connaitre-sol-potager

Connaitre son Sol : Tests Simples et Plantes Indicatrices

En jardinage, il est important de connaître la nature d’un sol, notamment pour savoir quelles plantes nous pouvons y cultiver,  pour déterminer la fertilisation qu’il convient d’y apporter, ou encore pour savoir si une couverture du sol est appropriée.

Effectuer une analyse chimique de son sol coûte relativement cher.

En observant les plantes présentes naturellement sur un terrain et en faisant quelques tests basiques on peut avoir une idée relativement fiable de la nature de nos sols. Ce n’est certes pas aussi précis qu’une analyse chimique (dans ce cas, je vous conseille celle-ci), mais vous aurez les indications essentielles pour démarrer votre jardin dans de bonnes conditions.

 

Commençons par la texture du sol.

En jardinage bio, connaître la nature de son sol est essentiel...

En jardinage bio, connaître la nature de son sol est essentiel…

Nous allons déterminer ici la granulométrie (texture), c’est à dire les types de particules composant  notre sol :

  • Argiles : ce sont les particules les plus fines. Un sol majoritairement argileux est lourd, se réchauffe lentement et se fendille en cas de sécheresse (attention avec le paillage ou le BRF). Il retient efficacement l’eau et les engrais. Les apports de matières organiques doivent être espacés dans le temps mais copieux.
  • Limons : Les limons constituent le stade intermédiaire entre argiles et sables. Les terres limoneuses sont en général battantes et se tassent facilement. Des engrais verts et une couverture du sol sont bénéfiques et parfaitement adaptés à ce type de sol. Ce sont des terres souvent idéales pour les cultures légumières et les arbres fruitiers.
  • Sables : le sable est l’élément le plus grossier. Ce sont les sols légers. Les terres sableuses se réchauffent facilement et permettent ainsi des cultures précoces. Pauvres en matières organiques (car les retenant très difficilement), les apports de matières organiques (fumiers, composts, feuilles, pailles, foins, coupes d’herbes, résidus de récolte, brf…) doivent y être fréquents et modérés. Les sols sableux sèchent également facilement. Souvent acides, il peut alors être utile d’y apporter également des amendements calcaires (type lithothamne). Les engrais verts y sont en général déconseillés, car puisant dans les faibles réserves.

Bien entendu, les sols ne sont jamais totalement sableux, limoneux ou argileux mais contiennent des proportions variables de ces éléments. Par exemple, un sol est dit sablo-limoneux s’il contient une majorité de sable puis ensuite une quantité notable de limons…

 

Observation de la végétation spontanée :

Certains végétaux peuvent indiquer le type de sol.

Ainsi, dans les sols lourds, on trouvera fréquemment, des renouées persicaire, des chardons, du laiteron, ou encore de l’agrostis rampant

Dans les sols légers, les pensées des champs ou l’anthémis des champs forment naturellement des colonies importantes.

Test de la pâte à tarte :

Pour confirmer votre analyse faite sur l’observation de la végétation spontanée, faites le test dit de la “pâte à tarte“.

Prenez une poignée de terre humide (ou mouillez-la au besoin) et étalez-la en la roulant avec une bouteille.

L’épaisseur de la pâte que vous parviendrez à obtenir, sans qu’elle se brise, vous indique la texture de votre sol :

  • Sol argileux : moins de 3 mm d’épaisseur.
  • Sol limoneux : de 3 à 5 mm d’épaisseur.
  • Sol sableux : impossible d’étaler la pâte sans la briser.

 

Que faire de ces observations  ?

Quel que soit le type de sol, on ne le modifiera pas du jour au lendemain (à moins d’y renouveler totalement la terre)…toutefois, des apports réguliers de compost allégeront les sols lourds et donneront plus de corps aux sols légers.

Les sols légers nécessitent des apports fréquents mais modérés de compost alors que les sols lourds profitent au mieux d’apports espacés dans le temps mais copieux.

 

Sol acide ou calcaire ?

On déterminera ici le ph d’un sol :

  • un sol est acide si son ph est inférieur à 7
  • il est neutre si son ph est égal à 7
  • il est alcalin (ou basique) si sont ph est supérieur à 7.

Certaines plantes supportent mal le calcaire, d’autres les sols acides (qui favorisent par exemple des maladies sur le chou)… Le jardin idéal a un ph proche de la neutralité car il pourra ainsi accueillir la plupart des cultures.

