (vétérinaire à la retraite) j’ai toujours été plus attiré par la biologie végétale que par la biologie animale (erreur d’orientation) .Je me rattrape depuis en essayant d’adopter les règles de bon sens que l’agriculture biologique préconise sans toutefois être persuadé qu’elles puissent nourrir la planète ni corriger les déséquilibres induits par un siècle d’agriculture intensive .De grâce (ce qui semble être votre point de vue )ni dogme ni aveuglement idéologique mais une méthodologie expérimentale rigoureuse seule à même de faire la part entre le réel et l’idéal .Premier doute en ce qui me concerne que j’espère vous pourrez lever: ayant semé l’an passé un mélange de graines pour prairie fleurie je me suis retrouvé avec une monoculture de tanaisie .En cueillant les fleurs destinées à la confection d’une macération insectifuge ou insecticide j’ai été surpris par la prolifération de pucerons noirs et de leur cortège de fourmis commensales sur les tiges de cette plante. Avez vous une explication scientifique à cette constatation et où puis je trouver la documentation quant à la répartition des molécules actives dans les différents organes de la plante et l’incidence du type de préparation sur leur concentration.En espérant que ce discours pseudoscientifique ne vous ait pas paru trop chiant je vous assure de mon amitié cordiale pour la cause que vous essayez de défendre.

  • Bonjour,

    Les rendements en bio sont aujourd’hui quasiment équivalents, voire supérieurs pour certains produits, à ceux de l’agriculture chimique. Donc oui, il est tout à fait possible de nourrir, non pas la planète, mais ses habitants en bio… voir ici par exemple : http://www.reporterre.net/L-agriculture-biologique-peut

    Pour ce qui concerne les “preuves” scientifiques des traitements ou fertilisations naturels, ce n’est pas à nous agriculteurs de mettre en place des protocoles extrêmement complexes et coûteux – les paramètres entrant en jeu sont infinis – Nous n’en avons ni le temps ni les moyens et ce n’est pas notre rôle ! Nous sommes là pour produire, non pour prouver… ça serait plutôt le rôle de l’INRA, mais cet organisme préfère continuer à soutenir l’agriculture chimique et autres OGM …
    Bref, personnellement, je ne crois ni au dogme ni à la science, qui considère comme non fondé ce qu’elle n’est pas capable – ou ne veux pas ? – de démontrer.
    Alors, je n’invente rien. Je me contente d’expérimenter (mais pas de façon scientifique) les conseils trouvés ça et là et d’observer. Par exemple, si je pulvérise une décoction de tanaisie sur une plante envahie d’insectes indésirables et que le lendemain je constate que les insectes ont disparu, je me dis “Tiens, ça a l’air de marcher !”. Et plusieurs années avec les mêmes constats me permettent d’affirmer que cet insectifuge est efficace… Voilà, ce n’est donc pas une preuve scientifique, mais simplement de l’observation et du bon sens.
    J’ai aussi maintes fois constaté que les pucerons pouvaient être présents en nombre sur des plants de tanaisie… je n’ai pas d’explication à cela. Je m’étonne par contre que l’on mette de la tanaisie dans un mélange pour prairie fleurie ; il est en effet démontré que cette plante a un effet inhibiteur sur nombres de plantes herbacées…

    Enfin pour votre question sur la “documentation quant à la répartition des molécules actives dans les différents organes de la plante et l’incidence du type de préparation sur leur concentration”, ce n’est pas non plus dans mon domaine de compétences. Mais peut-être pourrez-vous trouver des réponses dans certains ouvrages de Jean-Marie Pelt, botaniste, professeur émérite de biologie végétale et de pharmacologie à l’université de Metz (voir ici) ; un scientifique qui a l’intelligence de ne pas rejeter ce qu’il ne peut pas (encore) prouver…

    Amicalement,
    Gilles

  • Bonjour Gilles,
    Très heureuse d’avoir découvert votre blog et d’avoir pu enrichir mes connaissances sur la tanaisie.
    J’ai également un beau pied de tanaisie au jardin et nos plants de pommes de terre les plus proches en sont à 4m et depuis 2009, pas de doryphores. En est-ce la raison ?
    J’ai à mon tour une question à poser : j’ai planté il y a 4 ans un pommier Reinette marbré de la Creuse acheté en pépinière artisanale mais il n’a jamais fleuri, ni donné de pommes. C’est le seul pommier de mon terrain. J’ai des poiriers, pêcher, pruniers, noyers, noisetiers, framboisiers qui produisent régulièrement.
    Avez-vous une idée ?
    Puis-je mettre de la tanaisie au pied des poiriers, pêchers et pruniers ?
    Merci de transmettre vos connaissances et retours d’expérience par le biais de votre blog.
    Bien à vous

