Mars au Potager

Dans certaines régions, l’hiver se termine…

Le jardinier se réveille : de nombreux travaux sont à effectuer au mois de mars.

Au boulot  ! 

  • Si le sol est suffisamment ressuyé, il est temps de travailler la terre, à la Grelinette,  pour les semis et plantations à venir.
  • Et si votre terre est déjà couverte, vous pouvez également écarter ou enlever (pour les semis) la couche de mulch (à ajouter au compost) afin de permettre à la terre de se réchauffer plus facilement.
  • Découvrez les artichauts si le temps est doux.
  • Surveillez, arrosez et aérez les couches.
  • Epandez du compost mûr sur les plates-bandes prêtes à être ensemencées.
  • 1 mois environ avant la plantation, creusez les trous de plantations des tomates précoces et incorporez-y quelques poignées de feuilles d’orties (ne refermez pas les trous afin de permettre une bonne décomposition des feuilles… qui ont besoin d’air pour cela)/

 

Semer en pépinière :

montage-pepiniere-mai2013– en couche chaude ou en serre (éventuellement derrière une fenêtre bien éclairée) :

Aubergine, Basilic,  Céleri-rave, Chicorée frisée et scaroles, Choux d’été et d’automne, Concombre, Courge, Laitue, Melon, Poireau, Poivron, Potiron, Tomate.

– en pleine terre : 

Ciboulette, poireau.

 

Semer en place :

 

Semis de radis et carottes en parallèle
Semis de radis et carottes en parallèle

Carotte hâtive (côtière ou tunnel), Ciboulette, Epinard, Fève, Lentille, Navet, Oignon de couleur, Panais, Persil, Pois, Radis, Raifort, Engrais Verts.

 

Planter :

 

Culture de pommes de terre nouvelles sous serre.
Culture de pommes de terre nouvelles sous serre.

 

Ail, Artichaut, Asperge, Ciboulette, Échalote, Estragon, Oignons bulbes, Poireau d’été, Pommes de terre nouvelles, Thym.

 

 

 

 

Récolter :

Carotte, Chicorées sauvages, Chou de Bruxelles, Chou frisé, Endive, Epinard, Mâche, Pissenlit, Ortie, Poireau, Salsifis, Scorsonère.

 

Pour la réussite de vos cultures, bénéficiez d’un coaching individuel !

 

Et pour une organisation efficace cette année, il est encore temps de commander votre cahier de jardin.

  • Bonsoir Gilles,

    Quand tu dis de préparer les trous de plantation des tomates veux tu dire d’y incorporer déjà l’ortie ???
    Merci pour tout tes conseils ….
    Bonne soirée
    Nancy

    • Bonjour Nancy,

      Oui, je parle de creuser les trous et d’y déposer des feuilles d’ortie…mais j’aurais dû préciser qu’il s’agissait de plantations précoces (on met l’ortie environ 1 mois avant la plantation). Je vais donc le faire sur l’article.

      Pour les plantations effectuées après les saints de Glace, il y a encore le temps….

      Bon dimanche,
      Gilles

      • Ah bon ça va alors!
        Je n’ai jamais fait les trous a l’avance et les orties et consoudes je les mets au moment de la plantation c’est bien aussi ou il vaut mieux les laisser un peu avant????

        • Bonjour Nancy,

          La matière organique met un certain temps à se décomposer et donc à libérer les éléments minéraux qu’elle contient.

          L’ortie est particulièrement riche en azote, l’élément de base pour le développement végétatif d’une plante. Aussi, en incorporant l’ortie quelques semaines avant, cet élément sera immédiatement disponible et favorisera ainsi le développement de la jeune pousse dès sa mise en place ; alors que l’effet se fera attendre si on incorpore l’ortie au moment de la plantation.

          Par contre, la consoude est notamment riche en potasse, mais aussi en oligo-éléments et vitamines diverses, utiles à la floraison, et à la qualité des fruits. L’effet n’est donc pas attendu dès la plantation. Aussi, personnellement, je préfère l’apporter un peu plus tard, sous forme de paillage.

          A bientôt,
          Gilles

  • Nous avons beaucoup de cendres de bois. J’ai lu qu’il ne fallait pas les répandre telles quelles dans le jardin mais les diluer dans l’eau et arroser parcimonieusement. Pour les tomates aussi?
    Jusqu’à présent, j’ai répandu ces cendres à la volée, en petite quantité dans le jardin potager et dans la pelouse (devenue prairie) non traitée par ailleurs. J’ai constaté que cela diminuait la mousse … Qu’en pensez-vous?