Avec des moyens très simple, on pourra déterminer la tendance de notre sol :

 

Test du vinaigre :

Pour savoir si un sol est calcaire, versez un peu de vinaigre dessus :

  • Si une réaction effervescente se produit, le sol est calcaire ;
  • Si la réaction est très faible, il est proche de la neutralité ;
  • Si elle est nulle,  il est acide.

 

Plantes bio-indicatrices :

De même, la végétation spontanée donnent une indication très fiable de l’acidité d’un sol :

La fougère indique un sol acide

La fougère indique un sol acide

  • Dans les sols acides, on trouve fréquemment de la bruyère, des fougères, genêt à balais, de la petite oseille, de la digitale pourpre,  de l’ajonc, des châtaigniers
  • Dans les sols calcaires, on trouvera notamment de la chicorée sauvage, de l’ellébore, de la moutarde des champs, du sainfoin, de la sauge des prés, du viorme, des cerisiers, des ormes, des sureaux…

Vous trouverez également sur cette page des tests simples pour déterminer le ph d’un sol : http://fr.wikihow.com/tester-le-pH-de-votre-sol

Pour une mesure plus précise, utilisez un PH mètre.

 

Que faire de ces observations?

Un sol trop acide peut être amélioré par des apports d’amendements calcaires ainsi que d’engrais organiques riches en calcium.

Un sol au contraire calcaire bénéficiera de cultures d’engrais verts comme la moutarde…Les amendement et engrais riches en calcium sont évidemment à proscrire. Mais pourquoi ne pas tester alors un BRF  constitué notamment de résineux, (ce qui est en général déconseillé) pour acidifier quelque peu un sol trop calcaire ?

 

Richesse du sol ?

Mais ce qui importe le plus au jardinier bio, n’est-ce pas avant tout la richesse de son sol, et  notamment sa teneur en humus (matières organiques stables représentant environ 85 % des matières organiques totales du sol, le reste étant constitué de matières organiques en cours de décomposition) ?

En effet, un bon sol de jardin doit contenir au moins 5 % de matières organiques.

 

Observation de la flore spontanée :

Ce tapis d'ortie témoigne de la richesse du sol

Ce tapis d’ortie témoigne de la richesse du sol

S’il est compliqué de repérer sans analyse les éventuelles carences d’un sol, on peut néanmoins avoir une bonne idée de sa richesse en humus, ceci par une simple observation de la flore présente naturellement dans votre jardin.

Ainsi, petites et grandes orties, chénopodes, amarantes, chiendent, arroches, lamiers blancs et lamiers pourpres, sureau noir, mouron blanc, mercuriale annuelle…sont des plantes indiquant un sol riche en humus.

La présence de ces plantes, surtout si elle est particulièrement marquée, est un bon signe. Mais, n’oubliez pas que même si votre terre est riche, il convient néanmoins de la nourrir.

 

Observation des cultures

De même l’observation de vos cultures donne de précieuses indications sur la richesse de votre sol.

Dans un sol suffisamment riche en humus, on observera une croissance rapide des plantes cultivées et un feuillage bien développé.

 

Que faire de ces observations ?

Quelque que soit la richesse de votre sol, continuez à le nourrir efficacement avec des matières organiques diverses : fumiers, compost, mulch (pailles, foin, herbes coupées, BRF…).

Se faisant, vous maintiendrez, voire améliorerez, la teneur en humus de la terre de votre jardin…qui vous le rendra en récoltes abondantes.

 

Et si votre sol est vraiment trop pauvre, caillouteux, difficile à travailler ? Pourquoi ne pas envisager un potager en lasagnes ?

 

Voilà, j’espère que ce petit article, vous auras permis de mieux cerner la nature de votre sol et de pouvoir maintenant en tirer les leçons qui en découlent…

 

Vous avez malgré tout du mal à cerner la nature de votre sol et surtout à en tirer le meilleur parti ?

Commandez votre Etude Personnalisée ! 

 

Vous avez apprécié cet article ? Partagez-le

    42 réflexions sur “ Connaitre son Sol : Tests Simples et Plantes Indicatrices ”

      1. Bonjour Tassera,

        Voici quelques conseils pour un sol argilo-calcaire :
        - cultiver sur buttes pour permettre à la terre de se ressuyer plus facilement ;
        - semer un engrais verts à l’automne : légumineuses (vesce, pois, feverolles…) qui sera broyé et incorporer superficiellement au printemps suivant ;
        - apporter du compost mûr au printemps ;
        - ne pas se précipiter pour mettre en place les cultures (terres lentes à se réchauffer);
        - pailler quand la terre est suffisamment réchauffée.