    • Bonjour Fanfan,

      Il m’est impossible de dire avec certitude si la tanaisie est responsable du fait que vous n’ayez pas de doryphores. Trop de paramètres peuvent en être la cause…
      Cela dit, c’est fort possible : il y a maintenant quelques années, mon jardin était bordé de tanaisie et je n’avais pas de problème de doryphore. Toutefois, si la tanaisie (tout comme d’autres plantes) peut être efficace tant que les doryphores ne sont pas installés sur le terrain, c’est une autre histoire dans le cas contraire !

      Pour ce qui est de votre pommier, je pense qu’il faut simplement patienter : 4 ans, c’est jeune et le fait qu’il ne fleurisse pas encore est plutôt bon signe. Il se développe tranquillement, sans stress et n’éprouve donc pas le besoin de se reproduire…
      Néanmoins, il faut savoir que la plupart des variétés de pommiers ne sont pas auto-fertiles, ce qui signifie qu’ils ont besoin d’autres pommiers dans les environs (à ma connaissance, ce peut être à plusieurs centaines de mètres) pour être pollinisés. Donc, si jamais, il n’y a pas de pommier dans votre secteur (ce qui est extrêmement rare), il est alors impératif de planter un autre pommier…

      Et oui, la tanaisie est bienvenue dans un verger : elle protège notamment les pêchers de la cloque !

      Cordialement,
      Gilles

  • Merci Gilles de votre réponse très rapide !
    Je suis entrée en contact avec Laura de Bruxelles qui recherche de la tanaisie. Je peux lui en envoyer mais je ne sais pas à quel moment et ce que je dois prélever de ma plante.
    Un envoi en courrier normal peut-il résister ou faut-il prendre certaines précautions ?
    Dans l’attente de vos précieux conseils,
    Joli week-end ensoleillé

    • Alors, la tanaisie se multiplie soit par semis au printemps, soit par éclat de pied (avec racines) à l’automne ou au printemps.
      Pour un envoi postal, il me semble préférable d’attendre la maturité des graines (la floraison a lieu en août-septembre) pour récolter ces dernières. Laura pourra semer au printemps prochain…

  • Bonjour, je souhaite vermifuger mon troupeau de brebis avec de la tanaisie mais je n’ai aucune recette pour savoir comment m’y prendre. Je ne sais pas s’il faut faire une tisane, une décoction, … les dosage de préparation et d’administration, utilise-t-on la fleur, la plante entière, peut-on l’utiliser fraîche ou sèche (pendant l’hiver) ? Merci d’avance pour tout vos conseils. Magali

  • Bonjour Gilles et merci pour tout ces bons conseils.
    j’ai cette question :
    Combien de temps se conserve les décoctions, mécération ect.?
    Merci

  • Bonjour jérome,
    Puis je vous envoyer une enveloppe affranchie pour avoir ces fameuses graines de tanaisie?
    Je vous remercie encore pour toutes ces explications forts interessantes. Je m’interesse vivement a la culture biodynamique et a la permaculture et je suis vraiment ravie de pouvoir le partager.
    Cordialement.
    Priscilla

  • Bonjour,
    j’arrive a créer un paillage intissé de chanvre ou d’ortie pour lutter contre les adventices.
    Y ajouter de la tanaisie serait un plus pour limiter les insectes et surtout … l’attirance de certains rongeurs.
    En effet mon grand père composait une litière de Tanaisie pour ces animaux de la ferme pour éliminer “la vermine” comme il disait.
    Vu l’odeur peut être que cela pourrait faire fuir certains mammifères ? Merci de me renvoyer vos témoignages … ou personne qui vendrait des foins de Tanaisie !
    Fred

  • Bonjour à tous ,
    La tanaisie fait écrire !!!! j’en ai mis aux pieds de jeunes fruitiers plantés en automne 2014 . Le constat est que la tanaisie est une peste qui court partout par les racines !!!!! par-contre, elle ne semble pas affecter les arbustes .
    Quand aux coccinelles , j’en ai constaté la présence en printemps justement ….. sur la tanaisie où elle semble avoir hiverné !
    Ce petit insecte si utile y attend les pucerons puisqu’on dit que la tanaisie les attire ? Observation future à faire !!!!
    Je pars récupérer des rejets pour les mettre aux jeunes pêcher de vigne . Affaire à suivre …………

  • Bonjour, merci de votre bio tâche! Vos livres sont traduits à l’espagnol?? je vpudrais en offrir Mon potager au naturel à mon frère qui ne parle pas le français. Merci bien!