    • bonsoir a tous…la cendre de bois est un excellent amendement 2 a 3mm dans le sol mais son eau un léger coups de rateau nom pas ‘enfuir .refaire cette opération après 3 année

        • merci gilles pour cette information ,mais pour le sol qui a étais cendre en peut lui ajoute l année qui suive du fumier ou animaliser les herbes ce sol redevient au plus degrés de fertilités

          • Pas vraiment non… le fumier a un PH également élevé (même s’il l’est moins que la cendre).
            Mais de toute façon apporter un amendement calcaire dans un sol calcaire n’a pas de sens… et aura un effet néfaste à terme sur la vie du sol.
            Ce que vous observez peut-être n’est pas une amélioration réelle et surtout durable de fertilité… mais un plutôt un « boost » ponctuel comparable à celui d’un engrais chimique.

  • la cendre détruit les toiles d’araignées donc celles-ci vont ailleurs.
    dommage pour la régulation de la biodiversité.
    Cordialement
    Tom

  • Bonjour Gilles,
    la lecture du livre a apporté énormément de réponse à mes questions, les explications sont fournies de façon très compréhensible. Je suis heureux d’avoir trouvé votre site et j’espère reste en contact sur votre blog
    Michel

  • Bonjour je pense que pour le moment on ne peut rien faire ! Avoir le temps Ce grand froid de Sibérie j’ai -7 je suis de Normandie.
    On en a pour la semaines. Merci pour vos conseils pour le jardinage.

  • bonjour

    je suis en normandie aussi, il fait froid actuelllement, je n’ai pas fait mon traitement d’hiver sur mes arbres fruitiers, ils sont avancés au niveau des bourgeons je n’ose pas le faire maintenant
    qu’est ce que tu en penses Gilles ???

    amicalement

    Pierre

        • J’en pense d’abord que les insecticides, qu’ils soient autorisés en bio ou non, sont nocifs, non seulement pour la biodiversité, mais aussi pour celui qui les utilise (les huiles blanches doivent être utilisées avec des protections…).
          Mais je comprends bien que tu n’attends pas ici un jugement de valeurs… je peux donc te dire qu’il ne faut jamais traiter avec ces huiles en période de gel (pas de gel pendant au moins 3 ou 4 jours)… A priori, tu dois donc attendre la fin de cette période froide… pour les bourgeons, à ma connaissance, ça ne pose pas de problème direct… cela dit, si, bien que ces produits ne soient pas sélectifs, les traitements hivernaux aux huiles blanches sont réputés « peu » nocifs, c’est parce qu’en hiver il y a peu d’insectes… plus tu attendras plus l’impact sera important sur les populations d’insectes…
          Bon dimanche
          Gilles

  • Bonjour, je réside dans le Luberon ,où puis-je me procurer des feuilles d’orties ?
    À la place des feuilles peut-on mettre du purin d’orties ou De consoude dans les trous des tomates à la plantation?
    Je suis également envahie de fourmies, qu’elle solution?
    Cordialement.
    Mme Terrier Christine

    • Bonjour Christine,
      Pour trouver des feuilles d’ortie… il faut chercher dans la nature…
      Non, le purin n’a pas grand intérêt au fond des trous (il va s’infiltrer en profondeur… et ne sera plus disponible pour vos cultures. Mieux vaut arroser au pied une fois ces dernières en place.
      Le citron laissé à pourrir éloigne les fourmis (ça marche aussi dans la maison).
      Cordialement,
      Gilles

  • bonjour comme je réside dans une zone chaude et un terrain un peut lourde ,j’arrose avec de l’eau tous simplement au milieux de la journée en plein soleil pour évaporer le surplus et détruire les insectes qui se trouve sur les feuilles en les noyons par terre ,mais je pense a la sulfate de fer qui détruit les insectes d’une manière certaine une petite dose de dix gramme par litre sur un mètre carre que pense gilles merci ?