        Les apports de sables, souvent préconisés dans ce type de sol, sont à mon sens inutiles. En effet le sable ne se mélange pas à l’argile, et il faudrait des quantités énormes pour pouvoir éventuellement espérer changer la texture du sol…

        Cordialement,
        Gilles
        Gilles Articles récents…Culture sur tumulus ou sur butte : je me lance !My Profile

        1. Merci pour l’attention que tu m’as accordée. J’entrevois la réalisation de buttes sur les zones relativement planes, par contre j’ai quelques craintes quant à leur construction sur les coteaux plutôt pentus.Les effets de ravinement ne sont-ils pas à craindre?
          tassera Articles récents…dire écouter déciderMy Profile

          1. Avec plaisir Tassera.

            Je ne suis pas un spécialiste de la culture sur buttes mais je pense en effet que cela peut être délicat sur des parcelles pentues…et peut-être finalement pas vraiment utile car l’eau en excès s’écoule alors déjà facilement.
            Il peut par contre être judicieux d’envisager un terrassement…

            A bientôt,
            Gilles
            Gilles Articles récents…Création d’un plate-forme collaborative sur le BRFMy Profile

        2. Modification d’une texture très lourde par un apport de sable de rivière :

          Il est préférable d’éviter ce type d’amendement les yeux fermés et faire un essai car certains sols forment avec le sable un béton très dur et ce processus est IRREVERSIBLE

          Cet apport est indispensable pour créer une planche d’asperges dans un sol lourd ( une brouette pour 10 m

    1. Bonjour, je découvre votre blog, merci pour votre article très instructifs. Des que le temps s’y prêteras je ferais une analyses grâce a vos petits tuyaux de mon sol.

    2. J’avoue que je n’avais jamais cherché à connaître la nature de mon sol jusque là, mais finalement c’est une démarche assez logique. Si on connaît la nature de notre sol, on connaît ses défauts et on peu les palier ou encore choisir nos plantations en fonction.
      Benjamin Articles récents…brico maison jardinMy Profile

    3. Bonjour Gilles,

      Pour ce qui est du test pâte à tarte, j’ai appris à le faire sous forme de boudin de terre, vois-tu?
      Le but étant de former un petit boudin dans la main, et si nous pouvons faire un anneau avec celui-ci cela veut dire que nous disposons d’une terre très argileuse.

      Si je peux me permettre, j’aurai peut être ajouté quelques précisions sur la couleur de la terre qui parle également au jardinier sur sa qualité.

      Merci à toi et à très bientôt
      Yannick Hirel
      Yannick Articles récents…Quoi semer et planter au mois de MarsMy Profile

      1. Salut Yannick,

        Tu as tout a fait raison. C’est le même principe. Disons que le test de la pâte à tarte est un peu plus précis.

        Concernant la couleur, c’est vrai que cela peut être également une indication. Mais, il faut parfois se méfier des apparences : une terre sableuse peut par exemple prendre une couleur noire quand elle est mouillée…elle n’en demeure pas moins pauvre en matière organique !

        Bonne soirée,
        Gilles
        Gilles le Jardinier Bio Articles récents…Culture sur tumulus ou sur butte : je me lance !My Profile

      1. Bonjour Nancy,

        La prêle indique souvent un sol sablo-limoneux, humide riche en silice (ça c’est plutôt une bonne nouvelle)…
        Par contre, la datura témoigne d’un sol pollué par les engrais chimiques (agriculture intensive par le passé ?). L’idéal serait alors d’y cultiver des plantes “dépolluantes” (ça me donne une idée de sujet pour un prochain article).

        Gilles

    4. Bonjour,

      Être jardinier est avant tout une tâche à plein temps. Bon c’est vrai on restera pas là agenouillé à surveiller ses plants grandir ;). Toutefois, en étudiant si simplement son sol et en le connaissant parfaitement, cela devrait largement faire l’affaire.

      Et moi, je n’ai jamais su qu’on pouvait déterminer le ph de son sol.