  • Bonjour, je vis en Corse et les jardins sont envahis par les fourmis d’Argentine. Il y en a absolument partout, arracher les mauvaises herbes ou contempler le jardin nécessite mille précautions ! Dans certaines zones, je n’arrive pas à faire pousser quoique ce soit. Je tenterai bien la tanaisie. Il est peut être préférable de replanter un pied. Peut-on en trouver dans la nature (par ici) et en prélever ? Si quelqu’un peut me renseigner, j’en serai heureuse. Merci d’avance.
    Merci Gilles pour ton site que j’enregistre dans mes favoris.

  • Bonjour,

    J’ai planté ma tanaisie à côté de ma Santoline (que je souhaite utiliser dans mon huile d’olive), est-ce compatible, puisque l’on dit que la tanaisie peut être toxique pour l’homme ?
    Merci de votre réponse, cordialement
    Marion

  • Bonjour, je vis au Québec et j’ai une plantation d’arbres de Noël et on me dit qu’une décoction de tanaisie pourrait détruire les pucerons (serait appliquée sur les nouvelles pouces de l’été). Est-ce bon pour détruire les pucerons? si oui, puis-je utiliser la recette insecticide donnée sur votre blog soit celui avec alcool éthylique ? merci de me lire et une réponse serait apprécié.

  • Bonjour Jane,

    Je me refuse à donner des conseils allant à l’encontre de ma philosophie de vie et néfaste pour la biodiversité.
    Or, à mon sens, un insecticide ne doit être employé qu’en cas extrême (destruction probable de la totalité d’une production vivrière par exemple).

    Cordialement,
    Gilles

  • bonjour tout le monde,
    sujet tanaisie, mon expé’ perso’ = après ~6 mois de recherche, incidemment j’en ai trouvé sur les bords de la loire, lors du goûter après avoir visité le château de sully s/ loire 😉
    comme je n’ai pas tout pris, doit sûrement y’en avoir encore…….
    elles étaient en fleur >> pas difficile de ne pas se tromper 😉
    pi l’odeur des feuilles ne laisse aucun doute non plus 😀
    j’ai pris des fleurs très avancées >> pour les graines; et 2 pieds avec racines pour les replanter dans mon carré.
    histoire de virer les ++30 fourmilières qui rodaient sur mes 30m² !!!………………………. :O

    la reprise/le semis a ++++ que très bien fonctionné = les tanaisies sont en train d’envahir mon carré 😀 et celui de ma voisine !!! :O 😀 ………
    les racines sont redoutables de vivacité!! elles se développent sous terre et peuvent parcourir ~50 cm en 1 année, souvent très profondément (+30cm??), de sorte qu’il y a des rejets de partout dans un rayon +d’1 mètre maintenant à la 3° année :O ……..
    j’en suis même à me poser la question si des bouts de racines cassées à l’arrachage, et oubliés//pas vus au ramassage, ne repartiraient pas pour faire un nouveau pied :O ………… terrible !!

    les escargots/limaces adorent se cacher/reposer sous un des massifs de tanaisie 🙂 , dont les branches se couchent au sol plutôt que tenir droites comme les autres massifs……. 🙂 (racines dans les cailloux, au pied d’un mur).
    des milliers de minuscules mouches blanches s’envolent quand par inadvertance je secoue les branches de tanaisie > je ne secoue plus -_- …….
    les coccinelles se perchent sur les tiges et les feuilles et redécollent sans que cela semble leur poser problème…… 🙂
    idem pour d’autres insectes que je ne connais pas.
    au printemps, des grillons ont fait leurs “terriers” proches des massifs, donc pas loin des racines, et il me semble avoir vu de tout petits bb’s grillons cette ap-midi 🙂
    il y a en tout cas des milliers de bb’s sauterelles 🙂
    bref, la plante sur pied ne parait pas embêter beaucoup de monde 🙂
    (je ne me souviens plus concernant les fleurs si les abeilles et autres mellifères passent y faire un tour; comme la floraison arrive, si ça intéresse du monde, je pourrais observer et vous dire)