    • Bonjour belhouari,
      Je pense que tout cela n’est pas très écologique : quand vous noyez ainsi des insectes considérés comme « nuisibles » (les fourmis sont au passage très utiles…), vous noyez aussi des insectes utiles (ils le sont d’ailleurs tous, puisque participant à un cycle de vie naturel). Personnellement, seules les méthodes répulsives trouvent grâce à mes yeux.
      Quant au sulfate de fer, il n’est évidemment pas autorisé en bio… et est toxique : https://jardinage.lemonde.fr/dossier-882-sulfate-fer.html
      Cordialement,
      Gilles

  • c’est vrais c’est un péché de détruire une populations comme les fourmis moi personnellement je les aime depuis mon enfance (la cigale et la fourmis) un bon exemple et merci gilles pour ton conseille bon dimanche karim

  • Bonjour , je cherche à acheter du rétenteur d’eau dans le sol de mon potager et dans les bacs sur ma terrasse. Je suis exposée aux vents desséchants et au plein soleil c’est pourquoi je cherche à intégrer ce « produit » pour limiter les apports d’eau. Aucunes des jardineries que j’ai autour de chez moi ne connais , est ce que qq’un sais où je peux en acheter ?
    Merci

  • Je ne sais pas comment est votre jardin. A titre perso, j’ai un jardin par carré entouré de planche. J’ai collé du sable sur les coté et la tranche des planches. Depuis plus de limace ou d’escargot.

  • bonjour gilles….malgré qu’il fait beau chez moi j’ai trouver du temps pour abriter un jeune figuier et une vigne avec de la paille a la base et le plastique en haut ,il est incontestable que mon climat change afin de les défendre des gelées pendant la floraison et la fécondation .salut

  • Bonjour Gilles. Tout d’abord merci pour ces conseil mais je mettrais un petit bémol quand même concernant le deuxième point que vous abordez . Vous pronnez l’ecartement ou même l’enlèvement du paillage pour réchauffer la terre . Sachez que si vous faites cela , vous détruisez tout ou partie du réseau de mycorhises qui à mis tout l’hiver à se constituer patiemment sous le paillage . Vous exposez ainsi cette trame mycorisienne, sans parler du reste de la pedo-faune aux aléas climatique détruisant ainsi un précieux Allier , car nous connaissons tous désormais l’importance des champignons dans la nature . vous risquez de chambouler tout un éco systeme qui met des mois à ce mettre en place . J’apparente souvent cette pratique à un genre de labour ( Vous enlevez la premiere couche pour mettre la deuxime à nue, à la merci des éléments) Personnellement, le paillage est un atout pour moi et jamais mon paillage quel qu’il soit ne quitte sa place . belle journée

    • Bonjour Jim,
      Vous avez raison dans le fond.
      Mais vous remarquerez que je dis « vous pouvez » (je ne « prône » donc pas…), car oui, c’est possible, et parfois souhaitable. Je ne développe pas sur cet article, mais ce genre de question est très fréquemment abordée sur le blog.
      Par exemple ne serait-ce que pour semer des carottes… vous faites comment ?
      Mais aussi parce que la température du sol est aussi importante pour le développement de la vie (et donc la libération des éléments minéraux) que les mycorhizes. Par exemple, à maintes reprises, j’ai pu constaté qu’en plantant des courgettes dans un sol couvert (assez tôt dans la saison), ces plants stagnaient et jaunissaient; alors que des plants non paillés se développaient parfaitement bien à côté. Certes les choses finissaient par rentrer dans l’ordre, mais avec un bon mois de retard pour les premières récoltes…
      Donc, dans ce cas, la couche que je mets « à la merci des éléments », est en l’occurrence surtout à la merci d’un bon soleil printanier; qui est bien aussi un élément important dans la nature.
      Un autre exemple ? si je plante mes salades de printemps dans une couverture, les limaces les dévorent dans la nuit (en particulier si le printemps est pluvieux, comme c’est fréquemment le cas chez moi). N’ai-je pas alors intérêt à écarter provisoirement ce paillage ?
      Alors certes, le principe de couverture du sol est une bonne chose en soi.
      Mais ne la prenons pas comme un dogme (malheureusement, c’est souvent le cas chez nombre de permaculteurs… et ça ne devrait pas puisque cette philosophie prône au contraire l’observation et l’expérimentation)
      Ne jamais retirer provisoirement le paillage chez vous ne pose peut-être pas de problème.
      Mais c’est parfois utile.
      Ma propre expérience et celle de nombreux jardiniers le montrent.
      Bref, ne soyons pas excessifs (comparer le fait de retirer le paillage pendant quelques jours ou semaines à un labour l’est…) mais expérimentons, toujours.
      C’est en tout cas ainsi que je pratique. Et c’est cette vision des choses que je partage sur ce blog.
      Je vous souhaite également une bonne journée.
      Gilles

      • Bonjour,
        Je dégage mon paillage d’hiver avant de retourner la terre a la grelinette,je laisse se réchauffé la terre quelques jours avant de recouvrir avec le paillage.Mon soucis,ce sont les limaces.J’ai trouvé ceci sur internet,quand pensez-vous?
        Nématodes contre les Limaces.
        Merci
        Bonne journée