      Merci pour le partage!
      Clement Articles récents…L’olivierMy Profile

    5. bonjour gilles
      merci,pour ces éclaircissements .
      la structure de mon nouveau potager m’inquiète je n’avais pas l’habitude de travailler sur un terrain sableux ravie au début parceque plus facile à travailler je commence à déchanter car il s’appauvrit très vite, sèche terriblement et se bloque alors quel sable ? quand je travaille à main nues ce qui est fréquent cette terre sableuse me brûle carrément les mains…. serait ce à cause d’une présence de silice? ,nous avons beaucoup de prêle près de la source .je ferais les testes du vinaigre.
      à bientôt et bonne journée dans l’orne le printemps est là et beaucoup d’occupation au potager .Merci pour ce complet article .
      lesviolettes Articles récents…Carottes sur butteMy Profile

    6. I think this is one of the most important info for me. And i’m glad reading your article. But wanna remark on few general things, The site style is wonderful, the articles is really nice : D. Good job, cheers

    7. Bonjour et un grand merci pour votre article sur la “nature du sol” très utile !
      J’aurai cependant une question, notre terrain est en lisière de forêt, j’aimerai ré-habiliter une petite parcelle couverte de mousses et autres plantes “sauvages”.
      Notre sol est de toute évidence sableux et acide, une forêt de sapins recouvrait les lieux pendant de longues années.
      Quelles seraient les étapes pour la mise en place d’un gazon sur ce type de terre ?
      En “grattant” la surface pour enlever les mousses ne risquerai-je pas d’ôter la seule “richesse” du terrain, notamment cet humus forestier ? Quel amendement me conseillez-vous ?
      Merci d’avance pour votre réponse.
      Cordialement.
      Philip

      1. Bonjour Philou,

        Merci pour votre commentaire.

        J’avoue par contre avoir du mal à répondre à ce genre de question…
        Pour moi, rien ne vaut la Nature, et surtout pas un gazon. Je préfère en effet mille fois voir de petites fleurs sauvages surgir au printemps qu’un gazon d’un vert monotone…
        D’ailleurs, votre question même montre toute la contradiction existant entre un choix non naturel et le respect de l’environnement…

        Mais si vous décidez néanmoins de mettre en place un gazon, je vous conseillerais simplement de “raser au plus bas” la végétation spontanée (à la débroussailleuse ou à la tondeuse si c’est possible) puis de travailler ensuite la terre au motoculteur. En procédant ainsi, l’humus restera dans votre sol.
        Epandez ensuite du compost mûr (ou un engrais organique biologique du commerce) sur toute la parcelle, intégrez-le au sol puis semez (si possible quand des pluies sont prévues).

        Cordialement,
        Gilles
        Gilles le Jardinier Bio Articles récents…Festival d’articles sur la Gestion de l’Eau au Jardin BioMy Profile

        1. Merci Gilles pour votre réponse !
          Je suis d’accord avec vous quant à préférer voir des petites fleurs sauvages naturelles, sauf qu’actuellement le terrain est un nid à ronces pas trés esthétiques.
          Justement le “gazon” servira de support ou d’agrément à de nouvelles plantations plus colorées.
          Merci pour vos conseils.
          Bien cordialement.
          Phil

          1. Ok je comprends mieux comme ça…
            Dans le cas de ronce, il faut alors en arracher les racines (le plus profondément possible à la houx) sinon elles repartiront…
            Je me permettrai néanmoins de vous conseiller de garder quelques ronciers ; ils abritent toute une faune très utile au jardin et les mûrs c’est bon…
            A bientôt,
            Gilles
            Gilles le Jardinier Bio Articles récents…La Culture des TomatesMy Profile

    8. Bonjour à tous.

      Me voici à nouveau face à mon terrain dont la couche calcaire se trouve à environ 7 cm. Jusqu’à présent j’ai apporté de la terre argileuse que je pense aussi un peu calcaire; don d’un ami. Cet apport a été mis en place sur une hauteur de 30 cm et encerclé par des gros piquets de châtaignier sur plusieurs rangées. Un jardin méridional comme ils disent.
      Aujourd’hui j’envisage d’ajouter plusieurs bandes potagères. Soit je continue de la façon décrite ou serait-il plus judicieux de creuser sur une profondeur d’environ 25 cm, dégager ces pierrailles afin de procéder à la phase finale: mettre une meilleure terre 10 cm au dessus du sol existant qui donnerait une profondeur totale de 35 cm. Est-il nécessaire de mettre un (voile) ou protection dans le fond de cette fosse afin que les racines des plantations soient isolées de ce calcaire en très grande quantité?
      Pardon je ne sais pas faire plus court pour vous faire part de ce projet.
      Merci de votre contribution.

      1. Bonjour Bourgeon,

        J’ai en effet vu que l’on pouvait mettre une protection au fond de la fosse pour isoler les racines des plants du calcaire…mais, n’ayant jamais fait cela, je ne peux en dire plus.

