Vue potager

J’ai tout raté !

Je ne parle pas ici de mon potager naturel

Certes, j’ai connu ce printemps, comme tous les ans, quelques déboires.

Semis haricotsCitons par exemple, pour cette année :

  • les limaces, qui, malgré mes habituelles barrières de fougères (bon pas au début…), ont dévoré une bonne partie de mes plants de salades… j’en ai ressemé depuis, et, même si j’ai eu un petit creux en salades, les choses rentrent dans l’ordre
  • le premier semis de carottes, effectué fin mars… une période très chaude chez moi en avril a fortement compromis la levée (une croûte dure s’est rapidement formée)… un deuxième semis effectué en mai a quant à lui connu les pluies incessantes qui ont suivi, avec également une levée très mitigée… je viens d’effectuer le semis de la dernière chance… à suivre.
  • mon premier semis de haricots, effectué en mai a lui aussi été fortement compromis par les pluies printanières (apparemment, une grande partie des grains ont pourri en terre…). Un deuxième semis a mieux levé…

Ceci nous montre aussi qu’il est souvent possible de compenser un semis raté… en en effectuant un autre.

 

 

Pour le reste, dans mon potager, tout va pour le mieux :

  • Tomates et choux paillésj’ai consommé pas mal de fèves, de pois et de radis ce printemps
  • les pommes de terre nouvelles (Belle de Fontenay) sont ramassées (en partie consommées). La récolte a été très belle
  • les récoltes à venir de pommes de terre de conservation s’annoncent aussi très jolies
  • j’ai également récolté l’ail, qui, malgré une fin de parcours aussi perturbée par les pluies, est plutôt joli; tout comme les oignons que je vais rentrer d’ici quelques jours
  • les tomates, malgré les pluies, et sans aucun autre traitement que quelques arrosages au pied d’abord au purin d’ortie puis de consoude, se développent très bien, et sont indemnes de maladies… j’ai récolté mes premières tomates (cerises et Tigerella) vers la mi-juin
  • les tomates sont forméesles choux (pommés, de Bruxelles et fleurs), malgré aussi quelques dégâts dus aux limaces, se développent très bien
  • je récolte tous les jours quelques courgettes et concombres
  • les plants de melons et de courges se développent parfaitement et de nombreux fruits sont formés. J’espère récolter mes premiers melons d’ici une petite dizaine de jours…
  • les plants d’aubergines et de poivrons sont aussi parfaitement sains…

J’en oublie certainement…

 

 

Ok, mais alors, me direz-vous, pourquoi ce titre ?

choux, salades, pommes de terreJ’y viens.

Force est de constater, notamment à travers de nombreux commentaires sur le blog ou des questions posées directement par email (j’en profite pour rappeler que je ne peux répondre individuellement à chacun et chacune… vous avez des questions, utilisez les commentaires du blog, ou mieux, inscrivez-vous au coaching) que cet objectif n’est pas atteint.

La plupart des commentaires me font part de tel ou tel problème sanitaire ou de ravageurs… et me demandent des solutions.

Je constate également que les articles les plus consultés sont également ceux ayant trait aux maladies, ravageurs, ou solutions naturelles…

Ceux, pourtant essentiels, traitant de fertilité, de couverture du sol ou encore de respect de la biodiversité (je vous invite à consulter cet article, l’un des premiers publiés sur le blog) étant finalement peu populaires… alors que c’est bien là la base de cultures saines et abondantes.

Alors, certes, je m’y attendais quelque peu…

Et j’ai très probablement ma part de responsabilité dans ce constat… n’ayant peut-être pas assez mis en avant ces articles, cédant en cela au fait que vous y réagissiez très peu.

Mais c’est bien dans la transmission de ce que je souhaite vous communiquer que je pense avoir « tout raté » !

Car mon but n’est pas d’être docteur Gilles, volant à votre secours avec ses bons remèdes de grand-mère…

Non !

Mon objectif est de vous aider à avoir des cultures saines et abondantes, le plus naturellement possible.

 

Vue potagerBon, quand je dis que j’ai tout raté, ce n’est pas non plus tout à fait juste.