    couplé au marc de café et à la diatomite, les tiges + feuilles hachées menues au sécateur, chacun leur tour, et les fourmis noires ont dorénavant déménagé (sont mortes?) , à part 1 ou 2 fourmilières sur les bords. que je laisse pour les grillons, lézards et autres sauterelles 😉
    mais les fourmis oranges, toutes petites minuscules, sont toujours là !!!! et elles se foutent royalement du marc de café comme de la tanaisie et de la diatomite!!!
    et elles me flinguent les “3 bouts d’herbe” de la pelouse/jardin, en étouffant tout avec leurs tas de terre à la surface, et probablement en coupant les racines pour creuser leurs galeries sous la surface car les ronds avec rien/le sol à nu sont très distincts……..

    le purin de tanaisie (fait à l’arrache ^^ : 5/7 branches entières mises à macérer pendant……. très longtemps -_- , dans un arrosoir, avec de l’eau de pluie) versé sur les fourmilières semble avoir eu un petit effet sur la taille de chacune, mais y’a des résistantes tout de même = chaque fourmilière reprend distinctement vie après 3/4 jours……..

    ce n’est pas tant une question esthétique qu’un problème d’allergie aux morsures (et piqûres d’insectes en général) qui me font m’arracher la peau pendant des jours, quand ça ne vire pas à l’oedème de quinck !!!!!……. :((((
    et les petites oranges là, ça fait très mal, c’est très très pénible, mine de rien !! :((

    je vais finir par trouver une solution pour ces minuscules-là, quitte à creuser mon carré pour trouver le coeur de chaque fourmilière et envoyer tout ce petit monde promener en forêt!!! ……..

    ma question porterait sur le dosage dudit purin =
    2kg pour 10l d’eau >> si je dose à 2kg/4-5-6l, ça risque quoi ? (que je me décide à peser réellement…)
    si je couple avec de la diatomite ? à quel poids pour quelle qté d’eau ?
    versé sur/dans la fourmilière directement (non pas épandu/pulvérisé n’importe où), quitte à creuser comme un entonnoir pour essayer d’aller le ++ au coeur de chaque fourmilière ?
    même si je suis bien consciente que ça va se répandre sous terre ensuite…….
    bien pour ça que je ne suis pas passée aux produits chimiques radicaux…….

    j’ai la chance de vivre en rase campagne, avec au moins 75% de prés à vaches dans un rayon de (au moins) 10km 🙂 , le reste étant du blé, pour la paille, alors autant continuer à ne pas trop détruire 🙂
    et je me dis que, en virant toutes ces fourmilières de mes 30m², si je fais quelques erreurs de dosages :/ , à partir de quel moment elles deviennent graves ?
    ça sera de toute façon tout de même malgré tout moins grave qu’avec du chimique de synthèse ? ou pas ?

    merci pour votre lecture et vos réponses 🙂
    cordialement,

    • Bonjour à tous …
      Elis, je te rejoins tout-à-fait dans ton commentaire , la tanaisie est une peste dans un potager qu’elle a tôt fait de coloniser par ses racines qui, en seulement une saison sont inarrachable !!!!
      Je m’en mort les doigts de l’y avoir planté !
      Cette année, beaucoup d’insectes sur tout ! ( et surtout !!!) , et les feuilles de tanaisies posées dessus et dessous n’ont rien empêché ! je l’arrache ddonc de partout sinon, dans un an, je n’aurais plus de terre à cultiver , il n’y aura plus qu’elle !!!
      Quand aux fourmis ( noires ) , je suis également envahie : sur tous les jeunes fruitiers, aux pieds des salades repiquées, entre les pieds de tomates , dans les balles de pailles , bref, partout !
      J’ai commencé à accrocher des morceaux d’écorces de citron aux branches , là où elles s’accumulaient, et autour des pieds , à saupoudrer du marc de café . Il y avait du mieux mais pas d’arrêt total.
      Alors, j’ai essayé la glu à la base du tronc + de la craie diluée autour . Et là …… miracle ! pas de fourmi sur la glu et pourtant plus aucune sur l’arbre . La craie, je n’y croyais pas , et pourtant ….