        Personnellement, dans une telle configuration, j’opterais plutôt pour des cultures sur butte type lasagnes, (comme vous pouvez le voir sur la vidéo sur cette page : http://www.un-jardin-bio.com/comment-demarrer-un-potager-a-partir-dun-sol-enherbe/). Vous auriez ainsi un substrat de culture parfaitement équilibré et riche et éliminerez également les problèmes de stagnation d’eau observables en sol argileux…

        A bientôt,
        Gilles
        Gilles le Jardinier Bio Articles récents…La Grelinette, un Outil Indispensable pour le Jardinier Bio !My Profile

    9. Bonjour Gilles,
      j’ai bcoup de vent sur mon terrain (1 moulin à l’ouest et 1 autre à l’est !)et je pensais planter
      4 poteaux et y fixer de la brande de bruyère entre, pour casser les vents dominants.J’ai déja planté une haie qui est trop petite pour l’instant.Q’en penses-tu merci pour ta réponse

    10. Bonjour Gilles,
      J’ai un sol argileux. J’ai fait le test du vinaigre (à froid et aussi avec vinaigre chaud). J’ai une légère effervescence (quelques fines bulles). Qu’en penses tu? En végétation spontanée : trèfle et chardons entre autre. Je suis en train de créer un potager bio sur ce terrain. En fait je change de place des planches mal positionnées.
      Merci d’avance pour ton commentaire.

      1. Bonsoir Jean-Louis,

        Ton sol doit être proche de la neutralité (peut-être très légèrement calcaire).
        Le trèfle, ainsi que le chardon, témoignent en général d’un sol riche et fertile…et un peu lourd.
        A priori, c’est donc un plutôt bon emplacement pour ton potager ! Simplement, étant un peu lourd, le sol risque d’être un peu long à se réchauffer. Aussi, ne te précipite pas pour effectuer tes semis et plantations aux printemps…

        J’en profite pour rappeler que je propose désormais un accompagnement personnalisée aux plus motivés : http://www.un-jardin-bio.com/formations/

        Cordialement,
        Gilles
        Gilles le Jardinier Bio Articles récents…La Végétation Spontanée, Le Meilleur des Engrais VertsMy Profile

    11. Bonjour Gilles
      Mon sol, plutôt argileux, est très acide en surface : test du vinaigre, aucune réaction ; test de la levure, forte réaction.
      Mousse et trèfle y poussent bien.
      Que faire pour l’amender ? Quelles cultures lui conviennent mieux et conviennent mieux à la biodiversité (Ile-de-France grande banlieue) ?
      Merci de vos conseils.

      1. Bonjour Nicole,

        C’est typiquement le genre de question auxquelles je ne peux répondre sérieusement par un simple commentaire…
        En effet, apporter une réponse approfondie et réellement adaptée requiert quelques précisions complémentaires et un travail considérable.

        Pour se faire, je propose désormais une étude personnalisée accompagnée de conseils à la demande : http://www.un-jardin-bio.com/formations/votre-potager-bio-etude-suivi-personnalise/

        Cordialement,
        Gilles

    12. Merci de votre réponse, Gilles.
      Le test de la levure, je l’ai trouvé dans le livre “Mon jardin à la mode d’autrefois” ; il est à faire en complément du test du vinaigre. Il suffit de prélever un peu terre sans résidus organiques, la mouiller, mettre un peu de levure chimique. Si ça mousse, ça signifie que le sol est très acide.
      Je pensais avoir un sol calcaire, et les tests du vinaigre et de la levure sont concordants… du contraire.
      Bien cordialement

      1. Bonsoir Nicole.

        Merci pour ce partage !

        Quelques petits conseils généraux pour vous remercier :
        Peu de cultures légumières sont possibles sur un sol très acide.
        Des amendements calcaires sont dès lors indispensables : en bio, on utilise de la dolomie, des algues marines (lithothamne) ou encore de la cendre de bois.
        Des engrais organiques riches en calcium seront également utiles.

        Bonne soirée,
        Gilles
        Gilles le Jardinier Bio Articles récents…La Végétation Spontanée, Le Meilleur des Engrais VertsMy Profile

        1. Merci beaucoup, Gilles.
          J’ai un tout petit potager pas très rentable (je commence à comprendre pourquoi !), et j’ai une cheminée ; les cendres trouveront ici leur utilité…
          J’ai reçu en cadeau de Noël (un peu à l’avance pour la mettre en place avant les gelées…) un sac de graines pour prairie fleurie favorisant la biodiversité ; j’aurai donc aussi bientôt un petit carré à insectes pollinisateurs. Ils pourront hiberner dans un hôtel à insectes (autre cadeau de Noël…). Pour ceux que ça intéresse, ces cadeaux ont été commandés sur le site de Noé conservation, une super association (dont je ne fais pas partie cependant).

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>