Car le constat n’est pas le même pour les lecteurs de Mon Potager au Naturel

Là, les retours sont beaucoup plus positifs et les questions plus orientées sur les pratiques « positives » (même si certains déboires demeurent inévitables… n’oublions pas que nous travaillons avec la Nature, et que nous sommes donc dépendants de ses caprices).

Et, je pense comprendre pourquoi.

Contrairement au blog, sur laquelle chacun va picorer ça et là les sujets qui l’intéressent (donc souvent des remèdes quand le problème est déjà là), mon guide pratique est parfaitement structuré.

  • Partant de la connaissance de leur sol et de leur environnement, les lecteurs prennent des décisions appropriées quant aux moyens pour rendre leur terre vivante et fertile
  • Ils mettent également en place des actions simples afin de favoriser utilement la biodiversité et donc de protéger naturellement leurs cultures
  • Ils sèment ou plantes leurs différents légumes comme il convient de le faire
  • Et, se faisant, ils posent des fondements propices à des cultures saines, en général indemnes de maladies ou de « ravageurs » (qui font alors juste partie de la biodiversité, car en populations naturellement régulées)

 

C’est donc maintenant à vous de voir.

Soit vous souhaitez continuer à picorer sur le blog au fur et à mesure des désastres, toujours en recherche de solutions naturelles pour « réparer les dégâts »; c’est votre droit…

Soit vous souhaitez vous aussi jardiner naturellement avec de bonnes bases, et avoir la joie de récolter des légumes naturellement sains… pour cela, il vous suffit de cliquer ici.

  • levée de carottes
    mon oncle dépose un sac (des) en jute sur le semi.
    l’arrosage ne provoque pas de croute de battance.
    protection contre les rayons du soleil aussi.
    mon grand père déposait des feuilles de buis (il en avait beaucoup et le buis repousse bien après la taille).
    que les feuilles… même effet que le jute, mais en mieux : les feuilles n’empêchent pas la levée, à travers elles.
    bon été !

  • Mais Gilles, vous n’avez rien raté du tout!
    Il y a des gens comme nous qui s’adonnent au bio et à la permaculture depuis presque quarante ans, qui n’ont pas besoin de coaching ou même de bouquins parce qu’ils sont satisfaits des résultats obtenus; des gens que cela intéresse quand-même de vous lire, surtout depuis l’étranger.
    S’il n’y a pas de réactions, c’est peut-être que nous préférons passer du temps au jardin et moins devant l’ordi; que plus nous vieillissons, plus nous réalisons que jardiner est un acte politique, qu’il faut employer les bons moyens à ras du sol derrière la clôture du jardin, mais aussi et surtout à plus grande échelle contre ceux qui nous empoisonnent l’air et la nappe phréatique qui ne cesse de baisser – énormes problèmes de nitrates chez nous en plus du changement climatique.
    Alors ne vous fâchez donc pas! Chacun fait ce qu’il peut et seulement vouloir réparer les dégâts n’est certes pas suffisant, mais déjà nettement mieux que d’en causer…

    • Bonjour Christiane,
      Je ne me fâche pas !
      Je comprends parfaitement que tout le monde n’a pas besoin de mon guide ou de mon coaching…
      Mais je pense que vous n’avez pas bien saisi mon propos.
      C’est par rapport aux questions qui me sont posées que je pense avoir raté quelque chose.
      Ces questions sont majoritairement des « appels au secours » lorsque tout va mal…
      Or je voudrais que les personnes qui me suivent comprennent que l’essentiel en jardinage naturel se situe en amont : faire correctement les choses dès le départ évite bien des désagréments (maladies, ravages animaux…).
      Bonne journée,
      Gilles

  • Bonjour Gilles, j’ai toujours p’aisir À te lire du Québec. Même si nous vivons dans un environnement agro assez différend l’un de l’autre, tes propos me rejoignent car en bout de course j’ardiner au naturel commande de partir sur de bonnes bases comme un sol vivant où que nous soyons sur cette planète. Merci beaucoup pour ce partage si généreux.