    • Gilles,
      Il est possible que le purin soit efficace ( je n’en fait pas, faute de temps ) mais, ce que je dénonce c’est surtout la rapidité à laquelle la tanaisie envahi le potager et la profondeur des racines qui font que, même à la bêche, on n’en voit pas le bout !
      A mon sens, depuis même pas un an que je l’ai introduite, à part justement faire du purin avec, je n’en vois pas l’utilité car en plante compagne elle ne sert qu’à prendre le terrain et accueille tellement de pucerons que je pense qu’ils s’y reproduisent à gogo !
      Donc, à part avoir suffisamment d’espace pour l’isoler complètement , je la déconseille fortement comme plante compagne car bien trop envahissante !

  • bonsoir,
    bah voilà! 😉 je ne suis donc pas seule avec l’envahissante tanaisie! 😉 merci diane pour ton témoignage 🙂

    j’ai un petit espace, ~30m², partie pelouse et partie jardin; comme je ne suis que locataire, et que je devrais remettre de la pelouse en partant si je retourne tout pour en faire un jardin ^^ = j’ai juste pris une bande d’1mX5m au sud 🙂
    ce qui franchement, étant seule à tout faire tous sujets confondus, me suffit amplement propos timing -_- ………

    bien pour ça aussi, gilles, que le purin est resté très-trop longtemps à ‘mijoter’ >> pas eu le temps, oublié, odieuse météo à pas mettre le nez dehors ^^ , etc etc……..
    j’ai prévu d’en refaire un en respectant les délais + sérieusement 🙂 , vu le nombre de tiges de ++1m que les pieds de tanaisie ont développé avec toute la flotte qui est tombée………
    ma question portait sur la concentration dudit purin =
    quelle incidence si on passe de 2kg/10l à 2kg/5l ??
    et aussi =
    quelle incidence d’y ajouter de la diatomite ?
    ou en mettre avant ? ou après ?

    parce que les minuscules oranges-rouges-là, j’suis pu’ capable !!! :((( je vais devenir dingue! les suites de morsures, pour moi, sont un supplice pendant ~1 semaine à m’arracher la peau 🙁 , donc cortisone et le reste 🙁 (suis allergique grave; déjà failli y passer 2X par ailleurs ^^)
    je comptais ce midi, histoire d’être réaliste a minima = 17 fourmilières !! :O ce qui donne ++1 chaque 2m²……….
    et je passe sur les 2 des noires sous le fil à linge et le bac des framboisiers > je ne m’assieds pas là ^^ , elles font leur vie tranquilles 🙂 , pi ça occupe les lézards et orvets 😉 ……….

    pour revenir à diane et la craie 😉 >> oui ça fonctionne, la craie =
    tous les ans j’ai une migration/autoroute de fourmis noires qui vient du pré d’en face ^^ pour aller chercher de quoi dans mon grenier (où les chauve-souris ont leur campement 🙂 ) via le mur extérieur, puis retour à leur(s) fourmilière(s)……. et bien entendu il y a toujours quelques explorateurs qui dévient du chemin pour rentrer dans la maison :O >> c’est noway! de ma part !!!
    alors au sol de la porte : craie en poudre X 2 chemins sur 2cm de large chaque, + gribouillage au bâton de craie sur le mur (c’est esthétique, ouais ^^), idem 2 gros traits espacés d’~2/3cm, bien poudreux = les fourmis ne peuvent marcher dedans 😛 et changent de route 😛
    (ça fonctionne avec du talc, de l’argile fine, tout ce qui est bien poudreux disons = c’est mécanique = elles patinent dedans et détestent ça 😛 )

    je n’ai pas mis de glu à la porte par contre………. 😉 (s’rais bien capable de m’y coller ^^…..) donc je n’ai pas d’expé à rapporter
    (pi suis pas sûre que le proprio adhère à la déco 😀 ….. la craie part à la pluie = ça va. pas certaine que la glu décolle à l’eau…….)

    à part ça, pour cloisonner la tanaisie,
    je me demandais récemment, si en la plantant dans un panier comme pour certaines plantes aquatiques/nénuphars
    (style ça = http://www.truffaut.com/produit/panier-carre-a-nenuphar-30l-l40xl40xh28-cm/264386/89964 .
    ou ça = http://www.garda-aquatic.com/31-paniers-rigides.
    ça a l’air de coûter 0, presque rien > plastique fabriqué par les prisonniers chinois mais bon……),
    on ne solutionnerait pas les soucis d’envahissement au moins pour un temps ?
    pi en cloisonnant les racines, on limiterait du même coup la hauteur/largeur de développement dudit massif…… 😉
    idée à creuser 😉