  • Bonsoir Gilles,
    Mon livre à l’air très intéressant, et je te suis depuis un moment. Si je prends ton livre Aujourdhui, peut on démarre le coatching dans un mois ou deux ou est ce que c’est un mois tout de suite après l’achat. Merci. Je pense que tu ne rates rien. C’est toujours plus facile d’appeler au secours que d’écouter et se renseigner en amont .
    Merci et bonne soirée.

    • Bonjour Isabelle,
      Le mois de coaching est à suivre de l’achat (répondre aux questions est un travail bénévole qui me demande beaucoup de temps, et le système d’enregistrement est automatisé – je ne peux donc raisonnablement faire du cas par cas)
      Cordialement,
      Gilles

  • Salut Gilles !!
    Je vois que tu as rencontré cette année sensiblement les mêmes soucis que moi. Mais à force de persévérance on arrive toujours plus ou moins à avoir des récoltes potables. Ah quand tu veux amener tes visiteurs sur les problèmes vraiment de base c’est un peu rageant quand tu te rends compte que tu as tapé à coté. Mais au fil du temps on arrive toujours à redresser la barre. Parfois sensibiliser n’est pas si évident que ça. Bon courage Gilles pour la suite. A bientôt !!

  • Bonjour Gilles
    Bien sûr que non vous n’avez pas tout raté, mais je pense qu’à chacun sa région et même si j’ai vraiment essayé de suivre vos conseils de prévention j’ai vraiment eu du mal cette année. D’abord avec mes haricots verts ( 3 fois j’ai semé pour n’avoir que quelques pieds) le deuxième semis se porte mieux, mes tomates alors là … catastrophe (mildiou en 2 jours et mes 25 plans détruits et ceux que j’ai remis ne me disent rien qui vaillent, tant pis pour cette année. Je reprendrai tous vos conseils l’année prochaine. Il faut que vous sachiez que mes voisins à 300 m n’ont rien eu, et que l’ami qui m’a donné mes plants lui il mange des tomates ???

  • Bonjour Gilles.
    je suis toujours conforte par vos conseilles.
    Mais pour le moment la saison sèche fait toujours de dégât sur les activités même si je vais l’arrosage de mes plantes. tes explications m’aide beaucoup pour réussir.
    Courage tu na pas rate jusque là essaye encore et encore.

  • Bonjour Gilles,
    la débutante que je suis a tout raté, mes pois ont pourri sur place, les fèves sortent à peine, les tomates sont toujours vertes, les aubergines commencent juste à sortir, les haricots verts commencent à pousser, les potirons seulement 2, les courgettes, j’en ai mangé 4 (avant elles pourrissaient sur pied), j’ai mangé des épinards mais aucune salade toutes mangées par les limaces, les tomates cerises sont délicieuses mais pas encore suffisantes, les piments sont hot comme j’aime mais pas nombreux, les poivrons sortent juste, les melons et pastèques sont aussi gros que les tomates (SNIFF). Les grosses averses depuis trois jours n’ont pas arrangé car les haricots sont tous couchés dans l’eau.
    Après les oiseaux se régalent autant que les limaces et escargots.
    C’es toujours un plaisir de te lire et lire les petits conseils des potes, ce qui me manque à moi pour maitriser un peu plus c’est un parrain en chair et en os qui pourrai me cocher de visu.

    • Salut Manuela !!

      Ne t’inquiète pas pour les tomates et les poivrons par exemple. Je suis un peu dans ton cas. Avec les très grosses chaleurs qu’il a fait ça poussait doucement. Les plantes sont comme nous quand il fait trop chaud. Elles ont du mal. Nous on se déplace avec difficulté et les plantes se développent lentement. ça devrait démarrer dans les jours à venir. En tout cas c’est le cas pour moi.

      • Merci Jean Claude, oui je sais bien que ça va venir, il ne faut jamais aller trop vite et surtout pas contre la nature.
        J’ai récupéré mes premières tomates (3 à peines plus grosses que 3 fois les tomates cerises).
        J’aimerai maitriser comme le faisaient mes grands parents, mais bon j’irais à tâtons et comme disait ma grandma, « si tu prends du plaisir et si fais les choses avec le coeur, tu seras récompensée ».