    (sinon, radical, y’a aussi ça =
    http://plantes-web.fr/autres22/les_10_mtres_linaire_de_barrage_racinaire__hors_frais_de_port__france_metropolitaine.html
    mais c’est pô le même prix ^^ …….)

    bon courage à tous 🙂

  • Bonjour,
    Cette plante m’intéresse beaucoup, je viens de fabriquer du purin pour protéger mes tomates du mildiou. Je me demande si je peux utiliser cette plante pour protéger mes hortensias contre les cochenilles. J’en ai déjà enlevé quelques unes manuellement, je voudrais éviter une invasion.
    Merci.
    Sandrine

    • bonjour , ma tanaisie aussi est attaquée par des pucerons, mais tu arroses avec un jet d’eau puisant, sur eux et c’est fini pour les pucerons, en tombant par terre ils meurent

      • Bonjour,
        Il est en effet possible d’éliminer les pucerons par exemple avec l’insecticide naturel dont je parle dans l’article. ou encore avec un simple jet d’eau comme le dit magama.
        Mais un plant de tanaisie, bien que répulsif pour certains insectes (pas les pucerons apparemment), n’est pas sensé les tuer ! Bien heureusement !
        On peut aussi, plus naturellement, mettre en place des conditions propices à une bonne régulation des populations, et éviter par exemple tout excès d’azote, très fréquemment en cause pour ce qui concerne les pucerons ( (voir cet article sur les pucerons au potager)…

  • bonjour à tous ,
    je pense qu’il vaut mieux cantonner la tanaisie dans un coin du jardin pour faire des infusions ou du purin car elle est très, mais alors très envahissante !!!!!!!!! et indéracinable !
    Je m’en mords les doigts d’avoir mis un petit plant au pied de mes jeunes pêchers !!!!! les fourmis s’en servent pour monter sur les pêchers qu’ils touchent aux feuilles en évitant le tronc recouvert de glu !
    et je soupçonne fortement les fourmis de favoriser la cloque . J’ai aussi des pêches percées avec un monticule gluant et des fourmis autour … donc, la tanaisie jouxtant le pêcher ne sert à rien en ce qui concerne repousser les insectes ….

    • Bonsoir Danielle,
      C’est visiblement le “pont” formé par la tanaisie touchant le pêcher qui pose problème… et il n’y a pas à ma connaissance de liens entre les fourmis et la cloque… Vos conclusions me semblent donc un peu hâtives.
      Chez moi, les plants de tanaisie sont un peu plus éloignés du tronc et je n’observe aucune invasion d’insectes, quels qu’ils soient.

  • Bonsoir Gilles et grand merci de votre réponse,
    En fait, au printemps, tous mes pêchers ( issus de noyaux plantés depuis 2 automnes ), ont eu la cloque et j’avais constaté sur tous une invasion de fourmis . J’ai mis des boîtes contre elles aux pieds et, après que les fourmis aient disparues , la cloque a fait de même …. puis, à cause de la tanaisie dont les tiges ont touchées les branches, les fourmis sont revenues … et la cloque également !!! l’explication possible serait peut-être que, comme elles vivent dans la terre , elles transportent sur elle le champignon et , courant sur toutes les branches des pêchers, elles le lui transmette.
    J’avais, moi aussi , mis seulement 1 petits plant de tanaisie à30, 40 cms des troncs mais, en seulement 2 ans, les plants se sont multipliés par les racines , c’est une horreur !!!!
    Je vais essayer d’en arracher mais j’ai peur d’abîmer les racines des pêchers ….
    Bonne soirée à vous Gilles …

  • Bonsoir,
    aprés avoir planté un plant de tanaisie trouvé dans les environs dans mon jardin;
    je viens de lire les discours de ce forum
    je vous tiendrai donc au courant a l avenir de l envahissement ou non de cette herbe
    vu les différents discours à ce sujet

  • Salut .
    j’ai un pied de tanaisie qui monte a plus de deux mètres tout les ans ,et je ne rencontre pas le problème d’envahissement , ceci ,certainement ,grâce au lieu de plantation .Mon pied est planté a un endroit sec ,dans une terre très compact , j’arrose de temps en temps au centre de la plante ,mais je crois bien que sans arrosage elle pousserait quand même .
    J’ai constaté le même comportement avec des pieds de consoude , qui , avec ce mode de culture ne se dispersent pas ,alors que d’autres planté en terre meuble drageonne de partout .

    • Remarque très judicieuse Thierry ! Merci.
      Pour ma part, pour la mise en place de la tanaisie, je me contente de préparer un trou individuel de plantation. Ainsi, la terre alentours reste compacte, et donc moins favorable à un développement non souhaité…
      Je n’arrose pas la tanaisie (sauf éventuellement l’année de la plantation si le plant a été transplanté) et elle se développe très bien.
      Et je n’ai aucun souci d’envahissement.

      • Bonjour,
        Pareil chez moi, j’ai semé des graines de cette belle plante dans une plate bande où d’autres végétaux ne parviennent pas à pousser. Pas de souci d’envahissement et elle est bien plus décorative que toutes ces annuelles qu’on trouve en jardinerie. J’ai préparé du purin que je testerai au printemps prochain en vue de protéger mes légumes contre le mildiou et certains ravageurs.

  • Bonjour Gilles,
    Est ce vous savez si le principe actif sur les insectes reste valable sur du foin de Tanaisie … mis à plat sur le sol en paillage ?
    Les propriétés d'”activateur de vie du sol” comme pour l’ortie sont connues mais je ne sais si les vertus allélopathiques sont conservées sur des pailles brutes coupées.
    Merci pour votre regard de praticien ….

  • J’ai trouvé de la tanaisie sauvage en me baladant, le long d’un ruisseau et de la route, et j’ai été attirée par ses jolies feuilles découpées et surtout son parfum “de caractère” qui me rappelle celui de l’absinthe. J’ai découveet le nom de cette plante chez un horticulteur exposant au journées de plantes de St Jean de Beauregard -événement recommandé pour tous les jardiniers de la région parisienne… En insecticide naturel à l’intérieur grâce au parfum musqué que diffuse la plante et en condiment à dose modérée, c’est certainement une plante majeure des anciens comme l’ortie, la consoude ou encore la mélisse qui poussent naturellement et ont plusieurs utilisations utiles en alimentation et jardinage. Merci pour cet article intéressant sur ses usages!

  • Bonjour, suis désespéramment à la recherche de vermifuges puissants et naturels pour mes poules, qui, comme chacun le sait, sont des animaux très exposés à différents types de vers, qu’on ne peut même pas éliminer avec le même médicament, et ces molécules de chimie de synthèse, créant d’ailleurs une accoutumance, et au bout du compte, n’agissent plus du tout, en plus du fait de causer beaucoup de fatigue à l’organisme de l’animal.

    Je chercher quelque chose de plus efficace que l’ail, car ça ne fonctionne pas (ou alors, personne n’est capable d’indiquer une dose thérapeutique et sous quelle forme). Tout le monde parle de l’ail, mais ce que j’ai lui des médecins antiques, c’est que l’ail aide à inhiber les œufs, pas les vers adultes. On a dû perdre la recette, parce qu’utilisé comme on l’utilise sur les poules, ce n’est pas efficace, les poules continuent à mourir. C’est alors qu’on se tourne vers la chimie de synthèse malheureusement.

    *Quelle posologie pour l’huile essentielle de tanaisie?

    *Est-ce que je peux faire moi-même une sorte de concentré si je ne trouve pas l’huile (le vin de tanaisie, ça ne sera pas top pour mes poules)?

    *Avec quelles plantes l’associer pour tuer un maximum de types de vers? Thym linalol? Huile essentielle d’ail? Je ne sais pas si elle vermifugera les vers ronds, plats, etc… utilisée seule.

    *Et dernière question: quelle variété? Je sais que la tanaisie de Syrie est apparemment plus décorative que thérapeutique. Je n’arrive pas à savoir si les principes actifs sont plus concentrés chez la tanaisie commune, la tanaisie crispée ou la tanaisie dorée?

  • Bonjour, vous dîtes que la tanaisie inhibe la croissance de plantes. Lesquelles svp? J’ai peur en effet qu’elle tue mes plantes et fleurs si elles sont dans la même jardinière.. merci d’avance

  • je recherche des plantes macérées, tiges fraiches, séchées ou rouies, pour des essais techniques.
    J’achète 50 ou 100 kg de Tanaisie ou consoude …
    Merci de me recontacter.

    bravo à Gilles pour sa patience !

    • Bonjour ce sont des plantes qui se cultives très facilement pour ma par je les cultives depuis 5 ans pour m on exploitation bio dans le nord Indre et Loire